MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

L'obésité a un impact sur la sexualité des femmes

47 ans 76 10598
Tel est le titre d'un article paru sur le site du monde ce matin.

le Monde a écrit:
Le constat est frappant : les femmes obèses de moins de trente  
ans déclarent quatre fois plus
de grossesses non désirées ou d'avortements que celles du même âge de poids normal. Elles prennent moins la pilule et consultent également moins le médecin pour leur contraception. Enfin, elles sont trois fois plus nombreuses à rencontrer leurs partenaires sur Internet. [...]Mais les obèses (IMC supérieur à 30) ont 30 % de moins de chances d'avoir eu un partenaire sexuel dans les douze derniers mois, quel que soit leur âge.[...]Le poids a aussi un impact sur la sexualité des hommes : les obèses sont plus nombreux à souffrir de dysfonctionnements sexuels et, chez les plus jeunes, à contracter des infections sexuellement transmissibles.


Vous pouvez lire l'article dans son intégralité ICI.

Votre avis?
30 ans 90
Ca m'étonne un peu quand même... mais pas tant que ça au final.

Avoir carrément une étude là-dessus, en supposant qu'elle soit entièrement vraie, ça montre des drôles de chiffres et de drôles de constats.
30% de chance en moins d'avoir eu un partenaire, ça fait beaucoup quand même. Y'a des tas de raisons, je suppose : manque de confiance, hommes moins attirés par ce qui n'est pas la "norme", ...

Le Monde a écrit:
Le constat est frappant : les femmes obèses de moins de trente ans déclarent quatre fois plus
de grossesses non désirées ou d'avortements que celles du même âge de poids normal. Elles prennent moins la pilule et consultent également moins le médecin pour leur contraception.


Ils expliquent ça dans l'article par :

Le Monde a écrit:
Pour les auteurs de l'article, la pression sociale et une plus faible estime de soi peuvent expliquer ces différences. "La stigmatisation est tellement forte pour les femmes obèses qu'il est logique qu'elles soient pénalisées aussi dans leur sexualité, et par exemple qu'elles rencontrent des difficultés à trouver un partenaire", explique la sociologue Nathalie Bajos.


Mais ça fait un peu faible comme explication, non ? Des rondes qui ne s'assument pas, y'en a, mais pas autant que ça ? Ou alors dans leur étude, ce n'était pas un échantillon représentatif...



Et ça, ça me :shock: un peu :

Le Monde a écrit:
Les auteurs de l'article concluent que face au phénomène de l'obésité, il faut envisager la sexualité de ces femmes comme un enjeu de santé publique.


Bref...
44 ans Suisse 768
Je ne remets pas du tout en cause l'article, ni l'étude.

Rien qu'ici sur le forum, on voit souvent des témoignages de filles qui n'osent pas se rendre chez le gynéco parce qu'elles ne sont pas à l'aise avec leur corps, ou qui ne sont manifestement pas au courant des règles élémentaires de contraception et du fonctionnement de leur corps...

Je vais tenter un postulat osé, mais comme l'obésité touche plus de femmes de milieux sociaux moins favorisé, on pourrait en déduire aussi qu'elles ont moins d'accès à l'éducation, à la prévention, ou aux moyens de contraception payants, tout simplement?

Dans ce cas, la cause première serait le milieu dont est issue la personne, et non son apparence physique...

Ceci ne vaut que pour l'aspect santé du problème, pas pour l'aspect sentimental, bien évidemment. ;)
A
34 ans Caen 6651
comme le dit VLR : 100% femme, 0% complexe mais si on a 100% de complexe, on est 0% femme alors comment attirer un homme ?

vraiment moi j'ai un fort caractère donc je n'ai jamais trop souffert des moqueries... mais au collège j'avais deux copines grosses qui s'en prenaient pleins la tête dès que j'étais plus à proximité !

résultats : elles passaient leur vie au CDI pour pas trop avoir affaire aux autres gosses alors comment développer son environnement social, son estime de soi et sa capacité à s'exprimer et être intéressante en public dans un tel contexte ?

surtout qu'en passant leur vie dans les bouquins, elles avaient sûrement des millions de choses à nous apprendre, à nous perdues dans nos magazines "peoples" et nos boysbands
35 ans Lyon 51
BlueKat a écrit:


Dans ce cas, la cause première serait le milieu dont est issue la personne, et non son apparence physique...



Il me semble justement que des statistiques avaient montré qu'il y avait plus de personnes obèses et en surcharge pondérale dans les milieux défavorisés que dans les milieux aisés et les classes moyennes/haute...

Il font une corrélation entre obésité et le fait d'aller chez le gynéco, mais je pense qu'il y a plutôt une corrélation entre
classe défavorisé -> obésité
classe défavorisé -> accès à des soins de qualité...

Car il ne faut pas, se voiler la face, comme partout, en France il vaut mieux être riche pour être en bonne santé et bien soigné...
36 ans 5932
Il n'y a que moi que ça agace ? Franchement, le coup du "Leur obésité semble peser dans le choix de leur partenaire : dans 67 % des cas, il est obèse (ou en surpoids) lui aussi", ça me laisse sur les fesses. C'est chouette de rapprocher des statistiques comme ça et de faire comme si ça avait un lien, mais est-ce que ça en a vraiment un ? Si c'était "67% des femmes obèses interrogées disent choisir un compagnon obèse (ou en surpoids)", je ne dis pas. Mais là ça résume les gens et les liens qui se créent entre eux à un IMC. On oublie que ça peut aussi coller entre deux obèses pas parce qu'ils sont obèses mais parce qu'ils sont des personnes et que ça s'est juste goupillé comme ça.

Quant aux IST, je ne vois pas quel est le rapport avec l'obésité. Avec le milieu, je comprends (tabou sur le sujet qui empêche une bonne prévention, etc), mais pas avec l'obésité.


Citation:
Cela peut expliquer, aussi, le fait qu'elles soient plus nombreuses à trouver leur partenaire sur Internet, où elles peuvent cacher leur poids, mais aussi visionner des films pornographiques.

Euh... Ouais... Et ça viendrait pas aussi parfois du fait qu'on fait autre chose sur Internet que de chercher un partenaire en se faisant passer pour un top model ou bien de visionner des films porno ? Et que pendant ces "autres activités" on peut aussi rencontrer des gens par hasard ? Comme on peut rencontrer quelqu'un dans une association, en buvant un café ou même en achetant le pain, on peut aussi rencontrer quelqu'un sur un forum (généraliste ou pas affinités... et pas uniquement lié au poids), un blog, un site, etc.


Citation:
il faut envisager la sexualité de ces femmes comme un enjeu de santé publique

Si quelqu'un qui a mieux compris que moi, ou qui est moins à cran, pouvait m'expliquer ce qu'il comprend par là, ça serait sympa... Parce que là ça me donne l'impression qu'on veut mettre le nez dans notre vie privée, mais je peux me gourer parce qu'aujourd'hui c'est pas mon jour :lol:
44 ans 1896
C'est trop facile ce genre d'étude quand on voit que le modèle archi-dominant de beauté est la minceur, et même la maigreur. Il faudrait voir ce que ça donne dans une culture où l'obésité n'est pas stigmatisée comme chez nous. Peut-être qu'on verrait des titres du genre "La maigreur a un impact négatif sur la sexualité"?
37 ans Ardennes 762
suis d'accord avec toi Lalwende!
c'est quoi cette étude? de la pure discrimination, mais on aurait jamais osé faire un truc pareil pour une autre catégorie de personnes!! je crois rêver!!!
mais ils débloquent la ou quoi!!! sans parler des résultats, qui eux aussi me révoltent!
non mais franchement, on prend 2chiffres et le sort en est jeté! marre de ces stats qui nous bouffent la vie!
deja le terme : obese que je n'accepte pas, car signifie différent, mais différent par rapport a quoi!! me sens pas différente moi, me sentais très bien jusqu'au jour ou j'ai eu le malheur de calculer mon IMC et découvrir que je suis obèse!

bref, pour moi c'est du n'importe quoi, les sociologues n'ont donc plus d'étude intéressante a faire???

désolée mais ca fait du bien de décharger sa colere ;)
A
34 ans Caen 6651
Citation:
il faut envisager la sexualité de ces femmes comme un enjeu de santé publique


bon moi je comprends la phrase comme ça mais je me trompe sûrement : "de plus en plus de gens sont en sur-poids et l'obésité nuit à la vie sexuelle donc c'est un problème de santé publique car les gens auront moins de bébés"

l'obésité c'est déjà un enjeu de santé publique donc je vois pas pourquoi faudrait juste se centrer sur la sexualité

si déjà les pubs de pizzas, glaces et autres arrêtaient de dire "nous sommes délicieuses mais nous consommer c'est le mal sauf que ça serait bien pour relancer l'économie mais ça veut dire que vous serez obèse et c'est le mal" bah ça aiderait

parce que faire culpabiliser les gens à part les rendre névrosés ou suicidaires ça n'apporte rien... ah bah si un nouvel enjeu de santé publique tient !
37 ans Ardennes 762
oui voila c'est le terme "probleme de santé publique" qui me gene!
tu as raison almarita, ils font culpabiliser avec leurs histoires de ne pas manger "trop gras et trop sucré"!
et meme je suis pas sure que la nourriture soit la cause...mais ca c'est un autre probleme...de santé publique!! :roll:
31 ans Vie de... (-_-)' 1067
Cette article ne me choque pas du tout. De plus, il n'est tourné dans un sens qui stigmatise les obèses.
Des obèses qui ne s'assument pas y'en à des masse, des qui s'assument moins à mes yeux (je fais partie de ces fille qui ne veulent pas ller chez un gynéco, alors...). Et ce n'est pas parce que sur VLR il y a une tonne de filles qui s'assume-et tant mieux-que cela veut dire que c'est le cas IRL, perso, je n'ai jamais rencontrer IRL une grosse qui s'assume...)

Et la phrase concernant l'enjeux de la santé publique, je le prends comme ça: la sexualité participant à l'épanouissement physique et psychique, ne pas bien vivre cette sexualité peut être nocif pour la santé (ce qui est vrai, à mon sens...)
69 ans 3528
Je me souviens qu'il y a quelque temps j'avais entendu parle d'une etude sur la sexualite qui disait que pour les femmes, beaucoup plus que pour les hommes, la "beaute" etait un facteur important pour le nombre de partenaires, avec une difference pouvant aller d'un facteur 1 a 4 pour une femme au physique quelconque contre une femme au physique avantageux. Apres, je ne sais pas ce qui etait considere comme beaute precisement, mais je crois que c'etait une certaine conformite aux standards de beaute mis en avant dans la societe etudiee. Et, autant que j'aimerais critiquer une telle etude, elle me semble pourtant assez realiste.

Pour revenir a cet article sur la sexualite des femmes obeses, je pense que comme toutes statistiques, les interpretations peuvent etre erronnees, comme le dit Lalwende, les partenaires peuvent etre rencontres sur internet en faisant autre chose qu'en les cherchant... serait-ce a dire que les obeses passent plus de temps sur internet que les autres? Ou qu'ils/elles seduisent mieux par ecran interpose ou la personnalite a le temps de se faire sa place avant l'apparence?

Je rejoins aussi Bluekat qui parle de milieu social, c'est la premiere chose qui m'est venue a l'esprit en lisant l'article. Il y a certainement une correlation au milieu social d'origine et il est dommage que cette etude ne le prenne pas en compte. Ni les eventuelles discriminations/prejuges auxquels les femmes obeses doivent faire face chez les medecins.

Bref, je dirais que ca ne me choque pas comme etude, ca m'a l'air assez serieux, mais qu'il ne faut pas non plus en tirer des idees deprimantes pour des cas particuliers: ce sont des statistiques et pour etre heureux dans sa vie de couple/sa sexualite un seul partenaire suffit si c'est le bon! (enfin, en general :lol: ) Et puis cette etude ne prends pas en compte le point de vue de ces femmes, en souffre-t-elles? Comment le vivent-elles?
37 ans Ardennes 762
Ninami a écrit:
Cette article ne me choque pas du tout. De plus, il n'est tourné dans un sens qui stigmatise les obèses.
Des obèses qui ne s'assument pas y'en à des masse, des qui s'assument moins à mes yeux (je fais partie de ces fille qui ne veulent pas ller chez un gynéco, alors...). Et ce n'est pas parce que sur VLR il y a une tonne de filles qui s'assume-et tant mieux-que cela veut dire que c'est le cas IRL, perso, je n'ai jamais rencontrer IRL une grosse qui s'assume...)

Et la phrase concernant l'enjeux de la santé publique, je le prends comme ça: la sexualité participant à l'épanouissement physique et psychique, ne pas bien vivre cette sexualité peut être nocif pour la santé (ce qui est vrai, à mon sens...)


ca stigmatise pas tu penses? moi je vois justement le lien entre ce genre d'études et le fait de ne pas s'assumer...
36 ans 5932
Ninami a écrit:
Et la phrase concernant l'enjeux de la santé publique, je le prends comme ça: la sexualité participant à l'épanouissement physique et psychique, ne pas bien vivre cette sexualité peut être nocif pour la santé (ce qui est vrai, à mon sens...)

Certes mais en quoi est-ce public ? Parce que c'est ça, moi, qui me fait tilter : que notre vie privée, ce qu'on fait ou non dans notre pieu et à quelle fréquence, passe dans le domaine de la santé publique.

Par contre, je comprends mieux le problème sous l'angle de la natalité, comme le suggérait Almarita (d'ailleurs, merci, je ne l'avais pas envisagé comme ça). Là, effectivement, ça me parait un peu plus "justifié".
43 ans 369
Le résultat de cette étude ne m'étonne pas du tout.

J'ai deux amis obèses ( 1 homme et 1 femme)et nous sommes tous les trois célibataires longe durée.
Je vois bien la différence de regard des hommes envers moi entre maintenant et 5 ans en arrière quand je portais du 38.
Aucun homme de mon entourage n'est attiré par les obèses. Ils aiment les filles minces ou pulpeuses mais les grosses non. Bon ils ne sont pas non plus attirés par les maigres il est vrai.
Il y a moins de mecs attirés par les filles obèses et il est donc logique que les femmes obèses aient plus de mal à trouver un partenaire.
Peut-être que si les femmes obèses ont plus facilement recours à des méthodes contraceptives peu efficaces que les femmes de poids normal c'est peut être qu'elles acceptent plus facilement des rapports mal protégés car elles ont plus de mal à trouver un partenaire. Genre "on le fait sans capote - tu veux pas, ciao ".

Les résultats de cette étude ne m'étonnent pas mais étaient courrus d'avance. Ceux qui ont lancé cette étude savaient où ils voulaient en venir. Sous couvert d'étude scientifique, stigmatiser encore une fois les gros qui avaient bien besoin de ça. Y a trop d'avortements, c'est la faut des gros, il faut supprimer les gros. En plus les gros s'accouplent entre eux, beurk c'est dégeulasse et comme ils se protègent pas ils vont faire des enfants groooos haaa au secouuuuurs !!!
Bon je caricature, je ne conteste pas les chiffres de cette étude ni les conclusions, c'est plutôt la méthode utilisée et les facteurs pris en compte : le problème de santé publique concerne les grossesses non désirées non ? Etait-il pertinent de sous-entendre que les grosses se tapent ce qu'elles trouvent ( selon eux ) ?
B I U