MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

la perte de poid?

31 ans seine et marne 637
Je voudrais avoir des temoignages si vous le voulez bien,
comment vous sentez vous pour celle qui on perdue du poid seule ou avec une operation ? cela vous a aidez  
a vous sentir mieux ou pas?
au quotidien il y a til des differences avec votre vie d'avant?

merci
R
35 ans 15384
J'ai perdu seule,avec l'aide de la RA. Je suis passée de *** a ***kg en plusieurs mois. Je l'ai très bien vécu,honnêtement je me suis sentie revivre,je me sentais hyper mal dans ma peau en ronde ... Insultes et moqueries,parfois des coups,je ne plaisait a personne,on me faisait comprendre que j'étais hors norme et donc moche,c'était l'enfer. Je me serais acceptée comme ca,la situation aurait certainement été plus vivable !
Mais attention,faut pas seulement compter sur la perte de poids pour se sentir mieux !
P
30 ans 858
Pour ma part, c'était une perte de poids involontaire puisque j'avais décidé de vivre avec mon poids (en partie grace à VLR) et d'arrêter les régimes.

J'ai suivi les principes de la RA, j'ai déjà perdu de mon aspect bouffi et malade en arrêtant un traitement (et une taille de vêtement en moins pour le même poids, c'est dingue ce que les médicaments peuvent faire).

Psychologiquement, la RA n'est pas une réussite immédiate, surtout dans un monde où l'on nous impose une taille idéale, l'idéologie du régime, des photos retouchées, etc. Même avec des amis intelligents qui ne cautionnent pas le régime, vous pouvez vous sentir agressé par l'idéologie de la taille unique si vous êtes fragile psychologiquement.

J'ai perdu du poids assez lentement, ma RA je l'ai commencée il y a 3ans.

Je ne m'en suis pas aperçue car mon regard sur le corps n'avait pas changé, je me voyais énorme par rapport aux autres, difforme et en risque de mourir à cause du cholestérol ou de la graisse et tout (oui, on peut aller aussi loin).
Du coup, quand j'ai changé de taille de vêtement, j'en ai voulu plus et j'ai fait une affreuse rechute.

Sport le soir (abdos, course sur place, n'importe quoi dans l'idée de ne plus avoir de bourrelets, de ventre, de "risques" pour ma santé), régime strict coupé de craquages (pas de l'hyperphagie à nouveau mais je passais de la semaine haricots verts à la semaine chocolat), prise des mensurations...

Evidemment, rien ne s'est amélioré et je me suis rendue compte que c'était pas une bonne attitude et que je ne pouvais pas tenir comme ça, mais la RA c'est très long.

Il faut savoir que je venais en plus de recevoir une balance et des vêtements trop larges pour mon anniversaire, mais j'ai banni la balance voyant que mon poids était stable et devenait une obsession.

Mon poids a donc évolué lentement jusqu'à aujourd'hui, je le connais car je me pèse dès que je flotte dans mes vêtements puisqu'il faut du temps pour voir une différence physique quand on se voit tous les jours. :lol:

Le positif : je ne suis plus obsédée par mon poids, ma silhouette et l'alimentation par rapport à ma santé.
Si j'ai besoin d'un chocolat, je mange un chocolat mais j'arrête quand je n'ai plus faim. J'ai aussi des envies de fruits, de soupe, de salades maison, ça dépend des jours et je le vis très bien.

Mais ça, objectivement, ce n'est que la RA, pas la perte de poids.

Je ne vais pas du tout dans le sens de la plupart des gens car j'ai dû apprendre à accepter ma perte de poids (surtout la dernière en date mais elle m'a presque libérée puisque j'ai compris qu'il fallait que j'arrête de me focaliser là-dessus) et elle a laissé des marques.

Je n'étais pas spécialement bien foutue à la base, j'avais chopé des vergetures sur les hanches et les cuisses entre 10 et 16ans mais là j'en ai sur les seins, les hanches (beaucoup plus que les 5-6 que j'avais à la base, je suis vraiment zébrée et je n'exagère pas), cuisses, mollets. Et ce n'est pas une prise de poids qui a fait ça mais bien une perte (lente en plus, mais j'ai une très mauvaise peau).
Je me sentais physiquement mieux foutue avec quelques kilos de plus qu'aujourd'hui car j'ai toujours été plutôt androgyne (larges épaules, mes hanches sont sur la même ligne mais j'ai pas de cuisses, pas de fesses, un petit bidon et pas de taille).

Ma peau n'est pas plus belle, je n'ai pas moins de boutons, mes seins sont plus moches (et c'était déjà pas la joie, j'en ai déjà parlé) même si je préfère leur taille, je suis toujours poilue, pas plus avancée socialement, j'ai des difficultés dans mon travail, pas de copain, etc.

Bref, la vie est comme avant mais il a fallu accepter les effets de la perte de poids en plus. Je ne cautionne pas l'attitude qu'on a généralement vis à vis de la perte de poids avec les félicitations et la croyance que tout ira mieux.
48
Coucou!

Pour ma part j'ai perdu pas mal de poids en rééquilibrant mon alimentation en quelques mois. 3 tailles de vêtements en moins. Et pourtant...

J'ai toujours du mal à accepter mon corps, j'ai l'impression que tous les regards se tournent sur moi parce que je suis grosse (ca fait un peu nombriliste je sais), que jamais un homme ne voudra de moi, que j'aurais du mal à trouver du boulot après les études ect...

Bref tout ca pour dire que perdre du poids n'aide pas forcément à mieux s'accepter et à s'assumer.
Ca marche pour certaines personnes mais pas pour toutes.
35 ans 86
J'ai perdu du poid en pas mal de temps (eee 5 ans... j'aime prendre mon temps :lol: ) bref les premières phases de perte de poid étaient volontaires (pas de régime particulier, juste une petite attention portée au quotidient et qui porte ses fruits petit à petit), la dernière l'était beaucoup moins( grosse période de déprime).

Bref :
* j'avais fait ça pour me sentir mieux (je ne me sens pas mieux, voir moins bien parceque maintenant je suis obligée de prendre conscience que mon mal être est plus profond et n'avais rien à voir avec mon poid, bref l'ideologie de en maigrissant j'irai mieux c'est faux, dur à encaisser)Du coup même idée que Cinta
* les gens sont HYPER content pour toi et te félicitent , genre t'as accompli un exploit (toi t'as juste envie de leur crier que c'est parceque tu vas pas bien)
* je suis quand même très heureuse de pouvoir trouver des vetement sympas, surtout pendant les soldes
* je fais plus de sport parce que mon corps le supporte mieux
* sinon rien n'a changé
S
30 ans 3465
J'ai perdu beaucoup de poids aussi. Pour ma part c'était à l'aide d'un régime. Et j'ai eu beaucoup de chance, parce que je fais partie de cette infime partie de personnes qui ne reprennent pas après privation.

Je suis passée de 110 kgs pour 1m70 à * actuellement. Comme petite-lubie j'ai très mal vécu cette perte de poids. Tout d'abord parce que j'ai beau avoir perdu rapidement, le changement ne s'opère quand même pas du jour au lendemain. Donc je me voyais toujours avec mes 110 kgs, alors que j'étais à * dans ses eaux là. Bien sûr je savais que j'avais maigri au niveau des tailles, et encore... Parce que si certaines ils leur faut 5 kgs pour perdre une taille, moi il m'en faut environ 15...Mais dans ma tête, je ne voyais pas le changement.

Je me suis, du coup, obstinée à perdre jusqu'à *. Après j'ai fait un espèce de break dans le régime, pour m'adapter à mon nouveau poids. Je me sentais plutôt bien. Ni mince, ni grosse... Mais, le jour est venu ou j'ai de nouveau commencé à me trouver des bourlets disgracieux. Du coup je me suis remise aux régime jusqu'à passé la barre des *. Là je suis devenue trop maigre...

Bref, ça c'est le témoignage technique. Mais psychologiquement ça a été un loooong, très long périple, qui m'a beaucoup épuisée. A un point ou je suis devenue complètement obsédée par mon poids. Je me pesais tous les jours, culpabilisait dès que je mangeais quelque chose, et même si je ne prenais pas de poids, au bout d'un moment j'ai commencé à me sentir coupable de ne pas maigrir. Ca a été mon combat depuis tellement longtemps, que finalement quand j'y suis arrivée je n'ai pas réussi à décrocher du jour au lendemain. Il fallait que je maigrisse, même si je n'avais plus rien à perdre. C'était devenu mon quotidien, un objectif... Que je n'avais plus, parce que je l'avais atteint, sans vraiment m'en apercevoir.

Finalement j'ai une amie qui m'a sonnée la sonnette d'alarme, quand à 58 kgs, je lui ai dit que je souhaitais arrivé à 50... J'ai finalement compris que ce poids " idéal" n'étais pas pour moi. Elle m'a fait remarqué que j'étais extrêmement maigre, ce que j'avais du mal à assimiler puisque je n'arrivais pas à quitter mon 38 et que je voulais absolument atteindre le 36. Heureusement, j'ai compris... Et je me suis gavée pendant deux ou trois semaines, pour reprendre 2 malheureux kgs.

Maintenant que j'en ai fini avec les régimes... Honnêtement, je ne me sens pas beaucoup mieux qu'avant. Un petit peu oui, parce que je m'habille ou je veux, les vêtements me vont bien, j'ai une peau qui a bien réagi, hormis les vergetures, mais elle est plutôt ferme. J'ai plus peur du regard des autres quand je sors de chez moi... Mais je me suis aperçue justement que la personne qui portait le regard le plus dur sur moi, c'était moi-même. Parce que j'ai toujours des jours ou j'ai pas envie de passer devant le miroir. Mes amis croient que je cherche les compliments à force... Mais non. En ayant perdu du poids, je ne suis pas passé de l'état d'esprit " je suis grosse et moche" à " ouaaah, je suis un canon". En fait je suis toujours la même fille... Un peu plus extravertie oui, mais toujours la même.

Au niveau de l'alimentation, j'essaie d'écouter mon corps désormais. Et je me rends compte doucement que je suis pas très gourmande en fait. J'ai un appétit d'oiseau et que les quantités ( gigantesque) que je mangeais avant, c'était vraiment pour combler un vide, un manque...
J’ai perdu beaucoup de poids en moins d’un an (plus d’une trentaine de kg). Donc très rapidement et c’est difficile de s’en rendre vraiment compte dans le miroir. Je le réalise vraiment grâce aux vêtements.

Tout comme Cha-U-Kao:

Cha-U-Kao a écrit:

* j'avais fait ça pour me sentir mieux (je ne me sens pas mieux, voir moins bien parceque maintenant je suis obligée de prendre conscience que mon mal être est plus profond et n'avais rien à voir avec mon poid, bref l'ideologie de en maigrissant j'irai mieux c'est faux, dur à encaisser)Du coup même idée que Cinta


J’ai voulu maigrir pour me sentir mieux car j’avais pris beaucoup de poids en peu de temps, et même si j’ai toujours été ronde, j’étais arrivée à un point où je ne me reconnaissais vraiment pas. Ajoute à cela beaucoup de problèmes autour qui n’ont fait qu’aggraver mon comportement avec la nourriture et j’ai dépassé largement les trois chiffres sur la balance en me voilant la face et sans me peser pendant plus de deux ans.
Et puis un jour je suis montée sur la balance, le choc. Puis je suis tombée sur des anciennes photos de moi à 65 kg puis des photos plus récentes, re-choc…


Cha-U-Kao a écrit:
* les gens sont HYPER content pour toi et te félicitent , genre t'as accompli un exploit (toi t'as juste envie de leur crier que c'est parceque tu vas pas bien)



Ca, ça m’énerve de plus en plus. J’ai une copine qui me fait toujours la reflexion dès que je la vois, elle a compris que ça me soulait de ne parler que de ça, surtout qu’il n’y a qu’elle qui parle. Et elle me dit que je devrais être vachement contente qu’on me trouve mieux comme ça…
Alors que ma mère qui est la personne dont j’attendais quelques compliments, au moins une réaction, rien. Elle n’a jamais jamais fait allusion à ma perte de poids.


Cha-U-Kao a écrit:
* je suis quand même très heureuse de pouvoir trouver des vêtement sympas, surtout pendant les soldes


Alors ça, c’est LE point positif. Je peux m’habiller nettement plus facilement et pour moins cher. Je refais les magasins avec ma meilleure amie et c’est un vrai bonheur pour elle aussi. Du coup je compense avec les fringues. J’en veux toujours plus. Et c’est bête mais rien que le fait de rentrer dans un magasin pour les « filles de mon âge » en ayant un peu moins l’impression que les gens se demandent ce que je fais là, c’est hyper plaisant. Et aussi je me suis mise aux jupes, ce qui était inenvisageable jusqu’alors.


Cha-U-Kao a écrit:
* je fais plus de sport parce que mon corps le supporte mieux


C’est quelque chose qui me manquait beaucoup et à cause du poids et de soucis de santé je n’en faisais plus beaucoup. Maintenant je m’y suis remise.


Tout n’est pas rose. Même si je me trouve un peu plus jolie, mon moral n’est pas remonté comme mon poids est descendu. J’ai de plus en plus de mal dans mes relations avec les autres. Je vis dans l’angoisse de la reprise de poids. Je suis encore très ronde mais j’essaye de me laisser plus de temps pour reperdre et essayer déjà de m’habituer à mon « nouveau » corps.
Et c’est effectivement lorsque l’on perd du poids en se disant que ça règlera le plus gros souci de notre quotidien que l’on se rend compte que finalement, il y a plus grave, et que les autres problèmes restent, eux.
31 ans seine et marne 637
merci pour vos reponse
B I U


Discussions liées