MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

IAC, IAD, FIV etc ... quel état d'esprit ?

35 ans enfin de retour dans le Gers 543
bonjour à toutes,

pour celles qui ne me connaissent pas, je suis en essai bb1 depuis plus de 5 ans, et j'ai déjà fait 2 IAC --- en mai et en  
juin 2010.
je vais faire la 3ème dès mon prochain cycle.
la question que je me pose, c'est dans quel état d'esprit me mettre. je m'explique : à ma 1ère IAC, j'étais persuadée que ça allait marcher très vite, que je serais enceinte et maman pour début 2011 ... et après le ---- de ma 2ème tentative, je me suis effondrée, je ne voulais plus entendre parler d'essai bb, je voulais même mourir car j'essayais de faire le deuil d'un futur enfant en sachant pertinemment que je ne me projetais pas dans l'avenir sans enfant.

bref, ma question est la suivante : vaut-il mieux rester positive tout le long avec le risque de chuter de très haut ou vaut-il mieux ne pas trop espérer ?
56 ans 91 25732
Il faut faire... ce qu'on peut ! ;) Je doute qu'on puisse se mettre dans un état d'esprit particulier sur commande. ;)

Dans l'absolu je dirais qu'il faut toujours rester positive, mais pour ma part je suis passée par tous les stades que tu as proposés, du "ca va marcher c'est sûr" au "je ne sais même pas pourquoi je continue, ça ne marchera jamais de toutes façons, je subis tout ça pour rien" en passant par "je me motive mais je commence à désespérer" pour en arriver dans mon cas à partir systématiquement battue d'avance. :?

Je crois que ça dépend aussi du nombre d'échecs. Plus on a d'échecs, plus c'est dur d'y croire et en y croyant plus, on a le sentiment que le prochain échec fera moins mal, ce qui est totalement faux.

Oui le mieux c'est de rester positif, de se dire que la PMA, sans être une science qui marche à coup sûr est tout de même une chance d'avoir un enfant, là où il n'y en aurait pas du tout, ou bien moins, si on laissait faire la nature. Et ça c'est super important.

Mais en même temps je crois qu'il ne faut pas perdre de vue que l'échec est toujours possible, ne serait-ce que pour s'y préparer, mais sans qu'il devienne obsessionnel. Plus facile à dire qu'à faire... :? ;)
37 ans Au milieu des champs de l'Oise 1596
Je ne pense pas que telle ou telle attitude soit meilleure que l'autre.
En ce qui me concerne sa variait d'1 jour à l'autre, d'1 minute à l'autre!
J'aurai tendance à dire que vu que tu sais qu'il se peut que ça ne fonctione pas, pourquoi ne pas positiver? En règle générale, on se sent mieux quand on est positif.
De toutes manière si ça ne fonctionne pas cette fois-ci tu seras qd même déçu, alors autant profiter de ce moment pour recharger les batteries de l'espoir ;)

Chose complètement paradoxale, quand j'ai pris la décision d'arrêter définitivement les traitements, je me suis dit que l'espoir était mon pire ennemi. On dit toujours de "garder espoir" mais pour mon cas à ce moment là il vallait mieux pour ma santé mentale que je n'en ai plus...
37 ans Au milieu des champs de l'Oise 1596
Patty a écrit:
Je crois que ça dépend aussi du nombre d'échecs. Plus on a d'échecs, plus c'est dur d'y croire et en y croyant plus, on a le sentiment que le prochain échec fera moins mal, ce qui est totalement faux.
+1 ! On pense se protéger mais ça n'a aucune incidence sur la peine. Puis-ce que de toutes façons si on continue c'est qu'on a de l'espoir donc il sera forcément déçu en cas échec. :(
40 ans chez moi 5070
Alors moi je suis passée par tous les états y a qu'à voir mon post spécial 3615 je raconte ma pma.
Mais une chose est sûr si je le fais, si je m'inflige tout ça c'est que j'y crois toujours.
Mais c'est vrai que 2010 m'a mise une grande claque car j'étais persuadée que ce serait l'année de ma 1ière maternité alors que rien...
Alors maintenant je suis plus prudente mais juste pour éviter de tomber de haut.
Et puis les sacrées hormones nous aident pas, là en ce moment j'ai qu'une envie faire ma marmotte et que les effets secondaires arrêtes du coup j'suis pas dans un super état d'esprit.

Pour ça je ne remercierais jamais assez ma gynéco pma à chaque fois que je sort de son cabinet je suis remontée à bloc et j'y crois.
35 ans enfin de retour dans le Gers 543
merci les filles pour vos réponses. ;)
de toute façon, c'est pas évident d'avoir une pensée dans un sens ou dans l'autre sur commande. mais le truc, c'est que je ne veux pas souffrir autant qu'il y a 6 mois.
maintenant, reste plus qu'à attendre mes rrrr et je reprend le ttt.

:kiss:
35 ans Doubs 1677
J'ai répondu espoir, espoir, espoir !
Sans doute parce que je n'ai pas encore véritablement commencé les essais, et que je ne m'imagine pas prendre la claque de l'échec.
La première IAD aura lieu en mai/juin, et je ne sais pas pourquoi, mais je suis très confiante.
37 ans Au milieu des champs de l'Oise 1596
papaillette a écrit:
J'ai répondu espoir, espoir, espoir !
Sans doute parce que je n'ai pas encore véritablement commencé les essais, et que je ne m'imagine pas prendre la claque de l'échec.
La première IAD aura lieu en mai/juin, et je ne sais pas pourquoi, mais je suis très confiante.
Je ne te souhaite pas que ça ne fonctionne pas bien entendu, mais comme toutes conceptions, il y a en moyenne 25% de chance que l'embryon s'implante. Ce qui veut dire qu'il vaut mieux quand même se "préparer" à 1 échec.

C'est bien d'être positive mais être persuadée que ça fonctionnera lors de cette tentative, je trouve ça risqué. :?
B I U


Discussions liées