MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Encore une...

31 ans 350
Voilà, j'avais besoin de m'exprimer, de parler, alors d'avance désolée pour la longueur du post, mais là fallait que ça sorte...

Je commence par le commencement, la chose qui m'obsède  
le plus, à savoir mon poids: il y a 4 ans et demi, je devais peser environ 80kg. Puis larguée par mon ex, j'ai perdu suite à une grosse dépression, pour arriver entre 68 et 75 (ça variait, mais restait dans cette zone), et ce pendant 2 ans. Puis j'ai rencontré mon copain actuel. Tout va bien, mais je commence à manger beaucoup, sans m'en apercevoir. Et lui me voit grossir à vue d'oeil mais ne dit rien non plus (bien qu'il me le reprochera par la suite). Résultat: 40kg de plus sur la balance en 1 ans (non non, vous ne révez pas). Puis en 1 ans et demi j'ai pris encore 10kg. Je me suis retrouvée à 125kg.

Donc démarches d'opération, où évidemment, connaissant la procédure, je mens au psy, au chirurgien, à la diététicienne, tout ça pour être opérée et me débarasser de toute cette graisse, de ce corps qui n'est pas le mien (quand je me regarde dans le mirroir, je ne me reconnais pas et me dégoute). Bref, épreuves passées avec succès, je vais à l'hopital pour quelques tests physiques dans une semaine.

Mais il y a un mois et demi, grosse angoisse sur cette opération, et je décide de perdre du poids toute seule. Pendant un mois à peu près, je n'ai plus rien mangé ou presque, et je suis revenue à mon poids de l'année dernière. Mais sans beaucoup manger. Alors un soir, j'ai voulu me faire plaisir, mais après, j'ai trop culpabilisé, et je me suis tout fait vomir... Pour la première fois de ma vie. J'avais déjà tenté l'expérience, mais c'était pour pouvoir manger deux fois plus après! Et de manière très très occasionnelle (j'avais du le faire 5 fois dans ma vie avant ça).

Je connais pourtant tous les risques (je suis d'une famille de médecins, alors c'est pas les connaissances en la matière qui manquent), je sais que c'est mauvais pour moi, etc. Mais c'est plus fort que moi. Alors je continue. J'ai découvert le "plaisir" de manger sans culpabiliser. Maintenant, c'est deux à trois fois par jours. Je me dégoute après coup, mais je me sens quand même tellement mieux après, c'est tellement contradictoire, je ne sais pas quoi penser.

Mon copain est au courant, il m'entend vomir, mais il est content que je perde du poids. C'est lui qui m'a reproché d'en avoir pris, m'a dit qu'il n'avait plus beaucoup de désir pour moi à cause de ça, allant même jusqu'à me donner la pathétique note de 5/10 sur mon physique. M'a dit qu'au début de notre rencontre il a vaincu sa superficialité pour sortir avec moi.

Il n'est pas méchant, je sais qu'il est amoureux de moi, me le prouve tous les jours, mais il est trèèèèès maladroit, et malgré son âge, débutant en ce qui concerne les relations amoureuses. Je ne lui trouve pas d'excuses, j'ai faillis le quitter suite à ce qu'il m'a dit, et même lui s'est rendu compte qu'il est allé trop loin das la sincérité. Je ne lui ai toujours pas pardonné, mais j'essaie de passer outre.

Quand je veux parler avec lui, lui expliquer les choses pour qu'il comprenne ce que je ressens, quand je lui demande de m'aider, il me répond "oui oui", et oublie deux minutes après. Il m'est arrivé de pleurer devant lui (plusieurs fois) mais il ne réagit pas. Et il m'a dit il y a quelques temps que j'en parlais tellement en ce moment qu'il "commence à saturer" (je cite...) Sa réaction me désespère. J'aimerais tellement qu'il m'aide à trouver une solution, qu'il me prenne par la main et me dise "aller, assieds-toi et raconte moi tes malheurs" (oui, malgré nos deux ans et demi de vie commune, il ne connait rien de moi, ne sait pas les horreurs que j'ai vécues dans ma vie, rien du tout)... Pourtant je n'ai pas la langue dans ma poche, je lui parle beaucoup, mais il pose tellement peu de questions qu'au bout d'un moment je me tais. Bref, il ne comprend pas du tout et ne fait aucun effort pour cela. Et ça me blesse. Pourtant c'est pas le temps qui nous manque vu qu'on habite ensemble...

Quand à ma famille, j'en ai tellement à dire que je préfère me taire. Une chose est sûre: heureusement que je n'habite plus avec elles (ma petite soeur de 14 ans et ma mère). Toute la journée sur mon dos à me critiquer, c'était invivable.

Bref, tout se mélange dans ma tête, je commence à en avoir marre de tout ça, de moi, de mon frigo qui m'appelle en permanence, de mon copain qui s'en fout, de mon corps qui me dit de vomir alors que ma tête me dit de ne pas le faire, de mon estomac qui me dit de manger, de ma vie triste et pathétique... Je suis dégoutée de tout, dégoutée de moi.

Ca fait un peu de bien de se défouler, même si je sais que je n'aurais pas de réponse toute prête à mon problème. Je ne veux pas être jugée. Comme je l'ai dit, je connais les dangers de se faire vomir et je n'incite personne à le faire!!! De plus, je sais, j'ai menti au staff médical, je sais c'est mal, mais qui n'a jamais menti me jette la première pierre... Qui plus est, je ne souhaite plus me faire opérer, alors à quoi bon creuser...
Oui, je suis déjà allée voir plusieurs psy de toutes sortes, certains même sur du très long terme, sans aucun résultat.

Bref, je vous laisse là, mais si je n'ai pas tout dit, mais j'en ai dis suffisamment pour pleurer, alors bonsoir, et merci de m'avoir lue.
40 ans 2506
Coucou,

je pense pense que tu as fait un grand pas en venant en parler ici, c'est une bonne chose de vider son sac. ;)

Maintenant je ne vais rien t'apprendre en te disant que de se faire vomir n'est pas la solution, tu le dis toi même.
Tu sembles lucide sur la situation, et en même temps, complètement paumée (c'est ce que je ressens en te lisant en tout cas).

Tu as menti au corps médical pour pouvoir te faire opérer, tu as tes raisons. Pense tu que , aujourd'hui, leur parler de ce qui se passe dans ta vie, te ferait du bien, ou du moins , te serait possible ?
Je te demande ça, parce que je pense que tu devrais te confier à quelqu'un qui serait susceptible de t'aider ;) as tu un médecin généraliste ? une personne de confiance ?
Je ne connais pas très bien Angers (je suis de saumur), mais je pense que des personnes sont compétentes pour t'écouter, et t'aider.

Ton copain est content que tu perdes du poids oui.... mais dans quelles conditions aussi ? il faudrait qu'il en ait conscience pour qu'il puisse t'aider...

En tout cas, n'hésite pas à revenir en parler ici, j'espère que tu y trouveras de bons conseils ;)

Bon courage à toi :kiss:
42 ans 1114
Bonjour,

je ne sais pas si je vais pouvoir t'aider, mais bon je vais essayer...
J'ai été boulimique pendant 8 ans (je me faisais vomir plusieurs fois par jour), aussi j'ai un peu d'expérience en la matière, même si chaque cas est différent, bien entendu.

Déjà, ce que je peux dire, c'est qu'il est possible de sortir du cercle vicieux "Je sais qu'il faut pas mais c'est plus fort que moi".
J'ai totalement arrêté de me faire vomir depuis près d'un an, et je SAIS que tout ça est maintenant derrière moi.
Donc, saches que c'est possible.

Ensuite, je m'interroge sur la thérapie que tu as suivie. Tu dis que ça n'a servi à rien...
Est-ce que tu te sentais en confiance avec ton thérapeute? Est-ce que l'échange passait bien?
Si tel n'est pas le cas, il est normal que ça n'ai servi à rien. Il est très important que tu te sentes à l'aise avec ton thérapeute. Sans ça, ça ne peut pas marcher.
La relation que tu as avec ton médecin fait partie intégrante du traitement.
Je pense que tu devrais entreprendre une nouvelle thérapie avec un autre médecin. Quitte à en essayer plusieurs, jusqu'à trouver le bon.
Moi, ce n'est qu'au 3ème psy que je me suis dit que j'avais trouvé le bon. Et c'est à partir de là que les choses ont commencé à évoluer.

A mon avis c'est important que tu fasses un travail.
L'hyperphagie, et maintenant la boulimie, ce n'est que la face visible d'un problème qui est bien plus complexe.
Il faut identifier le problème, puis le résoudre.
Ce n'est que comme ça que tu pourras t'en sortir, je pense.

Je te souhaite beaucoup de courage, je sais que ce n'est pas facile, mais sois sûre d'une chose: tu peux y arriver.
31 ans 350
Merci à vous deux de vos réponses.

Oui, j'ai vu plusieurs psy, parfois même sur du long terme (2 ans pour l'un, un an pour l'autre, mais quelques séances seulement pour les autres). Ils ne m'ont pas aidée, au contraire, ils m'ont enfoncé dans d'autres problèmes au lieu de m'aider à en sortir.

Arreter de vomir, je pense que je peux encore y arriver. Mais pour y retrouver quoi? Une hyperphagie nocturne très développée? Une reprise instantanée d'un mois et demi d'efforts? Franchement je n'y tiens pas plus que ça...

C'est vrai, je suis paumée au point de ne même pas savoir si je le suis...

En ce qui concerne mon copain, bah voilà, il est content que je perde du poids (normal quand la nana d'un poids normal qu'on a rencontré est devenue obèse...) Il sait comment, mais je pense qu'il est aussi paumé que moi...

Enfin bref, merci de vos réponses!
B I U