MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Nouvelle ici et nouvelle sans régime

P
42 ans 67
Bonsoir à toutes,
Je consulte ce forum de façon épisodique depuis quelques années et c'est la première fois que je me lance.
J'ai 31 ans et suis en surpoids / obèse depuis  
toujours (je mets volontairement les deux termes, voir plus bas), enfin toujours autant que je m'en souvienne.
Dés l'enfance, le poids et la nourriture ont été source de stress et de tensions. Du côté de ma mère, les gens sont minces (voire souffrent d'être trop maigres...), du côté de mon père, tous sont obèses.
J'ai hérité des gènes de mon père et de la pression des deux côtés.
Je crois que depuis 25 ans environ, je n'ai pas fait un seul repas serein.
J'ai commencé à grossir "sérieusement" à l'entrée dans l'adolescence pour atteindre 75 kilos pour 1m56 à 20 ans. Je n'ai jamais été aussi heureuse qu'à cette époque. Sérieusement, heureuse et belle (au moins dans ma tête mais c'est ce qui compte)
Malheureusement, revirement de situation (moins de bonheur...) et pour faire court, en 11 ans, je prends 60 kilos.
Première prise de conscience: tu te sentais bien et étais "juste" en surpoids et malgré plus de 10 ans à alterner hyperphagie et régimes divers et variés, tu as presque doubler ton poids !
Je ne détaille pas les phases par lesquelles je suis passé (je me déteste / les autres n'ont qu'à m'accepter comme je suis / je suis grosse mais bien foutue / qu'est-ce que je suis mal foutue...) mais je sais que vous savez ;-)
Il y a 2 ans, enceinte de ma fille, je passe 1 mois en vacances en Italie dans ma famille côté maman puis j'enchaîne mon congé maternité.
Durant cette période, j'ai littéralement savouré TOUT ce que j'ai mangé,j'étais positivement obsédée par la nourriture: avant chaque repas, je me demandais ce que j'aimerais mangé.
Au bout de 2 mois et 1/2 à ce train là, je découvre stupéfaite que je n'ai pris que 500 grammes, en étant enceinte !
Deuxième prise de conscience: pourquoi j'ai pas fait comme ça avant ? (bon en vrai j'ai tergiversé avant d'arriver à cette conclusion...)
Alors même si je ne suis pas "guérie" de mon rapport difficile avec la nourriture, je vais mieux.
Et si j'ai écrit c'est pour, j'espère que mes mots puissent toucher des personnes qui souffrent/ont souffert comme moi. Surtout les plus jeunes ici: ne vous laissez pas "bouffer" par vos problèmes de poids, faites vous aider par des professionnels humains et compétents.
J'ai peut-être été un peu longue et c'était un peu décousu mais l'esprit y est j'espère.
Bonne soirée.
46 ans Paris 9872
ton témoignage est intéressant, bienvenue ;)
43 ans 1114
Bienvenue parmi nous! :D

C'est vrai que c'est très intéressant.
Le passage où tu parles de ton séjour en Italie illustre bien ce qu'est la RA, je trouve: savourer ce qu'on mange, se faire plaisir, manger ce que l'on veut sans culpabilité...et comme par hasard pas de prise poids...
Comme si ton corps t'avait réclamé exactement ce dont il avait besoin, et que toi tu l'avais écouté sans te poser de questions... ;)

Mais tu dis que tu n'as pas fait de repas serein depuis 25 ans: ça ne va un peu mieux depuis ta prise de conscience?
P
42 ans 67
Merci pour vos réactions !

J'ai pas du bien respecté la chronologie dans mon récit... en fait je voulais dire que pendant 25 ans AVANT ce fameux séjour en Italie je n'avais pas eu de repas serein. Entre mes 12/13 ans en gros jusque la fin de la vingtaine. Ensuite, j'ai eu mon congé mat précédé de ces vacances durant lesquelles j'ai tout savouré.
Je dois souligner un point important pour moi: vivant loin de toute ma famille (je n'ai "que" ma mère en France et mon père mais il n'est pas italien), lorsque je vais en Italie, je suis choyée et ce séjour durant lequel j'étais enceinte était le summum. Lorsque j'ai dit que j'ai savouré, il faut vous imaginer des plats maison ou au resto tous plus succulents les uns des autres et au bas mot 1 glace par jour ! La grossesse a peut-être aidé (équilibrage hormonal ?) mais j'essaie de me souvenir de ces sensations lorsque la nourriture prend le dessus sur moi.
Et puis, mais ce sera peut-être l'objet d'une autre discussion, je lutte de toutes mes forces pour que ma fille ne souffre jamais d'un rapport négatif à la nourriture. Je dis lutte parce que la pression est partout autour des mômes...
B I U