MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Le repas gastronomique français, patrimoine de l'humanité?

49 ans 35 10308
(bon ça n'est peut-être pas la bonne rubrique, j'ai hésité avec "Café", à déplacer donc si nécessaire!).

On entend partout depuis hier que la gastronomie française avait été inscrite au patrimoine  
de l'humanité par l'UNESCO. Bon, en fait, ce n'est pas la cuisine française elle-même qui est reconnue, il s'agit plus précisément du "repas gastronomique des français", qui a été inscrit au patrimoine culturel immatériel en raison de caractéristiques de rituel social et familial, et de son rôle social.

Voilà le texte précis, qui est intéressant je pense, et fait écho à certaines discussions du forum pour certains points (justement le rôle social du repas).
"Le repas gastronomique des Français est une pratique sociale coutumière destinée à célébrer les moments les plus importants de la vie des individus et des groupes, tels que naissances, mariages, anniversaires, succès et retrouvailles. Il s’agit d’un repas festif dont les convives pratiquent, pour cette occasion, l’art du « bien manger » et du « bien boire ». Le repas gastronomique met l’accent sur le fait d’être bien ensemble, le plaisir du goût, l’harmonie entre l’être humain et les productions de la nature. Parmi ses composantes importantes figurent : le choix attentif des mets parmi un corpus de recettes qui ne cesse de s’enrichir ; l’achat de bons produits, de préférence locaux, dont les saveurs s’accordent bien ensemble ; le mariage entre mets et vins ; la décoration de la table ; et une gestuelle spécifique pendant la dégustation (humer et goûter ce qui est servi à table). Le repas gastronomique doit respecter un schéma bien arrêté : il commence par un apéritif et se termine par un digestif, avec entre les deux au moins quatre plats, à savoir une entrée, du poisson et/ou de la viande avec des légumes, du fromage et un dessert. Des personnes reconnues comme étant des gastronomes, qui possèdent une connaissance approfondie de la tradition et en préservent la mémoire, veillent à la pratique vivante des rites et contribuent ainsi à leur transmission orale et/ou écrite, aux jeunes générations en particulier. Le repas gastronomique resserre le cercle familial et amical et, plus généralement, renforce les liens sociaux."
(c'est ici: http://www.unesco.org/....php?lg=fr&pg=00011&RL=00437).

Ca vous inspire quoi?
2812
Que les autorités françaises avaient sans doute des affaires plus urgentes à régler que d'inscrire notre tradition gastronomique au patrimoine de l'Unesco

Si la tradition française y est, pourquoi pas celle d'autres pays ? Je trouve cela étrange, surtout qu'il s'agit d'une tradition qui n'est pas respectée par tous, voire plus guère respectée. Autant classer un monument se comprend, autant classer une façon de vivre qui ne cesse d'évoluer frise un peu le ridicule.
46 ans derrière toi!! 3399
Je suis assez d'accord avec le fait, que faire de bons repas en familles, entre amis, ou avec qui on veut, ne peut-être que bénéfique...
Nous sortons peu le dimanche et tous les dimanches, nous faisons un très bon repas (unique, un bon déjeuner vers 11 heures, et nous mangeons vers 4/5 heures); avec entrée, plat et dessert; et c'est un vrai moment pour nous, de recontres, de paroles, de partages de moments de la semaine et de dégustations évidement..
Après, pour ce qui est du repas gastronomique, vu comme dans l'article, je le trouve un peu lourd, et certainement long à manger, dans une époque où le temps nous échappe.
49 ans pépettesland 1803
Ben dans le texte il parle de repas gastronomiques lies aux moments important de la vie, donc ca me semble bien etre le repas traditionnel de la plupart des fetes non ? (a mon sens ils ont meme oublie le trou normand en fait).
Donc, dans cette optique, je ne le trouve pas si lourd.

Cela dit, ca me rappelle surtout ce que nous disait le patron americain de mon mari.
Au depart il hallucinait de se faire inviter comme ca chez les gens, juste pour le plaisir de partager un bon moment et un bon repas. Sans d'autre optique que de se faire une bonne bouffe et de se sentir bien.
On avait fait aussi un repas 1er janvier a la maison avec tout le tralala traditionnel justement, et il etait super content. C'etait la premiere fois en fait pour lui qu'il decouvrait ce genre de menu "home made".
Apres il est devenue accro au foie gras, aux fromages au lait cru, au calvados, etc....
C'est un des trucs qu'il a prefere chez nous autres francais. Cette maniere de tout sceller autour d'un repas.
Donc, pour nous cette facon de concevoir les repas est tout a fait banale mais a priori c'est pas le cas partout.
De ce fait, apres avoir discute avec lui de ca justement, je comprend pourquoi finalement c'est classe au patrimoine.
La bouffe c'est du serieux pour un francais ;)
49 ans 35 10308
finette a écrit:

C'est un des trucs qu'il a prefere chez nous autres francais. Cette maniere de tout sceller autour d'un repas.

Je connais surtout les cultures dites "occidentales", et parmi celles que je connais, c'est effectivement assez spécifique à la France.
Mais je me demandais si on ne retrouve pas aussi ce rôle rituel et social du repas par exemple en Inde, ou dans le Sud-Est asiatique, ou au Maghreb? Au Moyen-Orient? Autre?

Bon sinon je trouve aussi le texte un peu rigide dans le descriptif du repas gastronomique type, mais c'est sans doute lié aussi aux exigences du dossier d'inscription (on retrouve d'autres éléments de la même veine, la "pratique sociale coutumière", le fait qu'il y a des gestes rituels, qu'il y a des anciens dépositaires du savoir, bref on sent qu'il a fallu remplir les cases du dossier...).

(quant au fait qu'il y a certainement mieux à faire de l'énergie publique que de défendre ce genre de dossier à l'UNESCO, je suis assez d'accord, mais on pourrait dire ça aussi de tellement d'autres choses! ;) ).
46 ans derrière toi!! 3399
Sarnia a écrit:
finette a écrit:

C'est un des trucs qu'il a prefere chez nous autres francais. Cette maniere de tout sceller autour d'un repas.

Je connais surtout les cultures dites "occidentales", et parmi celles que je connais, c'est effectivement assez spécifique à la France.
Mais je me demandais si on ne retrouve pas aussi ce rôle rituel et social du repas par exemple en Inde, ou dans le Sud-Est asiatique, ou au Maghreb? Au Moyen-Orient? Autre?

Bon sinon je trouve aussi le texte un peu rigide dans le descriptif du repas gastronomique type, mais c'est sans doute lié aussi aux exigences du dossier d'inscription (on retrouve d'autres éléments de la même veine, la "pratique sociale coutumière", le fait qu'il y a des gestes rituels, qu'il y a des anciens dépositaires du savoir, bref on sent qu'il a fallu remplir les cases du dossier...).

(quant au fait qu'il y a certainement mieux à faire de l'énergie publique que de défendre ce genre de dossier à l'UNESCO, je suis assez d'accord, mais on pourrait dire ça aussi de tellement d'autres choses! ;) ).


Oui, voilà; c'est sûr qu'il y a mieux à faire, mais bon après là n'est pas le sujet...

Ton témoignage Finette me "parle" beaucoup, c'est tout à fait ça
40 ans Thaïlande 1084
Evidemment qu'il y a toujours mieux à faire que s'occuper de la culture... Mais je trouve que c'est important d'y prêter attention aussi. Donc je suis plutôt contente de cette démarche. D'autant que les repas de fête à la française sont vraiment une spécificité.

Sarnia a écrit:

Je connais surtout les cultures dites "occidentales", et parmi celles que je connais, c'est effectivement assez spécifique à la France.
Mais je me demandais si on ne retrouve pas aussi ce rôle rituel et social du repas par exemple en Inde, ou dans le Sud-Est asiatique, ou au Maghreb? Au Moyen-Orient? Autre?


Je vais parler de la Thaïlande, mais je pense que ça peut s'élargir à l'Asie du Sud-Ouest, plus Chine, Japon... En Thaïlande il y a bien sûr des grands repas, mais ils sont beaucoup moins codifiés qu'en France. On pose tous les plats sur la table et chacun se sert. Il n'y a pas de notion d'ordre, de succession de plats. De plus, même pour les grandes fêtes comme les mariages, les repas sont beaucoup plus courts qu'en France. Un Thaï n'imagine pas de rester 5 heures à table. Là-bas c'est : j'ai fini, je me lève (et je peux vous dire que ça surprend quand on doit quitter si vite une table de resto parce que tout le monde est debout alors qu'on vient de finir son dessert !) Une autre différence de taille est qu'on invite les gens au resto et pas chez soi. Ça a des avantages (pas de vaisselle) mais c'est moins chaleureux.

Le fait d'accorder les vins aux plats nécessite également un apprentissage, et à part peut-être dans les autres grands pays vinicoles, je ne crois pas que ce soit considéré comme une priorité.

Donc cette inscription me paraît justifiée. :)
B I U