MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Outremangeuse...

34 ans 2879
J'ai essayé de me faire vomir, sans grande conviction (à peine 3 sec), mais j'avais besoin du geste pour sortir mon dégoût. Pour éliminer ce trop plein. Je ne sais  
plus quoi faire, je me suis dit dans un sursaut que je ferais mieux d'en parler ici.

J'ai mal à ma manière de vivre. Mon appart est un champ de bataille, et ma manière de manger si anarchique qu'elle est pathologique.
Et je mange depuis hier, dès que j'ai une place, dès que j'ai quelque chose qui ne demande pas de préparation. Je mange et je contemple le désastre : vaisselle, lessive, rangement, tout est à faire depuis longtemps. Et le désastre ne reste pas qu'à l'extérieur, je le mets à l'intérieur de moi aussi en engouffrant, tout en pensant que je me fais du mal.

Je ne sais plus que faire. Personne d'autre que moi n'est responsable de ce gâchis. Je ne sais pas bien vivre.


Aidez-moi, s'il vous plait :(
42 ans Sous le chant des cigales ^^ 3642
Il faut te faire aider par un medecin, c'est une maladie la dépendance. J'imagine que même décrocher ton téléphone pour un rdv doit être difficile mais tu dois en passer par là.
Est ce que tu as de la famille ou des amis qui pourraient t'aider à remettre de l'ordre dans ton appart , Ca te donnerait un bon coup de fouet déjà ?
34 ans 2879
Merci DDounette pour ta réponse.

Malheureusement non, je me suis exilée à 600 km de ma famille et mes amis il y a moins d'un an et je suis donc trop isolée pour ce coup de fouet (marrant comme expression, j'ai l'image de mes proches me donnant un coup de fouet maintenant ! :lol: )

Pour ce qui est du médecin, c'est vrai que ça me fait peur. Mon père souffre de dépendance, ou de dépression, je ne sais pas trop, et j'ai vu sa collec de médicaments, et je sais qu'il consulte depuis Mathusalem, et je vois qu'il quitte peu sa chambre.
Mais en même temps il faut reconnaître que c'est de l'ordre de la maladie...

Je dois remonter voir ma famille pour Noël, j'espère que ça me permettra de prendre cette résolution de pousser la porte du médecin et de lui expliquer mon intimité et ce qu'elle a de maladif.

Merci encore à toi :)
F
34 ans Toulouse 1468
Ton témoignage me fait penser à moi il y 3 ou 4 ans..au fin fond de l'hyperphagie, descolarisée (en cachette), nettoyant mon appart seulement qd qqun venait (et c'était pas souvent).. Je pense savoir à quel point c'est difficile d'être dans cet état, à quel point on peut s'en vouloir d'être dans cet état..
Je suis loin d'avoir tout réglé mais je remonte la pente doucement...et par à-coups.

C'est vrai que ca peut être ardu d'oser se mettre en rapport avec le corps médical..peur du jugement, peur d'être mis face à des vérités dérangeantes..
En ce qui me concerne c'est quand même surtout grâce à mon psychiatre (entre autres) qu'aujourd'hui je continue à avancer. Déménager à 500 km m'a aussi beaucoup aidé, me mettre en colocation pareillement.. Mais c'est différent pour tout le monde.

Je crois par contre qu'il ne faut pas s'autoflageller, même si c'est presque une réaction naturelle.. On est le produit d'une histoire qui nous dépasse, parfois on subit le poids des générations familiales de manière inconsciente, parfois on a subi des traumatismes, ou encore d'autres choses.
je ne crois pas que tu ne saches pas bien vivre. Peut-être qu'en ce moment tu n'arrives pas à bien vivre. Et c'est quoi d'ailleurs, bien vivre ?

Personnellement, même si mon hyperphagie est un symptome de troubles bien plus profonds, quand j'ai pu mettre un nom là dessus, un nom sur ce comportement qui me faisait et me fait parfois encore me bafrer, de manière douloureuse, honteuse, ça m'a beaucoup aidé. Et je n'ai pas pu le faire toute seule, j'ai eu besoin de l'aide de médecins.

En tout cas, c'est certain que d'arriver à parler de tout ça ici, sur ce site, ce lieu d'écoute protégé, c'est déjà, je pense, un grand pas en avant.

Des biz pour toi mistinguette !
34 ans 2879
Coucou Fandorina,

Je crois qu'en effet nos parcours se ressemblent. Livrée à moi-même j'ai du mal à suivre mes cours, faire mon permis, tenir mon appartement...J'aurais mille choses à faire et je ne fais rien, que manger. Je ne peux pas m'empêcher de penser que ça fait un peu loque humaine, avachie à manger, sans bouger. :oops:

Oui, bien sûr je culpabilise de me faire une telle vie. J'ai tout le loisir de la remplir, et je ne trouve rien de mieux à faire que me remplir...terrible tout de même.

Je ne sais pas ce qui est "contrôlable" ou non. J'ai l'impression d'être dans un état second, dans un mécanisme. Qu'est ce qui relève de ma volonté ? C'est la question qui me touche profondément. Et je me sens à moitié impuissante et à moitié coupable, le mélange n'est pas génial ^^'

Merci de m'avoir lue et de me donner de l'espoir pour une éclaircie Fandorina. Et bonne continuation à toi :)
42 ans Sous le chant des cigales ^^ 3642
Okapi a écrit:
Pour ce qui est du médecin, c'est vrai que ça me fait peur. Mon père souffre de dépendance, ou de dépression, je ne sais pas trop, et j'ai vu sa collec de médicaments, et je sais qu'il consulte depuis Mathusalem, et je vois qu'il quitte peu sa chambre.


J'ai fait une dépression, je suis encore sous traitement, je n'ai qu'un cachet par jour, pas des tonnes, mais ça fait quand même 3 ans. Je vais mieux alors je me dis que tant pis si je dois prendre des médocs pendant encore des mois ou des années, du moment qu'ils sont efficaces.
Je restais enfermée et maintenant j'arrive à gérer mon ménage, mes enfants et à avoir des activités à l'extérieur.
Aller à la gym et à la danse ça m'a aidé à sortir de ma coquille.
Tu vois tu n'es pas seule, je pense que nous sommes nombreuses à avoir eu un peu la même histoire que toi et on s'en est soirtit alors courage, toi aussi tu vas aller mieux, ce sera peut être long mais si tu sais te faire aider tu ne peux aller que vers du positif. Ne penses pas que tu finiras forcement comme ton père.
34 ans Paris 136
Okapi,
Malheureusement je me retrouve dans ton témoignage.....

Je fais des crises d'hyperphagie nocturnes. Je suis diplomées d'une "grande école de commerce" , enfin tu vois le type de fille dont on se dit de l'extérieur : elle a tout pour bien débuter dans la vie ....
Mais c'est la cata comme toi je n'ai plus la force de faire le ménage dans mon appart, je n'ai pas fais la vaiselle pendant 3 semaines.Je ne sors pas , je ne réponds que rarement aux coups de téléphone et au mails que l'on m'envoie.Je suis sensée rechercher du boulot mais je n'ai pas la force..
La c'est compliqué à gérer car je suis obligé de sortir ( séance de kiné depuis prés de 2 mois).Je suis inscrit à un cours de dessin et de théâtre , cela me permet de rencontrer des gens mais c'est douloureux ...

Fandorina, DDounette, vous qui êtes engagées sur le chemin de la guérison : avez vous parlé de vos troubles alimentaires à votre médecin généraliste? Vous a t-il envoyé chez un psychiatre ?? un nutritionniste ??

Merci de votre aide car je suis complétement perdue ,j'aimerais m'en sortir mais je ne sais pas quelles démarches faire pour cela ...

Merci par avance de vos réponses

Carole
42 ans Sous le chant des cigales ^^ 3642
Je n'ai jamais parlé de ces problèmes en détail avec ma généraliste.
La première fois, ma généraliste m'a envoyé chez un endocrino pour vérifier si qqch n'allait pas et j'ai craqué, je me suis mise à pleurer, elle m'a envoyé chez un psy et en maison de repos et de rééducation nutritionnelle.

Plusieurs années plus tard, ma généraliste a vu que j'étais épuisée et renfermée et m'a envoyé aussi voir un psy mais ne m'a posé aucune question sur mon comportement alimentaire.
B I U