MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

mon histoire d'obese maigre

44 ans Courbevoie 5
bonjour,

Inscrite sur vlr depuis un bon moment, je prends aujourd'hui le temps d'ecrire et de vous raconter mon parcours.

J'ai 34 ans, et je suis ce que l'on appelle une obèse  
maigre, je m'explique :

Etant jeune, j'ai toujours eu de gros problème de poids, pour chiffrer : a 17 ans je pesais 85kg pour 1m62

J'ai beaucoup souffert durant mon enfance des remarques, des moqueries, je garde un souvenir épouvantable de mes années collège ou j'ai été victime des pires sarcasmes. Les cours de sport étaient un véritable supplice d'humiliation et la visite médicale annuelle .....mouais alors là c'est indescriptible....


A 17 ans quand j'ai vu ce chiffre de 85 kg sur la balance, j'ai décidé de perdre du poids. Je suis descendue a 65 kg en 3 mois, et j'ai maintenu ce poids pendant environ 6 mois.
Ensuite ma gourmandise a commencer a pointer le bout du nez, j'ai commencer a remanger comme les autres, sauf que la peur de regrossir était omniprésente. Et ce qui devait arriver arriva : j'ai connu la boulimie (avec vomissement) avec des période d'anorexie.


Je suis descendue a 55 kg, poids qui sera resté a peu prés stable jusqu'a ce jour.

Le problème c'est que ce poids, ce n'est pas le mien, je me sens prisonniere dans un corps qui ne me ressemble pas. Il m'a fallu des années avant d'acheter des vetements qui m'allaient. Passer d'un 48 a un 36, c'est pas facile. J'ai acheter du 48 pendant 2 ans....

Dans mon entourage, personne n'arrive a me comprendre. C'est du style "mais pourquoi tu n'es pas bien dans ta peau, tu étais obèse , tu as perdu 30 kg, tu es super maintenant, arrete de te prendre la tete"

Sauf que moi, je me sentais mieux dans ma peau avant. Je m'en fichait du poids et de la silhouette, de la mode et de tout le reste. Ce sont les autres qui m'ont jeté a la figure l'image que je transmettais.


Plutot que d'etre tout le temps en mode "privation" pour maintenir un poids que je deteste, je préférais avant, quand avec ma soeur on mangeait des pots de glace au chocolat devant une série tv.

Je préférais quand on allait manger au burger king (et oui je vous parle de ça y'a 17 ans) et qu'on prenait le plus maxi des burgers plutot que d'aller aujourd'hui manger une pauvre salade misérable chez macdo , par peur de regrossir et decevoir tout le monde.

alors là, je vous ecrit mon état d'esprit , mais je ne sais pas si je le message que j'ecris est tres clair.

Pour conclure, je voudrais juste dire que je suis qualifiée d'obese maigre, car dans ma tete je suis grosse, mais mon corps est mince.
Je n'aime pas ce corps, par contre j'aime manger
je deteste entendre quelqu'un porter un jugement ou dire du mal d'un gros.
J'envie ceux et celles qui s'assument comme ils sont et qui vivent bien leurs kg.
Et quand je vois comment on prends la tete aux femmes pour qu'elles soit mince et belle (comme si grosse et belle était incompatible

:x ) j'ai envie de hurler et de dire : laissons les gens vivre comme ils le veulent et arretons cette guerre du poids ;)

obèse-maigre : ce terme je l'ai decouvert dans un ouvrage sur les TCA de Hilde Bruch (les yeux et le ventre), et j'ai trouvé que c'était ce qui me qualifiait le mieux.
757
je me reconnais dans tes paroles, à une moindre mesure..

J'ai connu la même histoire; sur poids (depuis toujours), moqueries, humiliations en sport (sauf en rugby, ou la je cartonnais).. et, a 17 ans, je suis rentré dans l'engrenage boulimie vomitive-anorexie.. Et amaigrissement, passant d'un 42 a un 38 pour 1.53m (et oui, sur ma petite taille, 42, ca faisait surpoids et ca suffisait pour etre rejeté..)

Actuellement, je suis toujours pris dans l'engrenage, surtout parce que mon estomac est tellement rétréci que je ne supporte rien..malgré tout, je me sens bien dans ma peau grâce a l'amour que me porte mon petit ami, et à l'acceptation de mon corps que j'effectue...grâce au sport que je pratique aussi

Malgré tout, je me vois encore des fois comme avec mon 42 d'autrefois..malgré mon ventre presque plat, je le vois flasque, malgré les bienfaits du sport, je me vois encore toute ronde...
44 ans 1805
babydols,

J'ai lu ton récit et me suis dit: "t'ain moi je suis une maigre-obèse alors! ". Parce que j'étais mince jusqu'à l'âge de 17 ans et je suis arrivée à 130 kilos aujourd'hui (enfin à peu près :? ). J'ai développé des TCA tout comme toi en faisant le chemin inverse (de maigre pour aller à obèse): j'ai fait de l'anorexie, de la boulimie vomitive et de l'hyperphagie.
Tout ça pour te dire que si on a fait notre parcours de vie dans un sens différent (toi tu étais obèse puis est devenue maigre) et bé c'est p'têtre qu'il y a une clé en commun...

Tu dis que tu préférais être comme avant avec tes kilos d'autant. Tu te vois grosse, c'est ça, si j'ai bien compris? Et pourtant tu vois je pèse 130 kilos et me vois comme avant à 50 kilos (si, si c'est possible je vous assure).
Et si le blème il venait d'autre chose que les kilos, hein? (comme ça à tout hasard ;)

A quoi te renvoie le fait que tu sois mince-maigre aujourd'hui? Qu'est-ce que qui fait que tu te sentes pas à l'aise dans ton corps de mince?
44 ans 1805
babydols a écrit:


Je n'aime pas ce corps,


et là j'ai envie d'y ajouter, j'étais mince d'abord et pourtant je n'aimais pas ce corps non plus...(ce corps qui m'échappais, le regard de ma mère poser sur ce corps - comme si le corps d'une jeune femme mince la dérangeait - comme si ce corps allait pouvoir vivre et être heureux, le regard des hommes aussi (et pourtant un regard pas agressif), mon regard sur ce corps bien vide...Aujourd'hui je suis obèse et j'ai toujours ces mêmes regards qui sont là...

à la différence que j'ai enfin compris que le problème de mon corps n'était pas les regards....

peut-être à creuser par là ;) ;)
42 ans 1114
Salut,
je l'ai lu 2 fois, le bouquin dont tu parles. Il m'a pas mal aidée à y voir un peu plus clair.
Je comprends un peu ce que tu ressens: j'ai perdu pas mal de poids à 20 ans et au début ça allait. Puis la frustration a pris le dessus et là c'est parti en vrille: d'abord anorexie à 21 ans, puis boulimie vomitive de 22 à 30 ans.
Je n'imaginais pas faire autrement, parce que je ne voulais surtout pas regrossir: je ne voulais pas décevoir les autres.
Tout au long de ces 10 ans, j'ai bien sûr évolué et au fur et à mesure j'ai commencé à me souvenir de la période "Avant" : comment c'était COOL quand je mangeais des Big Mac sans arrière pensée, comment c'était LE TOP quand je descendais un paquet de Prince sans me prendre la tête...
C'est à partir de là je crois que j'ai commencé à me demander POURQUOI j'avais commencé à maigrir.
Et la réponse est venue: pour les autres. Pour plaire aux autres.
Donc, et c'est là que je veux en venir depuis le début, j'ai fait un travail sur moi-même pour arriver à me débarasser de l'impact que l'opinion des autres avait sur moi.
A partir de là j'ai commencé à aller mieux (c'est à cette période que j'ai découvert VLR, d'ailleurs, parce que je m'intéressais aux témoignages de personnes en surpoids et qui s'assument. VLR m'a beaucoup aidée.)
Tout ça pour dire que dans mon cas, et j'ai l'impression que ça peut t'aider, ce n'est qu'en m'affranchissant de l'opinion des autres que j'ai pu commencer à me sentir à nouveau sereine.
Tout n'est pas réglé, bien sur, c'est encore trop récent, mais je sais que je tiens le bon bout.
J'ai regrossi, mais j'ai appris à aimer mon corps et à le chouchouter.
Franchement, je me sens mieux dans ma peau maintenant, et tant pis pour ceux qui regrettent ma silhouette de sylphide, parce que c'est une opinion qui n'engage qu'eux-même. Ca les regarde, c'est leur vie, leur système de valeur, leur vision des choses.
Je ne vois pas (plus) pourquoi je m'obstinerais à correspondre à leurs critères de bien-être, puisque maintenant j'ai mes propres critères!
Bon courage à toi, biz.
44 ans Courbevoie 5
mon problème vient bien en grande partie de ce que peuvent penser les autres.

En fait, dans mon entourage, tout le monde sait comment j'étais avant, tout le monde connait mon parcours et ma lutte contre les kg. Du coup, je suis celle qui est "toujours au regime", celle qui fait attention a sa ligne, tout le monde épie mon assiette alors que moi , souvent je n'ai qu'une envie : manger comme tout le monde sans etre jugée !

exemple ce midi, dejeuner familial chez mes beaux parents et belle maman, adorable , elle me prépare mon repas a part : une belle assiette de cruditées, et pour eux, poulet-frite

et moi, JE REVE DE MANGER DU POULET- FRITES !!! sauf que c'est pas possible parce que tout le monde pense que je fais tout pour rester mince, et que a la limite, ça serait inadmissible que je regrossisse.

au boulot, c'est pareil, je travaille avec des filles qui me scrutent tout le temps, pour voir si des fois, je reprendrais pas quelques kg.....

alors j'ai beau me dire que je dois faire abstraction de ce que pensent les autres, j'y arrive pas.

et pour répondre a musealagrenadine, ce que je n'aime pas dans mon corps de mince, c'est que ce n'est pas le mien. Je ne suis pas mince naturellement. Je peux pas manger ce que je veux, je suis toujours en privation pour rester comme ça, je peux pas me "lacher" ou alors c'est lors d'une crise de boulimie.

Et j'aimerais tellement etre ronde et bien dans ma peau, pouvoir manger comme mon mari et mon fils, faire des patisseries que je pourrais manger, aller au resto et choisir autre chose qu'une salade.

Car meme quand je vais au resto et que je commande une pizza, je sais que les gens avec qui je mange se disent que je finirais pas mon assiette car je suis sensée avoir un appetit d'oiseau....alors que non, en vrai je finirais volontier ma pizza moi !!!! et je mangerais meme volontier le tiramisu qui va avec :roll:
34 ans Seine Saint Denis 278
Alors juste un conseil mange pour toi et pas pour les autres. Je vois pas pourquoi tu te priverais alors que les autres mangent ce qui leur font envie devant toi.. ;)
39 ans Dans mon Antre (45) 787
je me reconnais ds ton récit
Je suis une ex-obèse, suite à un souci de santé, j'ai perdu (beaucoup) de poids
mais aujourd'hui, je ne suis pas sure de réellement savoir ce que représente mon corps et ses 70 kilos, par moment, je me sens "grosse", à d'autres plutot bien. Ces 2 versants influants aussi sur mon moral
car comme je dis souvent, on ne maigrit pas aussi vite ds la tete que sur la balance
Cependant j'ai tj refuser le coté privation, frustration! Je suis une gourmande et qui a plaisir à manger
et il est hors de questions ( y compris durant le suivi avec la nutri!) de me priver de ce plaisir (et elle l'avait bien saisi !Je l'en remercie vraiment, elle, sa vision d'une perte de poids et son rééquilibrage alimentaire où toute frustration était exclue)...

Mais peu de gens comprennent réellement le mécanisme psychique qui nous habite car beaucoup ont des préjugés, se basant sur l'apparence, .... Or le + compliqué est la partie non visible de l'iceberg, c'est bien connu lol

Alors, suis-je normale, grosse etc?? Je préfère veiller à me sentir bien ds ma peau ,ds ma vie, avec ses hauts et ses bas, pr soi avant tout, ......
52 ans Région nîmoise 1567
Alors personnellement, je pense qu'il est temps de rendre ton entourage conscient de la VIOLENCE qu'il t'impose. Quel que soit l'amour que te portent tes proches, ils ne peuvent continuer à t'encourager de ne pas te nourrir selon tes besoins. Ont-ils conscience que tu as passé la moitié de ta vie à t'affamer ? Et peuvent-ils véritablement tolérer cela jste pour que tu aies une APPARENCE qui leur convient.
Parfois, une bonne confrontation avec la réalité vaut mieux que de longs discours : à ta place, je demanderais gentiment à tout le monde de laisser le poulet/frites et de manger comme toi ; si cela leur pose un problème, je rajouterais qu'ils ne sont pas sérieux, vu qu'ils n'arrivent pas à tenir UN repas alors que toi tu fais ça depuis (17X365jours). Ils risquent d'être surpris...
40 ans Oise ( 60 ) 264
J'ai vraiment de la peine pour toi et aussi un peu d'admiration... Quel courage il faut avoir pour se frustrer de la sorte pendant si longtemps, si courage n'est pas le mot exact peut-être aplomb est adéquat , je ne sais pas... Mais vraiment tu sembles si fatiguée , lasse de lutter pour ne pas être toi-même... Ta vie n'est pas simple... Je comprend que tu ne veuille pas décevoir, perdre ce que tu as acquis mais j'ai peur que tu ne te perdes toi... Tant de pression au quotidien... Essaye ( c'est vite dit je sais ) de prendre du recul par rapport à l'image pour te concentrer sur ce qui est plus essentiel et tente d'expliquer à ton entourage ce que tu vis, il n'en ont sûrement pas idée... Pour eux c'est normal de faire ce qu'il faut pour rester mince mais peut-être que s'ils connaissaient le malaise qui t'habite ils réfléchiraient autrement... Ce que je veux dire c'est que parfois on attend des autres qu'ils comprennent d'eux-même, souvent il est bon de mettre des mots...
42 ans 1114
Oui, je suis d'accord avec les autres.
Je pense qu'il est important que tu t'exprimes, que tu expliques à tes proches que tu ne te sens pas bien et que tu souhaites changer tes habitudes alimentaires, quitte à reprendre du poids.
Sans te justifier, tu peux tout simplement dire que tu n'es plus aussi sûre que ta silhouette mérite que tu te pourrisses la vie.
Je suis certaine qu'ils comprendront.
Quant aux autres (ton entourage professionnel, ceux que tu connais mais qui ne font partie de tes proches), essaye de comprendre une chose capitale: tu ne leur dois srtictement RIEN (à tes proches non plus d'ailleurs, mais c'est différent).
Si les autres attendent de te voir grossir ou scrutent ton assiette, c'est parce qu'ils n'ont rien d'autre à faire.
Il ne faut pas attacher la moindre importance à ce qu'ils pensent. Sinon, c'est ce que tu penses TOI qui vas disparaître. Je sais que c'est très dificile, mais malheureusement je crois bien que c'est la seule solution.
Dans cette histoire, la priorité c'est toi.
Et surtout, n'aie pas peur de regrossir.
Je t'assure qu'on peut être ronde et très séduisante. 8)
53 ans Out of Africa... 4355
D'accord avec Sandydou.

A te lire, j'ai l'impression que ce sont les autres qui se sont appropriés ton corps et décident, à ta place, de comment tu dois manger, et quel poids tu dois faire.
Quelle pression énorme !

Ne leur laisse plus ce pouvoir !
A toi de décider de ce que tu veux manger (namédéfois hein :D quel sadisme en plus de bouffer du poulet/frites et te donner une salade de crudité :evil: !)

C'est ton corps, et ton corps c'est toi, il t'appartient.
B I U


Discussions liées