MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Suite et fin de l'aventure allaitement...

42 ans Rennes (35) 8666
Bon bah voila, après une semaine et demi quasiment de bons et loyaux services mes seins ont capitulés. Enfin en fait c'est surtout moi qui ai capitulé...
Eliott est donc passé  
au biberon ce matin et ho bonheur, il dort... Il est tout paisible et repus...

En fait les débuts de l'allaitement ont été difficiles, mais bon je me disai "ça va venir, faut du temps pour que ça se mette en place etc". Sauf que pour je ne sais quelle obscure raison ma montée de lait ne s'est visiblement pas faite correctement, et du coup mon petit coeur n'avait pas ce qu'il voulait.
Depuis hier il est était très très énervé, et pas moyen de le mettre au sein, il le refusait à chaque fois. Du coup comme je devai aller à la clinique pour le peser, je me suis dis que j'allais en profiter pour leur demander des infos si jamais je voulais passer au biberon, et il s'est avéré que petit coeur avait perdu 200grammes depuis lundi, alors qu'il a beaucoup têté de lundi a mardi matin. Visiblement je ne founissai pas assez de lait et du coup il avait du mal a têté.
Au dela de ça, le passage au biberon m'enlève un gros poids. En ce qui me concerne, depuis le début l'allaitement n'avait rien de magique et d'épanouissant, c'était même plutôt une contrainte. J'entend des mamans me dire que le moment de la têtée c'est magique etc, moi non. Quand il s'endort sur ma poitrine tout recroquevillé, ça c'est magique, et ça vaut toutes les têtées du monde a mes yeux...

Bref, ce post n'a pas un intérêt énorme lol, mais c'est plus une réponse à celles qui ont commenté sur mon autre post quand je disai que j'avais du mal avec l'allaitement.

Donc voila, c'est fini :D
(et puis bon mine de rien, il a quand même eu les bienfaits du lait de maman au tout début de sa vie, ce qui est mieux que rien...)
43 ans pres d'orleans 1304
La césarienne ne favorise pas la montée de lait m'a t on dit. J'ai eu aussi beaucoup de mal à avoir ma montée de lait et je me rappelle avoir pleuré de voir Jules s’énerver au sein, j'etais dans une maternité pro allaitement donc ils m'ont soutenu et aider à ne pas abandonner.

J'ai lutté et par chance le lait est venu et j'ai reussi à allaiter deux mois en exclusif et j'ai aussi introduit les bib jusqu'à 4 mois et demi .

Donner le biberon est pour moi tout aussi magique que donner le sein. Ce que j'aimais c’était plonger mes yeux dans les yeux immenses de mon fiston. Accrochée à son regard plus rien ne compte.

Alors tchin tchin Eliott :D
44 ans Lille 7000
Je voulais juste te dire qu'il y a un pic de croissance vers 10 jours donc c'était normal qu'il tétait +++ c'était pr adapter ta lactation à ses nouveaux besoins... ds ces cas-là, ils peuvent rester pendu aux seins toute la journée...

deuxième chose, l'allaitement est loin d'être magique au début, ça fait la ( entre la montée de lait, les tétons qui doivent s'adapter, la position à trouvé; la fatigue, l'adaptation aussi bien pr bb que pr maman...), ça le devient par la suite, qd la lactation s'est bien installée... Au début même qd tout roule, c'est quand même pas simple et pas magique, j'ai aucuns soucis les deux fois ou j'ai allaité et prtant, ça a mis bien un mois pr "être magique", qd tout roulé et quand on avait trouvé notre rythme et même pr le deuxième...

Sinon, si tu te sents mieux avec le bib, tant mieux, une maman à l'aise, c'est un bb à l'aise, on dit qu'il vaut mieux donner un bibi de bon cœur qu'un sein donné à contre-cœur...
42 ans Rennes (35) 8666
doucefolie a écrit:
Ce que j'aimais c’était plonger mes yeux dans les yeux immenses de mon fiston. Accrochée à son regard plus rien ne compte.


Ce que je n'ai pas pu avoir depuis qu'il est né, vu qu'il tête en s'endormant à moitié. La effectivement quand son papa lui a donné le biberon ce matin, il avait les yeux grands ouverts et je trouve ça un million de fois plus merveilleux :oops:
42 ans Rennes (35) 8666
DameAliénor a écrit:
Je voulais juste te dire qu'il y a un pic de croissance vers 10 jours donc c'était normal qu'il tétait +++ c'était pr adapter ta lactation à ses nouveaux besoins... ds ces cas-là, ils peuvent rester pendu aux seins toute la journée...


Le problème qu'on a eu en fait c'est qu'il ne veut pas du sein, ou alors 3 min et il s'en allait en le repoussant... On ne sait pas trop si du fait de la cesa la lactation n'a pas marché correctement ou si ça vient de mon lait (même si on dit que le lait maternel est toujours bon) le fait est qu'il n'avait pas assez à manger...
Enfin bon je ne regrette rien, et comme tu dis, mieux vaut
un bib de bon cœur qu'un sein donné à contre-cœur...
S
87 ans 4951
J'ai vécu la même chose que toi pour mon ainé et j'ai abandonné l'allaitement après 10 jours et comme toi, cela a été un soulagement de réussir enfin à nourrir mon fils. Les biberons ont été des moments magiques dont je me souviens encore avec beaucoup de bonheur.

Pour mon deuxième enfant étant donné les conditions de naissance difficiles je n'ai même pas réessayer.

Je me suis senti coupable pendant un petit moment puis, quelqu'un m'a dit exactement la même phrase que Dame Aliénor et j'ai cessé toute culpabilité.

Je te souhaite tout de bon
3431
doucefolie a écrit:
La césarienne ne favorise pas la montée de lait m'a t on dit.

J'ai eu une césarienne et pas de problème pour la montée de lait. D'ailleurs à la maternité j'avais tellement de lait que lorsque je gardais mon fils endormi contre moi après la tétée, j'oubliais que le lait continuait de couler et ma chemise de nuit se retrouvait bien trempée. Après la douche par exemple, le lait coulait sur le sol.
J'ai mal vécu la montée de lait. Je ne voulais pas toucher mes seins pendant cette période et je trouvais pénible d'avoir la poitrine dure et l'impression que ça me brûlait de l'intérieur.
Je plussoie DameAliénor quand elle dit que l'allaitement est loin d'être magique au début.
A la maternité j'ai tellement eu la pression de la part du personnel au niveau de mon allaitement (qui me questionnait plusieurs fois par jour sur les heures et les durées de chaque tétées) que j'ai failli tout stopper en rentrant chez moi. Après en avoir parlé avec mon médecin qui refusait de me donner les médocs pour stopper l'allaitement, j'ai finalement décidé de continuer et le plaisir d'allaiter est à nouveau revenu.

Je plussoie également cette phrase citée par DameAliénor :
il vaut mieux donner un bibi de bon cœur qu'un sein donné à contre-cœur...
42 ans Rennes (35) 8666
En fait c'est ça le truc. On ne dit pas que les débuts sont super durs. Entre la montée de lait, les hormones, la fatigue etc franchement les moments magiques si il faut les attendre 3 mois moi je n'ai pas la patience lol. Et visiblement Eliott non plus ;)
41 ans Strasbourg (Lingolsheim) 425
Moneypenny a écrit:

Je plussoie DameAliénor quand elle dit que l'allaitement est loin d'être magique au début.
A la maternité j'ai tellement eu la pression de la part du personnel au niveau de mon allaitement (qui me questionnait plusieurs fois par jour sur les heures et les durées de chaque tétées) que j'ai failli tout stopper en rentrant chez moi.

Pareil pour moi, beaucoup de stress à la maternité car le petit a perdu 500 grammes en 5 jours, alors que je me démenais comme pas possible pour le faire téter.
Ca a été dur pour nous car ayant eu une hémorragie de la délivrance j'ai été séparée de mon fiston pendant plusieurs heures, et il a reçu des biberons pendant qu'on me soignait.
La mise au sein a été très pénible, avec les SF qui me pressaient les tétons, le fiston qui crevait la dalle et qui ne comprenait pas comment téter...
La montée de lait très douloureuse...
J'ai eu des débuts de crevasses, que j'ai soignées avec des coussinets d'allaitement en coton imbibés de mon propre lait.
Et une fois rentrés à la maison on était enfin au calme, et là ça marchait enfin !
Maintenant j'ai beaucoup de plaisir à allaiter, ça me détend, mais les premières semaines sont dures...
Par contre fiston tète une quinzaine de fois par jour, donc je dois rester très disponible pour lui.
37 ans Paris 1810
Moneypenny a écrit:
doucefolie a écrit:
La césarienne ne favorise pas la montée de lait m'a t on dit.

J'ai eu une césarienne et pas de problème pour la montée de lait. D'ailleurs à la maternité j'avais tellement de lait que lorsque je gardais mon fils endormi contre moi après la tétée, j'oubliais que le lait continuait de couler et ma chemise de nuit se retrouvait bien trempée. Après la douche par exemple, le lait coulait sur le sol.
J'ai mal vécu la montée de lait. Je ne voulais pas toucher mes seins pendant cette période et je trouvais pénible d'avoir la poitrine dure et l'impression que ça me brûlait de l'intérieur.
Je plussoie DameAliénor quand elle dit que l'allaitement est loin d'être magique au début.
A la maternité j'ai tellement eu la pression de la part du personnel au niveau de mon allaitement (qui me questionnait plusieurs fois par jour sur les heures et les durées de chaque tétées) que j'ai failli tout stopper en rentrant chez moi. Après en avoir parlé avec mon médecin qui refusait de me donner les médocs pour stopper l'allaitement, j'ai finalement décidé de continuer et le plaisir d'allaiter est à nouveau revenu.

Je plussoie également cette phrase citée par DameAliénor :
il vaut mieux donner un bibi de bon cœur qu'un sein donné à contre-cœur...


Ecuse-moi c'est un peu HS, mais cette phrase m'a fait bondir : d'où un médecin peut te refuser les médicaments pour stopper la lactation? :shock:
3431
Zoetincelle a écrit:
Moneypenny a écrit:
doucefolie a écrit:
La césarienne ne favorise pas la montée de lait m'a t on dit.

J'ai eu une césarienne et pas de problème pour la montée de lait. D'ailleurs à la maternité j'avais tellement de lait que lorsque je gardais mon fils endormi contre moi après la tétée, j'oubliais que le lait continuait de couler et ma chemise de nuit se retrouvait bien trempée. Après la douche par exemple, le lait coulait sur le sol.
J'ai mal vécu la montée de lait. Je ne voulais pas toucher mes seins pendant cette période et je trouvais pénible d'avoir la poitrine dure et l'impression que ça me brûlait de l'intérieur.
Je plussoie DameAliénor quand elle dit que l'allaitement est loin d'être magique au début.
A la maternité j'ai tellement eu la pression de la part du personnel au niveau de mon allaitement (qui me questionnait plusieurs fois par jour sur les heures et les durées de chaque tétées) que j'ai failli tout stopper en rentrant chez moi. Après en avoir parlé avec mon médecin qui refusait de me donner les médocs pour stopper l'allaitement, j'ai finalement décidé de continuer et le plaisir d'allaiter est à nouveau revenu.

Je plussoie également cette phrase citée par DameAliénor :
il vaut mieux donner un bibi de bon cœur qu'un sein donné à contre-cœur...


Ecuse-moi c'est un peu HS, mais cette phrase m'a fait bondir : d'où un médecin peut te refuser les médicaments pour stopper la lactation? :shock:

Effectivement à l'époque je l'ai trouvé gonflé de refuser mon choix de ne plus allaiter.
Mais je n'étais pas étonnée de la réaction de mon médecin car ma soeur a vécu à peu près la même chose 6 mois avant moi lors de son séjour à la maternité.
Dès le lendemain de la naissance de son fils, ma soeur avait demandé le médicament pour stopper la montée de lait car elle ne souhaitait plus allaiter son fils (elle avait été un peu forcée par la famille pour l'allaitement).
L'infirmière a tiré une tronche de 2 mètres et lui a jeté le médicament avec mépris pour lui faire sentir qu'elle était une mère indigne.
Mon médecin n'a heureusement pas réagi de cette manière mais il m'a expliqué qu'il préférait que je réfléchisse encore un peu sur cette décision d'arrêter parce que je risquerais peut-être de le regretter par la suite.
Il m'a dit que si malgré tout j'étais toujours déterminée pour arrêter l'allaitement, je pourrais revenir le voir pour me faire prescrire le médicament.
Quelque part je me dis qu'il a tout de même bien fait car j'ai finalement changé d'avis et je ne l'ai pas regretté.
En revanche ça me choque toujours de voir le comportement de certaines personnes pro-allaitement qui se permettent de juger les mères qui font le choix de ne pas vouloir ou plus allaiter.
1547
Moi pareil... L'allaitement et les manières un peu trop pressantes des sfs de la mat' qui étaient trop pro allaitement m'ont bousillé les premiers moments avec ma fille.
J'étais complétement retournée, je faisais un baby blues du tonnerre, le lien avec la petite ne s'était pas encore fait et elles me forçait à l'allaiter 24h sur 24, sans voir que je déprimais, que la petite n'était pas bien et que ça ne venait pas du manque de lait...

J'ai toujours voulu allaiter, j'ai fini par y prendre plaisir et ça a été un déchirement d'arréter.
Mais il faut savoir accepter quand ça ne marche plus.
On a eu beau me dire de la mettre au sein, de destresser etc, rien n'y a fait, je n'avais plus assez de lait, malgré une stimulation quasi constante.
Comme toi je ne pouvais pas la forcer à téter quand elle hurlait de faim et repoussait le sein.

D'un coté ça a été un soulagement de voir qu'elle acceptait bien le biberon et qu'elle se sentait bien aprés.
Mais d'un autre je ne pouvais pas m'empécher de penser que j'avais échouer lamentablement...

Toi c'est bien, tu n'as pas ce sentiment d'échec, et il ne faut surtt pas culpabiliser, même si c plus facile à dire qu'a faire.
De ttes façons, comme tu dis, mieux vaut un peu que pas du tout, et tu as fait de ton mieux.

Je pense que le facteur psy joue pas mal. Moi je stressais tt le temps, sans savoir si elle mangeait à sa faim j'avais tjrs peur qu'elle ne grossisse pas, qu'elle ne soit pas contentée.
Du coup je pense que ça a fini par arriver. Pourtant je passais mon temps avec elle au sein, ce n'était plus une vie, ni pour elle ni pour moi.

Il faut faire selon son bébé et son bien être. C'est tout ce qui importe.
Allaitement ou pas ils tomberont malades s'ils doivent tomber malade de ttes façons.
Ma ptite nièce a été allaité exclusif pdt 6 mois elle est tjrs malade, contrairement à son frére qui ne l'a été qu'un mois...

Le plus important c'est que toi aussi tu t'y retrouves. Tu as l'air bien et c'est tout ce qui importe !
42 ans Rennes (35) 8666
madame_proutprout a écrit:

Toi c'est bien, tu n'as pas ce sentiment d'échec, et il ne faut surtt pas culpabiliser, même si c plus facile à dire qu'a faire.
De ttes façons, comme tu dis, mieux vaut un peu que pas du tout, et tu as fait de ton mieux.



J'avoue que dans les moments ou ça n'allait pas, j'avais cette sensation d'echec aussi. Mais apres j'ai relativisé; Et mon mari m'a soutenue à 100% dans mon choix, noter choix, puisque finalement cette décision on l'a prise a deux. Et au final il prend aussi un réel plaisir a donner le bib a son fils...
C
41 ans isère 4146
ma puce étant née très prématurément j'avais décidé de l'allaiter pour qu'elle puisse avoir mon lait à 29 sa soit disant que j'étais deja capable de pouvoir allaiter, ben le lendemain de ma césa on m'a ammené un tire lait ben rien je tirais à peine 10 ml sur mes deux seins je me souviens tjs du jour ou j'ai dit au puer de rea que ça ne servait à rien, je n'étais pas capable de nourrir ma fille !

ce fut un immense déchirement pour moi de me dire que je n'y étais pas arrivé, mais bon en relativisant je me dis que ce n'était peut etre pas plus mal !

je ne peux que te dire que tu as fais ce qu'il te semblait le mieux pour toi et ton bébé !
36 ans Toulouse 525
Je sais que je n'ai pas eu de pb de montée de lait malgré ma césarienne mais effectivement il arrive qu'elle se fasse un jour ou deux plus tard que quand tu accouche par voie basse.

Sinon, mon allaitement va plutot bien mais effectivement rien de magique au début. La montée de lait qui fait que j'avais les seins très très tendus, douloureux. La petite qui s'énerve car comme les seins sont tendus elle a du mal a attraper le sein. Les crevasses malgré le fait que ma puce ai toujours eu une bonne position de tête, prenne bien tout l'aréole et que je varie les positions d'allaitement. Et même maintenant (ça fait trois semaines que j'allaite), je n'ai plus de crevasses [-o< [-o< mais j'ai les mamelons très sensibles ce qui fait que j'ai mal au début de la tétée (des fois pendant toute la tétée) et après ça me brule (surtout s'il fait froid).

Mon allaitement commence tout juste à devenir vraiment magique car même si j'ai toujours adoré la voir têter et grogner de satisfaction, ben ça commence tout juste à me faire moins mal seulement trois semaines après l'accouchement.
B I U