MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Besoin de parler de l'obésité et du tabou dans le couple

G
41 ans 1
Bonjour,

Je viens vers vous sans avoir pris vraiment connaissance du forum, mais plus égoïstement parce que j'ai besoin de parler et je pense qu'ici je pourrais être compris.

J'ai connu la  
femme qui allait devenir ma femme il y a 4 ans. Elle avait 24 ans, présentait un petit surpoids (90 kg pour 1m70) tout en s'habillant de façon très féminine, très bien arrangée. Je l'ai tout de suite aimé et nous avons très rapidement nourri de très beaux projets (mariage, enfants, une vie à deux). J'ai tout de suite appris que le poids était pour elle un sujet tabou. Elle venait de perdre 25 kg avant notre rencontre, suivie par une diététicienne, et commençait à se trouver bien dans son corps, à se plaire et à s'habiller comme elle voulait.

Je lui ai tout de suite dit que le poids n'était pas pour moi un problème, que je comprenais qu'il ait été la source d'une immense souffrance dans sa jeunesse et qu'il reste encore un énorme tabou, et c'est avec beaucoup de plaisir que sans faire attention, nous avons pris ensemble presque 20 kg en 2 ans (je suis moi-même par vraiment mince : 98kg 1m89 à notre rencontre, 116kg aujourd'hui).

Notre amour grandissant et se fortifiant avec le temps, je lui ai demandé sa main et nous nous sommes mariés il y a un an.

Je lui ai fait part de mon désir d'être père depuis le début de notre relation et elle disait vouloir un enfant également, mais qu'à cause de son poids et du chômage, elle préférait attendre de trouver un emploi et de perdre du poids. Elle a trouvé un job depuis 6 mois, mais son poids n'a pas bougé.

Hier soir nous nous sommes disputés à cause de mon envie d'être papa et de sa peur d'être enceinte et d'avoir un enfant étant grosse. J'avais déjà conscience de l'impact de son poids sur son état d'esprit, mais je n'accepte pas que son poids nous prive du bonheur d'être parents.
La discussion d'hier nous a permis de beaucoup parler, de mettre au grand jour ce tabou du poids et de mettre en évidence tous les évitements qu'elle accumule du fait de son obésité :

- dans la rue, elle se fera la plus discrète possible pour éviter les regards des gens, quitte à prendre un chemin moins fréquenté,
- elle ne marche jamais devant un groupe, toujours derrière pour ne pas qu'on ne lui "matte" ses formes,
- elle imagine sans cesse qu'on la juge par rapport à son poids
- elle ne veut pas faire les magasins de vêtements car elle ne trouve généralement pas à sa taille

tout un tas de petites choses mais certaines implications sont bien plus graves :

- elle refuse qu'une personne puisse se demander si elle est enceinte ou si elle a pris du poids (elle voudrait être une belle femme enceinte, avec les formes d'une femme enceinte)
- elle ne se voit pas aller à l'école chercher son enfant dans "son état de poids"
- elle n'a jamais consulté un gynécologue de peur de se montrer nu
- de manière générale, elle a une phobie de montrer son corps nu et la grossesse est incompatible avec ça (se montrer devant les médecins, les sages femmes, etc).

Son poids lui gâche les bons moments de la vie. Par exemple, lorsque je lui ai demandé sa main, elle s'est tout de suite bloquée en craignant les conséquences : grosse dans sa robe de mariée, grosse à l'église, etc. avant même de répondre "oui" à la question "veux-tu m'épouser".

On arrive à parler de tout ça entre nous, difficilement et souvent dans la douleur, mais elle m'en parle et je l'écoute. Seulement, je ne sais pas quoi faire pour l'aider à part lui donner au quotidien tout l'amour que j'ai pour elle, lui dire que son poids n'a pas d'importance pour moi.

Ce tabou du poids est terrible dans notre projet d'avoir un bébé... Je ne veux pas trop lui en parler pour ne pas lui mettre la pression, mais en même temps, je n'en peux plus d'attendre le moment où elle me dira qu'elle arrête la pillule. Elle a déjà souvent repoussé ce projet. Je ne veux pas qu'elle fasse un enfant pour moi mais pour nous.

Aujourd'hui, je ne sais pas quoi faire de plus. Je l'accompagnerais bien dans un n-iéme régime mais elle n'en peut plus des régimes qu'elle a fait déjà une bonne partie de sa vie. L'anneau gastrique, elle en parle mais elle craint l'intervention chirurgicale, le fait d'en parler à son entourage, etc. puis de mon côté, je n'ai pas le sentiment que son poids soit si important pour cela.

Voilà donc ce qui occupe mes pensées ces derniers temps, et je dois bien avouer que je reste démuni face à cette situation. Peut-être avez-vous déjà connu ces mêmes craintes ? Peut-être avez-vous des idées de solutions envisageables ?

Je vous remercie de m'avoir lu.

Alexandre.
49 ans 35 10308
Bonjour et bienvenue,
Tout d'abord tu es tout à fait sur le bon forum. Ce que tu racontes, il y a beaucoup de filles qui l'ont vécu, ou qui le vivent encore. Si tu fais un peu le tour des discussions tu devrais en trouver certaines qui peuvent te donner des témoignages et des pistes (en particulier dans la rubrique Rondeurs et image de s...des autres (J’assume-ou pas)) (d'ailleurs c'est peut-être là que ton message aurait été plus à sa place).

Peut-être d'ailleurs que tu pourrais suggérer à ta femme de venir sur VLR! ;)

Il y a plusieurs choses. D'abord, il est tout à fait possible d'être maman en surpoids, il y a des tas de mamans ici qui peuvent en témoigner. Mais je vois que dans le cas de ta femme, ça dépasse la simple crainte de ne pas tomber enceinte, en fait c'est même plutôt de la crainte de tomber enceinte... Ta femme a un vrai problème d'estime de soi et d'image de soi, elle pense qu'elle n'est jugée que par son apparence, que cette apparence est repoussante, et elle a une vision assez déformée du regard que les autres posent sur elle. Tu trouveras des tas de témoignages ici pour te dire que c'est un problème partagé, et que ça peut s'améliorer, avec un vrai travail sur soi, éventuellement en se faisant aider (par un psy je veux dire). Une aide psy pourrait également l'aider pour son problème de phobie de la nudité. Tu sais (et elle sait, je suis sûre) que pour une jeune femme qui a une vie sexuelle, la consultation régulière d'un gynéco est vraiment importante, pour sa santé, pour celle de ses futurs enfants. Est-ce que ça ne passe pas mieux si il s'agit d'un gynéco femme? Les médecins de toute façon ne sont pas là pour juger le corps de leur patient, d'aucune façon. Et je pense qu'ils ont l'habitude de ce genre de pudeur, ça peut être travaillé, on peut aménager les conditions d'examen (bon, même si c'est sûr qu'à un moment, il va falloir que le médecin examine!). Il y a des solutions à tout ça, et vous pouvez vous faire aider.

Par contre, surtout ne vous lancez pas dans un nouveau régime. Les régimes sont inefficaces à terme, dans l'immense majorité des cas tu vas reprendre ce que tu as perdu, avec un bonus. C'est mauvais pour le corps, et mauvais pour la tête. Je ne sais pas quelle est votre relation avec la nourriture; tu peux regarder les articles qui parlent de la rééducation alimentaire dans la partie correspondante du forum. Le principe est de se mettre à l'écoute de son corps, de sa faim et de sa satiété, pour manger quand le corps en a besoin et pas plus. C'est un moyen d'avoir une relation plus sereine avec la nourriture et avec soi-même. Parfois, il peut y avoir une perte de poids significative. Je ne sais pas si ça peut vous aider, peut-être en partie, mais l'important c'est surtout que ta femme perde ses phobies et sa mésestime de soi, ça peut passer par une aide psychologique.

Bon courage à toi et à elle.
B I U