MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

A les solutions mais ne tiens pas psychologiquement

L
33 ans Toulouse 6
Bonsoir tout le monde,

Je vous écris ce soir parce que je ne supporte plus la situation dans laquelle je suis depuis quelques années maintenant.
J'ai souffert d'anorexie et d'hyperphagie. C'est ce  
dernier trouble qui me pourrit la vie. J'ai fait un énorme travail sur moi-même puisque je connais les raisons de ce trouble.
Comment se manifeste l'hyperphagie ? Je peux m'acheter un ou deux paquets de biscuits que je vais dévorer une fois chez moi, je vais me faire des pancakes à 22h,...
Je me suis rendue compte que je n'en avais pas forcément envie de ces biscuits ou de ces pancakes. Je suis simplement entrer dans un cercle vicieux, des rituels et des habitudes mais qui sont mauvaises.
A quels moments se manifeste l'hyperphagie ? Quand je suis seule, quand je m'ennuie,...
Je sais que je peux me passer de toute cette nourriture en trop mais en général, je tiens une journée et je craque de nouveau le lendemain. Psychologiquement, je ne tiens pas.
Qu'en pensez-vous ?
53 ans Out of Africa... 4355
Savoir que tu manges parce que tu t'ennuie ou parceq ue tu te sens seule ne suffit pas d'après moi.

Quelles sont les émotions que tu veux fuir ou contourner avec la nourriture ?

Une thérapie peut t'aider si tu n'y arrive pas toute seule
L
33 ans Toulouse 6
C'est une bonne question...
Si je n'y arrive pas seule, oui je suivrais une thérapie.
48 ans Lorraine 4326
c'est de l'hyperphagie de manger un paquet de gateaux ? Je pense pas si ?

si tu te contentes de ca , enfin je suis pas pro en TCA hein, mais si c'est ca ou se faire des pancakes. y'a pas l'idée de se remplir le ventre jusqu'au 'malaise" .

Tu t'es deja penché sur la RA, lu Zermati ?
le probleme quand on s'empeche de manger un ou deux gateaux, quand on craque on mange le paquet en entier.
zermati peut t'aider à faire la paix avec la nourriture, à deculpabiliser .
53 ans Out of Africa... 4355
ladybugette a écrit:
le probleme quand on s'empeche de manger un ou deux gateaux, quand on craque on mange le paquet en entier.


Quand on mange sans faim pour moi, c'est qu'il y a un autre désir/besoin derrière.
C'est toujours intéressant à savoir.
Pour ma part, ce n'est pas avec la méthode Zermatti que j'ai réussi à aller jusque là. C'était plutôt intéressant pour moi après quand je savais pourquoi je mangeais.

Maintenant il m'arrive de "craquer" mais je ne culpabilise plus ;)
L
33 ans Toulouse 6
Peut-être que je me trompe de nom pour définir ce trouble. Peut-être n'est-ce que des compulsions.
En tout cas, entre les repas je mange sans avoir faim. Dès que je suis seule, je ne peux pas m'en empêcher. Je culpabilise ensuite.
41 ans Lille 4855
lunedemiel31 a écrit:
Peut-être que je me trompe de nom pour définir ce trouble. Peut-être n'est-ce que des compulsions.
En tout cas, entre les repas je mange sans avoir faim. Dès que je suis seule, je ne peux pas m'en empêcher. Je culpabilise ensuite.


J'ai le même problème que toi, je mange quand ça ne va pas.
On m'a "diagnostiqué" le trouble du réconfort.
Je mange par ennui, quand je suis seule, quand je suis stressée, contrariée, par tristesse, etc... et bien sûr je culpabilise toujours après.

Je suis suivie depuis 4 mois par une psy et une diét au CHR mais pour l'instant aucun changement.
Je n'ai toujours pas une bonne image de moi, je suis toujours autant écoeurée par la nourriture et manger, quoi que ce soit, faim ou pas, est toujours un vrai supplice.
Je ne conçois pas le plaisir dans la nourriture.

Je ne vais pas beaucoup t'aider, mais si tu es comme moi, dans le sens ou je ne suis pas patiente et quand j'entame ce genre de démarche pour me soigner, il me faut des résultats tout de suite, le chemin est très long (trop de mon point de vue).
Mais bon, on ne soigne pas 30 ans de problèmes de comportement alimentaire en 6 mois. :?
L
33 ans Toulouse 6
Le "trouble du réconfort"...c'est la première fois que j'entends ce mot.
Pendant longtemps je me suis réfugiée dans la nourriture parce que c'était la seule à ne pas me faire faux bon. Maintenant que j'ai quitté le cocon familial, mes compulsions sont moindres mais toujours là.
Tout comme toi, j'ai envie que le traitement agisse de suite alors qu'il faut être patiente et se dire que ca se fera sur du long terme.
B I U