MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Comment faites vous ?

35 ans Auch 32 56
Bonsoir les filles ;
Je poste afin je l’espère de trouver quelques petits conseils qui rendront l'attente moins douloureuse .
Comment faites vous dans votre quotidien pour patienter dans l'attente de votre  
++++ tant désiré sans devenir légèrement obsessionnelle et donc sans vous rendre malheureuse quand il y a une désillusion et surtout sans perdre espoir ?
Par ce que très franchement entre les rdv qu'ils faut toujours attendre , les examens qu'ils faut faire et refaire , le suivit avec les traitements , sans compter l'espoir (même si l'on sait que c'est ridicule) d'un miracle et bien franchement je ne sais plus quoi faire .
Apres 6 mois sans aucune ovulation et des cycles qui ne viennent que sous Duphaston je devrais bien me rendre compte que c'est impossible que je tombe enceinte naturellement tant que je n'aurais pas commencé mon nouveau traitement et pourtant je ne peux pas m’empêcher de guetter les moindre signes et donc de me rendre malheureuse a tout les coups .
Sans compter que et bien même si ce n'est pas volontaire je ne peux pas m’empêcher de me remettre en question en me disant que ça n'arrivera jamais, que je ne suis même pas capable de réaliser notre rêve ect ......
C'est peut être une petite baisse de moral en ce moment a cause du résultat de mon gygy qui m'a diagnostiqué OPK mais j'avoue que j'aurais bien besoin de vos conseils vous qui avez des parcours parfois très difficile et qui malgré tout réussissais a garder espoir .
Un grand merci .
42 ans le mans 1525
j'ai attendu 5 ans pour trouver un bon gynco qui veuille me suivre et me donner enfin un traitement.. j'ai connu cette attente, les test pipi faits parce que "on ne sait jamais" quand mes regles n'arrivaient pas, les mechancetés dites par tout le monde et n'importe qui, parce que tout le monde a toujours son mot a dire alors que non, on voudrait juste qu'ils se la ferment.. et aussi le deseproir quand les copines m'annonçaient leur grossesse, et qu'il fallait bien se rejouir un peu alors que j'avais tellement mal au coeur

il n'y a pas de recette miracle pour pouvoir attendre sereinement, mais occupe toi, vois tes amis, sors si tu peux te le permettre.. prends soin de toi, parce que comme ça ça occupe et en plus, quand tu seras enfin maman, tu seras une jolie maman detendue

courage!
35 ans Auch 32 56
Merci lellie :D
A vrai dire j'essaye déjà toutes ses petites choses mais j'ai de plus en plus de mal car pour commencer toutes mes amies sont en essais bb et bien sur elles ont soit déjà réussis soit n'ont aucuns problèmes bien évidement je suis ravie pour elles et je ne leurs souhaitent pas de rencontrer d'obstacle dans leur parcours mais du coup elles ne comprennent pas mes inquiétudes et ont tendance a me dire des choses comme " ça viendra en temps voulu ...." "te prends pas la tête " etc......Dans la famille s'est pareil , il doit y avoir eu un baby boom je sais pas toutes mes cousines sont enceintes du coup ça ne parle que de ça et c'est dure de se sentir a part parce que regarder les vêtements pour bébés et les chambres ben désolé mais moi ca me donne envie de me jetter par la fenêtre :lol:
Sortir oui mais c'est pareil tout le monde en parle , ca doit être le sujet a la mode en ce moment , l'epidemie bébé a même contaminer mon boulot :P J'ai l'impression d'être entourée exclusivement de maman et de femme enceinte ou alors c'est moi qui ne voit plus que ca .
Sans parler des petites phrases du genre " faut vous y mettre depuis le temps que vous êtes ensemble " ou " c'est bizarre que vous n'aillez pas d'enfants , vous n'en voulez pas ?" si si ont en veux , ont en rêve !!!!!! :evil:
Et quand tu leur explique que tu rencontres quelques difficultés ( on relativise sinon on en finit jamais :) ) la seule chose qu'il trouve a dire c'est que si j’étais plus mince et bien je n'aurais aucun soucis merci c'est tellement gentil !!!!!!! :evil: ca m'aide a me sentir mieux et a ne pas culpabiliser encore plus :twisted:
Il n'y a peut être pas de solution miracle pour supporter cette attente sans en souffrir mais je trouve que l'entourage n'aide pas vraiment :roll: et je n'arrive pas a penser a autre chose très longtemps par ce qu'il faut toujours prévoir les rdv, s'arranger avec le boulot pour avoir des jours de repos pour les examens, faire sa courbe ,penser a prendre ses cachets ...j'ai l'impression que je n'en verrais jamais le bout , que tout ca ne sert a rien :(
Pardon pour le roman mais la c'est vraie que j'en ai gros sur le coeur .
35 ans 1
Bonsoir ,

En essai bb depuis 2ans , mon mari a été diagnostiqué azoosperme il y a 8 mois . Nous montons actuellement un dossier pour une insémination avec donneur anonyme au CECOS de Lyon .

A la douleur de l ' attente d ' un enfant tant désiré s ' ajoute la tristesse de ne jamais porter l 'enfant de l ' homme que j ' aime :cry: . Mais notre envie d 'enfant est tellement forte et notre projet réfléchi , l ' IAD reste pour nous la meilleure alternative .

Tout comme toi je n 'arrive guère à penser à autre chose , nombreuses sont mes amies et collègues au ventre arrondi , sans parler des éternelles remarques des proches " Alors vous n'avez pas le mode d ' emploi ? qu ' est ce que vous attendez ? " toutes ces remarques m 'exaspèrent au plus au point et me font vraiment mal .

A cela s ' ajoute l ' attente interminable entre les rendez - vous au CECOS .Les coups de blues sont nombreux .

Heureusement pour moi , mon métier me passione et il me permet de me changer les idées . De plus , mon époux est génial il me motive et est d 'un grand soutien , cette épreuve nous a d ' autant plus soudé . Nous tachons de nous concentrer sur d ' autres projets ensemble , ça aide .

Je n ' ai pas de réponse à t ' apporter seulement tout mon soutien . Courage .
35 ans Auch 32 56
Merci pour ta réponse :)
J'aime également beaucoup mon travail mais l'épidémie baby boom qu'il y a en ce moment ajouter aux petites réflexions bien placées ne me permettent plus hélas de me changer les idées et de fixer mon attention sur autre chose , ca donne un peu l'impression que ma vie est une boucle qui tourne continuellement autours des ventres arrondies des autres et donc de leur bonheur et des inquiétudes pour moi :lol:
Mon mari me soutient beaucoup il est adorable mais je ne veux pas lui parler constamment de mes interrogations et de mes doutes .Il sait qu'en ce moment le moral n'est pas au beau fixe et il fait déjà suffisamment comme ça :(
En tout cas merci d'avoir pris le temps de me répondre ca fait toujours du bien de parler avec d'autres personnes qui ont elles aussi parfois du mal.
35 ans Doubs 1677
Bonjour Lilidoll !

Comme toi, je passe par la case PMA pour avoir la chance, un jour, de réaliser notre rêve de bébé !
Cela va faire 2 ans que nous avons lancé la démarche IAD (mon mari est atteint d'azoospermie).
Aujourd'hui,après un parcours étalé par les différents et nombreux rendez vous, nous attendons avec impatience la lettre qui va nous annocer que des paillettes nous sont attribuées.
Et finalement, avec le recul, ces 2 années sont passées vite !! Même si pendant ce temps, j'ai envié et jalousé nos amis qui ont eu la chance d'avoir un ptit bout avant nous !!
Ces 2 ans d'attente nous ont permis de mûrir notre réflexion quant à notre démarche, de nous poser toutes les questions nécessaires, et surtout de nous préparer à être des futurs parents !!
Pendant ces 2 ans, pour que cela nous paraisse moins long, nous avons mis en place d'autres projets, histoire d'avoir l'esprit occupé à autre chose (et ne pas devenir obsédés par le projet bébé !!)
Nous avons organisé notre mariage, nous avons lancé le projet maison, et nous avons préparé notre voyage en Australie.
Et voilà, on n'a même pas eu le temps de souffler, qu'on sait déjà que nous commencerons les essais bébé en mai.

Tout ça pour te dire que oui, l'attente est longue, mais pas insurmontable.
Je ne te cache pas que par moment, moi aussi, j'ai des coup de blues pendant lesquelles le bébé est ma seule obsession.

Allez, courage, et si tu veux partager ton expérience et ton parcours, n'hésite pas !!
39 ans Belgik 18
Bonjour Lidoll,

J'ai beaucoup aimé le témoignage de lelie... Moi cela fait 5 ans que j'attends toujours avec un grand espoir de pouvoir tenir mon bébé dans les bras...

Mais comme, elle le dit il faut tomber sur un bon gynecologue, ki ne te juge pas pour ton poids ou même pour autre chose... Moi cela fait 5 ans que je galère pour pouvoir mener une grossesse à terme!!

Jusqu'à présent, on est toujours en train de chercher... mais c en changeant de gyneco qu'on a trouvé ce qui n'allait pas chez moi :oops: :oops: En 3 ans de traitement je suis tombée 5 fois enceinte, mais j'ai fait 4 fausses couches dont 1 geu :twisted: C en cherchant sur le net en parlant avec mon nouveau gyneco k'on a trouvé ce ki n'allait pas. Maintenant j'essaie de me remettre de cette 5 fc, parce que c'est vraiment trop dure :shock: :shock: à supporter.

Mon problème que j'ai est que je coagule de trop (sang) forme des petits cailloux. ce qui fait que l'embryon n'arrive pas à se dévlopper comme il le faut... Mais je ne perds pas espoire, je vais retenter d'ici 2 mois le temps que mon corps se rétablisse. la route peut être longue mais faut tenir bon
35 ans Auch 32 56
Merci a toutes pour vos réponses :)
En lisant tout vos témoignages ben ça me permet de relativiser , j'ai eu la chance de ne jamais vivre de fausse couche et mon parcours est pour le moment bien moins long que le votre donc je vais "essayer" de prendre le chose comme elles viennent au lieu de toujours attendre le pire , de continuer mes traitements et puis on verra pas la suite ce que ca donne ;)
Bon ça ne m’empêchera pas de venir vous embêter sur le forum quand même :oops:
Plein de courage a vous toutes :kiss: :kiss:
41 ans brest 3644
ce qui m'aide aujourd'hui, la colère.

Ma psy m'a fait comprendre que j'avais le droit d'être en colère, et que j'ai le droit de l'exprimer devant les autres.

Alors quand les gens manquent de tact, je m'éffrondre devant eux et je sors pour pleurer, je me fiche des conséquences, les autres s'en fiche pas mal...

puis si on ne leur montre pas, ils ne comprendront jamais le mal qu'ils nous font, puis ils ne sont pas dans notre situation ils ne s'imaginent pas
B I U