MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

ces mères qui ne nous assument pas...

37 ans 302
Là, je me rends compte que j'ai vraiment de la chance... ma maman n'a JAMAIS critiqué mon poids... au contraire, elle me dit tout le temps que je suis jolie,  
même si des fois elle me dit "ah, mon amour, t'as repris un peu? c'est pas grave, t'es jolie de tt façon!"!
Et JAMAIS elle ne m'a dit que je me trouverai pas un copain, ou des amis ou du boulot... j'ai, vraiment, une maman en or...

La seule personne qui me faisait un peu chier était ma grand mère mais j'ai décidé de l'ignorer et elle a arrêté...
41 ans 34
je fais partie des chanceuses aussi. J'avais une copine qui avait sa maman "sur le dos" et j'ai pu voir combien cela lui pesait et pouvait être destructeur.
Donc on ne peut pas changer certaines personnes, juste faire en sorte de ne pas faire ces choses à nos petits ;)

Bon courage à toutes, et ne fugues pas !!!! lol
38 ans 41
Merci à tous et à toutes!

Je vois que je ne suis pas la seule à être dans ce cas la..
J'ai au moins la chance d'avoir une mère qui m'aime vraiment mais qui n'assume pas mes rondeurs.
Mais au fond, je sais qu'elle essaye... et même si c'est vraiment tendu par moment, je sais qu'elle ne veut au fond que mon bien (meme si c'est parfois super tordu sa vision des choses..)

Et puis je me dis : elle a sa vie, j'ai la mienne. Je veux et je peux m'assumer, meme si elle ne m'assume pas. :roll:
34 ans Montréal, Québec 288
Ma mère a toujours été un peu comme celle de mysky. Et ma grand-mère aussi :lol:

Moi je te suggèrerais d'expliquer à ta mère que tu l'aimes beaucoup et que tu détesterais en arriver là, mais que comme elle te fait du mal alors que tu as la gentillesse de l'accueillir chez toi, si elle continue tu vas devoir la mettre à la porte. Je ne connais pas sa situation ni la raison pour laquelle tu l'héberges, mais ce n'est pas une enfant après tout et si elle te fait la vie dure, tu n'as pas à tolérer sa présence chez toi. Je sais bien par contre que c'est plus facile à dire qu'à faire :lol:

Bon courage!
36 ans Berlin 156
Pendant 23 années ma mère a également prédit mon avenir:

"Après tes études, jamais tu ne trouveras de boulot!":shock:

23 années!!! Puis, Je finis mes études et le discours change:

"Tu as trouvé un boulot oui, mais et ton mari? est ce que pourras trouver un beau fils pour moi? Qu'il aime les rondeurs peut-être mais là, c'est surement trop lui demander!":shock: :shock:

Et je ne doute pas une seconde que lorsque je lui cèderai SON beau fils, elle me lancera au visage:

"Et tes enfants? Tu veux vraiment leur donner cet exemple? Tu penses à leur santé?Il est temps que tu agisses en adulte responsable et mère avisée!":shock: :shock: :shock:

Malgré tout, je sais que ma mère m'aime et quand je fronce les sourcils :evil: , elle sait qu'il est temps qu'elle arrête ses tirades absurdes et blessantes... :roll:

Du coup je m'accommode de ses paroles, et elle s'accommode de mon poids... ;) Au moins elle a conscience de son manque de tact, et comme on dit "faute avouée, à moitié pardonnée"...;)

Pourvu que je ne devienne pas comme elle!^^:?

Et pourvu que ta mère se rende compte de son manque de délicatesse! :(

Dans tous les cas, si elle te conseille de surveiller ta ligne si tu veux un mari aimant... Conseille-lui de surveiller ses propos si elle veut une fille aimante...?!

ça pourrait la pousser à réfléchir...^^

Bon courage en tout cas!

Miss N.
37 ans 302
la 1ère fois que j'ai rencontré la famille à mon ex, j'étais trop choquée car, devant tout le monde, sa mère a dit à sa soeur "Bon, Fab, là c'est le moment d'arrêter de manger, hein???"... elle a 36 ans!!!!!! j'étais vraiment choquée... jamais ma mère me ferait une remarque comme ça, surtout devant toute la famille!!!
31 ans Belgique 41
mysky a écrit:
la 1ère fois que j'ai rencontré la famille à mon ex, j'étais trop choquée car, devant tout le monde, sa mère a dit à sa soeur "Bon, Fab, là c'est le moment d'arrêter de manger, hein???"... elle a 36 ans!!!!!! j'étais vraiment choquée... jamais ma mère me ferait une remarque comme ça, surtout devant toute la famille!!!


:shock:
maintenant je vais avoir peur de rencontrer mes beaux parents...
enfin je pense pas qu'ils feraient ça, ils ont déjà vu des photos de moi, enfin en tout cas la belle mère...
37 ans 302
Aeschma a écrit:
mysky a écrit:
la 1ère fois que j'ai rencontré la famille à mon ex, j'étais trop choquée car, devant tout le monde, sa mère a dit à sa soeur "Bon, Fab, là c'est le moment d'arrêter de manger, hein???"... elle a 36 ans!!!!!! j'étais vraiment choquée... jamais ma mère me ferait une remarque comme ça, surtout devant toute la famille!!!


:shock:
maintenant je vais avoir peur de rencontrer mes beaux parents...
enfin je pense pas qu'ils feraient ça, ils ont déjà vu des photos de moi, enfin en tout cas la belle mère...


rassure toi, c'est pas à moi qu'elle a fait la remarque mais à sa fille ;)
A
37 ans 3124
C'est quand même désolant de devoir subir les railleries, les remarques des parents tout ça parce que c'est EUX qui ont un problème avec notre surpoids...

Je suis d'accord, qu'en tant que parent, on se doit de faire attention a ses enfants, on peut aussi prévenir des risques liés au surpoids, mais de là à être blessant voir chantageux( perso, le coup de "je t'en veux de ton surpoids" tres moyen quoi)je ne vois pas en quoi ça aide l'enfant à s'épanouir...et ça à même des répercutions plus tard dans beaucoup de cas...vouloir faire de son enfant, un enfant "modèle" , vouloir le moduler à sa guise en lui imposant 10001 régime, c'est le gros bordel...
48 ans 87 8
une maman ça devrait vous aimer sans concessions , quelque soit votre poids , votre intellect, votre "handicap" ...

ça c'est la théorie , maintenant comme il n'existe pas d'enfant parfait , il n'existe pas non plus de mère parfaite, et même si souvent c'est beaucoup d'amour et pas assez de tact qui font que les mamans arrivent à vous blesser, parfois sans le vouloir , parfois exprès pour vous faire réagir , dans le genre électrochoc (ouille ça fait mal) on devrait avoir le droit de leur dire que leurs paroles nous choquent, nous font mal, plus de mal que de bien...

sauf que c'est notre maman, et qu'on répond pas à sa maman...

l'important finalement c'est que toi tu les assumes tes rondeurs , si ta maman n'y arrive pas c'est désolant...pour elle...

on comprend bien que c'est souvent lié à l'inquietude de nous savoir en bonne forme , que nos mamans n'aimeraient pas que nous en souffrions de ce surpoids qui est sensé nous gacher la vie et nous donner du diabete, de l'arthrose, des maladies cardio vasculaires et autres joyeusetés du même genre...sauf que la mauvaise santé n'est pas reservée aux gens en surpoids , y'a aussi des minces malades , si si maman je t'assure ça existe ...

alors à l'occasion quand elle te fera une reflexion qui te blesse demandes lui si elle prefererait te voir mince mais malade et malheureuse...ça la fera peut être reflechir sur le fait que tes rondeurs ne sont pas un handicap et comprendre que toi tu es bien comme tu es...
40 ans 685
Je reconnais ma maman dans les différents témoignages. Mais pas seulement ma maman en fait. J'ai beaucoup de personnes de mon entourage qui, sous le couvert du "c'est pour ton bien que je te dis ça", arrivent à prédire mon avenir, à me démolir le moral, à me maintenir la tête sous l'eau de la dépression.
Toutes ses petites remarques lancées sur le ton de la compassion mêlée d'attention qui font grincer des dents à laquelle on ne sait pas comment y répondre tellement ça semble effectivement une bonne intention et c'est aussi tellement douloureux et assourdissant.
Je ne vis plus chez mes parents depuis des années et pourtant, ce sentiment de honte et de culpabilité remonte toujours à la gorge. J'étais épiée pour savoir ce que je mangeais, si je faisais du sport, si j'avais ENFIN décidé de maigrir. A chaque bouchée, je culpabilisais de l'avoir mangé. Et maintenant, même parfois chez moi, je culpabilise d'être grosse, de ne pas être comme maman veut.
Et pourtant... j'ai prouvé que je pouvais vivre et bien avec ce corps rejeté par mon entourage : un appart, un boulot, un chéri, un permis, une voiture, des amis... Tout ce que je ne pouvais soi disant pas avoir je l'ai eu finalement. Et personne n'aborde plus le sujet.
Mais la démolition complète de mon estime et de mon image a été faite et je ne sais pas si un jour elles se reconstruiront.

Mais "ma chérie, on va t'emmener voir une diététicienne parce que vraiment, tu vois que ça va pas. Tu as trop de poids"
"Tu vois bien que tu ne peux pas porter certains vêtements toi, tu dois cacher. Mets le t shirt de ton père je crois qu'il devrait t'aller"
"Ta copine est belle, elle. Et regarde elle est mince. Elle aura surement tous les hommes à ses pieds"
"tu es socialement inadaptée car vraiment, qu'elle entreprise t'embaucherait? tu donnes une mauvaise image de l'entreprise"
"mais dis moi... tu fais un régime au moins?"
...
48 ans Luxembourg 31390
Limou a écrit:
Depuis quelques jours j'héberge chez moi ma mère... et j'envisage à l'age canonique de 27 ans de fuguer de mon appartement. Mon appartement, pas la maison de mes parents, de MON appartement.
Pourquoi?
A cause de mon poids. Et oui ma mère peut affirmer dans la même phrase que je suis "parfaite" mais qu'elle mourra sans jamais me pardonner mon sur-poids. Jamais. Pour elle, je suis une fille gentille, sympa, intelligente MAIS aussi une énorme merde parce que je fais une taille 44. 1m70, 90kg. Ma mère arrive aussi à affirmer sans ciller que je resterai célibataire à vie, que jamais un mec ne s'intéresse à moi à cause de mon poids. Oui parce que mon poids me rend "anormale".
J'ai beau lui dire et redire et reredire que mon poids n'est plus ma tristesse, que j'assume (plus ou moins, mais mieux) ce poids.
Et oui, quelle galère cette mère. La guerre en continu. Et une terrible blessure au quotidien.
J'ai beau lui dire que mon bilan de santé est nickel, que ma psy trouve aussi que j'assume mon poids.
Non, elle me répète sans cesse qu'elle ne sera heureuse que le jour où je serai normale (= poids normal).
Gros mensonge, parce que dans mes années minceurs, c'était mon look qui n'allait pas, ou mes études... ou bref tout et n'importe quoi.


Pour le moment discuter avec elle semble impossible, je m'enfonce un peu par moment puis me reprend.... et essaye de me retenir pour ne pas noyer mes larmes dans le chocolat. Et je me demande comment m'assumer alors que ma mère ne m'assura probablement jamais.


Désolée pour ce roman fleuve... :)


j ai vu une c*** une nuit en repassant il y a peu ou on voyait une fille en surpoids,ado et sa mere..

l ado allait en cure d amaigrissement et la mere m a fait allussinnee

le discourt,genre elle est en surpoids j en ais honte,ect..

elle voyait peu sa fille mais l emmenait en salle de sport pour la faire courrir controlait tout se qu elle mangeait,la pesait qu elle grossisse pas avant de partir,une vraie angoisse pour elle :shock:

j etais sur le fesses,comment peux ton faire ca a sa fille,comment peut on dire devant sa fille qu on a honte d elle par rapport aux autres,comment peut on conditionner une enfant a pensee et vivre poids en trop :roll:

je ne comprendrais jamais ces meres jamais :!:

une mere est la pour le soutien sans conditions,aidee,rendre la vie plus douce,la vie est deja assez dur sans enfonce soit mm ces propres enfants :shock: :x :evil:
53 ans Région nîmoise 1567
Moi, c'était mon père qui "s'est permis" des remarques déplacées quand jétais enfant et ado. Je me suis défendue et l'ai remis à sa place, violemment, en lui faisant remarquer que c'était LUI qui avait le devoir, en tant que père, d'accepter mon apparence quelle qu'elle soit. Ensuite j'ai pointé que s'il pouvait me reprocher un comportement, rien ne l'autorisait à remettre en question ce que j'étais. Ça a payé car 20 ans après, il a pas mal changé. Ce qui est mieux pour tout le monde et surtout pour lui, qui avait un gros problème que l'apparence de sa fille faisait resurgir.
70 ans en Bourgogne 34
C'est dur parfois le regard de sa mère! La mienne m'a obligée souvent à maigrir: dès la 5ème en 1962, et ce n'était pas la mode des minces comme maintenant...quand je vois les photos, je n'étais pas grosse! C'est une forme de tyrannie dont tu dois te protéger.J'ai eu la chance d'avoir des filles à qui je n'ai JAMAIS fait faire de régimes , et qui sont superbes (29 et 30 ans).Mon mari et elles m'ont tranquillisée. Mais j'ai entendu: "tu vas quand même pas être une grosse mariée!" "Tu vas quand même pas être une grosse maman, tu te rends compte à la sortie des classes?" etc, etc.
J'ai maintenant 60 ans, et il n'y a pas longtemps -10 ans - que je m'en suis dégagée.Avant j'avais toujours l'angoisse de son jugement"pour mon bien!?"Si tu vois un psy, tu peux lui en parler.Moi je pense que ce problème, -entre-autres- avec ma mère, m'a fait me développer comme un cocon de kilos...Tu es jeune , cherche une parade, même si c'est difficile...Bon courage!
57 ans Région parisienne 2154
Dis-toi bien que ta mère se sert de toi pour ne pas affronter ses propres problèmes.

Ce que tu cites, je l'ai entendu aussi. Pas de mari, problèmes de santé... Aussi j'ai honte de toi, tu es bouffie de graisse et d'orgueil... Ado, l'argument choc avait été "tu pourras pas prendre la pillule" :roll:

A plusieurs reprises dans ma vie j'ai maigri, beaucoup. la panique était alors "tu es plus mince que moi"

Dis comme ça elle semble une mère abominable. Pourtant elle m'aime. Mais il a fallu de longues années de thérapie (pour moi) pour que je cesse de donner pouvoir et crédit aux propos de ma mère. Et là... ben elle a commencé à aller très mal, à avoir des crises d'angoisse, et a fini par entreprendre un travail perso et enfin se soigner de sa propre enfance au lieu de rendre mon poids responsable de tous ses maux.

Je crois qu'il n'y a qu'une issue : la remballer gentiment en lui disant que tu es désormais adulte et que ça n'est pas avec elle que tu as à travailler la question.

Fondamentalement, les autres n'ont sur nous que le pouvoir qu'on leur donne. Même s'ils en usent et abusent. Et même s'il s'agit de notre mère.

Pour info, malgrè tous mes complexes j'ai eu une vie amoureuse et sexuelle plutôt mouvementée et suis aujourd'hui l'heureuse mère de deux superbes garçons, et vit en paix avec leur père. Quant à ma mère, elle fait une super grand-mère, même si je veille au grain pour que jamais elle ne se permette une remarque au sujet de mes fistons.
B I U