MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Mon boulo me bouff la vie !

86
Bonjour les filles ! ça fait un petit moment que je ne vous ai pas rendu visite car depuis environ 6mois je suis dans une fase très difficile de ma  
vie et aujourd'hui j'ai vraiment besoin d'en parler à des pesonnes exterieurs pour avoir peut-être des avis differents .

Voilà alors tout dabord je vie en suisse, j'ai presque 19 ans et je suis en apprentissage de carrossière-peintre en 3èeme année ( s'est sur 4 ans ). Lorsque je me suis lancée dans cette vois il y'a maintenant presque 3 ans et demie, j'ai tout de suite été très entousiaste, j'adorais mon travail, chaque jour apprendre quelque chose de nouveau me passionnée. Puis il y a un peu plus de 6mois, la carrosserie ou je travaillais à commencée à manquer de travail serieusement... et mon moral a commencé à décliner. Je suis quelqu'un de très speed qui aime avoir du boulo à faire du matin au soir (le temps passe plus vite ! ) bref après de long mois de réflection j'ai décidée d'abandonner ma place qui se trouvait à coté de chez mes parents (ou j'ai toujours vécue) Je me suis trouvée une place à 60 kilomètres, vers mon homme, une grande carrosserie ou le travail ne manque jamais (ou très rarement), bref le rêve !
Cependant un grand problème pérciste... je m'ennui toujours, j'en pleur constamment ! je crois que je n'aime plus se métier et pourtant je "dois" finir l'année et demie qui me reste pour vaoir au moins un papier pour ma vie futur ! Mais chaque jour est plus dur que la veille, chaque matin lorsque je me lève au cotés de mon homme, je me sens désépérement seule, je prépare mon repas du midi (car je travail assez loin de mon nouveau domicile et ne peut pas rentrée) mange un truc et pars le coeur séré travailler... encore et encore s'est si dur... j'ai essayé d'en parler à mon homme mais sans grande conviction, il ne peut rien faire pour moi dailleur personne ne peut faire quelque chose pour moi, je pense... mais si vous avez des histoires similaires que vous avez vécus, des moments de détresses qui se rapproche au miens je crois que ça me ferai du bien de les entendres !


Voilà j'attends avec grande impacience vos réponses et merci d'avoir pris le temps de lire mon histoire
833
Bonjour, j'imagine déjà les hauts le coeur que je vais provoquer, mais bon, voilà mon avis : la vie est courte et difficile alors se prendre la tete en plus dans son taf NON !!!! Tu n'as pas 36 solutions. Soit tu continues jusqu'à obtention de ton diplome soit tu stoppes tout. Perso à 20 ans j'ai stoppé mon BTS Assistant de Direction. Ca me prenait la tete, j'étais amoureuse et je voulais profiter. A 25 ans je l'ai repris en contrat qualif et obtenu à 27 ans. Je ne regrette pas ce break car j'ai pu découvrir d'autres choses...Mais la décision tu ne peux la prendre que TOI...C'est dur mais il n'y a pas de honte à vouloir stopper pour se sentir mieux. Car crois moi etre soi est plus important que le paraitre. Bise et bon courage. ;)
86
Bonjour valou, déjà je salut ton courage, mais je ne pense pas que je peux arrêter... je vis à la charge de mon homme et je ne voudrais pas être un fardeau pour lui en arrêtant ma formation maintenant car il me faudra minimum 3 ans pour avoir un nouveau diplome dans une autre branche ! donc je pense que se qu'il me faudrait surtout s'est... des "trucs", enfin comment pourrai-je exprimer cela ? ... hum des conseils/histoires, des gens qui ont continués leur formation malgré leur dégout pour celle-ci, comment faire pour ne pas regarder l'heure toute les 5minutes ??? ect ect je ne sais pas si j'arrive à me faire comprendre en fait :s :oops:
833
De rien....Perso j'étais aussi en couple à l'époque et j'ai fait ce que j'avais envie...J'ai un caractère assez trempée comme on dit, je suis impulsive....pas méchante pour un sou mais j'agis sur le moment et je reflechis après...ou je reflechis pas car ce me fout le cafard...mdr...Des petits trucs pur relativiser et faire en sorte que cette année et demie passe vite ??? Difficile pour moi de te conseiller, dsl... :? J'espère que tu trouveras au fond de toi ce petit truc qui te donneras la force de continuer. Bise et bon dimanche.
35 ans 92 / 69 5897
Si j'étais à ta place, je finirai cette formation. Il ne te reste que 6 mois, c'est long et peu à la fois.
Tu as fait les 7/8 ! Tu te rends compte du chemin parcouru ;)
Donc je validerai la formation pour être sûr que quoi qu'il advienne j'ai un diplôme, que mon futur employeur ne me demandera pas pourquoi je n'ai pas été au bout etc.

Quitte à faire un calendrier chez toi et barré les jours avant la fin.

Pendant les 6 mois qu'il te reste tu réfléchis à ce que tu aimerais faire : faire une formation en alternance par ex. (avec donc la possibilité d'être payé et de refaire des études qui te plaisent vraiment) ou alors carrément entrer dans la vie active dans une boîte qui te plaît et monter au fur et à mesure.

Tu es très jeune : tu as la vie devant toi. Fonce mais termine ce que tu as commencé avant ;)
35 ans 92 / 69 5897
Et pour les petits trucs : à chaque fois que tu t'ennuies pense à ton avenir, ce que tu souhaiterais faire avec la fin de ces 6 mois, pense à de nouveaux projets...
86
Bonjour thermantia, tout d'abbord merci pour ta réponse, mais le souci s'est qu'il ne me rest epas 6 mois mais 1ans et demi ! et sa dans ma tête sa change tout ! :cry: pire encore, plus je réfléchie à ce que je voudrais faire après se diplome plus je déprime, j'ai du consulter aurpès d'un spécialiste plusieurs fois, j'avais des médicaments à prendre ect je ne voudrais pas retomber si bas mais le contraire me parrait impossible :/
38 ans ici et ailleurs... 1068
à 18 ans, je suis rentrée à l'école d'infirmières. Au bout d'un an, j'étais sur le point de tout lâcher, rejoindre mon ex et reprendre mes études 10 ans plus tard.. Des études très dures, je n'étais pas forcément préparée à vivre toute cette tristesse, ces décès, ces maladies, ces soucis que tu ne devrais pas connaitre avant d'etre adulte.. J'enviais mes potes à la fac qui squattaient toutes les soirées étudiantes le jeudi, à boire jusqu'a plus soif, alors que moi, je me couchais à 22h pour être en stage à l'hosto à 6h30 du matin.. Ma première année fut catastrophique, j'ai enchainé les mauvais rapports de stage (10 et 11/20 à mes deux premiers stages), et les réflexions qui vont avec ("tu n'y arriveras jamais", "tu n'est pas motivée"...), bref j'ai tout entendu. J'ai serré les dents les deux années qui ont suivi, dans le but d'avoir un diplome et pouvoir reprendre mes études plus tard si j'en avais envie.. Ma seule joie pendant ces 2 années qui ont suivi : les week ends pour souffler et les vacances scolaires...
J'en ai versé des larmes pendant ces années, de la colère, du découragement, du stress, des insomnies, la boule au ventre. Je m'en souviens de ces stages où j'étais traitée comme une m**** sans reconnaissance, sans même qu'on m'appelle par mon prénom mais par un simple "oh toi la stagiaire", ces stages où ma référente était tellement exécrable que je n'osais même pas aller pisser ou fumer une clope de peur d'avoir encore des remarques..
Si c'était à refaire ? je ferais pareil, je ne regrette pas de m'être torturée psychologiquement avec ces études, ces personnes "méchantes" rencontrées dans mes stages, je me félicite (enfin remercie surtout mon père de m'avoir poussé à continuer) d'avoir réussi à aller au bout et à obtenir ce bout de papier.. C'est sur que cela est plus facile à dire maintenant, que j'ai un boulot, un CDI et un salaire pas trop mal.. mais courage, tiens le coup pendant 1 an 1/2... c'est pas grand chose dans une vie, et si ca peut te permettre d'avoir une meilleure situation, ne lâche pas...
38 ans ici et ailleurs... 1068
à 18 ans, je suis rentrée à l'école d'infirmières. Au bout d'un an, j'étais sur le point de tout lâcher, rejoindre mon ex et reprendre mes études 10 ans plus tard.. Des études très dures, je n'étais pas forcément préparée à vivre toute cette tristesse, ces décès, ces maladies, ces soucis que tu ne devrais pas connaitre avant d'etre adulte.. J'enviais mes potes à la fac qui squattaient toutes les soirées étudiantes le jeudi, à boire jusqu'a plus soif, alors que moi, je me couchais à 22h pour être en stage à l'hosto à 6h30 du matin.. Ma première année fut catastrophique, j'ai enchainé les mauvais rapports de stage (10 et 11/20 à mes deux premiers stages), et les réflexions qui vont avec ("tu n'y arriveras jamais", "tu n'est pas motivée"...), bref j'ai tout entendu. J'ai serré les dents les deux années qui ont suivi, dans le but d'avoir un diplome et pouvoir reprendre mes études plus tard si j'en avais envie.. Ma seule joie pendant ces 2 années qui ont suivi : les week ends pour souffler et les vacances scolaires...
J'en ai versé des larmes pendant ces années, de la colère, du découragement, du stress, des insomnies, la boule au ventre. Je m'en souviens de ces stages où j'étais traitée comme une m**** sans reconnaissance, sans même qu'on m'appelle par mon prénom mais par un simple "oh toi la stagiaire", ces stages où ma référente était tellement exécrable que je n'osais même pas aller pisser ou fumer une clope de peur d'avoir encore des remarques..
Si c'était à refaire ? je ferais pareil, je ne regrette pas de m'être torturée psychologiquement avec ces études, ces personnes "méchantes" rencontrées dans mes stages, je me félicite (enfin remercie surtout mon père de m'avoir poussé à continuer) d'avoir réussi à aller au bout et à obtenir ce bout de papier.. C'est sur que cela est plus facile à dire maintenant, que j'ai un boulot, un CDI et un salaire pas trop mal.. mais courage, tiens le coup pendant 1 an 1/2... c'est pas grand chose dans une vie, et si ca peut te permettre d'avoir une meilleure situation, ne lâche pas...
86
bonsoir neliii, merci pour ton histoire sa me remonte un peu le moral. Le souci s'est que se soir avec tous vos messages, je suis remontée à bloque mais que demain quand la "torture" va recommencer, je ne vais plus savoir quoi faire, penser ... s'est difficile à exprimer mais sur le moment, au taff s'est comme une vie de "vomir" ... sa me parrait si loin 1 ans et demi :/


Quel crétin à dis que la vie est rose ? :evil:
32 ans suisse 123
Coucou,

moi, j'aimerai juste te souhaiter beaucoup de courage.

Si j'étais à ta place ( et je ne le suis pas...) je pense que je finirai cette formation car en Suisse maintenant c'est galère de trouvé un nouvel apprentissage surtout si tu stoppes en cours de route l'ancien ( je sais pas de quelle région tu es mais en Valais le bouche à oreilles et les jugements sont très présents je trouve).

Dis-moi, as tu des hobby, quelque chose que tu peux faire en dehors de ton travail et qui te plaît vraiment? cela peut être une motivation pour tes journées ?
86
J'étais en valais et la je viens de déménager sur Vaud (lausanne) mes hobbis ? heuu je ne sais pas si s'en ai un mais un ciné, résto, ou juste un moment calin avec mon homme s'est ça que j'aime :oops:
32 ans suisse 123
Et tu sais dans quels domaines tu aimerais te lancer professionnellement?
3923
C'est l'activité même qui te déplait, ou bien le milieu de l'automobile ?...Tu pourrais peut-être rebondir par la suite dans ce secteur.
54 ans Out of Africa... 4355
sou-tif a écrit:
Lorsque je me suis lancée dans cette vois il y'a maintenant presque 3 ans et demie, j'ai tout de suite été très entousiaste, j'adorais mon travail, chaque jour apprendre quelque chose de nouveau me passionnée.

toujours, j'en pleur constamment ! je crois que je n'aime plus se métier et pourtant je "dois" finir l'année et demie


Alors soit c'est l'endroit où tu travailles qui ne te convient pas, soit tu t'es rendue compte que tu t'étais trompée de voie auquel cas, pourquoi vouloir absolument un diplôme dans une discipline qui ne t'intéresse pas du tout ? Pour moi, c'est une perte de temps.

Et si un jour on te pose la question, tu peux toujours répondre que tu as voulu essayer un métier que tu ne connaissais pas et que tu t'es aperçue que ça ne te plaisait pas.
Pour moi, c'est une qualité que de ne pas s'obstiner dans une "mauvaise" voie.
Ce n'est pas un drame et ce n'est même pas grave ;)
Pourquoi ne pas voir ton "maitre de stage" et en parler avec lui/elle ?
B I U