MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

L'accompagnement sexuel des handicapés

3431
Citation:
Des assistants sexuels pour s'occuper des handicapés ?

SOCIETE - La question divise, mais un texte est à l'étude...

Les personnes en  
situation de handicap ont des envies, des besoins, des désirs, y compris sexuels. De là à les aider à les assouvir il y a un pas qui pourrait bientôt être franchi. Un colloque se tient ce vendredi à Paris, au cours duquel la question de l’accompagnement sexuel sera notamment abordée.

Par accompagnement sexuel, comprenez une prise en charge active de la sexualité des personnes handicapées isolées.
«Je ne propose pas de rapport sexuel complet, ni pénétration ni fellation. Mais j’offre des caresses pouvant aller jusqu’à l’orgasme et des corps-à-corps dans la nudité», détaille dans Le Parisien Pascal, 50 ans, et seul «assistant sexuel» de France.

L’exemple de la Suisse ou des Pays-Bas

Pascal intervient aussi bien auprès d’hommes que de femmes. «Je n’ai pas de limite supérieure d’âge, mais je n’accepte pas de moins de 30 ans, car la différence d’âge me gênerait», raconte ce kiné et psychologue de formation. Marié et père de famille, il s’est formé en Suisse où, comme aux Pays-Bas, les assistants sexuels ont pignon sur rue.

En Suisse, si certains assistants décrivent des «prestations» semblables à celles de Pascal, d’autres vont plus loin. «Parfois il s'agit simplement de découvrir le plaisir de retrouver une fonctionnalité perdue suite à un accident, alors que dans d'autres circonstances, la relation peut aller jusqu'à un rapport oral ou à la pénétration», décrivait Catherine Agthe Diserens, présidente de l'association romande Sexualité et Handicaps Pluriels (SEHP).

Une proposition de loi en préparation

Mais en France, Pascal exerce sa fonction de façon bénévole et discrète. La pratique est en effet assimilée à de la prostitution, une situation que veut faire évoluer Jean-François Chossy. Ce député UMP planche en effet sur une proposition de loi visant à légaliser l’accompagnement sexuel.

«Il y a nécessité de faire un texte pour que l’accompagnement sexuel échappe à cette notion de prostitution», a justifié sur France Info Jean-François Chossy, qui dit agir «à la demande des associations». Tout les monde, pourtant, ne voit pas la chose du même oeil.

Un sujet qui divise

«Il faut que l’on sorte de cette idée que si on n’y arrive pas soi-même, on fait rien», plaide Jean-Marie Barbier, président de l’association des paralysés de France (APF). «Parler de la vie sexuelle et affective des personnes handicapées, lever un tabou, c'est un programme dont nous ne pouvons que nous féliciter. Mais où sont les personnes handicapées elles-mêmes, et notamment les femmes handicapées et leurs représentantes?», répond Maudy Piot, présidente de l’association Femmes pour le dire, femmes pour agir (FDFA).

FDFA refuse ces «relations sexuelles tarifées», de même que les associations de lutte contre la prostitution qui, à l'image du Nid, se sont déjà prononcées contre la pratique. Le débat n’a pas fini de diviser.

Source : http://www.20minutes.f...nts-sexuels-occuper-handicapes

Votre avis ?
37 ans 86
pas évident comme question !! J'en ai discuté recemment avec une amie qui intervient dans une école avec des adolescents et adultes en situation d'handicap.. Elle est pour car elle voit bien que c'est un sujet très délicat pour ces jeunes gens qui ne peuvent pas découvrir leur sexualité alors que l'âge et l'envie y est .. c'est très frustrant!! ce que je comprends bien .. donc de ce côté là je serai POUR
Bin oui mais c'est pas si simple, nous sommes dans une société où ce sujet reste tabou (et pas forcement que pour les personnes handicapés) et je ne peux m'empêcher de faire le lien avec un côté de prostitution.
Alors pour moi ce sera avis partagé !! Je ne connais pas encore bien ce métier, sa pratique, les gens qui le pratique, d'où ma crainte.
3431
Mon avis est encore partagé mais je serais plutôt favorable à l'accompagnement sexuel car les handicapés ont aussi le droit à une vie sexuelle. Et pour ceux qui ne peuvent pas au moins se satisfaire par eux-même je concois que ce soit très difficile de n'avoir aucun moyen d'assouvir ses envies.
Lors d'un reportage, j'ai entendu des témoignages de mères qui avouait se résigner à masturber leur fils pour les soulager ou essayer de trouver une prostituée qui accepte d'avoir un rapport avec leur fils.
50 ans strasbourg 6049
ben pour moi ca revient à autoriser la prostitution étant donné que la donnée handicap n'est aps dans mon esprit une spécificité mais un état de fait comme j'ai les cheveux courts. c ptete débile mais c un point de vue.
je suis donc totalement pour.
A
35 ans Caen 6651
coucou,

moi je travaille avec des personnes âgées qui ont autant de besoin sexuel que n'importe qui (donc que les personnes handicapés d'ailleurs les anciens sont généralement handicapés eux-mêmes)

la sexualité est trop bizarre dans ces deux cas, c'est un énorme tabou alors, à mes yeux, c'est super qu'on se mette à en parler, qu'on se mette à faire quelque chose (bon de là à passer une loi ça m'étonnerait mais faut garder espoir)

les parents d'adultes handicapés sont généralement frileux à l'idée que leur enfant se mette en ménage avec un(e) compagnon(gne) handicapé(e) également alors je doute que des gens valides qui aident sexuellement des gens handicapés ça fasse l'unanimité prochainement

personnellement, je ne savais pas du tout que ce métier existait et j'espère que le colloque viendra informer un maximum de personnes qui peuvent en ressentir le besoin
35 ans suisse 17
Hello,

Je trouve qu'on ne peut absolument pas comparer le fait d'être handicapé ou d'avoir les cheveux courts :? Ca n'a rien rien à voir. Certaines personnes souffrant d'un handicap ne peuvent avoir une sexualité de manière autonome alors qu'elles en auraient le droit et surtout l'envie. Donc, je suis pour de l'aide, après à voir dans quelles conditions et jusqu'où. Ce sont des questions éthiques très délicates où il est difficile de dire: je suis pour ou contre, sans nuancer ses propos.


Par contre, pour l'histoire des cheveux courts, je ne vois pas ce qui t'empêche de faire ou non l'amour selon TES envies/besoins, ce qui est donc tout à fait différent.
R
36 ans 15384
Totalement pour ... Je dirais meme qu'une sexualité satisfaisante ne peut que les aider a mieux vivre !
Bien sur,il faudrait que tout cela soit "encadré" correctement. Quelque part,il faudrait tout betement autoriser toute forme de prostitution non ? Il n'y a pas que les handicapés qui ne peuvent pas avoir de rapports sexuels,il y a aussi les personnes au physique plus qu'ingrats,les asociaux et surement d'autres ..
65 ans nice 3117
Pour a 200 % - de la même manière que l'on doit faire le possible pour faciliter la vie des handicapés (quels qu'ils soient) dans la société (rampe, accès, braille, etc ........)
il me semble normal de leur faciliter aussi la sexualité qui fait partie de la vie !
très intéressant a lire (comme quoi , ce n'est pas nouveau - cet article n'est pas récent )
http://www.mouvementdu...dicap-accompagnement-sexuel-ou
58 ans en Suisse .... 852
tout d'abord petite parenthèse, je ne sais pas ce qu'il en est en France, mais la prostitution en Suisse est autorisée, encadrée et contrôlée. Vos messsages me donnent l'impression que la prostitution est interdite chez vous. Non le handicap n'est pas un état de fait, on né pas handicapé comme on né blond ou brun ou cheveux longs ou cheveux courts. Vous connaissez beaucoup de handicapés qui vivent en couple ??? Je pense que ces personnes qui ont déjà de grosses frustrations à cause de leur handicap ne doivent pas en plus avoir la frustration de ne pas connaitre le plaisir physique, peut-être encore plus un homme qu'une femme puisque les besoins ne sont pas les mêmes. Vous l'avez dit en Suisse la pratique est autorisée je trouve cela très bien. La seule crainte que je pourrai avoir c'est que la personne handicapée tombe amoureux(euse) de cette personne qui lui donne ce plaisir .... mais j'imagine qu'elles savent gérer ces sentiments en tous les cas je l'espère.
58 ans en Suisse .... 852
bailabianca a écrit:
Non le handicap n'est pas un état de fait, on né pas handicapé comme on né blond ou brun .
oups la faute énorme :shock: merci de lire on ne nait ...
3431
louis_cyfer a écrit:
ben pour moi ca revient à autoriser la prostitution

A ma connaissance, la prostitution n'est pas interdite en France sauf le racolage passif.

http://www.prostitutio...ns-nationales/la-loi-en-france
833
Dans ma ville natale il y a un couple d'aveugle (lui est d'ailleur un grand champion de course à pieds). Ils n'ont eu que des soucis dans leur jeunesse..mais se sont battus. Ils sont mariés, vivent en totale autonomie et ont une fille qui a aujourd'hui 16 ou 17 ans (sans handicap). Perso je suis plus mitigée, je répondrai : cela dépend du handicap. il y a peu au JT de 13h un reportage sur une jeune femme qui avait été réanimé à la naissance contre l'avis du père. Aujourd'hui elle est totalement dépendante, n'a plus toute sa tête etc...Peut elle avoir une sexuallité ? En a t'elle envie ? Difficile!!!
54 ans Out of Africa... 4355
Hum....Ca me gêne vraiment ces personnes prétendûment altruistes qui voudraient donner du plaisir sexuel aux personnes handicapées : pourquoi ne pas plutôt communiquer - et effectivement lever le tabou - sur le fait qu'une personne handicapée peut aussi avoir des désirs sexuels ? Parler de leur difficulté à ce niveau et leur demander à EUX ce qui serait bon de faire, pour EUX.
54 ans Out of Africa... 4355
Qui sont ces personnes qui veulent donner du "plaisir" sexuel à une personne parce qu'elle est handicapée ? Qu'est-ce qui les motive ?

La sexualité ce n'est pas qu'un besoin physique : c'est terrible d'envoyer une personne handicapée voir une prostituée, ou un "assistant sexuel" qui au fond, n'en a rien à foutre de la personne. Est-ce réellement la bonne réponse ?

Je préfère me battre pour que les gens comprennent que qu'être handicapé n'empêche pas d'aimer ET d'avoir une vie sexuelle épanouie dans la complicité avec un/une partenaire réllement choisi(e) et pas seulement payé pour quelques minutes, quelques heures...
43 ans 4830
que ce soit pour n'importe quelle raison, même "sociales" et ou "humaines", ça reste de la prostitution, puisqu'il y a une contrepartie financière à un plaisir sexuel donné.

le fait de parler des handicapés et un moyen détourné à mon sens pour faire passer la pilule aux réfractaires et cul bénis qui n'y voient qu'une perversion, alors que ça représente un besoin réel de la population...

c'est un peu hypocrite comme démarche à mon sens, m'enfin bon.. je suis pour une prostitution encadrée, légiférée, et contrôlée et d'ailleurs pour la réouverture des maisons closes à cette fin. (et ça, c'est illégal en france, tout comme le racolage et le proxénétisme).
B I U


Discussions liées