MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Les régimes sont fourbes.

42 ans 1114
Bonjour à tous.
Oui, les régimes sont fourbes, et encore bien plus que ça.
Pourquoi, me direz-vous, est-ce que j'éprouve le besoin d'crire sur ce sujet tant de fois rebattu?
N'a-t-on pas  
déjà prouvé par A+B que les régimes sont nocifs? Qu'ils ne servent à rien sinon à nous rendre dingues?
Si j'éprouve le besoin d'en parler à nouveau, c'est parce qu'il y a peu j'ai failli rebasculer.
Je suis en RA depuis 1an et demi à peu près.
J'ai commencé par ressentir l'euphorie des débuts, quand on découvre qu'on a le droit de manger tout ce qu'on veut. Puis j'ai traversé la 2nde phase, j'ai eu envie de me remettre au régime.
J'ai vite arrêté, je me suis rappelée que ça servait à rien, j'ai constaté que je me rendais malheureuse et que les TCA revenaient en force.
Après il y a eu la vitesse de croisère: je mangeais ce que je voulais, vraiment, et ça roulait.
Parfois, quand je voyais que je perdais pas de poids, j'arrivais à me raisonner et je me souvenais que la RA n'était pas destinée à me faire maigrir.
Parfois, hélas, je n'arrivais pas à me raisonner et je me remettais au régime (un croisement entre Dunkan et le contrôle des calories, puisque pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué).
Mais dans tous les cas, épisodes de régimes ou pas, je revenais, après une période plus ou moins longue, aux basics: les régimes c'est tabou, on en viendra tous à bout.
Jusqu'à ce que ça aille. Vraiment vraiment bien. Plus de frustration, plus de privation, plus d'envies de maigrir, plus d'arrières pensées, plus de régimes ni d'idées de régime.
J'en étais arrivée au moment où j'avais balancé mes vieilles fringues fétiches, celles dans lesquelles j'espérais rentrer quand j'aurais reperdu le poids pris. Car je ne souhaitais plus maigrir. je m'acceptais.Le top du top.
Je ne connaissais pas ma chance.
Car alors, l'Impensable s'est produit: j'ai commencé à maigrir...
Et là, c'est reparti en vrille.
Je pensais que c'était terminé, et sans même m'en rendre compte je me suis remise à compter les calories, à me surveiller, à vouloir contrôler mon alimentation dans le but de maigrir.
Le simple fait de maigrir m'a complètement destabilisée, et comme je ne savais plus comment réagir je suis retombée dans les vieux schémas.
Actuellement, je suis entrain de prendre conscience de mon immense potentiel de co**erie profonde, et je pense que ça va aller. Je sens que je vais réussir à à me remettre sur les bons rails.
Mais j'avais besoin d'écrire ce post.
Parce que les régimes sont fourbes, et qu'on ne le répètera jamais assez!
Merci et désolée pour le roman.
Biz à tous!
33 ans Parisienne exilée à Liège 1628
Totalement d'accord que les régimes sont fourbes :evil:
Je fais une RA et quand je perds sans m'en rendre compte en mangeant ce qui me fait envie, je suis toute contente puis le drame du +1kg sur la balance et ça m'affole... je recommence à me dire non faut pas manger ça c'est trop de calories pour pas grand chose puis finalement plus tard je craque sur une bonne grosse bouffe bien grasse :oops: alors que si j'avais bien suivi mon envie j'aurais manger ce qui me faisait envie au bon moment et ça ne serait pas revenu en pire après :roll:
46 ans 483
Très intéressant témoignage Zolaa, très authentique. Voilà si longtemps que nous culpabilisons qu'au final, le plus dur devient de se débarrasser de la culpabilité.

Les phases de doutes en RA, moi aussi, je connais. Pour me raisonner, j'essaie de me souvenir de ce qu'était ma vie "avant", de mesurer combien elle a changé depuis. Mais au fond, tout au fond, je sais bien que lorsque je mange à satiété et que je suis vite calé, je compte machinalement les calories. Et qu'ensuite, je me dis : "ah bien voilà un repas léger". "Léger", j'en suis venir à haïr le mot lui-même.

Et puis parfois, j'arrive à me secouer, à me souvenir qu'il ne faut pas s'en vouloir d'être tenté par le coté obscur de la force et de loucher sur les régimes hypos. Mais là, rien qu'en pensant qu'il ne faut pas, je me mets à culpabiliser de culpabiliser, un comble !

La haine profonde que j'ai pour moi-même est effrayante.
42 ans 1114
P**tain, c'est exactement ça!
Merci à vous deux d'avoir mis le doigt sur un ressenti que je n'arrivais pas à identifier...
La culpabilité...
Vaste sujet.
Avant, j'ignore si c'est la même chose pour tout le monde mais je dois pas être la seule, je culpabilisais quand je mangeais trop, quand je mangeais mal, voire quand je mangeais tout court.
Maintenant, il m'arrive toujours de culpabiliser quand je mange trop, mais en plus je culpabilise quand j'essaye de me surveiller.
Ce qui fait qu'au final, je culpabilise H24. :roll:
Et lorsque je parviens à me sortir de ce tas de conneries, à me détacher de tout ça, et ben là PAF, v'la-t-y pas que je culpabilise encore.
Mais de quoi???? Bonne question, et là j'en arrive à penser que j'ai besoin de culpabiliser, que la bouffe n'est finalement qu'un moyen de pouvoir me livrer à cette culpabilité.
La culpabilité doit être une sorte de mode de fonctionnement... =D>
Je crois que tant que je serai dans ce type de schéma, toute tentative de mieux-être ne pourra qu'être désespérée...
Oulala...
Et pour répondre à Fox-Trot, la haine de soi, je crois bien que je connais... :oops:
J'ai essayé d'analyser ce truc de haine de soi, et je crois qu'au fond c'est un problème de manque de recul. Une manière de dramatiser les choses. Une histoire de tête dans le guidon, je ne sais pas si je me fais bien comprendre.
Un peu comme si c'était tout ou rien: si je ne suis pas parfaite, je suis forcément une merde.
Ce qui est totalement inepte, pas vrai? En raisonnant comme ça on oublie un peu vite qu'on possède aussi des qualités... ](*,)
Mais bon, je dis ça, je dis rien, parce que moi-même, je suis pas loin de me haïr un peu trop souvent.
Merci pour vos réponse,
Biz!
37 ans Rhône 33
culpabiliser parce qu'on a fait ça toute notre vie et pas que dans la bouffe, mais que le seul endroit où l'on arrive à le remarquer c'est exactement là où elle se montre le plus... dans les kilos ! Serait-ce un signal pour se remettre en question ? Non pas vis à vis de la nourriture, mais de la vie en général ?
Culpabilité / Manque de confiance en soi ... lié ?
la culpabilité liée au jugement que l'on porte sur soi est le même que celui que l'on a vis à vis des autres,
peur de mal faire parce qu'à chaque fois que j'ai fait quelque chose aux yeux de certain(e)s c'était jamais bien... ^^ Peur de ne pas être à la hauteur de ne pas être acceptée comme je suis parce que moi même je n'aime pas ce que je suis...
en vous lisant vous et d'autre sur le forum je pense que vraiment les kilos ne sont pas dans nos assiettes mais vraiment dans nos têtes. Et de nos pensées découlent ce qu'on va vouloir manger quand vient le moment de faire un choix. Oui mais ce choix, on le fera bon pour nous ou on se punira de ne pas "être à la hauteur".....
C'est peut être pour cela aussi que certaines sont minces malgré le fait qu'elle mange 10 fois plus que nous et de tout en plus !!!
42 ans 1114
Je trouve que ce que tu dis est très juste... :)
37 ans Rhône 33
J vous ai en quelques mots confié ma vie... et j'arrive à me lire en chacune d'entre vous, quels sont donc nos points commun hors ces kilos et ces régimes qui nous bouffent ?
52 ans Région nîmoise 1567
Citation:
Jusqu'à ce que ça aille. Vraiment vraiment bien. Plus de frustration, plus de privation, plus d'envies de maigrir, plus d'arrières pensées, plus de régimes ni d'idées de régime.
J'en étais arrivée au moment où j'avais balancé mes vieilles fringues fétiches, celles dans lesquelles j'espérais rentrer quand j'aurais reperdu le poids pris. Car je ne souhaitais plus maigrir. je m'acceptais.Le top du top.
Je ne connaissais pas ma chance.
Car alors, l'Impensable s'est produit: j'ai commencé à maigrir...


C'est ce que j'expérimente depuis quelques mois. Et pour ne pas "craquer", je m'interdis de me peser. Je garde mes pantalons trop grands, j'en recouds d'autres mais je ne sais pas combien je pèse. Et je ne me suis jamais sentie aussi bien dans mon corps. Que j'aime pour la première fois de ma vie. Nous vivons dans une société qui manifeste une réelle obsession des mesures : évaluations, normes, on croule là-dessous. Or un chiffre ne résume JAMAIS une personne, loin de là. A nous de faire l'effort (et c'est difficile je le sais par expérience) de ne pas suivre ce travers que l'on voudrait nous imposer.
42 ans 1114
Nos points communs?
Je dirais, sans certitude bien sur: hypersensibilité, culpabilité facile, emotivité :oops: , remise en question pour tout et pour rien...
Je pense qu'on manque de recul et que du coup tout est grave, ce qui nous pousse à trouver un éxutoire, comme, par exemple, je sais pas...la bouffe!
Et pour te répondre Sandydidou, je SAIS que tu as raison, mais je N'ARRIVE PAS à me le mettre dans la tête. ](*,)
J'en reviens toujours aux bons vieux moules, même si je SAIS PARFAITEMENT que c'est ridicule.
Mais je progresse, je passe de plus en plus de temps à être bien dans ma peau sans me prendre la tête... :bday:
45 ans 1896
Je rebondis sur ce sujet, car oui! les régimes sont fourbes :evil: J'en fais l'expérience ces temps-ci.

J'ai commencé un nouveau travail au début du mois, et en plus j'ai été un peu malade pendant 10 jours, du coup j'ai mangé moins que d'habitude. Ce qui devait arriver arriva: j'ai maigri!Ce matin je me suis pesée, mais voyez-vous, cette semaine j'ai mangé presque normalement. Donc j'ai repris un peu. Dans un petit coin de ma tête, je suis déçue. J'ai beau me dire qu'il ne faut pas focaliser sur le poids, il y a une petite voix qui me dit "mais quel dommage!" :fouet:
46 ans 483
Maiadi a écrit:
Je rebondis sur ce sujet, car oui! les régimes sont fourbes :evil: J'en fais l'expérience ces temps-ci.

J'ai commencé un nouveau travail au début du mois, et en plus j'ai été un peu malade pendant 10 jours, du coup j'ai mangé moins que d'habitude. Ce qui devait arriver arriva: j'ai maigri!Ce matin je me suis pesée, mais voyez-vous, cette semaine j'ai mangé presque normalement. Donc j'ai repris un peu. Dans un petit coin de ma tête, je suis déçue. J'ai beau me dire qu'il ne faut pas focaliser sur le poids, il y a une petite voix qui me dit "mais quel dommage!" :fouet:


Courage Maiadi, des rechutes, on peut tous en avoir. En ce moment, moi, c'est la cata mais alors vraiment, j'aimerais avoir seulement fait ce que tu as fait. J'essaie de ne pas culpabiliser et de m'accrocher aux bases (manger lentement et quand j'ai faim) en attendant que l'orage passe.
42 ans 1114
GRRR...c'est tout à fait ça...La petite voix qui te fais "Mais quel dommage!"
Qu'elle aille se faire voir, cette petite voix à la con!
On sait tous qu'elle vient des profondeurs de notre mal-être, de tout ce qui a fait que nous doutons perpétuellement de nous-même.
On sait qu'il ne faut surtout pas l'écouter.
Et pourtant on l'écoute...Sommes-nous maso ou juste idiots?
41 ans 41
Ni l'un, ni l'autre j'espère :D parce que moi aussi j'entends cette petite voix...... elle m'agace...... :?
37 ans Rhône 33
moi j'aurai dit idiots et maso les 2 à la fois ;)
3923
D'un autre coté, ça montre que de se bouger un peu n'est pas une mauvaise chose: J'ai bossé pendant 3 mois de juin à septembre, et tout en mangeant une boite de glaçons ou de cornets par jour, j'ai perdu 5 kg...

Les "Magnums" font maigrir ?...:lol:


Bon, d'accord, on arrive en hiver et il faut que je décroche des glaces...
B I U