MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Réflexion sur la condition de père

44 ans Yvelines 512
Katcal a écrit:
misk a écrit:
83% des enfants ont leurs deux parents ensemble.

Ben là je suis surpris.
Je dois vraiment vivre dans une niche avec des gens qui  
se quittent plus facilement.


Quand on creve d'envie d'avoir un enfant, on voit des femmes enceintes partout. Quand on se sent mal dans son corps, on ne voit que des canons épanouïes dans la rue, sur la plage. Quand on vient de s'acheter une voiture, on finit par remarquer qu'il y en a plein d'autres comme la notre...

Ce que l'on voit du monde dépend beaucoup de ce qu'on s'attend à y voir ;)



Ouaip, ça doit être la même chose pour moi, mais en sens inverse : je ne connais pas de parents divorcés :oops: Juste de lointaines connaissances....

Eve, le site que tu as donné est trés complet ! On y apprend plein de chose, et certains chiffres donnent à réfléchir, comme celui-là :
Résidence chez le père selon l'âge :
4,7 % des enfants de moins de 5 ans
20 % des enfants de plus de 15 ans

Est-ce que ça veut dire que quand on grandit, on se rend compte que ce n'est pas toujours le père qui a des défauts ?
Ca n'a peut-être rien à voir, mais ma mère a toujours dénigré mon père, du coup quand j'étais petite et surtout ado, je ne l'aimais pas beaucoup :cry:
Etant adulte aujourd'hui, je me rend compte que celle qui a vraiment un pb c'est ma mère :P Du coup je suis + proche de mon père que de ma mère (même si ils ne sont pas divorcés ;) )
D'ailleurs, on voit aussi que la mère demande l'autorité parentale exclusive dans 86 % des cas, c'est énorme ! Mais ce n'est accordé que dans 40 % des cas....
L
40 ans 3913
del1232 a écrit:
Katcal a écrit:
misk a écrit:
83% des enfants ont leurs deux parents ensemble.

Ben là je suis surpris.
Je dois vraiment vivre dans une niche avec des gens qui se quittent plus facilement.


Quand on creve d'envie d'avoir un enfant, on voit des femmes enceintes partout. Quand on se sent mal dans son corps, on ne voit que des canons épanouïes dans la rue, sur la plage. Quand on vient de s'acheter une voiture, on finit par remarquer qu'il y en a plein d'autres comme la notre...

Ce que l'on voit du monde dépend beaucoup de ce qu'on s'attend à y voir ;)



Ouaip, ça doit être la même chose pour moi, mais en sens inverse : je ne connais pas de parents divorcés :oops: Juste de lointaines connaissances....

Eve, le site que tu as donné est trés complet ! On y apprend plein de chose, et certains chiffres donnent à réfléchir, comme celui-là :
Résidence chez le père selon l'âge :
4,7 % des enfants de moins de 5 ans
20 % des enfants de plus de 15 ans

Est-ce que ça veut dire que quand on grandit, on se rend compte que ce n'est pas toujours le père qui a des défauts ?
Ca n'a peut-être rien à voir, mais ma mère a toujours dénigré mon père, du coup quand j'étais petite et surtout ado, je ne l'aimais pas beaucoup :cry:
Etant adulte aujourd'hui, je me rend compte que celle qui a vraiment un pb c'est ma mère :P Du coup je suis + proche de mon père que de ma mère (même si ils ne sont pas divorcés ;) )
D'ailleurs, on voit aussi que la mère demande l'autorité parentale exclusive dans 86 % des cas, c'est énorme ! Mais ce n'est accordé que dans 40 % des cas....


Personnellement j'ai vécu ce changement de résidence à l'age de 16 ans et demi. L'année de ma deuxième seconde, en passant les vacances de la Toussaint chez papa j'ai décidé de demander au JAF de modifier mon lieu de résidence à compté de la rentré suivante soit 1998.
Maman a été très triste de ma décision car elle ne comprenait aps pourquoi. Je lui ai expliqué que mes parents étant séparés puis divorcés depuis mes 18 mois je ne connaissais pas vraiment mon père.
Mon père s'est toujours énormément occupé de moi. Tous les 15 jours et un mercredi sur deux et quand il a été au chomage il venait me chercher à l'école et me faisait faire mes devoirs tous les jours... Quadn j'avais besoin de quoi que ce soit il a toujours été là.... Mais je ne connaissais pas l'homme et à presque 17 ans c'était ce qui m'intéressait.
J'ai vécu deux ans avec papa et Phil ca a été deux belles années même si nous avons vécu beaucoup de déception par rapport au désir d'adoption de mes papas.

Pendant ces deux années maman a réappris a être plus femme que mère et elle a rencontré son compagnon d'aujourd'hui. Ces deux années ont été pour tous des années de transition.
J'ai appris à connaître vraiment mon père et son ami et aujourd'hui je n'imaginerai pas ce qu'aurait été ma vie si mon père nhe s'était occupé de moi pendant mon enfance.
Maman à rencontrer son homme et je n'ai plus eu de peine à quitté la maison l'année dernière pour m'installer, elle n'est plus seule.
Quant à moi j'ai appris à vaincre les préjugés des des gens, leur regard ou même les phrases assassines lancées sur notre passage quand je me baladai avec papa et phil... j'ai appris que vivre au grand jour son homosexualité à la campagne est encore plus dur qu'a la ville... J'ai surtout appris la tolérance et à travailler car si je n'étais aps aprti m'exiler loin de la ville je ne pense pas qu'a l'heure d'aujourd'hui j'en serai là dans ma vie professionnelle....
46 ans Exactement à côté de sous le soleil... 1081
C'est vrai que le divorce est plus répendu que par le passé, la génération de nos parents (nous adultes trentenaires) a "ouvert la marche" des divorces fréquents (suite aux révolutions des années 70, sans doute).
La mère était alors d'office, sauf contre indication, la tutrice de ses enfants. Le père n'ayant droit qu'à un droit de visite.
Mais de nos jours, les choses évoluent. Les pères revendiquent le droit d'élever leur enfants et les modes de gardes ont considérablement changé.
Comme les femmes qui ont dû se battre pour voir leurs droits reconnus, les hommes montent au flambeau pour que leur droits en tant que père soient pris en compte. Les choses se font donc, ce n'est pas l'immobilisme comme tu sembles le décrire, Misk.
47 ans Seine Maritime 743
On en revient toujours au même point...

Il y a toujours des hommes qui... et des femmes qui...

et des cas où l'on fait pour le mieux avec les moyens du bord...

Le papa de mon fils et moi nous nous sommes séparés alors qu'il était encore bébé. Ce n'était pas du tout ce que je souhaitais pour lui. Mais je crois que nous sommes parvenus à faire les choses intelligemment. J'ai fait mon maximum pour que mon ex occupe sa place de père (et ce n'était pas gagné), ai renoncé à l'égalité des devoirs (toujours pour moi les démarches médicales par exemple, comme celà aurait probablement été le cas si nous l'avions élevé ensemble, en couple, toujours pour moi les factures, les baby-sitters, lui ne le prend que quand il ne travaille pas, mais au moins 2 nuits/ semaine),je fais mon maximum pour le consulter même si parfois ça irait plus vite de décider seule. Je fais vraiment mon maximum pour être réglo, il n'y a bien sûr aucune confusion de rôle avec mon époux, par respect pour mon fils, mais je comprends que celà puisse arriver, parce que rester mère célibataire en étant mariée comporte pas mal d'inconvénients.

Voilà, on fait ce qu'on peut et je suis assez fière du résultat, du fait que mon petit garçon soit libre d'aimer chacun de ses parents, grands-parents, beaux-parents, d'en parler... et de voir tout le monde grâce à la proximité géographique que nous nous sommes promis de privilégier, surtout tant qu'il est petit. Il n'y a finalement que sa maîtresse que ça perturbe tout ce monde. C'est parfois difficile de le voir partir (et parfois, je me dis aussi que c'est une chance d'avoir ce temps libre pour moi et pour mon nouveau couple), mais c'est bon pour lui de ne pas passer son temps à me couver du regard (Ah, l'Oedipe!) et de passer du temps avec son père (entre nous, je suis sûre qu'il en passe plus, et de meilleure qualité, que si on était restés ensemble, sans compter que les couples-modèles d'identification sont un peu plus sympas, il y a des tas de choses que j'adorais chez son père, mais la qualité de la relation de couple :oops: )

Bon, j'ai été bavarde 8)
B I U