MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Mais c'est aussi une question de volonté...

37 ans 228
malicieuse a écrit:
C'est clair que Niveau cliche Tikanelle tu fais fort!

Tu peux aussi grossir en arrêtant le sport, donc arrête de sous entendre que les gens qui passent  
par la chirurgie n'ont pas de volonté.

Car je pense que c est tout le contraire! Si on passe par la chirurgie c est que l on a la volonte de changer les choses!
Faire du sport par exemple, manger plus equilibrer, travailler sur les compulsions alimentaires.

Donc si tu n as pas cette volonté la, l operation ne sert a rien...


tu viens EXACTEMENT quasiment mot pour mot de dire ce que j'ai dit plus haut!!! Et pour ton information, je suis opérée depuis 1ans et demi
37 ans 228
Citation:
Par contre s'alimenter correctement, éviter les grignotages, éviter les fast-foods, rééquilibrer son alimentation etc... CA c'est une question de volonté! Se faire suivre réellement par un medecin (et pas faire comme moi, aller en voir un une fois pour avoir bonne conscience) ça aussi c'est une question de volonté!!!
46 ans Dans mes pensées trop souvent... 6188
Et c'est reparti pour les "y'a qu'à faut que" ! :roll:

La volonté........Mais qu'est-ce que je suis c****, allez, je vais arrêter, je vais y arriver, y'a qu'à avoir LA volonté. Les problèmes psy, la mémoire des cellules graisseuses etc, ça n'existe pas, ma volonté de fer vaincra.............. =D>

L'anneau magique............ =D> =D> =D> La chirurgie est LA solution (marrant j'avais cru comprendre que c'était LA volonté)...







Marre de tout ça. Franchement, la dérive est réelle et me fatigue.
32 ans Aubagne, non loin de Marseille. 35
Tout le monde est différent, et les causes de la prise de poids sont multiples. Dans tous les cas, aucun jugement de valeur n'est permis...

Régime. Emprunté au latin regimen (« gouvernement »), dérivé de regere « diriger ». Bouh ! Caca boudin... Jamais ! Voilà ce que j'en disais, il y a de ça quelques années. Et puis j'ai appris à connaitre ce mot, à le redéfinir à sa juste valeur... pauvre petit amas de lettre boudé parce qu'on en fait un mauvais usage. Après tout, n'associe-t-on pas (presque) toujours régime avec "amaigrissant" ? J'ai donc décidé de toujours l'accompagner de son acolyte "alimentaire".

Régime alimentaire. C'est déjà mieux, non ? Un régime alimentaire définit la façon dont l’animal et l’homme se nourrissent.

J'ai l'impression de faire un hors-sujet là, mais je trouvais ça important de vous définir ma vision des choses... pour éviter de me faire taper sur les doigts et ne plus pouvoir poster par la suite... :lol:

Où voulais-je en venir ? Ah oui. Il existe donc beaucoup de types de régimes... pour la majorité, à fuir ! C'est là que je risque de me faire huer... pour moi la rééducation alimentaire aboutit de fait à un régime alimentaire sain, traduction : on réapprend à manger. (si je me permets de parler ainsi, c'est que je suis passée par là, j'ai opté pour cette méthode qui est selon la seule viable...)

Avant toute chose, il faut avoir le déclic. C'est con à dire mais (exemple personnel) je savais que je mettais en danger ma santé, j'étais consciente qu'il fallait faire quelque chose mais je ne bougeais pas... Ensuite, il s'agit de prendre en compte tous les aspects possibles engageant la prise de poids, comme je l'ai dit plus haut, il y en a des tas. Bref... c'est tout un travail d'introspection et c'est pas du haut de mes (bientôt) 23 ans que je vais me permettre de donner des leçons à quiconque. ;)

Pour en venir à la volonté, que dire... elle est importante, c'est un moteur parfois, mais surtout un gros coup de pouce. Quand on a enfin trouvé ce qui n'allait pas, si la volonté manque ça met un frein sévère... mais seule, faut pas se leurrer, elle n'est pas d'une grande aide. Avec la meilleure volonté du monde si on ne cherche pas à connaître l'origine du problème, on ne peut pas avancer.

Niveau chirurgie, je n'ai pas mon mot à dire. C'est trop personnel, intime. Chacun est libre de faire ce qu'il veut et de choisir les solutions adéquats.

Pour clore ma réponse, je ne conseillerai jamais à quelqu'un de faire un "régime" (même alimentaire), mais toujours de chercher en soi la source du mal-être et d'agir après en conséquence.

Désolée pour le monologue, il faut croire que j'avais envie de parler :D j'espère que je ne vais pas déclencher un tollé... ce n'était pas mon intention. Bonne fin de dimanche à vous !

PS : le jour où la volonté remplacera le sevrage, en ce qui concerne l'alcoolisme on aura trouvé LE remède universel à tous les maux.
46 ans Paris 9866
Je n'ai pas compris en quoi la rééducation alimentaire aboutissait de fait à un régime alimentaire. Tu peux expliquer?
32 ans Aubagne, non loin de Marseille. 35
Bah en fait je me suis peut-être mal exprimée ? Comme je l'ai dit j'ai décidé de ne plus bouder le mot régime parce qu'à l'origine (lui tout seul) il dicte juste certaines règles (j'aime pas ce mot non plus...) comment dire autrement... lignes de conduite ? Apprendre à s'écouter, comprendre ce que nous dit le corps et pourquoi il le dit.

Je crois que ça embrouille encore plus la chose là en fait. Et la rééducation alimentaire telle que je la vois (telle que je la vis) c'est ça. C'est mieux ? :oops:
46 ans Paris 9866
Je t'avoue que ça reste un peu confus ... "suivre des règles" et "s'écouter" sont plutôt pour moi des notions antinomiques.
57 ans 91 25732
Je pense qu'il y a confusion des termes. On emploie maintenant rééducation alimentaire (ou rééquilibrage alimentaire) pour parler en fait de régime. Facile de s'en rendre compte. Dans ces méthodes, il y a des interdits ou des limitations.

Ca n'a rien à voir avec la vraie rééducation alimentaire préconisée par le GROS. Là il n'y a aucun interdit, aucune limite. On peut manger ce qu'on veut, dans les quantités qu'on veut. C'est le travail sur soi qu'on fait à côté qui est important et conduit à la réussite, parce que le comportement alimentaire change, non parce qu'on l'y oblige, mais parce qu'on écoute son corps et ses besoins.

La seule volonté qu'on doit avoir dans cette méthode, c'est d'y croire et d'essayer. Le reste vient tout seul. ;)
57 ans 91 25732
tikanelle a écrit:
Tout comme le mec qui boit tous les jours! Et bien c'est une question de volonté d'arrêter totalement.


Mais bien sûr ! :roll:

L'alcoolisme est une maladie qui bouleverse et modifie le métabolisme. On peut lutter contre une envie avec de la volonté.

On ne peut pas lutter contre son corps qui réclame sa dose non pas d'alcool, mais de la substance, assimilable à une drogue comparable à la morphine, qu'il fabrique lui-même à partir de l'alcool. Quand l'alcool a bousillé la fonction de production du cortisol, tu peux avoir toute la volonté du monde, tu ne luttes pas. C'est impossible (j'explique dans santé sur un topic sur l'alcoolisme l'effet de l'alcool sur le cerveau et les conséquences). C'est une souffrance horrible d'être en manque de cette substance on en a de plus en plus besoin. Pour que le corps la synthétise, pas le choix, il faut de plus en plus de quantités d'alcool. Si le corps pouvait synthétiser cette molécule avec de l'eau, les alcooliques boiraient de l'eau, mais ils seraient malades quand même !

Oui il faut de la volonté pour vaindre l'alcoolisme, mais pas pour s'empêcher de boire. Pour reconnaitre qu'on a un problème d'alcool et demander de l'aide.

Pour le reste ça se soigne avec des médicaments et des aides médicales et psychologiques, car c'est une maladie, pas une anomalie du comportement.
32 ans Aubagne, non loin de Marseille. 35
Citation:
Ca n'a rien à voir avec la vraie rééducation alimentaire préconisée par le GROS. Là il n'y a aucun interdit, aucune limite. On peut manger ce qu'on veut, dans les quantités qu'on veut. C'est le travail sur soi qu'on fait à côté qui est important et conduit à la réussite, parce que le comportement alimentaire change, non parce qu'on l'y oblige, mais parce qu'on écoute son corps et ses besoins.


C'est celle que je suis, que j'ai suivi. Et ça rejoins ce que je cherchais à dire... Quand j'emploie les termes "suivre des règles" ça se réfère directement à "écouter son corps", n'est-ce pas ça la règle ? Faire un travail sur soi et comprendre tous les mécanismes...
Décidément, la rédaction n'est pas mon fort ! :lol:
57 ans 91 25732
Si la règle c'est d'écouter son corps pour retrouver notamment les sensations de faim et de satiété, sans lui imposer privations et suppression d'aliments, alors oui, c'est une bonne règle ! :lol:

Mais par contre ça ne conduit pas à un régime, ça conduit à remettre son corps dans un chemin qu'il a perdu progressivement, notamment à cause des régimes successifs...
32 ans Aubagne, non loin de Marseille. 35
Mais oui bien sûr que la règle c'est ça... après, j'ai encore un soucis avec le mot régime. (On va s'en sortir :D) Pour moi la façon dont on se nourrit = régime alimentaire de l'homme. Je suis un peu trop théorique en fait... du coup quand j'ai dit que ça aboutissait à un régime alimentaire sain, je sous entendais "correct" pour nous (différent selon les personnes)... :mrgreen:
37 ans 228
Patty a écrit:
tikanelle a écrit:
Tout comme le mec qui boit tous les jours! Et bien c'est une question de volonté d'arrêter totalement.


Mais bien sûr ! :roll:

L'alcoolisme est une maladie qui bouleverse et modifie le métabolisme. On peut lutter contre une envie avec de la volonté.

On ne peut pas lutter contre son corps qui réclame sa dose non pas d'alcool, mais de la substance, assimilable à une drogue comparable à la morphine, qu'il fabrique lui-même à partir de l'alcool. Quand l'alcool a bousillé la fonction de production du cortisol, tu peux avoir toute la volonté du monde, tu ne luttes pas. C'est impossible (j'explique dans santé sur un topic sur l'alcoolisme l'effet de l'alcool sur le cerveau et les conséquences). C'est une souffrance horrible d'être en manque de cette substance on en a de plus en plus besoin. Pour que le corps la synthétise, pas le choix, il faut de plus en plus de quantités d'alcool. Si le corps pouvait synthétiser cette molécule avec de l'eau, les alcooliques boiraient de l'eau, mais ils seraient malades quand même !

Oui il faut de la volonté pour vaindre l'alcoolisme, mais pas pour s'empêcher de boire. Pour reconnaitre qu'on a un problème d'alcool et demander de l'aide.

Pour le reste ça se soigne avec des médicaments et des aides médicales et psychologiques, car c'est une maladie, pas une anomalie du comportement.


Je ne dis pas absolument pas qu'il est facile d'arrêter de boire ou de manger ou de fumer. Je connais suffisamment d'alcoolique et de drogué pour connaitre le mécanisme. Mais se prendre en main c'est déjà un pas. Se dire: j'arrête, j'ai un problème, je vais voir un médecin et je veux que ça s'arrête. C'est ça la volonté!!!

Le sevrage d'alcool et de drogue est véritablement un enfer je le sais bien... Mais je ne dis pas que guerir est une question de volonté. Je dis qu'il est important de VOULOIR s'en sortir...
31 ans 2571
Je crois en fait que Tikanelle, même si elle a été un peu maladroite dans ses mots, voulait simplement dire, non pas que la volonté était suffisante, mais qu'elle était nécessaire.
Dans le titre de son post, il y a écrit "c'est AUSSI une question de volonté". Je crois simplement qu'elle voulait saluer le courage qu'il faut pour s'en sortir, même si évidemment le courage ne suffit pas, et qu'il y a des gens tout aussi courageux parmi ceux qui ne s'en sortent pas.

Je me trompe ?
37 ans 228
Salammbo a écrit:
Je crois en fait que Tikanelle, même si elle a été un peu maladroite dans ses mots, voulait simplement dire, non pas que la volonté était suffisante, mais qu'elle était nécessaire.
Dans le titre de son post, il y a écrit "c'est AUSSI une question de volonté". Je crois simplement qu'elle voulait saluer le courage qu'il faut pour s'en sortir, même si évidemment le courage ne suffit pas, et qu'il y a des gens tout aussi courageux parmi ceux qui ne s'en sortent pas.

Je me trompe ?


Tout à fait!!!! Merci miss
B I U


Discussions liées