MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Pourquoi est ce si mal vu de ne pas vouloir d'enfants ?

53 ans Out of Africa... 4355
Citation:
Je ne comprends absoluement pas le sens de ton intervention. Que cherches-tu à faire passer comme message?

Tu trouves que je ne réfléchis pas assez avant de poster  
mes messages?
Ma réaction t'a outrée?

Je ne comprends vraiment pas:"La prochaine fois, réfléchis peut être avant d'écrire que tu es prête à détailler "

Vu que j'ai répondu à la question dans un message précédent celui-ci, je ne vois pas ce que tu me repproches


Parce que je ne tentais pas de te psychanalyser, juste de comprendre tes motivations et que tu as réagit de manière épidermique comme si ma question te dérangeais (ce qui est probablement le cas)

Un : "je ne souhaite pas te répondre" m'aurait semblé plus juste que ta réponse.

Je ne commenterai pas non plus ton autre post, pour respecter ta demande, mais j'y ai trouvé des réponses à ma question, sans aucun jugement de valeur de ma part (ça ne m'intéresse pas de juger ; ce que j'aime moi, c'est comprendre, juste comprendre....)

Et je respecte ton choix de ne pas avoir d'enfant, pour moi tu n'en es pas moins une femme.

(plus clair ainsi :D )
53 ans Out of Africa... 4355
Poupee_Russe a écrit:
tu ne demandais pas juste d'expliquer, tu laissais quand même sous-entendre que sa réaction était dûe, à un degré plus ou moins important, à ce qu'elle a vécu enfant. :-k


Oui, pour ma part j'en suis convaincue. Tu (le "tu" étant général) ne peux pas avoir de la tendresse pour toi enfant et écrire qu'un enfant c'est chiant, que ça coute cher, que ça pollue la planète ect... Pour moi c'est une question de logique.

Ca ne veut pas dire que je juge ou que je ne respecte pas la décision d'une personne. J'ai autour de moi des femmes sans enfant, et je ne juge pas leur vie, ni leur décision... ça leur appartient, c'est leur vie, pas la mienne.
Et quand je vais boire le café avec ma voisine - sans enfant et pas prête d'en avoir - je n'ai pas l'impression de m'adresser à un sous-être humain. Elle n'en veut pas, point barre. Ce n'est pas mon rôle d'essayer de la faire changer d'avis, je la prend comme elle est. Elle ne déteste pas mon enfant, elle ne me reproche pas d'avoir un choix différent du sien, donc tout va bien pour moi ma foi :lol: L'amitié est possible...

Mais j'ai quand même le droit d'avoir mon opinion et mon avis là-dessus... ça ne tuera personne :lol:
P
40 ans 1638
Câline a écrit:
Poupée_Russe a écrit:
tu ne demandais pas juste d'expliquer, tu laissais quand même sous-entendre que sa réaction était dûe, à un degré plus ou moins important, à ce qu'elle a vécu enfant.

Pour ma part Câline, je répondais plus au fait que tu reprochais à CendreDeLune d'avoir dit qu'elle voulait bien détailler ses motivations, mais de s'être sentie agressée par ta question. A ça en fait:

Câline a écrit:
heu c'est bien toi qui a écrit sur l'autre post : "Mes raisons vont au delà de celles évoquées plus haut, et si vous êtes curieux(ses) je les détaillerais sans problème dans un autre message."

Donc j'ai juste posé une question, juste une question.... (mais bon, ta réaction fnalement répond à ma question !!!)

La prochaine fois, réfléchis peut être avant d'écrire que tu es prête à détailler :lol: :lol:

Pour moi les deux choses ne sont pas pareils, c'est ce que j'ai voulu dire.

Câline a écrit:
Oui, pour ma part j'en suis convaincue. Tu (le "tu" étant général) ne peux pas avoir de la tendresse pour toi enfant et écrire qu'un enfant c'est chiant, que ça coute cher, que ça pollue la planète ect... Pour moi c'est une question de logique.

Oui c'est vrai, ça paraît logique. Comme je l'ai déjà dit, non pas que ta question ne soit pas légitime, mais je comprends aussi la réaction de CendreDeLune. Personnellement, je déteste aussi que les gens essayent de m'analyser, même quand ils ont raison, surtout quand ils ont raison en fait ;) (même si c'est humain et que je le fais souvent moi même).
42 ans (¯`•.•´¯) (¯`•.•´¯) *`•.¸(¯`•.•´¯)¸.•´ ♥ ☆ º ♥ `•.¸.•´ ♥ º ☆.¸¸.•´¯` 1576
cecilious a écrit:
Je me souviens justement d'une amie au lycée que les enfants dégoutaient pour elle il était inconcevable d'avoir un ou des enfants,elle les trouvaient moche,chiant,pleurnichard ect... ,elle pensait justement à un moyen de se faire "stérilisé" mais au "black" elle s'en fichait.

....

Je les revu il n'y à pas si longtemps et finalement elle à 6 enfants :shock: :lol: .

Comme quoi des fois même la plus buté peut changer d'avis,attention je ne dis pas que toutes les femmes qui n'en veulent pas change d'avis je dis juste ce qui est arrivé à cet amie de lycée je ne fais en aucun cas une généralité.

CendreDelune je ne répondrais pas non mm si ça me démange et que des fois hélas je te trouve dur dans tes mots :oops:

+1
J'ai connu une fille dans ma classe au lycée qui fréquentait le même homme depuis plusieurs années et qui était déterminée à ne pas avoir d'enfants.
Je l'ai retrouvé il y a quelques années sur copainsdavant et elle est mère de 3 enfants et semble très épanouie et heureuse d'être mère.

J'ai aussi connu une amie de mes parents qui a plus de 40 ans ne souhaitait pas avoir d'enfant. Elle était en couple et semblait très heureuse de sa vie où elle était libre de faire ce qu'elle voulait. Elle s'est retrouvée enceinte par accident et a fait le choix de garder le bébé. Elle est a présent ravie d'être maman et adore son fils.

J'ai aussi été choquée par la plupart des arguments que CendreDeLune a présenté pour justifier son choix de ne pas vouloir d'enfant.

CendreDeLune a écrit:
- Je n'ai aucune fibre maternelle. Les enfants me dégoûtent, et au mieux me laissent indifférente.


Mais elle a parfaitement le droit de ne pas vouloir être mère et je pense que c'est une bonne chose qu'elle soit aussi déterminée étant donné qu'elle ne semble pas du tout avoir la fibre maternelle et qu'elle ne ferait probablement pas une bonne mère.

Il y a des gens qui deviennent volontairement parents alors qu'ils feraient mieux de s'abstenir parce qu'ils ne donnent finalement pas d'amour à un enfant qu'ils semblaient pourtant avoir désiré (voir pire, ils le maltraitent).
101 ans Sur une comète 1981
Câline a écrit:
LilithInTheSky a écrit:
Heu ce n'est pas de la mutilation se faire ligaturer les trompes, faut pas déconner non plus... Ou alors se faire tatouer en est...

Si on est sûre de son choix, je ne vois pas où est le mal.


Pour moi c'en est une, et je n'ai jamais écrit que c'était mal.


Hum j'ai fait de l'automutilation (tu sais, tu prends un rasoir, ou te fous des baffes...) et je suis choquée de ta comparaison. Le but de l'automutilation est de se faire mal pour évacuer... beaucoup de choses, et comme le mot "auto" l'entend, on se le fait soi-même. Je ne suis jamais allée voir un chirurgien pour lui dire : "lacerez moi à coup de cutter !".
Hors une ligature ne participe pas d'une volonté d'auto-destruction, ni de haine de soi, et c'est un autre qui la pratique.
Mettre les deux au même plan me met vraiment mal à l'aise.
53 ans Out of Africa... 4355
Poupee_Russe a écrit:
Câline a écrit:
Poupée_Russe a écrit:
tu ne demandais pas juste d'expliquer, tu laissais quand même sous-entendre que sa réaction était dûe, à un degré plus ou moins important, à ce qu'elle a vécu enfant.

Pour ma part Câline, je répondais plus au fait que tu reprochais à CendreDeLune d'avoir dit qu'elle voulait bien détailler ses motivations, mais de s'être sentie agressée par ta question. A ça en fait:
.


Je répondais plus à ca en fait : "C'est dingue que dès qu'on ne pense pas comme "tout le monde", ce fameux "tout le monde" cherche a expliquer notre choix par des tares psychologiques ou à mettre notre choix sur le compte d'un pseudo passé douloureux. Citation:


Donc non, je ne suis pas "tout le monde" et "tout le monde" ne pense pas comme moi... et puis surtout je m'en fiche :lol:
Et oui, je cherche à comprendre. Pour ma part, je suis persuadée que notre enfance influence notre vie d'adulte, dont nos choix d'avoir ou non des enfants (à notre époque où il est disons possible de ne pas en avoir)

Pour moi, comprendre n'est pas analyser, je ne décortique pas les gens pour les mettre dans des cases ou leur coller des étiquettes et encore moins pour poser des jugements. Juste que les échanges superficiels ne me conviennent pas, (et là, ça parle de moi) donc forcément je vais chercher à comprendre, je vais creuser...et les personnes restent libre de ne pas me répondre.


53 ans Out of Africa... 4355
Punaise, j'ai du mal avec les quotes moi :twisted:

Je répondais plus à ca en fait : "C'est dingue que dès qu'on ne pense pas comme "tout le monde", ce fameux "tout le monde" cherche a expliquer notre choix par des tares psychologiques ou à mettre notre choix sur le compte d'un pseudo passé douloureux.


Donc non, je ne suis pas "tout le monde" et "tout le monde" ne pense pas comme moi... et puis surtout je m'en fiche :lol:
Et oui, je cherche à comprendre. Pour ma part, je suis persuadée que notre enfance influence notre vie d'adulte, dont nos choix d'avoir ou non des enfants (à notre époque où il est disons possible de ne pas en avoir)

Pour moi, comprendre n'est pas analyser, je ne décortique pas les gens pour les mettre dans des cases ou leur coller des étiquettes et encore moins pour poser des jugements. Juste que les échanges superficiels ne me conviennent pas, (et là, ça parle de moi) donc forcément je vais chercher à comprendre, je vais creuser...et les personnes restent libre de ne pas me répondre.
53 ans Out of Africa... 4355
LilithInTheSky a écrit:
Câline a écrit:
LilithInTheSky a écrit:
Heu ce n'est pas de la mutilation se faire ligaturer les trompes, faut pas déconner non plus... Ou alors se faire tatouer en est...

Si on est sûre de son choix, je ne vois pas où est le mal.


Pour moi c'en est une, et je n'ai jamais écrit que c'était mal.


Hum j'ai fait de l'automutilation (tu sais, tu prends un rasoir, ou te fous des baffes...) et je suis choquée de ta comparaison..


Je n'ai pas comparé avec quoi que ce soit d'autre, j'ai "juste" écrit que pour moi c'est une forme de mutilation de son corps, c'est ainsi que je le conçois et c'est ainsi que je le vivrai.
Après que ça te choque, ma foi, ça t'appartient. Que veux tu que j'y fasse ?
101 ans Sur une comète 1981
Ça me choque car tu n'as ou aucune idée de la haine de soi que nécessite l'automutilation, ou tu estimes que toute femme ne voulant pas d'enfants ont une haine d'elles-même pour s'automutiler. Dans les deux cas, quand on dit qu'on veut comprendre les raisons des gens, ça révèle en fait un certain aveuglement. Que tu sois contre la ligature, ça te concerne, mais en la décrivant comme de l'automutilation, tu poses un jugement indirect, ligature = haine de soi.
53 ans Out of Africa... 4355
Je ne pose pas de jugement, c'est toi qui le vit ainsi. Moi je donne mon opinion et je pose des regards, les miens.

Je ne vais pas mentir parce que ça te choque. Nous sommes dans un débat ou chacun donne son ressenti, avec son vécu.

Citation:
Ça me choque car tu n'as ou aucune idée de la haine de soi que nécessite l'automutilation

Tu n'en sais rien.

Est ce que se faire ligaturer les trompes préfigure une haine de soi ?
Je ne sais pas. Je n'en suis pas arrivée à ce type de conclusion. Pour l'instant, j'en suis juste au fait que pour moi, c'est une mutilation de son corps.
45 ans Paris 179
Câline a écrit:
Je ne pose pas de jugement, c'est toi qui le vit ainsi. Moi je donne mon opinion et je pose des regards, les miens.

Je ne vais pas mentir parce que ça te choque. Nous sommes dans un débat ou chacun donne son ressenti, avec son vécu.

Citation:
Ça me choque car tu n'as ou aucune idée de la haine de soi que nécessite l'automutilation

Tu n'en sais rien.

Est ce que se faire ligaturer les trompes préfigure une haine de soi ?
Je ne sais pas. Je n'en suis pas arrivée à ce type de conclusion. Pour l'instant, j'en suis juste au fait que pour moi, c'est une mutilation de son corps.

Moi je pense comprendre ce que tu ressens.
Les trompes, les seins, l'utérus, tout cela sont des symboles physiologiques de la féminité/maternité. Donc, pour quelque raison que ce soit, une modification telle que l'ablation serait une "mutilation".
Mutiler, ça veut dire "retirer une partie du corps". Le terme d'automutilation est donc galvauder, parce que dans l'absolu, les personnes qui souffrent d'automutilation ne s'amputent pas, elles se blessent.
53 ans Out of Africa... 4355
Fashonista a écrit:
Les trompes, les seins, l'utérus, tout cela sont des symboles physiologiques de la féminité/maternité. Donc, pour quelque raison que ce soit, une modification telle que l'ablation serait une "mutilation".
.


Pas seulement parce que ce sont des symboles de féminité. Mais oui, pour moi, se faire retirer volontairement une partie du corps est une mutilation, une forme de violence faite à son corps quelqu'en soient les raisons.
Et, je me répète une fois encore parce que ça semble difficile à entendre ici, JE NE JUGE PAS.
Je ne suis pas en train de dire "bouh la vilaine, pas bien là !"
Je m'espère aujourd'hui au-dessus de ça. ;)
101 ans Sur une comète 1981
Pour toi, se faire retirer les dents de sagesse, c'est de la mutilation ?

Une mutilation volontaire (qui ne désigne pas forcément le retrait, mais aussi les blessures, vérifiez vos dicos ;) ) signifie volonté de se faire du mal, et oui haine de soi. Donc oui tu sous-entend que ligature et haine de soi sont liées, ne t'en déplaise.
53 ans Out of Africa... 4355
LilithInTheSky a écrit:
Pour toi, se faire retirer les dents de sagesse, c'est de la mutilation ?

Une mutilation volontaire (qui ne désigne pas forcément le retrait, mais aussi les blessures, vérifiez vos dicos ;) ) signifie volonté de se faire du mal, et oui haine de soi. Donc oui tu sous-entend que ligature et haine de soi sont liées, ne t'en déplaise.


Donc puisque TOI tu penses ABSOLUMENT qu'il s'agit d'une haine de soi, alors peut-être que ça l'est.

Moi j'en étais à l'interrogation ma foi...ce n'est pas dans les dicos que j'apprends ce genre de chose pour ma part. Je m'interroge d'abord, j'essaie de voir avec les gens et après j'en arrive, éventuellement à MA conclusion
45 ans Paris 179
Bha, une personne qui n'a pas d'enfants et qui se fait volontairement ligaturer les trompes, voir soyons fou, carrément faire une hystérectomie (c'est du domaine du fantasme, parce qu'aucun médecin n'accepterait d'opérer sans raisons médicales), c'est pas elle qu'elle déteste, c'est l'idée d'avoir la possibilité de concevoir un enfant. Donc, oui, il y a bien une notion de haine, même si c'est pas dirigé envers soi.
B I U