MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Pour les filles qui s'assument, en combien de temps?

34 ans Parisienne exilée à Liège 1628
Alors on va être un peu plus optimiste ici, montrer que les filles qui s'assument (à peu près hein, ya toujours qu'on soit ronde ou mince, des jours avec et  
des jours sans ;)) ce n'est pas "magique", ni des filles qui vivent dans un monde de bisounours que youhouuuu c'est génial d'être ronde tout le monde m'aime et j'aime tout le monde ;)

Juste donner une idée de combien de temps ça vous a pris d'en être là, et où vous en êtes actuellement, quel a été le déclic?

Combien de temps: 5ans pour en arriver à "oh ça va je suis bien", si je rentrais dans du 44 ça serait génial pour acheter des fringues mais ça va j'ai enfin trouvé, grâce à VLR des super sites UK :D

Moi avant: très très mauvaise estime de soi, des années de rabaissement de la part de mes parents, de la famille en général et surtout grosse déception amoureuse qui m'a démolie avec belle dépression... Un mec violent, qui me traitait vraiment comme une moins que rien mais je m'y attachais car j'étais "aimée", quand je voulais le quitter j'avais toujours droit à "jamais personne d'autre que moi ne voudra de toi" :roll:
En gros je suis grosse, moche, idiote, nulle mais il est avec moi car Monsieur a grand cœur :lol:

Le déclic: ça devait être l'été après le bac, il y a 5ans, après encore une journée à me lamenter, me scarifier, pleurer, je ne sais pas pourquoi mais j'avais envie de changer, me rendre compte que pleurer et souffrir ne servait à rien.
Je me suis vue lamentable, vraiment une épave et je ne voulais plus ça, plus jamais, j'ai été choquée de me voir devant le miroir genre la fille de the ring avec les cheveux devant la tronche :lol:
Et puis c'était un drama de Hong Kong avec une fille à qui il arrivait un tas de merde, un peu dépressive qui disait "quand on est heureux, on fini par mourir, quand on est malheureux, on fini par mourir, alors c'est mieux d'être heureuse et mourir" ça a fait tilt.

Comment: Je me suis bougée sortir de ma dépression, me forcer à rencontrer des gens sur un forum, écrire un blog pour partager mes pensées, mettre des mots sur mon mal être, les autres m'ont aidée à relativiser.
Puis voir que je ne suis pas idiote, intéressante, et pas si horrible, on me trouve jolie, alors je prend un peu plus confiance en moi.
Beaucoup parler à des gens, de tout, de rien, être moi sans qu'on me rabaisse, sans penser que je suis nulle.
C'était whaou, un vrai soulagement pouvoir être moi sans penser qu'on pense du mal de moi ou qu'on est gentil parce qu'on est amis, puisque ce sont des inconnus qui s'intéressent à moi ;)

Maintenant: grâce à chéri qui m'aime comme je suis, qui était super triste de me voir fuir ou déprimer devant le miroir quand je passe nue pour me changer, je me suis vue différemment, moins dure avec moi, je ne suis plus un monstre, mais moi.
Parfois quand ça ne va pas, je me trouve encore laide que non c'est pas possible que ce soit moi :shock: alors ça me déprime sur le coup mais bon je peux déprimer autant que je veux je vais pas me transformer en une super bombe hein :lol:
Et auto suggestion, me regarder nue, me sourire et soulever mes seins dire "grrrr je suis bonne" :lol: c'est stupide mais ça m'aide à m'accepter. Ça a été dur au début, je fuyais, je déprimais mais à force je m'y habituais, et apprenais à aimer des petites choses.

J'adore mes cheveux, ma jolie peau, j'ai de trop petits seins à mon goût, de longues jambes (un peu épaisses mais longues :lol:), trop de ventre, j'aime ma bouche et mon sourire, j'aime mes petites fesses, moins mes hanches qui font bouée de sauvetage :lol: mais ça va, je suis bien, je ne suis plus "anti-moi" comme avant :D
Bon je ne peux pas répondre car je n'ai pas franchi ce cap mais je trouve ce sujet très interessant et j'ai hate de lire des réponses.
Par rapport à toi , 5 ans waouh c'est quand même assez long :lol:
34 ans Parisienne exilée à Liège 1628
Hé oui 5ans mais comparé aux 18ans à se détester ça vaut le coup :lol:
L'acceptation c'est un long lonnnnng chemin (et même pas pavé ou goudronné!) parfois ça prend 10ans de thérapie, je m'en sors pas si mal ;)
A
110 ans 6176
3 ans et demi !

inscrite en 2005, j'ai réussi vraiment à passer outre mes kilos en 2008 à partir de la mi octobre, quand j'ai appris que j'etais enceinte. Ce jour là, mon bonheur a été tellement fort que j'ai décidé que rien ne pourrait le gacher ( et certainement pas quelques kilos en trop, même s'ils sont par dizaines). Ce fut mon déclencheur.

Et ça c'est confirmé avec la naissance du boutchou.Si mon corps avec pu creer quelque chose d'aussi merveilleux que lui, il méritait d'etre respecté pour ce fantastique travail.Depuis, je n'ai pas maigri mais quel pied de ne plus me detester, de ne plus comparer aux autres ( et pourtant ici à hong kong , une grand majorité des femmes porte entre 34 et 40 de taille de vetements, voir même 32 pour certaines ), juste d'apprécier ma vie comme elle est, avec le physique que j'ai ( certes pas parfait mais, même miss univers est retouchée chirurgicalement,alors!!!)
C'est super en tout cas si tu es réellement arrivé à t'accepter. Penses-tu que c'est définitif ?
Autre question qui me turlupine si tu dis t'accepter est-ce que ça veut dire que tu n'as plus de complexe ? (piscine, plage, mini jupe,truc moulant)
R
36 ans 15384
Combien de temps: Oula,beaucoup de temps,je ne saurais dire exactement.

Moi avant:
Estime de moi a zéro,je me trouvais énorme et laide,je n'avais quasiment pas d'amis,dépressive grave après la mort brutale de mon père,une mère tout aussi déprimée,bref la totale. Je me scarifiais,me détestais.

Le déclic: Quand j'ai fini au service de réanimation de l'hopital Avicenne,après un arret cardiaque. J'ai été morte cliniquement pendant deux longues minutes qu'on a passé a tenté de me réanimer. A cause d'un régime : Dukan.
Là,j'ai décidé d'arreter les frais et de tenter d'accepter mes kilos avec une autre méthode,la RA. Les kilos ne valent pas la peine de mourir,jamais !

Comment: La RA m'a énormément aidé,puisque grace a elle j'ai retrouvé un rapport sain a la nourriture,après un séjour en HP. Ca a été long l'acceptation,car j'étais hyperphage après Dukan,et j'ai du etre hospitalisée quelques mois ... J'ai commencé par faire les boutiques,j'ai fini par trouver mon style,rock et girly a la fois,j'ai pris enfin des vetements a ma taille,j'ai arreté de me considérer comme monstrueuse. J'ai rencontré l'homme de mes reves en avril 2009 et a partir de là j'ai fini par accepter mon corps ...
Et sans compter sur la modification corporelle qui m'a aidée aussi.

Maintenant: Je me trouve enfin belle :oops: Je me maquille,me coiffe,prends soin de mon corps et mon visage,me regarde nue dans la glace sans pleurer,ose toucher mon corps sans dégout,me montre nue devant chéri sans souci .. J'ai bien avancé !
31 ans 59
ben moi on va dire que j'ai mi bien 15 ans à pouvoir commencer à me regarder sans me dire que je suis un monstre! c'est vlr qui m'a le plus aidé quand je lisais les posts avant de m'inscrire sur le forum alors merci les filles ^^ évidemment il y a des jours ou je me déteste et d'autre je me trouve jolie mais par rapport à avant j'ai fait un bon bout de chemin.
A
110 ans 6176
stellanoune a écrit:
C'est super en tout cas si tu es réellement arrivé à t'accepter. Penses-tu que c'est définitif ?
Autre question qui me turlupine si tu dis t'accepter est-ce que ça veut dire que tu n'as plus de complexe ? (piscine, plage, mini jupe,truc moulant)


j'etais à la piscine cet après midi encore, pas de souci. Pour la plage, idem, on va y retourner et je ne vais pas gacher mon plaisir de me baigner en mer de chine, à cause de mes kilos.

Pour les mini jupes,en revanche, j'en portais pas à 60 kilos ( et même avant), j'aimais déjà pas et j'aime toujours( question de pudeur,je pense) donc c'est non.

Maintenant, est-ce que je m'aime? non toujours pas plus que ça ( mais j'avais déjà le souci quand j'etais mince)...mais en tout cas, je n'accuse plus mes kilos de mon mal etre de certains matins. Je me dis juste que j'ai une sale tronche, qu'il faudrait que je dorme plus au lieu de trainer sur le pc comme ce soir :D...bref il se fait très tard ici ( ou très tot), faut que je décroche ;)
38 ans 5932
Quand j'ai débarqué sur le forum, en 2007, après ma dépression, j'avais déjà commencé le boulot. J'avais décidé de ne plus jamais sombrer, de ne plus jamais me laisser entrainer par les autres, par ce qu'ils pensent, par tout ce qu'ils sont capables de faire pour nuire. Le bilan est plutôt bon, je trouve.

VLR m'a beaucoup aidée pour m'assumer, pour me voir comme un être humain. Les blogs de rondes aussi, d'ailleurs, parce que j'y ai vu des femmes qui s'assumaient, qui étaient jolies, et je me suis dit "mais moi aussi je peux le faire !"

Et depuis 2007 je fais les pas petit à petit. Je m'assume, ça c'est bon, mais parfois, pendant quelques minutes, j'ai des relents du lavage de cerveau qu'on m'avait si bien fait. Dans ces moments-là, je commence par flipper légèrement, puis je me dis "si tu as pu faire d'autres choses alors qu'on t'avait conditionnée pour ne pas pouvoir, pourquoi ça serait différent pour ça ?", et je fais le pas quand même... et je constate souvent que j'aurais eu tort de ne pas le faire. Et à chaque fois je suis un peu plus fière de moi et j'ai un peu plus confiance en moi.
La piscine : c'est fait. Les robes au-dessus du genou : c'est fait. Les leggings courts (que je n'osais pas porter l'été dernier) : c'est fait. Prendre la parole devant des gens que je ne connais pas : c'est fait. Me faire entendre et respecter de ces gens : c'est fait. Les hauts sans manches : c'est fait. Les sous-vêtements affriolants pour mon homme (et surtout pour moi) : c'est fait. Me faire remarquer quelque part (magasin ou autre) pour la personne que je suis (souvent parce que je suis gaie) : c'est fait.
Il y a des tas de petites choses comme ça pour lesquelles je peux dire "c'est fait". Mais la plus importante à mes yeux c'est de pouvoir dire "c'est fait" à... VIVRE ! Et, ça... C'est fait !

Je ne suis certes pas au bout, c'est sûr, mais je suis solide sur ces bases-là. Je m'assume, j'assume mes qualités, mes défauts, aussi bien du point de vue de ma personnalité que de mon physique. Et je vis, je vis, je vis.
34 ans Parisienne exilée à Liège 1628
Ah oui encore une chose pour m'aider à m'assumer: les filles sur VLR et le blog de big beauty par lequel j'ai découvert VLR en fait.

J'ai découvert les fringues UK, voir que des rondes bien habillées et jolies c'est possible! Alors yes I can :lol:

Et surtout le mariage! Je me marie l'an prochain et ça a été le gros soulagement de voir des mariées rondes ET splendides! J'appréhendais à mort le mariage à cause de mon poids, qu'on allait penser que je suis une grosse mariée, que je devais maigrir sinon ça allait gâcher les photos jusqu'à la fin de mes jours :oops:
Mais non quand on affiche son bonheur c'est magique tout est plus beau ^^
55 ans le pays de Cocagne bien sur 4169
à 11 ans et demi j'ai grandi tres brutalement, plus de 10 cm en moins de trois mois, et je me suis pris la puberté dans les dents aussi, j'étais mince pour l'époque même si je rentrais dans un 44 mais passer de petite fille plus petite que la moyenne et quasiment maigre à un corps de femme adulte si brutalement a été assez difficile à vivre dans ma tête, je n'étais pas prete
en plus les seuls vetements que j'ai trouvé était porté par des femmes de quarante ans à l'époque
j'ai aussi commencé mes problemes de dos et mes visites assidues chez le kiné, sans compter l'arret brutal du sport du vélo et du piano en meme temps

et je m'aperçois qu'avec tout ça je ne me vois pas, ni belle ni laide, je m'habille pour moi avec le gout qui me plait je fais ce que je veux et souvent ce que je peux avec mon dos, j'ai du monter à 100 kilos je sais pas je ne suis pas montée sur la balance au bon moment pour le voir, j'ai perdu apres le déces de mon père il y a deux ans, je me motive pour recommencer le sport des mardi soir mais le décalage que j'ai ressenti à 12 ans quand je suis rentrée dans un magasin et qu'on m'a dit "bonjour madame" fait que je ne me suis plus préoccupé du regard des autres en fait, comme je me suis senti tres tot hors norme j'ia juste décidé de vivre et ça m'a bien aidé à mieux gérer mes problemes de dos aussi
35 ans Paris 56
J'ai pas trop le choix.

J'en ai toujours eu pas grand chose a foutre de mon apparence en fait. J'ai toujours été très bien proportionnée malgré mes rondeurs, je n'ai pas particulièrement de cellulite, j'ai la peau naturellement ferme. Tant de qualités innées qui m'aident pas mal.

J'ai eu une péiode hyper coquette toujours sappée coiffée trallalitrallalé

J'en ai eu marre.

Je me suis rendue compte que j'avais tjs réussis a me balader à poil devant les mecs. J'ai compris pourquoi avec mon chéri, je déteste m"habiller en réalité. Etre nue c'est pratique.
Alors a force de me voir nue, je m'accepte.

Même si des fois j'aimerais me faire pomper ma graisse hors de mon corps. Mais comme c'est impossible.
33 ans 343
Combien de temps: C'est loin d'être fini, mais je peux déjà dire qu'aujourd'hui ça va mieux, même si tout est relatif. C'est "moins pire" plutôt on va dire.
Moi avant: Je me détestais cordialement, me disais être la plus nulle, moche, stupide, etc. Je me punissais fréquemment et mon corps morflait particulièrement. Et surtout je ne voulais pas apprendre à m'aimer! Pour moi je ne le méritais pas et je pense je voulais continuer à pouvoir me morfondre avec tous ce que ça implique finalement comme "avantages".
Le déclic: Je ne sais pas comment c'est venu, je suis sortie de la dépression, je n'avais jamais été "si grosse", mais ça allait mieux, je me détestais moins.
Comment: Sûrement en partie à cause de mon chéri, qui a su mettre le holà à certaines choses, qui ne voulait plus que je fasse souffrir mon corps. Et puis au bout de tout ce temps je devait être un peu lassée, fatiguée, etc de lutter contre moi-même.
Maintenant: J'ai décidé de me "forcer" à vivre. C'est plus naturel maintenant, mais je suis encore obligée de me forcer pour aller travailler par exemple, alors que je sais que c'est bon pour moi et que ça m'évite de rester dans mon marasme. Je vais mieux, je suis plus heureuse que je ne l'ai été toutes ces dernières années et je ne pensais même plus que c'était possible.
Après rien n'est tout rose... J'ai toujours mes foutus tcas. Je n'arrive de nouveau pas à me stabiliser. Mon poids et mon corps sont une obsession constante qui m'empêchent encore de vivre à fond et qui me dépriment souvent. Certains fils du passé m'empêchent encore d'avancer, toujours peur de lâcher définitivement ma "béquille" tcas je crois, celle qui m'a aidée à un moment, mais ne fait aujourd'hui que m'handicaper davantage.
S
87 ans 4951
J'ai mis des années à m'assumer. Cela a été par étapes successives donc je ne peux donner de chiffres

Avant : très très mauvaise image de moi (malgré le fait que je sois dans un poids dit "normal". Je croyais que le bonheur était pour les autres et que je n'y arriverais jamais.

Déclic : 1er déclic, grande histoire d'amour (qui dure toujours), ensuite de devenir maman m'a aidé, comme triss le côté mon corps est pas si mal vu qu'il a réussi à fabriquer deux si belles personnes, autre déclic cette femme en fauteuil roulant dont j'avais croisé le regard et dont j'ai admiré la tranquille assurance, les derniers pas en avant c'est quand j'ai découvert ce site que j'ai d'abord parcouru en long et en large avant d'oser me lancer à poster.

comment : thérapie ou j'ai travaillé justement sur l'image de j'avais de moi (cela a duré longtemps)

Maintenant : j'ai décidé d'être heureuse pour les années qu'il me reste et de profiter à fond. Je forme un couple qui me rend heureuse, mes enfants sont super et je suis très fière d'eux, je suis fière de moi aussi, d'avoir réussi à casser les vilains schémas familiaux qui se répétaient sur chaque génération. Cela m'a donné aussi beaucoup plus de confiance en moi. J'ai une vie sociale riche avec des personnes intéressantes que j'aime fréquenter. J'ai quelques soucis de santé du style cholestérol et apnées du sommeil (mais en même temps dixit mon médecin, c'est pas sûr que cela soit lié à mon obésité, c'est juste aggravé) ce qui fait que certains jours j'ai des baisses de moral, puis mon optimisme refait surface. Je fais attention à la qualité de ma nourriture et ai rajouté des capsules d'huile de poisson et augmenté mon activité physique et youpie mon taux est baissé. Il est encore un peu haut, mais je suis sur le bon chemin et je n'ai pas maigri donc c'est possible de garder la santé quand même!
34 ans Parisienne exilée à Liège 1628
Merci beaucoup de vos témoignages les filles :kiss:
Je vois que ça n'a pas été facile (je m'en doutais bien hein :lol:) et que mêmes si nos problèmes en sont pas réglés à 100% c'est déjà super d'avoir du chemin :kiss:

Je remarque qu'avoir un enfant ou un chéri ça aide :D
Vos chéris, vous les avez rencontré en pleine passe de mauvaise estime de soi ou quand ça allait un peu mieux?

Le mien bizarrement c'est 6mois après que j'ai commencé à vouloir m'en sortir, je ne sais pas si c'est grâce à une petite meilleure estime de moi, ou juste parce que j'ai ouvert les yeux et ne pas me montrer nulle :lol:
B I U