MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

ai je le droit à l'amour

65 ans 39
Bonjours,

J'ai 54 ans, je suis épileptique, à l'âge de quatre ans, je suis partie dans la Drome, ou je suis resté 6 mois. J'ai eu un empoisonnement du sang à  
cause du nombre important de médicament que je prenais. Je suis allé en primaire, mais l'on a indiqué à mes parents que je perturbais l'école et après avoir fais 2 école différentes ont m'envoya dans un centre spécialisé d'où ont ne pouvaient sortir. Suite à mes crises très violentes, j'ai fais plus de 30 comas dont un dépassé, ma maman m'a redonné la vie une seconde fois, j'ai trouvé du travail et je me suis marié, nous avons une fille, pendant notre vie de couple, 19 ans, j'ai eu 4 ans d'agression psychologique puis pendant 6 ans je n'avais pas de travail, j'avais juste un ordinateur devant moi, puis pendant 2 ans j'avais un conflit avec un ingénieur. Je me suis séparé de mon épouse et je vis seul actuellement il y a 5 mois j'ai rencontré l'amour je croyais que le bonheur était revenu nous avons vécu ensemble pendant 3 mois puis elle est partie avec un autre homme. J'ai fais appel à la rouge il y a 1 mois ont m'avais dis qu'elle reviendrait les jours passaient et toujours rien la personne que j'avais contacté m'avait dit que cela pouvait arriver mais que c'était très rare de ne pas avoir de résultat. Pourtant, je l'aime et rien n'y fait, je reste toujours malheureux et me pose toujours la question de savoir si je rencontrerais l'amour qui effacera ces années de souffrance ou si au contraire elles continueront d'être présente sans que j'ai le droit au bonheur. Alors es ce que je dois vivre encore vivre sans amour ou ne plus vivre du tout ?
53 ans Out of Africa... 4355
Je ne crois pas que le bonheur soit un "droit"

Maintenant que tu es adulte, c'est à toi de décider et à toi de tout mettre en oeuvre pour être heureux. Personne ne peut le faire à ta place, pesonne ne peut être responsable de ton bonheur ou ton malheur : les choix, c'est toi qui les fait. Si ce n'est pas les bons, ça vaut le coup de s'interroger.

C'est pareil pour l'amour, ce n'est pas, d'après moi, une question de "droit". C'est un sentiment qui vient d'abord de soi et qui se partage avec les autres.
37 ans 275
Je pense que c'est normal d'être malheureux après une rupture... Il faut le temps de faire le deuil de cette relation, de se reconstruire...

Il est clair que sur nos berceaux, personne ne s'est penché en disant "toi tu auras droit à 5 ans d'amour, toi 10 ans, toi pas etc etc"... Mais l'amour est en chacun de nous, et il ne tient pour beaucoup qu'à nous d'en donner...

si tu vis si mal cette rupture, peut être pourrais tu te faire aider avec un suivi pour mieux vivre cela et par la suite te rendre plus "disponible" à un nouvel amour... non ???

Je souhaite que ta route s'éclaire...
40 ans 685
(Eh bien moi j'ai pas tout bien compris son pavé :/)
53 ans Out of Africa... 4355
Spounette a écrit:
(Eh bien moi j'ai pas tout bien compris son pavé :/)


Moi non plus :)
Je me suis demandée ce que pouvais bien être "la rouge"
40 ans 685
(non pis y a pas d'espacement etc bref... moi j'ai rien compris mais je vais stopper mon HS. C'était juste pour dire que je vous admirais d'avoir réussi à lui trouver une réponse)
43 ans 4830
Spounette a écrit:
(Eh bien moi j'ai pas tout bien compris son pavé :/)


+1

dans l'ensemble en plus, ça me fait une grande impression de calimérotage...un peu agacant en fait..(mais j'ai aucun coeur, ça doit expliquer..)
j'ai envie de dire qu'"on a le bonheur qu'on mérite" et qu'il ne sert à rien de l'attendre, il faut se battre pour l'obtenir...
65 ans 39
bonsoir,

d'abord à vous remercier d'avoir essayer de comprendre mon histoire.

Aussi je vais résumé, faire cour pour que vous compreniez ma situation.

comme je vous les expliqué j'ai 54 ans, je suis épileptique lorsque mes crises étaient très violentes je faisais des comas

Je ne sais pas si vous avez vu une personne faire ce genre trop de crises mais mon ex-épouse en avait peur, pourtant j'étais son mari et elle savait comment j'étais.
Je ne dis pas ça pour vous, mes lorsqu'une femme que je voulais fréquenté savait quelle maladie, elle partait et je ne la revoyait plus.
Vous dite qu'il faut se battre, je veux bien, mais je suis timide donc je ne l'aborderais pas et cela même si elle me plait.
C'est vrai que l'on ne choisi pas son destin de savoir qui doit être aimé ou pas. Pourtant j'ai cru en l'amour pendant 3 mois et je recommençais à vivre, après ces longues années seul. Je ne savait pas que l'amour faisait si mal et je vous avoue que si elle revenait je l'a serrait très fort contre moi et l'aimé d'avantage encore.

Voilà pourquoi je me pose cette question, les personnes que je cotois sont très heureuse et que moi, je ne reçois pas d'amour.
35 ans 2879
Bonsoir,

C'est vrai que la maladie est un vrai frein à la relation amoureuse, comme le handicap. Heureusement, si c'est un frein ce n'est pas pour autant une fatalité. D'ailleurs tu as fait une famille, et tu as une fille.

Il est certainement très dur de tout recommencer après avoir construit...mais à part cette maladie c'est la situation de beaucoup de personnes séparées.

J'espère que tu rencontreras de nouveau l'amour, que ça sera réciproque, mais en attendant ne mets pas ta vie en stand by. Et d'ailleurs, il n'y a pas qu'un compagnon qui puisse donner de l'amour...tous les proches ont cette capacité ^^
36 ans Niort, Deux-Sèvres 3657
Tu dis que tu n'as pas le droit à l'amour mais en recevoir de ton ex-femme et ta fille. Sans indiscretion, si ton ex-femme te donne de l'amour, pourquoi vous n'êtes plus mariés?
65 ans 39
Bonsoir gurgle

Je souhaiterais d'abord te dire que je suis un être humain et non pas un personnage de dessin animé

Pour toi ont a le bonheur que l'on mérite? Je ne savais pas que le bonheur se méritait, pour moi il suffit simplement de donner de l'amour à celui ou celle que l'on aime et de profité de chaques instants qui passe pour l'aimer d'avantage.
Mais lorsqu'il ni a personne à qui l'on pourrais dire je t'aime que doit-on faire ?

Je souhaiterais te dire que je ne te prend pas pour un "con" on ne m'a pas élevé comme cela.

Akiss
Tu es bien gentille, mais je n'ai pas besoin de suivit, comme ont le dit avec le temp sa passera mais là ça fait très mal et je ne pensait pas que l'ont pouvait souffrir autant alors que pour moi l'amour, c'est rendre les personnes heureuses.

Merci quand même


Bonsoir MaryMorgane

Avec mon ex-épouse nous avons vécu 19 ans ensemble.

Au début de notre vie de couple, mon ex-épouse m'avait dit qu'elle avait été violée,et cela pendant deux ans ce qui fait que nos rapports était très difficiles.

Elle prenait des douches plusieur fois par jour, comme si elle était sale.

Après la naissance de notre fille, nos rapports se sont espacés pour à la fin ne plus en avoir. Je ne l'ai jamais trompé car j'ai trop de respect pour elle.

Un jour, nous nous somme aperçu que nous n'étions plus mari et femme et nous avons décidé de nous séparer. Aujourd'hui, elle est devenu ma meilleur amie, et pour répondre à ta question, ont ne fait pas l'amour avec son amie au risque de briser cette amitiée qui nous unie

Caline

C'est vrai je suis adulte depuis bien longtemp d'ailleur, je suis d'accord avec toi que personne ne peux le faire à ma place, mais si je n'ai personne à aimer mis à part les être qui me sont chère, la vie deviens triste et nous n'avons gout à rien, alors que lorsque nous avons quelqu'un à aimer, tout est merveilleux, ont fait des projet et plein d'autre chose. Seul, tu ne fais rien de tout cela tu est triste et tu reste dans ton coin car tu vois la vie en noire c'est tout.
40 ans 685
Etrangement, quand je te lis, j'ai juste envie de dire "ouais t'as raison, t'es malheureux" parce que, au final, c'est tout ce que tu désires entendre.

Oui effectivement, tu as pas eu des situations faciles. Tu es sur un échec amoureux et donc tu vois tout en noir.

Tu émanes une telle aura de détresse et de gérémiades que les femmes t'évitent. Tu recherches pas l'amour mais qqun sur qui tu pourrais te reposer et ce désir est tel que ça fait peur à toute personne te rencontrant. Une femme ne veut pas d'un homme qui pleure mais d'un homme qui pourrait la faire rire, la protéger...enfin sauf les femmes ayant le syndrome de l'infirmière...

Donc non ce n'est pas un conseil anodin d'aller voir un spécialiste pour que tu refasses surface là.

Ensuite tu as une fille, une amie qui est ton ex-femme, de la famille probablement, des copains... bref tu as de l'amour partout autour de toi même si c'est pas celui que tu recherches. Tu devrais peut-être déjà cultiver cet amour au lieu de croire à l'Amour romantique.
36 ans Niort, Deux-Sèvres 3657
Spounette a écrit:
Etrangement, quand je te lis, j'ai juste envie de dire "ouais t'as raison, t'es malheureux" parce que, au final, c'est tout ce que tu désires entendre.

Oui effectivement, tu as pas eu des situations faciles. Tu es sur un échec amoureux et donc tu vois tout en noir.

Tu émanes une telle aura de détresse et de gérémiades que les femmes t'évitent. Tu recherches pas l'amour mais qqun sur qui tu pourrais te reposer et ce désir est tel que ça fait peur à toute personne te rencontrant. Une femme ne veut pas d'un homme qui pleure mais d'un homme qui pourrait la faire rire, la protéger...enfin sauf les femmes ayant le syndrome de l'infirmière...

Donc non ce n'est pas un conseil anodin d'aller voir un spécialiste pour que tu refasses surface là.

Ensuite tu as une fille, une amie qui est ton ex-femme, de la famille probablement, des copains... bref tu as de l'amour partout autour de toi même si c'est pas celui que tu recherches. Tu devrais peut-être déjà cultiver cet amour au lieu de croire à l'Amour romantique.


Une seule chose : +10000000000.....

Effectivement, autant être avec une personne déjà et supporter sa depression, pas de soucis mais se mettre avec quelqu'un qu'on sait déjà déprimé sans savoir s'il va remonter ou nous couler avec lui, ça fait peur.

Et comme on dit souvent ici à celles qui ne comprennent pas être célibataires et nous sortent des "je suis moche, je sers à rien...", je te dirais : aime toi, les autres t'aimeront.
53 ans Out of Africa... 4355
Spounette a écrit:

Tu émanes une telle aura de détresse et de gérémiades que les femmes t'évitent. Tu recherches pas l'amour mais qqun sur qui tu pourrais te reposer et ce désir est tel que ça fait peur à toute personne te rencontrant. Une femme ne veut pas d'un homme qui pleure mais d'un homme qui pourrait la faire rire, la protéger...enfin sauf les femmes ayant le syndrome de l'infirmière...

Donc non ce n'est pas un conseil anodin d'aller voir un spécialiste pour que tu refasses surface là.

.



Je suis bien d'accord, ça me fait le même effet.

J'ai le sentiment que tu attends d'une femme qu'elle te sorte de ta dépression, qu'elle donne un sens à ta vie, qu'elle te prenne en charge : c'est trop lourd à porter !
D'autant plus que tu refuses une aide thérapeutique qui pourtant t'aiderait à sortir de ce rôle de victime.

Nous sommes semble t'il plusieurs à avoir été "agacé" par ce coté victime que tu mets en avant (peut être de manière inconsciente) : ce n'est pas un hasard, ni un jugement. C'est l'effet que tu semble produire !
A toi de voir ce que tu veux dans ta vie maintenant.

Bon courage
36 ans Niort, Deux-Sèvres 3657
J'ajouterais même que j'ai trouvé bizarre que tu commence ta présentation en nous retraçant les soucis de santé que tu as eu enfant. Ca fait un peu "aimez moi, faites un beau geste social" et là franchement, désolée mais si tu te présente comme ça auprès des femmes, c'est normal qu'elles fuient.

Un couple n'est pas une bonne oeuvre, les femmes ne sont pas là pour faire dans le social mais pour partager.

Pourquoi vouloir absolument nous raconter les soucis de santé que tu as eu étant enfant? Pourquoi avoir commencé par "j'ai 54 ans, je suis épileptique" plutôt que de te présenter et dire à la fin que tu es epileptique "lourd"et en expliquant que cela pouvait aller jusqu'au coma? Cette maladie n'étant pas la cause de ta situation actuelle, je ne comprend pas que tu la mette en avant comme ça comme une sorte d'étandart. Tu es un être humain avant d'être une personne malade alors apprend à ne pas te définir par ta maladie.
B I U