MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

La chirurgie bariatrique n'est pas dans les clous !

48 ans Lorraine 4326
La chirurgie bariatrique n'est pas dans les clous !
Patients mal informés, absence d'indication à opérer, voire contre-indications, suivi insuffisant : les recommandations françaises à propos de la chirurgie  
bariatrique ne sont suivies que dans 34 % des cas. La HAS pose donc clairement la question de la révision des indications de cette chirurgie si particulière (1).

C'est par décision collégiale que l'indication doit être posée, après discussion et concertation pluridisciplinaire. Les patients concernés doivent réunir plusieurs conditions dont :

- avoir un IMC ≥ 40 kg/m2 ou un IMC ≥ 35 kg/m2 associé à au moins une comorbidité susceptible d'être améliorée par la chirurgie de l'obésité (HTA, syndrome d'apnée du sommeil, diabète de type 2, maladie ostéo-articulaire invalidante…) ;

- être en échec d'un traitement médical, nutritionnel, diététique et psychologique conduit de façon optimale durant 6-12 mois, la chirurgie se positionnant en 2ème intention en l'absence de perte de poids suffisante ou d'absence de maintien de la perte de poids.

- Par ailleurs, les patients doivent avoir reçu au préalable une information correcte, et avoir compris et accepté la nécessité d'un suivi médical et chirurgical à long terme.

- Enfin, le risque opératoire doit être acceptable. Pour l'heure, les patients diabétiques de type 2 ayant un IMC entre 30 et 35 kg/m2 ne font pas partie des sujets à qui cette chirurgie peut être proposée.

- Qui dit indications dit contre-indications. Entre autres : les troubles mentaux et cognitifs sévères, les troubles sévères et non stabilisés du comportement alimentaire, l'incapacité prévisible du patient à participer à un suivi prolongé, la dépendance à l'alcool ou à d'autres substances psychoactives, l'absence de réelle prise en charge médicale préalable, les maladies mettant en jeu le pronostic vital.

Une fois la décision opératoire prise, l'évaluation préopératoire se doit d'être minutieuse. In fine, cette meilleure sélection et préparation des patients vise à améliorer à long terme l'efficacité de la chirurgie bariatrique et à réduire la survenue des complications.

1 – HAS. Obésité. Prise en charge chirurgicale chez l'adulte. Recommandations. Janvier 2009.


Source: http://www.legeneralis..._etiquette=M7&id_article=24726
45 ans 1896
En clair: les 2/3 des opérations se font en ayant omis une ou plusieurs étapes préalables... Ça fait peur, je trouve. L'encadrement des opérations existe parce qu'il y a un risque, pas pour faire durer le plaisir.
41 ans Bas Rhin 2894
Il suffit de lire le forum pour le constater...

il n'y a pas longtemps j'ai lu une réponse d'une nana qui avait quasi le même IMC que moi (33) et qui avait fait un crédit pour se faire opérer car la sécu ne prenait pas en charge :shock: ! les bras m'en sont tombés!

Ces opérations ne sont pas anodines (il suffit de lire le témoignage de Pheadra) mais j'ai l'impression que dans certains cas elles se transforment en "dernier truc tendance pour maigrir"!

Je pense que si toutes ses recommandations étaient suivies, il y aurait peut être moins d'échecs...

Autant je pense que la chirurgie est justifiée dans certains cas (risque vital, problèmes de santé pouvant être diminués par la perte de poids) autant je trouve qu'elle se démocratise trop et que certains y voient "un remède miracle" où "tout n'est que bonheur"....
48 ans Lorraine 4326
Je pense tout pareil que toi Calisto.
je poste ca en esperant que ca fasse reflechir toutes les filles qui se font operer comme si c'etait juste le dernier régime à la mode. mum j'ai comme un doute là :roll:
51 ans 735
espérons que ça fasse au moins se poser des questions ! ;)

sur le forum j'ai l'impression de lire de plus en plus souvent :
- mon IMC est trop bas comment me faire opérer quand même ?
- échec de l'anneau (et/ou sleeve) j'envisage le by-pass : mais dis nenette : t'es-tu demandé POURQUOI ça avait foiré ? et quand ça aussi ça aura raté, tu te feras couper quoi ?
- j'ai grossi parce que je fais des crises, je vide tout ce qu'il y a dans les placard/le frigo ! et je ne supporte plus d'être grosse donc j'ai rdv dans 10 jours pour me faire opérer ! dis nenette, sais-tu que les TCA sont une contre-indication à la chirurgie bariatrique ? t'as déjà entendu parler des TCA ?

on a l'impression que les rdv psy avant toutes ces opérations sont pris comme de fatigantes pertes de temps et plaisanteries, alors que ça devrait être tout l'inverse !

et que les gens, dans leur désespoir d'aller mieux (physiquement et/ou moralement, et là ça se discute aussi : gros ne veux pas dire malheureux, mince ne veut pas dire heureux), se précipitent vers ce qui leur est présenté comme un miracle, on peut le comprendre, mais pourquoi ne sont-ils pas mieux encadrés, voire gardefoutés ? :?

(fric !)
45 ans 1896
Bof, moi je ne me fais plus d'illusion: la chirurgie de l'obésité va bientôt faire partie de la chirurgie esthétique pure et simple. Et si les chirurgiens en France ne le font pas, d'autres le feront ailleurs, avec tous les risques que ça comporte. Je sais que je suis pessimiste, mais vu le développement du tourisme médical, il n'y a pas de raison que ça ne se fasse pas.
2812
Je suis d'accord avec Calisto et Ellispoire.

Je ne sais pas si vous avez remarqué que cette chirurgie est de plus en plus évoquée dans les médias. Mais comme il s'agit d'émissions à sensation (c'est-à-dire d'émissions dont les sujets ne sont pas approfondis et qui ne cherchent que l'audience), le seul résumé qu'il en sort est "tu pèses trop, fais-toi opérer". Aucune évocation des risques, des procédures à suivre, des cas pour lesquels l'opération est impossible. Après le régime miracle, l'opération miracle !?
51 ans 735
et je continue à me souvenir de phrases deci-delà sur le forum : au lieu que les critères (physiques, psy etc) soient pris comme ils le devraient, c'est à dire comme pouvant mener l'opération et le but de l'opération à un échec s'ils ne sont pas respectés, ils sont pris pour :

- des obstacles à contourner en ricanant (un peu comme tricher aux cartes ou aux impôts, histoire de se sentir plus malin que tout le monde ?)
- des marques de jalousie de celles qui n'osent pas envers celles qui osent.

alors d'accord, il y a la souffrance (physique ou mentale) qui peut conduire à voir l'opération comme une dernière bouée de sauvetage, mais il me semble qu'avant, le choix de l'opération était pris beaucoup plus en connaissance de cause, et en s'étant informé beaucoup (sur le "pour qui" le "comment après" etc).

il me semble aussi qu'avant je ne lisais pas tant d'histoire d'échecs que ça sur le forum (peut-être aussi parce qu'il n'y avait pas assez de recul dans le temps pour voir ce que les opérations allaient donner "à la longue" ?)

quoi qu'il en soit, il va s'en dire que je ne souhaite que le meilleur à toutes celles qui font ce "choix" (qui tient plus de l'obligation que du choix suivant les cas), mais que certaines me font peur quand même...
48 ans Lorraine 4326
J'ai eté surprise d'entendre que la France etait le 2eme pays pratiquant le plus d'operation bariatrique au monde . (apres les USA)
47 ans 76 10598
Calisto a écrit:
Il suffit de lire le forum pour le constater...

il n'y a pas longtemps j'ai lu une réponse d'une nana qui avait quasi le même IMC que moi (33) et qui avait fait un crédit pour se faire opérer car la sécu ne prenait pas en charge :shock: ! les bras m'en sont tombés!

Ces opérations ne sont pas anodines (il suffit de lire le témoignage de Pheadra) mais j'ai l'impression que dans certains cas elles se transforment en "dernier truc tendance pour maigrir"!

Je pense que si toutes ses recommandations étaient suivies, il y aurait peut être moins d'échecs...

Autant je pense que la chirurgie est justifiée dans certains cas (risque vital, problèmes de santé pouvant être diminués par la perte de poids) autant je trouve qu'elle se démocratise trop et que certains y voient "un remède miracle" où "tout n'est que bonheur"....



Je suis entièrement d'accord.
Je ne sais pas si c'est du à la période mais on voit se multiplier les messages où la chirurgie semble reléguée au rang de régime du moment.

Attention, je ne nie pas que chez certains patients, l'accès à la chirurgie est une question de vie ou de mort ... mais là, on voit clairement les dérives de celle-ci.

Je ne parle même pas de la multiplication des échecs de telle ou telle opération. On voit parfois des personnes qui en sont à leur troisième ... et après?
Ne devrait-on pas chercher les causes de l'échec et les traiter plutôt que de reproposer une chirurgie?

Moi, tout cela me fait peur, peur de ce qu'on va découvrir dans quelques années, peur pour l'avenir des opérées.
Oui, j'ai peur.
38 ans au bord du lac 605
c'est incroyable que les prescriptions soient si peu respectées... décidément on est vraiment prêt à tout, même à risquer sa vie, pour maigrir :cry:
38 ans 4079
Je pense que la chirurgie de l'obésité est avant tout un business, voila pourquoi il y a si peu de suivi sérieux dans le protocole.

Et puis il y a beaucoup de désinformation aussi au niveau des patients ; beaucoup croient que c'est la solution miracle, que cela va se faire tout seul...

Il n'y a qu'à aller sur des forums spécialisés gastroplastie, elles plannent à 10 000 les nanas...

Je pense que plus ca va aller, plus ca va se démocratiser, et je crois que l'on y peut rien.
40 ans Ici et là-bas 3402
Et puis y'a aussi les chirs qui face à des cas comme le mien (IMC de 54) se disent que quoiqu'il arrive, cela ne peut m'être que bénéfique même si j'ai des TCAs ... :shock:
52 ans Région nîmoise 1567
Au bon endroit j'espère :
Je me posais la question à un tout autre sujet, à savoir la prescription de ritaline chez les enfants. On ne peut pas, dans le même temps, faire la course à la réussite et aux résultats et condamner les prescriptions abusives. Il me semble que c'est pareil pour le poids : la course à la minceur est telle, le poids est tellement diabolisé dans le milieu médical qu'une "solution" approximative semble préférée à pas de solution. Je déteste cela mais faudrait quand même que l'on cesse avec ces discours contradictoires ; soit on réhabilite VRAIMENT les rondeurs et on ne se soucie QUE de la santé des gens, soit on déclare "la chasse à l'obésité" -elle n'est pas de moi celle-là- et on en arrive à ces abus.
_________________
45 ans 1896
sandydidou a écrit:
Au bon endroit j'espère :
Je me posais la question à un tout autre sujet, à savoir la prescription de ritaline chez les enfants. On ne peut pas, dans le même temps, faire la course à la réussite et aux résultats et condamner les prescriptions abusives. Il me semble que c'est pareil pour le poids : la course à la minceur est telle, le poids est tellement diabolisé dans le milieu médical qu'une "solution" approximative semble préférée à pas de solution. Je déteste cela mais faudrait quand même que l'on cesse avec ces discours contradictoires ; soit on réhabilite VRAIMENT les rondeurs et on ne se soucie QUE de la santé des gens, soit on déclare "la chasse à l'obésité" -elle n'est pas de moi celle-là- et on en arrive à ces abus.


Bien d'accord. Pour l'instant on lutte contre l'obésité et les problèmes qu'elle entraîne de manière assez primitive je trouve. On a cherché des solutions avant d'essayer de comprendre le problème et le remède n'a fait qu'aggraver les choses.
B I U


Discussions liées