MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Que faire contre les maltraitances ?

30 ans 495
Sur ce forum, nous avons pu voir ces derniers temps une série de posts de femmes décrivant des maltraitances, physiques et/ou psychologiques, qu'elles vivent au quotidien dans leur couple.

A  
chaque fois, le même schéma se répète : la victime est excédée et découragée, elle envisage de quitter son bourreau de mari, mais vient demander conseil parce qu'elle l'aime. Nous, on sort nos meilleurs arguments, des trésors de persuasion, et la demoiselle revient en disant : finalement, je reste - voire : on va faire un enfant.

Alors je me disais qu'on doit sûrement s'y prendre mal, puisque ces femmes se braquent à chaque fois ou presque, et qu'on finit par s'énerver et limite à leur dire que si elles aiment souffrir, bah qu'elles restent et c'est bien fait (je suis la première à m'énerver, je comprends très bien l'exaspération qu'on ressent face à ces revirements).

Il faudrait peut-être trouver des stratégies différentes et plus progressives. Tout à l'heure, dans "Le magazine de la santé", il y avait un invité qui parlait de la manipulation affective dans le couple, et il disait des choses intéressantes :

Il disait qu'il voyait arriver dans son cabinet des femmes qui disaient avoir "des problèmes de couples" (et c'est précisément le titre de plusieurs de ces posts dont je parle), et qui se rendaient compte au bout de plusieurs mois de thérapie, que c'était un problème de l'autre, et non du couple.
Donc je me disais qu'il faudrait peut-être encourager ces femmes à aller consulter un psy pour leurs "problèmes de couple", puisque nous sommes moins efficace qu'un spécialiste pour déclencher la prise de conscience (et c'est normal). D'ailleurs ces femmes supportent mal qu'on attaque frontalement leur tortionnaire, puisqu'elles l'aiment, et ont du mal à admettre leur statut de victimes (la preuve, quand on parle des femmes battues à mort, elles croient qu'on dramatise, qu'on exagère, que c'est pas du tout leur situation).

Je me disais aussi qu'à la fin de ces posts, on donne finalement raison au conjoint maltraitant, puisqu'on dit à la victime "écoute, si ça te plaît d'être rabaissée, assez pour rester, eh bien reste", non seulement on normalise, on banalise cette violence, mais on finit par rendre la victime responsable de sa triste situation : on participe au rabaissement. En gros : tu es trop nulle pour partir, tant pis pour toi.


Qu'en pensez-vous ? Peut-être qu'on pourrait réfléchir ensemble à des stratégies efficaces pour faire face à ces appels à l'aide, où on doit lutter autant contre la victime que contre le coupable ?
34 ans 215
Je suis contente que tu ouvres ce post Caddy.Je voulais poster mes impressions sur l'un des posts de l'une des personnes en question mais n'ai pas voulu dévier de sa demande de soutien.
Ce que je voulais partager avec vous c'est ce que j'ai pu apprendre dans le cadre de ma formation d'assistante sociale.
Bien sûr je n'ai rien à vous "apprendre", je n'ai pas le bagage qu'il faut pour cela et ne prétend pas être une experte de la question mais je souhaitais juste discuter avec vous de ce que j'ai pu rencontrer.
Tout d'abord je n'ai jamais personnellement travaillé avec des femmes battues donc je ne peux parler que de l'expérience de mes collègues de formation, des discutions entre assistantes sociales, des témoignages que j'ai entendu et des cours qui m'ont été dispensés.

Pour commencer je comprend bien l'agacement que peut provoquer l'immobilisme des femmes/hommes victimes de violences. L'entourage a souvent du mal à comprendre cette difficulté à se sortir des coups, de la manipulation, du danger, ... Mais il faut savoir que la violence qui est faite n'est pas que physique elle est en grande partie psychologique. Et il est très difficile pour la victime d'une part de se rendre compte de la manipulation exercée sur elle (sans quoi ce ne serait pas de la manipulation ...) ou même de se dire qu'elle ne mérite pas ça. Pour la victime souvent, cette violence à son égard est justifiée parce que le "bourreaux" lui démontre par A+B que c'est elle qui à provoqué ce qui lui arrive. La personne violente détruit toute la confiance en elle de sa victime, elle lui renvoie l'image d'une personne qui ne mérite pas mieux que ça. Dans cette situation il est très difficile de se sortir de ce cercle infernal. Il s'agit vraiment d'un cycle qui s'installe avec un élément déclencheur, un acte violent et une période de rémission et une escalade progressive dans la violence avec des périodes de rémission de plus en plus courtes. Cela est bien expliqué ici Il est très difficile pour une personne victime de violence de se livrer face à la honte qu'elle ressent et il y'a tout un parcours psychologique à entreprendre pour mettre fin au cycle de violence qu'elle subit.
A notre niveau de forum, tout ce que je pense que nous sommes capable de faire c'est d'écouter, ce qui est déjà beaucoup et peut être d'essayer de faire réaliser certaines choses à la personne qui vont la faire se tourner vers des personnes compétente pour lui apporter l'aide dont elle à besoin.

:) Voila.
35 ans 21ème strate des Enfers... 1568
Damned ! Tu viens de dévoiler dans les grandes lignes ton propre plan comme un méchant de film de série B ! :lol:
Plus sérieusement, je pense que tu as raison, on se heurte quasiment toujours à ce genre de réponse entre le : "vous ne comprenez pas" et le "oui, mais je l'aime et c'est plus important que tout". Malheureusement, on ne peut pas sauver les gens d'eux-mêmes. On ne peut qu'espérer que de l'autre côté de l'écran ne se trouve pas une tête de pioche, mais une vraie femme qui vient vraiment prendre des conseils, pas s'assurer seulement qu'elle peut encaisser toutes les critiques qu'elle devra subir à chaque fois qu'elle finira à l'hosto. En gros, nous sommes trop souvent le terrain d'entraînement des futurs conjoints battus qui devront se justifier d'une blessure, entre "chute dans l'escalier", "collision avec une porte de placard" et "agression par un inconnu". Le mieux, c'est peut-être de montrer que personne n'est dupe...
48 ans strasbourg 6049
comment ca on comprend pas? et toutes les femmes et personnes qui ont été violentées dans leur vie et qui se trouvent ici et qui répondent c'est quoi? des gens qui savent pas? ah parce qu'elles sont parties elles savent pas? bien au contraire moi je crois. et si j'avais eu ne serait ce que la moitié des encouragements et aides aujourd'hui disponibles à l'époque je pense que j'aurais foutu un tel merdier que personne ne se serait relevé en vie.

ah non moi je suis pas d'accord. c'est pas complaisant et banalisant de dire que oui la dame elle se fait traiter comme une esclave et mm pire, et ce n'est pas je pense non plus anormal de lui dire de partir et au plus vite. un jour je l'espère, elles le feront toutes et le plus vite est le mieux. je suis pas du genre à m'auto flageller parce que les dames ne reviennent plus. si elles ne reviennent pas bien souvent c'est parce que nous avons touché juste et qu'elles n'ont plus d'excuses.

désolée dans ce genre de situation pour moi action=réaction. sinon tu en crèves... alors sans personne pour t'engueuler et te dire qu'il faut bouger y'a plus rien qui te ramène sur terre...
S
31 ans 3465
Une femme qui est manipulée, au point de croire que si son mec la frappe, c'est de sa faute, je ne pense pas qu'elle viendrait ici, demander conseil.

Qu'on remette les choses à leur place, puisqu'on parle de psychologie!

Si elles viennent faire part de ce problème, c'est qu'elles ont bien consciences que c'est un problème, qui n'est pas normal et qui vient du conjoint, puisque c'est lui qu'elles remettent en cause.

Le fait est que ses femmes, à mon avis, de manière inconsciente ou pas, viennent surtout pour être rassurées et non aidées. Elles s'attendent à ce qu'on leur dise " ne t'inquiète pas, il va changer, ça ne durera pas, tu peux rester".

Elles savent que ça ne va pas, mais garde espoir. Après je ne dis pas que c'est de leur faute, mais si elles ne comprennent pas ce qu'on dit, je crois que c'est parce que dans le fond, elles ne veulent pas voir la réalité.

J'ai connu un homme violent, je me suis sentie coupable aussi, mais je n'ai pas attendu, j'ai pris mes cliques et mes claques et je me suis tirée.
36 ans paris 517
je suis d'accord avec vous tous il faut juste ce dire que parler sur le forum et pour ces femmes le premié pas de changer la situation et juste leur donner du courage ou la force apeller sa comme vous voulez de changer la situation pcq c'est dure de tout laisser de changer car on aime notre zone de confort mm si elle setrouve dans les cactus donc je pense qu'il faut contunue a encourage les personnes a ouvrir bien grand les yeux de vois que sa arrivbe a d'autre et qu'au final elles peuvent changer et gagner bien plus qu'elle ne peuve croire
pour finir juste contunuer a aucarager sans juger ou etre blessant mm si des fois on envie de mettre des claques histoires de ... mais dialogue et témoiniage y a rien de mieu pour donner le courage d'aller jusqu'au bout
A
36 ans 3124
Je me permet de poster car je me sens concerner par le sujet...car je faisais partie de ces personnes en détresse qui ont poster sur le forum.

Je trouve que Dilys décrit très bien les choses...quand on est confronté à un manipulateur qui nous assure au quotidien qu'on est qu'une pauvre merde et qui nous conditionne a croire que le problème vient de nous, il est difficile de penser qu'on mérite mieux...

Sincèrement, sans les aides précieuses qui m'ont été données sur le forum, je ne serais certainement jamais partie et je souffrirai encore...c'est grâce à vous que j'ai ouvert les yeux sur ma situation et même si je tenais le même discours accablant que les autres victimes, je suis enfin sortie de ce cauchemard.

Alors non, les conseils et l'écoute n'est pas inutile, même si se prendre un coup de pied au derrière n'est pas toujours plaisant c'est une initiative essentielle que de se sentir écouter et soutenue...
50 ans 5519
Acide-Lyrique a écrit:
Je me permet de poster car je me sens concerner par le sujet...car je faisais partie de ces personnes en détresse qui ont poster sur le forum.

Je trouve que Dilys décrit très bien les choses...quand on est confronté à un manipulateur qui nous assure au quotidien qu'on est qu'une pauvre merde et qui nous conditionne a croire que le problème vient de nous, il est difficile de penser qu'on mérite mieux...

Sincèrement, sans les aides précieuses qui m'ont été données sur le forum, je ne serais certainement jamais partie et je souffrirai encore...c'est grâce à vous que j'ai ouvert les yeux sur ma situation et même si je tenais le même discours accablant que les autres victimes, je suis enfin sortie de ce cauchemard.

Alors non, les conseils et l'écoute n'est pas inutile, même si se prendre un coup de pied au derrière n'est pas toujours plaisant c'est une initiative essentielle que de se sentir écouter et soutenue...

Ton témoignage fait "plaisir" à lire, pcq ça veut dire qu'on ne parle pas dans le vent finalement...

Contente que tu t'en sois sortie !
30 ans 495
louis_cyfer a écrit:
comment ca on comprend pas? et toutes les femmes et personnes qui ont été violentées dans leur vie et qui se trouvent ici et qui répondent c'est quoi? des gens qui savent pas? ah parce qu'elles sont parties elles savent pas? bien au contraire moi je crois. et si j'avais eu ne serait ce que la moitié des encouragements et aides aujourd'hui disponibles à l'époque je pense que j'aurais foutu un tel merdier que personne ne se serait relevé en vie.

ah non moi je suis pas d'accord. c'est pas complaisant et banalisant de dire que oui la dame elle se fait traiter comme une esclave et mm pire, et ce n'est pas je pense non plus anormal de lui dire de partir et au plus vite. un jour je l'espère, elles le feront toutes et le plus vite est le mieux. je suis pas du genre à m'auto flageller parce que les dames ne reviennent plus. si elles ne reviennent pas bien souvent c'est parce que nous avons touché juste et qu'elles n'ont plus d'excuses.

désolée dans ce genre de situation pour moi action=réaction. sinon tu en crèves... alors sans personne pour t'engueuler et te dire qu'il faut bouger y'a plus rien qui te ramène sur terre...



J'ai jamais dit qu'il fallait pas dire à ces femmes qu'elles sont traitées comme des esclaves, j'ai dit qu'il me semblait glissant de dire qu'après tout, si elles disaient rien, elle le méritaient un peu. Personne ne souffre volontairement.
J'ai jamais dit qu'il fallait pas dire à ces femmes de partir, je constate que c'est inefficace, souvent. Je me demandais pourquoi, et que peut-on faire.
Mon but, c'est pas de "toucher juste" et les acculer pour qu'elles n'aient "plus d'excuse", c'est qu'elles s'en sortent. Secouer les gens, les engueuler, ça marche pour certains, pas pour les autres. Moi, ça me questionne. Si toi non, bah tu fais bien comme tu veux lol.
53 ans le pays de Cocagne bien sur 4169
même si elles ne partent pas du foyer, même si elles ne reviennent pas donner des nouvelles on peut espérer que dans le lot quelques unes auront réagi au coup de pied au cul et au fait que partir c'est le mieux et ça marche, qu'on se sent mieux après
c'est frustrant oui mais on peut espérer qu'on aura semé une pensée différente, apporté des témoignages qui les amèneront finalement à avoir le déclic et la force de partir un jour
et puis je me dis qu'il y aussi toutes celles qui lisent et qui ne sont pas forcément inscrites sur le forum mais qui se sortiront de situations de couples difficiles ou elles risquent leurs vies parce que les sujets sur ce forum leur auront ouvert les yeux et donné le courage
c'est pas évident mais on ne peut faire plus malheureusement
48 ans strasbourg 6049
dans l'urgence on ne prend plus de gants. dans l'urgence on agit c'est tout. si des personnes extérieures disent qu'il y a un grave soucis c'est que vu de l'extérieur c'est grave et c plus le moment des palabres.

se questionner sur le pourquoi du comment on pourrait être plus sympas et dou(x)ces n'empêchera pas certains de secouer le cocotier (dont moi), et n'empêchera pas non plus ces demoiselles de ne pas revenir. y'a pas d'alternative : quand on est violentée, on DOIT partir. et pas tourner 15 ans autour du pot c'est une question de survie. la vie par dessus la mort et dans la plus totale urgence. je m'en voudrais toute ma vie si je disais à une femme qu'elle devait faire les choses à son rythme et que le lendemain on la retrouve battue à mort. ca a déjà été le cas plus d'une fois à l'endroit où je vivais avant, mes voisins n'ont jamais ouvert leur bouche pour nous préserver un tant soit peu ma mère et moi, heureusement toutes les histoires ne finissent pas dans un bain de sang.

je ne crois pas que dans ce cas la manière change quoique ce soit. quand on est la victime on est persuadé(e) de l'avoir mérité, on est persuadé(e) d'être la source de tout cela, on pense toujours que l'autre nous aime malgré tout, et que tout ira bien parce qu'il a dit "oh désolé(e) je me suis ennervé(e)". que toi ou d'autres essayiez de faire du psychologique ne les empêchera pas de ne pas revenir parce que quoiqu'il en soit la seule chose à dire c'est : part. oui il ou elle peut consulter un psy, une amie, la police... tout le monde dira pareil : part.

la part de psychologie? négligeable. dans ces cas là AMHA c'est le message qui compte.

et je parle pour nouhaam, biba, endetresse et toutes les autres. elles ne sont pas revenues parce que personne n'a dit : "oui il va changer". et j'espère vraiment de tout coeur que cette discussion leur a permis de se rendre compte qu'elles devaient agir.

j'ai une amie qui travaille en tant qu'assistante sociale avec des femmes battues et si moi tu me trouves rude et froide je te souhaite jamais de te retrouver en face d'elle. pour la douceur on repassera... et pourtant des femmes elle en a sauvé plein.
30 ans 495
louis_cyfer : Je n'ai pas dit qu'il fallait être plus "douces", j'ai dit plus efficaces. D'où mon idée de les orienter vers des personnes "réelles", psy ou assistante sociale etc, qui les auront en face, et pourront mieux agir. Nous, si ça leur plaît pas ce qu'on leur dit, bah elles ferment la fenêtre. En vrai c'est différent, et ça marche pas comme ça. Bien sûr, un psy dira pareil : PARS, mais il le dira peut-être mieux.

Je crois, en effet, que la manière de dire les choses compte beaucoup, surtout pour certains profils. Ton amie assistante sociale devait bien adapter son discours et le ton à l'état de la personne en face d'elle. Sauf que nous, on les voit pas.
Et je n'ai aucun mépris envers "le psychologique".

Dernier point : qu'on soit rude, ferme, intraitable, ok, mais là où ça me gêne c'est quand on finit par envoyer notre mépris de femmes fortes à la personne, genre "bah écoute, t'es faible, c'est ton problème". Je ne parle pas de toi, d'ailleurs, mais des diverses réactions que j'ai lues sur ces posts.

Je veux dire qu'il faut trouver un équilibre, donner un coup de pied au derrière, sans casser la communication.

Dilys : je suis d'accord avec toi. C'est bien l'absence de confiance en soi qui crée parfois le "dialogue de sourds" entre la victime et ceux qui tentent de l'aider.

Acide-Lyrique : d'abord bravo à toi, et puis ton message donne de l'espoir
;)
34 ans 215
louis_cyfer a écrit:
elles ne sont pas revenues parce que personne n'a dit : "oui il va changer".


Il y a d'autres possibilités. Comme le fait qu'elles ne soient peut être pas venues parce qu'elle ne voulaient pas être jugées, qu'elles ont pu se sentir méprisées, agressées ...
Je ne pense pas que les visions radicales soient les bonnes ...
Bien sûr une vie en jeu passe avant tout, je suis tout à fait d'accord, mais il y a une manière de faire qui correspond à chacun. On ne peut pas forcer quelqu'un à agir comme on l'entend même quand sa vie est en jeux.
Je comprends bien qu'on puisse s'exaspérer de voir une personne en demande d'aide ne pas bouger surtout lorsque sa vie est en danger mais il faut aussi comprendre qu'on a pas tous les mêmes potentialités, les mêmes facultés, le même vécu, les mêmes réactions. Ce qui peut sembler évident, facile et naturel pour toi ne l'est peut être pas pour une autre. Pour elle sa vie n'a peut être pas la même valeur qu'a tes yeux. Bien sur il est évident qu'il n'est pas judicieux de la conforter dans cette idée ou dans le fait d'oublier, de pardonner, d'espérer, de rester, de prendre le temps mais d'après moi les "coups de pieds au cul" c'est aller trop loin, enfin c'est l'expression qui me choque. Dire les choses, essayer de leur faire prendre conscience des risques qu'elles encourent, essayer de les booster, de les motiver, de leur montrer ce qui peut se passer, leur dire de partir oui. Mais les respecter avant tout. Et je ne dis pas par l'un que l'un ou l'une d'entre vous a manqué de respect à une personne se présentant comme victime sur le forum puisque je n'en ai pas la moindre idée n'ayant lu qu'un post. Je parle de respect parce que pour moi il est essentiel, je me demande tout simplement,est-ce le fait d'utiliser des propos violents face à une personne déjà victime de violence qui va lui faire prendre conscience de sa valeur et de ce qu'elle mérite réellement ou est-ce que cela va la conforter dans son idée de n'être rien et la conforter dans son immobilisme ? La question peut se poser, tout n'est jamais tout blanc ou tout noir.
S
31 ans 3465
Oui, mais tu comprendras aussi, qu'au bout de la quarantième fois, on on répète la même chose et qu'on se heure à un mur, nous ici, à distance, on ne peut plus rien faire.

Personnellement, devant le cas de certaines, je me suis sentie impuissante, puisque tout ce que je pouvais faire, à savoir conseiller et donner des arguments, a été rédui à néant par des " Oui mais je l'aime..."

Je ne peux rien y faire, alors oui, je réponds " aime-le alors, j'ai dis tout ce que j'avais à dire, je ne peux pas te forcer à accepter mes conseils", et ce n'est en aucun cas du mépris.

C'est juste que quand on se heurte à un mur, on ne peut pas faire grand chose.

Dans le même ordre, je ne pense pas que leur dire de consulter un psy, serait plus efficace, puisque comme le reste, si ça ne plaît pas à la personne, elle peut quitter la fenêtre...
53 ans le pays de Cocagne bien sur 4169
Dilys a écrit:
louis_cyfer a écrit:
elles ne sont pas revenues parce que personne n'a dit : "oui il va changer".


Il y a d'autres possibilités. Comme le fait qu'elles ne soient peut être pas venues parce qu'elle ne voulaient pas être jugées, qu'elles ont pu se sentir méprisées, agressées ...
Je ne pense pas que les visions radicales soient les bonnes ...
Bien sûr une vie en jeu passe avant tout, je suis tout à fait d'accord, mais il y a une manière de faire qui correspond à chacun. On ne peut pas forcer quelqu'un à agir comme on l'entend même quand sa vie est en jeux.
Je comprends bien qu'on puisse s'exaspérer de voir une personne en demande d'aide ne pas bouger surtout lorsque sa vie est en danger mais il faut aussi comprendre qu'on a pas tous les mêmes potentialités, les mêmes facultés, le même vécu, les mêmes réactions. Ce qui peut sembler évident, facile et naturel pour toi ne l'est peut être pas pour une autre. Pour elle sa vie n'a peut être pas la même valeur qu'a tes yeux. Bien sur il est évident qu'il n'est pas judicieux de la conforter dans cette idée ou dans le fait d'oublier, de pardonner, d'espérer, de rester, de prendre le temps mais d'après moi les "coups de pieds au cul" c'est aller trop loin, enfin c'est l'expression qui me choque. Dire les choses, essayer de leur faire prendre conscience des risques qu'elles encourent, essayer de les booster, de les motiver, de leur montrer ce qui peut se passer, leur dire de partir oui. Mais les respecter avant tout. Et je ne dis pas par l'un que l'un ou l'une d'entre vous a manqué de respect à une personne se présentant comme victime sur le forum puisque je n'en ai pas la moindre idée n'ayant lu qu'un post. Je parle de respect parce que pour moi il est essentiel, je me demande tout simplement,est-ce le fait d'utiliser des propos violents face à une personne déjà victime de violence qui va lui faire prendre conscience de sa valeur et de ce qu'elle mérite réellement ou est-ce que cela va la conforter dans son idée de n'être rien et la conforter dans son immobilisme ? La question peut se poser, tout n'est jamais tout blanc ou tout noir.


malheureusement, pour en avoir été témoin avec ma mère je le redis ici, les coups de pieds au cul sont parfois nécessaires, alors bien sur ils sont mieux dis en face à face mais il arrive un moment ou la personne en face tourne en boucle et ne veux pas écouter le gentillet... alors lui dire froidement tu attends quoi? le coup qui te feras tomber sur le coin du radiateur, qui te tueras et laissera tes enfants orphelins seuls face à leur père meurtrier de leur mère? oui c'est violent mais si ça peut leur donner l'electrochoc nécessaire, moi je le re-éssaieras sans hésiter

et pour elle c'est un psychiatre qui lui a donné l'electrochoc, un psychiatre que mon pere n'était pas allé voir pour lui mais pour la soigner elle bien sur... il ne l'a pas soigné en un rendez vous il a été tellement dur qu'il lui a ouvert les yeux et donné le courage de quitter son mari enfin
B I U