MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

"Dépendance affective"

31 ans 940
Pavé en vue :roll:


Je ne sais pas trop par où commencer ni ce que j’ai vraiment envie de dire. A part ma psy, que je ne vois que la semaine  
prochaine, je n’ai personne de neutre à qui parler de cette « situation », c’est pour cela que je me tourne vers vous (si je ne suis pas dans la bonne section, je m’en excuse).

J’ai mis dépendance affective entre guillemets, parce qu’en parcourant le forum et en lisant les posts consacrés à ce sujet, je me suis rendue compte que ce terme n’était peut-être pas tout à fait adapté à ce que je vis, mais en même temps c’est celui auquel je pense, et me basant sur ma thérapie de groupe (où il revenait régulièrement), je crois que je peux quand même l’utiliser.
Enfin bref, venons-en aux faits.


Comme j’ai pu l’écrire quelquefois sur le forum ces derniers temps, je ne vais pas très bien et ces derniers mois ont été difficiles. Et je réalise que de vieux mécanismes que je croyais avoir enrayé se sont remis en marche sans que je m’en aperçoive. Je crois qu’on peut dire que je suis en plein dans une « crise identitaire » : je ne sais pas vraiment qui je suis, ce que je me veux, etc. Je me rends compte que je compte sur les autres pour me distraire, me divertir, m’occuper, et que lorsque je suis seule, je ne fais rien de « constructif », je suis incapable de m’atteler à un projet (par exemple dessiner ou retoucher mes photos), je m’ennuie et déprime. En ce sens, je me sens dépendante des autres. Mais c’est particulièrement flagrant avec une personne en particulier : mon meilleur ami (et non mon copain).
Je ne sais pas, je me sens parfois comme abandonnée par lui pour des trucs cons, et je n’aime pas du tout ce sentiment, cette impression de régresser. J’ai l’impression de me retrouver 4 ans en arrière, juste avant ma dépression... Et en parallèle (conséquence logique), je sens que mes mécanismes de troubles alimentaires s’affolent, je dois lutter pour ne pas laisser parler ma tête et pour écouter mon corps.
Je sais assez bien pourquoi tous ces mécanismes refont surface, mais ça me fait mal de le constater : j’ai donc à ce point perdu confiance en moi ces derniers mois ?...
Là je suis en train de pleurer derrière mon écran, et je ne sais pas quoi faire pour aller mieux, pour me sortir de ce marasme gluant... je suis complètement perdue.

Je vais m’arrêter là. Ce post n’attend pas de réponse particulière, il est sans doute très flou, lacunaire, pas claire... Mais il fallait juste que ça sorte quelque part, que je me sache lue par quelqu’un d’autre que par moi-même.
Voilà. (J'aurais bien mis le super smiley à la coupe afro, mais c'est malheureusement pas vraiment dans l'ambiance.)
55 ans Lyon 920
Je te lis et je comprends... pas évident parfois de sentir qu'on régresse... et ce besoin de "vivre" à travers les autres je le connais aussi meme si moi cela ne s'exprime pas à travers les copains ou copines mais plutot à travers l'homme que j'aime... mais bon là moi, je me sens mal car il m'a quitté au bout d'un an et meme si c'était la première fois que je vivais une histoire, paisible, heureuse ou je m'épanouissais je ne peux m'empecher de me remettre en question... Pas simple, c'est certain... je vois aussi ma psy qui m'aide mais il est difficile d'etre sereine en ce moment. Ma réponse ne t'aidera pas beaucoup mais sache que tu n'es pas seule.

Courage à toi :kiss:
31 ans 940
Merci de m'avoir lue, et courage à toi aussi :kiss:

(Et pour lever d'éventuels doutes, si jamais, lorsque j'ai dit "copain" dans la parenthèse, ça voulait dire "Zhom" ^^. Je suis donc davantage dépendante de mon meilleur ami que de mon zhom.)
36 ans Beauvais 1646
Peut être que tu es "dépendante" de ton meilleur ami parcequ'il sait apaiser tes souffrances même de manière inconsciente. Ou qu'il t'apporte quelque chose de rassurant.
Peut être que ce que je dis est à coté de la plaque. En tous les cas j'espère que tu iras mieux.
Peut être que 2010 pourra t'apporter un peu de sérénité, et que ce sera l'année de nouveaux projets!
31 ans 940
CouahK tu n'es pas du tout à côté de la plaque. Je n'aurais pas dit ça comme ça mais dans les grandes lignes tu as touché juste. Merci pour ton petit mot, j'espère aussi que 2010 sera plus calme. :kiss:

Le point positif dans l'histoire, c'est qu'au moins je suis très au fait du "pourquoi" de cette dépendance. Toute la question est de savoir comment retrouver ma confiance en moi, si possible assez rapidement. Tout comme d'apprendre à vivre "pour et par moi" et non pas "pour et par les autres" (ce que je n'ai, semble-t-il, jamais vraiment fait :roll:).

Si quelqu'un a des idées...
36 ans Beauvais 1646
Tribulations a écrit:
CouahK tu n'es pas du tout à côté de la plaque. Je n'aurais pas dit ça comme ça mais dans les grandes lignes tu as touché juste. Merci pour ton petit mot, j'espère aussi que 2010 sera plus calme. :kiss:

Le point positif dans l'histoire, c'est qu'au moins je suis très au fait du "pourquoi" de cette dépendance. Toute la question est de savoir comment retrouver ma confiance en moi, si possible assez rapidement. Tout comme d'apprendre à vivre "pour et par moi" et non pas "pour et par les autres" (ce que je n'ai, semble-t-il, jamais vraiment fait :roll:).

Si quelqu'un a des idées...


Je pense que pour ça il faut du temps. Il faut être patiente surtout avec toi même, ne pas être trop exigente. Accepter que ca prenne du temps. Faire des choses pour toi. Essayer de te valoriser même si c est pas facile.
31 ans 940
CouahK a écrit:
Je pense que pour ça il faut du temps. Il faut être patiente surtout avec toi même, ne pas être trop exigente. Accepter que ca prenne du temps. Faire des choses pour toi. Essayer de te valoriser même si c est pas facile.

Patience et indulgence... ça, ça va être difficile, j'y travaille depuis près de cinq ans et j'ai toujours beaucoup de difficulté (surtout avec l'indulgence). Mais encore merci pour ce conseil, il me fait prendre conscience de pas mal de choses. A voir, j'en ai encore pour un moment chez ma psy :lol: :mrgreen: :twisted:
36 ans Beauvais 1646
Tribulations a écrit:
CouahK a écrit:
Je pense que pour ça il faut du temps. Il faut être patiente surtout avec toi même, ne pas être trop exigente. Accepter que ca prenne du temps. Faire des choses pour toi. Essayer de te valoriser même si c est pas facile.

Patience et indulgence... ça, ça va être difficile, j'y travaille depuis près de cinq ans et j'ai toujours beaucoup de difficulté (surtout avec l'indulgence). Mais encore merci pour ce conseil, il me fait prendre conscience de pas mal de choses. A voir, j'en ai encore pour un moment chez ma psy :lol: :mrgreen: :twisted:


Du moment que ca t aide c est le principal :)
Si tu veux discuter n'hésite pas :D
Pis tu sais après faut que tu apprennes à savourer tes petites victoires! Y aller doucement ca veux dire ne pas sattendree à de grands changements radicaux de suite, mais apprécier les petites choses, les petits changements! :)
31 ans 940
CouahK a écrit:
Pis tu sais après faut que tu apprennes à savourer tes petites victoires! Y aller doucement ca veux dire ne pas sattendree à de grands changements radicaux de suite, mais apprécier les petites choses, les petits changements! :)

Tu as totalement raison (même si j'ai beaucoup de peine à y parvenir :lol:)!!
En tous cas, merci mille fois pour tes conseils, commentaires, etc. Bonne année 2010 à toi :kiss:
B I U