MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Virginité mentale,se sentir vierge alors qu'on ne l'est pas.

P
32 ans 5
Salut à toutes et tous !

Je tiens tout d'abord à m'excuser si un sujet similaire existe, mais j'ai effectué une recherche et je n'ai pas trouvé de réponses, d'où ce  
post.

En fait, j'ai connu une histoire assez tumultueuse avec un homme bien plus âgé que moi. Nous nous sommes connus via le net, puis au bout d'un an de papotage, nous nous sommes rencontrés et le soir même, je changeais de signe astrologique ! ( je donnais ma fleur quoi ... ). Je ne l'ai pas fait par amour, ni vraiment par envie, c'était vraiment pour le faire ( j'avais 18 ans, j'étais c***e et j'avais honte d'être vierge, vierge de partout, même de la bouche ! Même pas un smack ... ). Il aurait bien pu s'en aller et ne plus jamais me donner signe de vie, ça ne m'aurait pas posé de problèmes ( j'étais bête je vous dis ! ). Mais il ne m’a pas abandonné.
Au début ça allait, je croyais aux sentiments, c'était chou. Puis les problèmes ont débutés, et à partir de là, je me suis mise à ne plus ressentir grand-chose lors des rapports ( et je ne ressentais déjà par grand-chose physiquement ). Lors de nos derniers rapports, il se contentait de s'allonger sur moi, sans préliminaires parfois et de faire son truc. Moi je ne faisais rien, pas un bruit. Assez souvent, je pleurais en plein milieu de l'acte.
Je suis plutôt ouverte d'esprit et suis pas mal renseignée quant aux pratiques sexuelles, mais ne me sentant pas prête et étant dégoûtée par le s**r*e, j'avais posé quelques conditions, qu'il a fini par ne plus respecter. ( il a toujours refusé le port du préservatif, voulait que je fasse des choses qui me répugnaient, … ). Je sais, ce n’est pas responsable de ma part mais pour une fois que quelqu’un s’intéressait à moi, je voulais le garder.
Bref, je ne suis pas là afin de me lamenter sur mon sort. Le sujet de mon interrogation est le suivant. Malgré le fait que j’ai déjà eu des rapports, je me sens comme avant. Au départ, j’ai cru que c’était un caprice que je m’inventais. Cependant, je me rappel bien que la 1ère fois pour moi n’a jamais été importante dans mon imaginaire, je ne rêvais pas d’un amoureux qui décorait la chambre avec des bougies et tout ça. Je me rends juste compte qu’en fait, malgré cette petite expérience, je n’ai rien acquis. Ni gestuelle, ni gestion du plaisir,ni plaisir, ni rien du tout ! J’en arrivais même à faire des petites crises d’angoisses rien qu’à l’idée qu’il aurait envie de cela « avec » moi. Un jeune homme a voulu faire plus ample connaissance avec moi, et au lieu d’un stress « habituel », j’étais réellement angoissée, pour un simple bisou. Cela me gêne car j’ai peur de tomber un jour sur quelqu’un de bien, et de devoir tout stopper à cause de ma peur de l’intimité ( dit poliment ). D’où le titre « virginité mentale ».

Pensez-vous qu’il s’agit d’un caprice de ma part ou cela arrive-t-il vraiment ?
Devrais-je consulter un psy ou un sexologue ? Je tente bien de me soigner seule mais je pense avoir atteint les limites de mes capacités d’introspection.

Je suis désolée pour la longueur du post. J’ai donné quelques détails afin que les réponses ne soient pas biaisées. Et je me vide un peu car je ne peux parler de cela à personne.

Je remercie ceux qui me liront ainsi que ceux qui me répondront.
54 ans Out of Africa... 4355
J'ai du mal à comprendre ce que tu nommes "caprice" ?

Si j'ai bien compris, tu as "fait" l'amour avec cet homme juste pour ne plus être vierge, sans envie.

Ben c'est normal alors que ça ne te laisse pas de souvenir de bien-être, voire même que ça te répugne jusqu'à en pleurer.

Pourquoi t'es tu infligé ça ? Pourquoi voulais tu à tout prix le garder quitte à ne plus te respecter ? Tu écris "avoir peur de l'intimité", comment pourrait il en être autrement si tu ne désire même pas l'homme qui est dans ton lit ?
109 ans Sous la neige au fond à droite 7534
Je me reconnais à fond dans ce que tu décris, à un détail près: ma virginité me pesait comme pas possible, mais je n'ai jamais jamais jamais réussi à la perdre comme on dit avant mon actuel. J'ai eu des crises d'angoisse existentielle, j'en ai pleuré, mais impossible. Je suis sortie avec peut-être dix ou douze mecs, mais le plus loin que j'ai réussi à tolérer (à l'horizontal et peu habillée) a été vraiment peu plaisant et je l'ai foutu dehors.
Tout ça pour dire que je conçois parfaitement que ce blocage que moi j'ai eu puisse être dépassé physiquement sans que le mental suive. Je sais pas si j'ai été très claire..?
P
32 ans 5
Câline a écrit:
J'ai du mal à comprendre ce que tu nommes "caprice" ?

Si j'ai bien compris, tu as "fait" l'amour avec cet homme juste pour ne plus être vierge, sans envie.

Ben c'est normal alors que ça ne te laisse pas de souvenir de bien-être, voire même que ça te répugne jusqu'à en pleurer.

Pourquoi t'es tu infligé ça ? Pourquoi voulais tu à tout prix le garder quitte à ne plus te respecter ? Tu écris "avoir peur de l'intimité", comment pourrait il en être autrement si tu ne désire même pas l'homme qui est dans ton lit ?


Le mot caprice est mal choisi, c'est vrai. Je voulais exprimer via ce mot le fait que j'aurai envie de me rendre vierge de nouveau dans ma tête, alors que concrètement, je ne pense pas cela. A mes yeux c'est fait, c'est fait. Mais, j'ai vraiment cette sensation de ne jamais avoir eu de rapports, et c'est tellement illogique que ça m'intrigue. Et cela ajouté aux angoisses ... Enfin je ne suis pas très équilibrée à ce niveau et ça me gêne. J'aimerai savoir comment régler cela pour ne pas avoir l'air d'un petit chiot abattu lol.
Je reconnais maintenant que j'ai été bête. M'enfin, on m'a tellement dit que j'étais grosse et moche avant, que lorsqu'il est arrivé et que je me suis rendu compte que ma personnalité avait suscité un intêret chez un homme, je me suis senti valorisée. Je me disait que si lui pouvait passer sur mes défauts physiques, je pouvais au moins l'accepter comme il est, même si je ne l'aimais pas.
P
32 ans 5
Darlee-doo a écrit:
Je me reconnais à fond dans ce que tu décris, à un détail près: ma virginité me pesait comme pas possible, mais je n'ai jamais jamais jamais réussi à la perdre comme on dit avant mon actuel. J'ai eu des crises d'angoisse existentielle, j'en ai pleuré, mais impossible. Je suis sortie avec peut-être dix ou douze mecs, mais le plus loin que j'ai réussi à tolérer (à l'horizontal et peu habillée) a été vraiment peu plaisant et je l'ai foutu dehors.
Tout ça pour dire que je conçois parfaitement que ce blocage que moi j'ai eu puisse être dépassé physiquement sans que le mental suive. Je sais pas si j'ai été très claire..?
P
32 ans 5
Darlee-doo a écrit:
Je me reconnais à fond dans ce que tu décris, à un détail près: ma virginité me pesait comme pas possible, mais je n'ai jamais jamais jamais réussi à la perdre comme on dit avant mon actuel. J'ai eu des crises d'angoisse existentielle, j'en ai pleuré, mais impossible. Je suis sortie avec peut-être dix ou douze mecs, mais le plus loin que j'ai réussi à tolérer (à l'horizontal et peu habillée) a été vraiment peu plaisant et je l'ai foutu dehors.
Tout ça pour dire que je conçois parfaitement que ce blocage que moi j'ai eu puisse être dépassé physiquement sans que le mental suive. Je sais pas si j'ai été très claire..?


Dsl, mauvaise manip précédemment. Je disais donc, que j'étais rassurée que quelqu'un me comprenne. De ce fait je me sens un peu moins " dingue ". Je salue ta présence d'esprit pour ne pas avoir cédé. As-tu entreprit des choses afin de calmer tes angoisses ?
109 ans Sous la neige au fond à droite 7534
Oui et non... Pas de manière consciente, en tout cas. Disons que j'ai investi mon énergie sexuelle ailleurs (yoga, rando, clope, lecture), mais ça évitait pas le gros retour au réel de temps en temps. Je n'en parlais strictement à personne parce que c'était vraiment un sujet de honte. Et régulièrement, je réessayais avec le mec suivant qui voulait bien de moi. J'en parlais à une copine anglophone et les nuances que l'anglais permet m'ont vachement aidée à mettre des mots sur tout ça. Jui ai dit: "It's not that I never loved my boyfriends before, I never even liked them". Constater ça a été un peu duraille d'ailleurs.
Mais donc, ouais, j'alternais entre le fait de faire plein de choses et d'avoir une super vie sociale pour pas trop y penser et les mecs que je voyais. C'était pas glop.
54 ans Out of Africa... 4355
Non tu n'as pas été bête, ne te juges pas si durement
Il y a toujours une raison à nos comportements parfois facilement identifiable, d'autres non.

Et non, tu n'es pas dingue :D

Et puis au moins, tu as appris quelque chose de très important sur toi : tu ne peux pas avoir une relation sexuelle satisfaisante avec un homme qui ne te plait pas et pour qui tu n'as pas de sentiment.

Et ce n'est pas parce que des imbéciles t'ont jugés grosse et moche que tu dois leur donner raison et TE manquer de respect !
Là, tu as de quoi dérouler à ton rythme le fil de la pelotte (comprendre ce qui t'amène à te faire du mal avec la sexualité)
44 ans gironde 345
bonjour
j'ai eu beaucoup de partenaires sexuel dans ma vie plus ou moins satisfaisant je comprends tout a fait quand tu dis je m'allonge et je lui laisse faire son truc, comme si tu n'étais pas la...
Quand j'ai rencontré mon mari et que l'on s'est retrouvé la premiere fois en situation je me senti bete comme si c'est le premier homme qui me voyait nu. J'avais peur de me montrer toute nue alors que je l'avais fait des centaines de fois et que personne ne m'avait mal jugé ! Mais avec lui j'avais des sentiments et j'avais peur qu'a chaque fois que je devoilais une partie de mon physique ou de mon psychisme il s'enfuie en courant. Finallement il est resté...
Faire l'amour à quelqu'un c'est à chaque fois different car tu es differente et ton partenaire aussi. L'amour physique sans sentiment purement mecanique j'ai beaucoup testé et finallement ca ne m'a pas appris comment carressé embrassé et **** d'autant plus que chaque personne a des zones erogenes plus ou moins sensibles. Avec mon mari meme 14 ans apres on decouvre encore des facons differentes de faire l'amour car on se sent en confiance et on peut se lacher mais meme avec lui j'ai mis quelques années.
bref c'est normal ce que tu ressens et tu le ressentira à chaque nouvelle rencontre mais c'est toi que tu dois apprivoiser pour t'ouvrir aux autres et pour ca j'ai pas de réponses à part te dire que c'est possible !
54 ans Out of Africa... 4355
helenou a écrit:
bonjour
j'ai eu beaucoup de partenaires sexuel dans ma vie plus ou moins satisfaisant je comprends tout a fait quand tu dis je m'allonge et je lui laisse faire son truc, comme si tu n'étais pas la...


Il y a bien une raison à cela.
C'est dur de s'infliger ça (pas de jugement de ma part) cette incapacité à dire "non", à respecter son besoin à SOI.
42 ans strasbourg 12
J'ai eu le meme ressenti que toi. Mon premier rapport sexuel, je peux le dire maintenent sans heurt parceque j'y travaille. mon premier rapport sexuel était un "viol", et comme toi je me suis mise en tete au point de m'en convaincre que j'étais encore vierge. Et j'ai connu aussi ces genres de rapport qu'on se sent obligée de faire pour plaire à l'autre ou pour se leurrer qu'on plait à l'autre. Maintenant j'ai compris que mon corps à de la veleur et que je ne l'offrirai à une personne parceque je le veux. C'ets très difficile comme sujet. mais je te comprends parfaitement. Tu finiras par trouver un mec qui saura faire l'amour avec toi et non qui te prendra pour une poupée gonflable. Courage ma grande
P
32 ans 5
Je vous remercie, vos réponses me remontent un peu le moral.
Malheureusement, je me rends compte que j'aurai peut-être un gros travail à faire sur moi et c'est effrayant, car je ne vois ni par où commencer, ni comment faire.
C'est dommage, avant, je ne pensais pas que les relations physiques impliquaient autant de paramètres psychologiques.

Maintenant que je sais que je ne suis pas folle, je crois bien qu'aller consulter un psychologue ou un sexologue serait une sage décision, même si j'avais décidé de devenir asexuelle.

Je vous remercie énormément ! Bises à toutes !
B I U


Discussions liées