MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Pourquoi je n'y arrive pas ?

107 ans 3096
Salut à toutes (et tous) !

Bon ça fait un moment je je veux écrire ce topic parce qu'après tout je ne dois pas être la seule dans ma situation. Voilà  
ce qu'il en est :

Je connais les principes de la RA, manger ce qu'on veut mais à sa faim, pas devant un écran etc etc... Et j'y adhère totalement ! Tout me parait sensé, à l'inverse de régimes "perdez 20kg en 3 jours".

Et pourtant, j'y arrive pas. Même quand j'ai pleinement conscience de ne pas avoir vraiment faim, même quand je me rends compte que je ne savoure pas tant que ça mon kinder bueno, et qu'il est même un peu écoeurant. Même quand je termine les pâtes alors que je pourrais tout simplement les mettre dans un tupperware pour le lendemain...

Mais alors pourquoi ? Pourquoi en sachant tout ça, en étant totalement d'accord avec la RA et en ayant conscience de mes sensations, POURQUOI est-ce-que je n'y arrive pas ?

C'est quand-même un comble, je sais que je n'ai pas faim, que ce que je mange ne me fait pas plus plaisir que ça, et pourtant je continue !

J'arrive pas à comprendre pourquoi j'agis comme ça, comme si je cherchais à me détruire. Mais j'ai l'impression de gâcher ma jeunesse, de m'empêcher de vivre...

C'est d'autant plus difficile qu'en ce moment mon père me parle tout le temps d'aller consulter, de penser à la chirurgie etc... La chirurgie j'y ai pensé mais ça n'a pas de sens quand on a des TCA. Consulter quelqu'un (du GROS) je l'ai déjà fait et c'est vrai que j'avais perdu du poids mais on en était venus à la conclusion que finalement j'allais pas si mal que ça même en étant grosse (ouais mais moins qu'aujourd'hui). Avec le recul je pense que j'étais contente d'avoir un prétexte pour mettre fin à la thérapie parce que c'était quand-même difficile pour moi...

Bref, tout ça pour dire qu'en ce moment je vis vraiment mal le fait d'être grosse, j'ai l'impression de me gâcher la vie, et j'aimerais comprendre pourquoi je fais ça alors que j'ai tout à fait conscience de me faire du mal.

Si quelqu'un a déjà été confronté à ça j'aimerais bien son témoignage.

Merci aux courageuses et aux courageux qui auront lu mon pavé matinal.
34 ans 2879
Coucou,

Je crois que tu réponds toi-même à ta question : les TCA, le fait que même si tu es en accord avec les principes de la RA la nourriture reste une "solution" à un mal-être.

J'ai une question : es-tu seule quand tu manges ? Es-tu seule/inactive la journée ?
Ca pourrait expliquer le fait que tu manges ; pour compenser une solitude, pour t'occuper (ce qui n'est pas à véritablement parler du TCA il me semble)...

Puis bon si je me plante tu peux aussi essayer de comprendre par toi-même ce qui te fait manger et qui n'est pas la faim.
Si tu arrives à sentir la faim et si tu ne diabolises plus la nourriture c'est déjà un grand pas à mon avis :D
107 ans 3096
Je suis souvent seule quand je mange :
- Le matin, mais là en général je ne dérape pas puisque je dois partir pour aller en cours.
- Le soir, je suis toute seule chez moi, et là je fais vraiment n'importe quoi. En fait j'en suis à laisser des kinder bueno dans la boite aux lettres, parce qu'ils se vendent par 6 et si je les amènes tous chez moi bah je finis les 6 dans la soirée :roll:. Donc j'en prends 2 et je laisse le reste dans la boite aux lettres... Ce qui ne m'empêche pas de piocher dans mes céréales du matin tout au long de la soirée.

Le midi je mange à la fac avec mes amis, c'est là que ça se passe le mieux, je dirais même que ça se passe bien. Déjà j'ai faim, et le fait d'être avec du monde, de parler, ça me fait manger moins vite, je finis souvent la dernière. Je finis rarement mon assiette (quand je n'ai plus envie de ce que je suis en train de manger, puis faut avouer que la bouffe de la fac est pas terrible) et j'hésite pas à me faire plaisir avec le dessert. A la fin je suis rassasiée mais pas écoeurée, je suis bien.

C'est drôle que tu parles de compenser la solitude, parce que je me définis plutot comme quelqu'un de solitaire. La solitude ne me dérange pas, même si j'apprécie aussi d'être avec des amis...

Sinon, manger pour s'occuper... c'est ce que je me disais à un moment mais ça n'a pas trop de sens, ça m'occupe 2 minutes puis je retourne faire autre chose. En fait quand je suis seule je mange vite.

Okapi a écrit:
Puis bon si je me plante tu peux aussi essayer de comprendre par toi-même ce qui te fait manger et qui n'est pas la faim.


C'est justement tout le challenge, comprendre ce qui me fait manger et pourquoi je sabote ma vie consciemment...

Je te remercie de m'avoir répondu !
34 ans 2879
De rien !

Citation:
C'est justement tout le challenge, comprendre ce qui me fait manger et pourquoi je sabote ma vie consciemment...

Déjà il faut arrêter de te culpabiliser. Non, tu n'es pas ta propre victime lâche et impuissante. Oui, il y a des situations qui te font réagir en mangeant alors que tu n'as pas faim, mais c'est très répandu. Personne n'est infaillible et d'un équilibre parfait tout seul. Etre en société, entouré d'attention, d'action, ça aide beaucoup à se sentir bien, l'Homme est un animal social.
Pascal disait : "Tout le malheur des hommes vient d'une seule chose, qui est de ne savoir pas demeurer en repos, dans une chambre." et même si on ressent parfois l'envie d'être seul, et surtout le besoin de fuir des mondanités, il reste que c'est bien plus facile d'être équilibrée à plusieurs que seule.

Je ne sais trop quoi te dire de plus ; à la vérité je suis dans le même cas que toi, à me faire des casseroles de pâtes quand je suis seule...Il nous faudrait un intérêt qui remplace celui pour la nourriture mais personnellement je cherche encore.


Tu dis que la nourriture ne t'occupe pas. Mais ça occupe l'esprit de désirer manger, et d'éprouver le plaisir, puis de culpabiliser. Ca occupe drôlement même ! Bon, en plus d'une petite dépendance au sucré qui fait qu'on compense l'ennui de préférence comme ça (chocolats et céréales quand plus de chocos)
107 ans 3096
Justement je trouve ça vraiment difficile de cerner ces situations qui me font manger. J'ai pris pas mal de poids l'année dernière alors que, objectivement, tout allait très bien ! J'avais quitté mon boulot pourri, repris une formation que j'adorais, j'avais des collègues géniaux, mon petit chez moi... j'aurais pas su quoi demander de plus ! Donc si même dans une situation idéale j'arrive à merder comme je le fais... purée c'est désespérant ! :roll:

Trouver un intérêt qui remplace la nourriture, je suis comme toi, je cherche :lol: je fais un peu de musique mais quand je suis chez moi j'ai vraiment la capacité d'attention d'une huitre (sans compter la peur omniprésente de déranger les voisins). Quoi que je fasse (musique, boulot, regarder des séries...), je m'interromps toujours pour aller grignoter, c'est incompréhensible...

Je commence à me dire qu'il faudrait que je recommence à consulter mais c'est tellement difficile...

Sinon, concernant la dépendance au sucré, mon psy disait que c'était des aliments "d'enfants" (à l'époque j'étais accroc à toute la panoplie des kinders, rien n'a vraiment changé :roll:), qu'il fallait peut-être chercher de ce côté-là. Oui mais chercher quoi ? ça me laisse perplexe... Pourtant c'est vrai que j'aime bien les trucs qui peuvent faire un peu gamin, chez moi c'est très rose, violet, coloré... Mais est-ce-que c'est un problème ?

Et puis pour les aliments sucrés, je crois qu'il y a aussi le côté attrayant de "l'interdit" (même si j'ai bien intégré qu'en RA il n'y a rien d'interdit), le sucré c'est le diable :twisted: En même temps je cherche toujours quelqu'un qui fait de l'hyperphagie avec de la salade...
34 ans 2879
Je vais commettre un crime de lèse-RA mais pourquoi ne pas éviter l'achat des kinders pour un temps ? Le temps de te stabiliser dans ton rapport à la nourriture...

Parce que si tu ne t'en sors pas, que tu te sens tentée, que tu essaies de te restreindre, autant éliminer la tentation qui pollue. Et tu pourras avoir l'esprit plus libre et trouver plus facilement ton alimentation.

Enfin, ça reste une suggestion ; je sais que je n'achète plus de sucreries. La raison principale étant de plus que je trouve ça cher pour ce que c'est et pour la vitesse à laquelle ça part !
M
41 ans 3
Bonjour ploufplouftagada

Je me reconnais totalement dans ton témoignage ! J'étais dans la même détresse, me posais les mêmes questions.

Je parle au passé car je pense avoir réussi à me libérer de la nourriture.(mais mon déclic est tout récent donc je suis prudente !)

Pourquoi ne pas continuer à te faire aider par un doc du GROS ? Si c'est difficile pour toi, c'est que tout n'est pas réglé, non ? tu te sentais à l'aise avec le doc ?

Si t'as conscience que tu manges sans faim, sans envie même parfois, c'est déjà bien. Mais à mon avis, il y a encore des freins , des choses qui te bloquent insconsciemment certainement.

Et par contre, je ne suis pas d'accord avec Okapi, ne pas acheter de Kinder, ça revient à sacraliser (ou diaboliser !) cet aliment et ça ne règle pas le problème, ça le masque tout au mieux.
53 ans le pays de Cocagne bien sur 4169
ploufplouftagada a écrit:
En fait quand je suis seule je mange vite.



de tout ce que tu as écris je crois que c'est le plus important: pourquoi être seule face à la nourriture te fais angoisser?
le matin tu as un but, un horaire et des habitudes alors ça va
à midi tu manges avec tes amis et tu arrives à écouter tes sensations de faim et de satiété
et le soir tu es seule et tu dois tout gérer et ça déraille
43 ans 93 1174
Je suis pareille, je ne suis pas encore dans une logique de ra mais autant il y a des semaines ou des mois où je contrôle très bien mon rapport à la nourriture autant des fois ça dérape.
En ce moment, le midi je mange un sandwich, un dessert et une boisson. J'ai encore envie de manger après alors que je n'ai plus faim.
107 ans 3096
Eviter l'achat des kinder, j'ai bien essayé mais bon, faut dire que sur le coup c'est attrayant donc je me laisse avoir, puis je suis d'accord avec Meline, je pense pas que ça règle le problème, au contraire. Puisque de toute façon quand c'est pas les kinder c'est les céréales, et quand il n'y aura plus de céréales je trouverais bien autre chose... Mais c'est vrai que c'est cher ces merdes !

Pour ce qui est de me faire aider, c'est vrai que l'idée commence à s'imposer. Le doc que j'avais avant était très bien, enfin c'est pas pour autant que j'étais à l'aise, en même temps qui est à l'aise et décontracté quand on aborde des sujets sensibles ? A l'époque j'avais arrêté de le voir parce que j'avais pris conscience que j'étais pas si embêtée que ça par mon poids (je commençais à faire attention à moi, je me faisais draguer et pas que par des gros nazes, je prenais conscience de mes qualités etc...), en fait à l'époque mon énorme soucis c'était mon travail, ça se passait très mal. Depuis, j'ai démissionné et ça va super bien, mais justement, si ça va bien pourquoi ça va pas niveau bouffe ? Avant j'avais une raison d'aller mal, là honnêtement je n'en ai pas. Je précise que la décision de ne plus consulter était concertée, c'est le doc qui me l'a proposé et ça tombait drôlement bien puisque ça arrivait en même temps que ma prise de conscience que je n'avais peut-être plus besoin de lui.

Cocagne : je réfléchis à ta question et... je trouve pas :? je ne saurais d'ailleurs pas dire si c'est de l'angoisse ou pas...
M
41 ans 3
ploufplouftagada a écrit:


Bref, tout ça pour dire qu'en ce moment je vis vraiment mal le fait d'être grosse,


C'est peut être une piste ça aussi. Zermati ou son confrère, je ne sais plus, insiste bien dans son livre, sur le fait qu'il faut s'accepter comme on est, non ?

Pour ma dernière séance avec le doc du GROS, on est arrivé à la conclusion qu'il était temps que j'arrête de me prendre la tête avec mon poids, que je m'accepte comme je suis. C'est ce que j'essaye de faire depuis 1 mois, et c'est fou ce que ça fait du bien ! Et je pense que ça m'a vraiment permis d'avancer.
107 ans 3096
Je peux pas me résoudre à m'accepter comme je suis ! Si encore j'étais comme ça en mangeant normalement, sans me prendre la tête avec la bouffe, là d'accord et de toute façon j'aurais pas le choix. Mais là... non je peux pas !

Si au moins je stagnais à un certain poids, mais non ! Je grossis et je grossis encore, et franchement ça me gâche la vie.

Je sais que je serai jamais "mince" et d'ailleurs c'est même pas mon but, et ça me gêne même pas d'abandonner cette idée. Mais de là à rester à 120kg ou plus toute ma vie y a quand-même une marge !

J'en peux plus, ça me bouffe la vie, de pas m'habiller comme j'en aurais envie, d'être essoufflée par des escaliers, de toujours jauger la largeur et la solidité d'une chaise avant de m'asseoir, de me dire que j'aurai des soucis si je veux prendre l'avion, et si je veux avoir des enfants... Ah mais non de toute façon avec qui je pourrais bien en avoir ? Aujourd'hui je me retrouve incapable de me projeter dans l'avenir avec qui que ce soit.

En ce moment je passe des entretiens pour un stage, et je me passerais bien d'être angoissée par ce qu'on va penser de moi en me voyant, d'avoir le sentiment de devoir faire mes preuves plus que les autres.

Si j'étais à mon set-point, là je me résignerais, mais je n'y suis pas, je suis en déséquilibre permanent...
53 ans le pays de Cocagne bien sur 4169
ton doc t'a parlé de l'enfance, est ce que tu as des souvenirs qui pourraient être liés à cette alimentation déséquilibrée ou trop contrôlée en rapport avec l'enfance?
idée comme ça pour te faire avancer
107 ans 3096
Ben aussi loin que je me souvienne j'ai toujours été grosse donc forcément j'ai toujours été plus ou moins fliquée par mes parents. Aujourd'hui encore ils se rejettent la faute (par mon intermédiaire bien sûr puisque ça fait 15 ans qu'ils sont divorcés).

Dans le genre souvenirs précis il y a la fois où j'ai piqué un pot de nutella dans le placard, la nourrice qui me faisait manger un yaourt nature, mon institutrice qui me forçait à manger le gras de la viande :roll: (le tout vers mes 6-7 ans) Comme quoi les choses changent peu, j'adore toujours le nutella, je déteste les yaourts nature et je suis végétarienne :lol:

Malheureusement j'ai pas l'impression que ça m'apporte des éléments de réponse. Même si c'est bien connu que les gamins surveillés dès le départ se trainent des problèmes jusqu'à l'âge adulte, ça n'explique pas pourquoi maintenant que je peux avoir le choix de ce que je mange (et ça fait quand-même 5 ans que je vis seule) j'en profite pour faire n'importe quoi alors que je n'en retire presque aucun plaisir...
33 ans 73
Coucou , je me reconnais un peu ds ta situation , si qqn savait nous répondre ...mais je pense que c'est un travail sur nous même, à faire seul ou en consultant si nécessaire ; mais çà fait tjs plaisir d'avoir des "conseils" et soutien sur VLR :o (merci à tous/toutes au passage)

je suis étudiante également,jai commencé la RA depuis bientôt 3 ans,çà s'est bien passé en général je ne diabolise plus les aliments et je n'ai plus "peur" de manger certains aliments ( encore une pointe de culpabilité parfois pr certains qd même :oops: ),je deviens même assez exigeante par rapport à la nourriture que je mange ;) ! çà c'est tjs bien passé, jai même perdu du poids pr arriver (je pense) au poids " qui correspond à mon organisme" (c'est surtout de çà dont je suis contente,je nai plus cette obsession de la balance)!

Mais voilà,depuis quelques mois, le SOIR c'est pareil , et je me jette sur la même chose : du chocolat ou les céréales ( j'apprécie aussi la nourriture ' d'enfance') ! le matin çà va ( pas le tps et en général j'ai pas super faim),puis jai cours non stop de 10h à 16h/18h sans "vraie pause" ( :? on a juste 5 minutes entre les cours, de quoi manger une ou 2 bouchées de sandwich ou des trucs qui se "range vite et facilement" : pommes, ptits biscuits ! Le soir ,après ce genre de journée jai svt faim et envie de "me reposer" un peu ... c'est pas tellement que je mange "trop" ( objectivement je pense que çà va) mais je mange SANS réelle faim ( après mon repas jai pris un dessert : aujourdhui envie(faim qd même) de lait avec un biscuit ptit dej,puis jai eu envie ( sans faim je pense) de chocolat,jai alors mangé un léo et 1 carré de chocolat alors que CT sans faim ( et jai dailleurs mal au ventre mnt) mais je ne sais pas ... je crois que c'est " l'aliment réconfort après une journée difficile et en me disant que jai encore des trucs à étudier pr demain, se dire que qd GT petite CT parfois + facile , et puis je stresse pas mal pr mes cours ( et même déjà pr les exams de mai-juin,peur de ne pas arriver à tout gérer et étudier)!

Pr tes céréales ( perso c'est l'aliment qui est ,au départ, neutre mais avec lequel çà peut parfois dégénérer: à cause du stress, un ptit coup de blues) , ce que je peux éventuellement te conseiller c'est d'en acheter version "mini-variety" : tu peux très bien te faire une petite boite : le plaisir de manger ce que tu aimes et des petites portions ( qui te feront réfléchir avant de réouvrir une 2e boite => je connais le truc du " gd sachet de céréale ds lequel on pioche gaiement à la cuillère sans s'arrêter)( et vu que le prix des "minis" est un peu élevé , on y réfléchit à 2 fois avant de manger toutes les boites d'un coup ! Et pr les kinder bueno , achètes-en encore, mais pr éviter les 6, achètes-en UN chaque jours (jimagine quil y a moyen avec les distributeurs à la fac'): tu auras ton ptit plaisir, et çà t'éviteras de manger les 6!

courage courage, bonne soirée :o
B I U