MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Le psychologue. Parcours, Récits, Avis.

839
Bonjour !

Bon voilà, je souhaiterais aller chez le psychologue, mais .. bon, ce n'est pas aussi simple que de le vouloir.

Étant gamin, j'ai étais dans l'obligation d'être suivi  
par un psychologue et une éducatrice, la seule chose productive était les bonbons à volonté chez le psy, et le kebab tout les mercredis avec l'éducatrice ..


Actuellement, je ne sais pas réellement ce que ça pourrait m'apporter, comment le gérer, et comment gérer le rapport avec le psy.

Est-ce nous, qui faisons notre propre analyse, comment cela se passe t-il, du premier rendez-vous, jusqu'à la fin ou du moins un stade beaucoup plus avancé, se confier, s'ouvrir à un inconnu, lui dévoiler ce qu'on refuse même de se dévoiler à nous même, comment faire ? Est-il là pour nous guider, etc.

J'espère avoir quelques réponses qui pourrons m'aider à décider d'y aller vraiment.

Pavé César.
33 ans paris 45
bonjour,

j'ai essayé d'aller voir une psy(trouvé sur gros.org) quand j'ai fait une dépression mais franchement, j'ai trouvé que c'était super cher, et franchement, je suis pingre donc j'ai pas du tout accroché. au bout de 3 séances je n'y suis pas retournée mais pendant mon adolescence je suis allée voir un psychiatre à l'hopital, et franchement, j'avais bien accroché, il avait passé pas mal de temps à m'écouter pleurnicher sur des choses idiotes sans jamais me donner l'impression que ce que je racontais était débile. c'est aussi le premier a m'avoir dit que peut être je pouvais souffrir de crises boulimiques.

le psy se contente de poser des questions, sur nos émotions, nos ressentis et demande d'y penser à la maison en situation pour en reparler la séance suivante, ma psychothérapie je l'ai fait en réglant mes comptes directement avec ma mère, pas besoin de psy mais tout le monde n'a pas forcément des parents disponibles sur ce point là.
2630
Je suis allée 2x voir des psy, c'était dur, je me suis forcée, et finalement ça n'a servi à rien.
J'imagine que ce n'était pas "les bons".
S
97 ans 4480
J'ai consulté pendant 2 ans dans un CMP, je voyais le psychologue 1 fois par mois. Comme c'était gratuit, ça me convenait bien, surtout que j'étais étudiante.
Cependant, il n'était pas assez qualifié sur les problèmes de surpoids et de TCA... Donc au final, ne m'a pas aidé sur CE souci là...

J'ai réessayé une psychologue il y a peu mais je n'y suis allée qu'une seule fois.. La séance était chère, elle voulait qu'on se voit au moins 2 fois par mois, si ce n'est plus...
donc déjà financièrement, c'était impossible...

Et puis, je n'ai pas accroché. Tout me déplaisait chez elle, son attitude, son maquillage (oui je sais ^^), la disposition de sa salle, etc...
Finalement, entre temps, j'ai trouvé une super diététicienne et ça me convient bien :)

Je pense qu'il faut essayer mais c'est parfois dur de trouver la bonne personne.
30 ans beaurecueil 63
coucou,
j'ai pensé aussi voir un psy pour mes problemes de poids car en fait je mange quand j'ai pas le moral et je fais des crises. mais j'ai jamais eu le courage d'y aller. je viens d'arriver sur ce site et je trouve ca super bien car entre nous on peut parler de nos problemes sans complexes
S
40 ans Région parisienne 606
Et bien aller voir un psy n'est, en effet, pas une mince affaire...

J'ai l'impression d'y avoir pensé de longues années, avant de sauter le pas. Disons que c'est un passage par la case osthéo qui m'a amenée à la case psy. Un des heureux hasards des rencontres de la vie...

J'y vais depuis 1 an et demi maintenant, à raison d'une séance par semaine, sauf pendant les vacances scolaires.

Je n'ai jamais aimé parlé de moi, m'ouvrir, je me demandais bien comment j'allais pouvoir faire, ce qu'allait donner la séance etc, etc.
Et bien cette première fois s'est passée, j'en suis venue à bout, j'avais du mal à m'exprimer, j'ai du bafouiller, vraiment pas habituée à l'exercice et je n'étais pas forcément super à l'aise, mais j'y suis retournée, et plus ça allait, et bien mieux ça allait...

Je parle, elle parle, elle ne force rien, mais rebondit sur la moindre petite chose qui "s'ouvre en moi", elle peut aiguiller mais jamais plaquer sur mon cas des clichés d'analyses ttes faites. Ce qui importe c'est ce qui peut faire écho en moi, ce qui me parle.

Mine de rien, sans que l'on s'en rende compte, et bien les choses changent, évoluent, on se sent mieux, on se rend compte du chemin parcouru sans avoir eu l'impression de le parcourir justement...c'est très bizarre.

Toutes les expériences psy sont différentes, chacun doit la vivre, s'il en a envie, et voir ce que ça donne, et comme on l'a souvent dit, ne pas hésiter à en changer si le courant ne passe pas.
1834
C'est impossible de généraliser là-dessus (comme ailleurs).

Déjà, il faut que le feeling passe assez bien avec que le/la psy qu'on a en face de soi.
C'est impossible d'être dans une bonne démarche si on commence par dénigrer la personne.
Même inconsciemment on refusera d'accepter ses conseils en les transformant en reproches,
on va se braquer et à partir de là si le dialogue ne passe pas, ça devient une perte de temps.
Donc c'est la première phase ça : partir à la recherche de quelqu'un qui nous correspond bien.

Par contre il ne faut pas tomber dans l'excès inverse pour autant !
Être trop exigeant dans la recherche, y aller avec des aprioris négatifs sur la profession, etc.
sont autant de bâtons qu'on se met dans les roues avant même d'avoir commencer quoi que ce soit !
Je pense que beaucoup de mauvaises expériences dans ce domaine sont dues à ce genre de préjugés.
Si on n'a pas envie d'entendre des choses parfois désagréables, si on croit tout savoir à l'avance...
Hé ben... Dans ce cas-là on reste chez soi et on se démerde tout seul ! C'est aussi simple que ça.

Parce qu'il faut bien garder à l'esprit quelque chose d'essentiel :
Le psy n'est pas un "prophète" qui juge les gens comme ça parce qu'il aurait la science infuse.
C'est quelqu'un qui essaye de creuser un peu notre esprit et nos expériences pour y déceler ce
qui pourrait être à l'origine de nos maux, mais il le fait uniquement grâce à nous et pour nous.
C'est nous qui faisons tout le travail, lui n'est qu'une sorte de "guide" pour nous épauler.
C'est la raison pour laquelle ça ne donne absolument rien si nous ne sommes pas prêts à nous ouvrir.

Mais pour arriver à ces résultats il y a des années d'études derrière.
De la psychologie, mais aussi de la médecine pour les psychiatres qui sont donc de "vrais" médecins.
C'est là qu'est le malentendu pour pas mal de gens qui disent "ne pas y croire".
Si on parle de psychiatres encore une fois, il ne s'agit pas d'une croyance, ça ne veut rien dire.
Quand on va voir son médecin généraliste, c'est assez rare qu'on remettre en doute son diagnostic.
Mais là comme il s'agit de psychologie le domaine semble accessible à tout le monde.
On donne des conseils à ses amis, on se fait ses propres analyses soi-même, on apprend de la vie, etc.
Le plus souvent c'est vrai ça peut suffire si on s'y prend bien.
Mais à d'autres moments, en cas de coup dur, on n'est pas forcément capable d'avoir les idées claires
et on peut avoir besoin d'un coup de main, d'une parole neutre et avisée pour repartir d'un bon pied.

Après il existe pas mal de méthodes différentes d'analyse, moi je ne parle en l’occurrence que des psychiatres.
Pour l'expérience que j'ai pu en faire, oui ça donne carrément des résultats si - et seulement si - on est prêts.

Le mieux est encore de faire sa propre expérience, avec la bonne personne, au bon moment. ;)
1834
Ah oui, j'ai oublié une dernière chose aussi !

Vous voulez une méthode infaillible pour réduire la durée de votre analyse ?

Avant la première séance, prenez une feuille et un stylo et écrivez les problèmes que vous ressentez
de la façon la plus honnête possible, exprimez vos douleurs les plus enfouies, parcourez votre âme
sans tabous et sans mensonges, et ajoutez aussi les causes que vous pensez en être à l'origine, etc.
Vous ne serez pas forcément au mieux de votre forme après ça, mais c'est normal ça commence par là.

Soit vous gardez cette lettre pour vous, soit vous pouvez l'amener à une séance pour qu'il la lise.
Devant vous pour en parler de suite, ou bien la lui laisser pour plus tard, là encore c'est à vous de choisir.
On peut avoir honte d'exprimer certaines choses à l'oral, mais à l'écrit on se libère plus facilement c'est l'avantage.

Grâce à cette méthode vous réduisez considérablement le nombre de séances qu'il faut habituellement pour arriver
à tout exprimer, à avouer certaines peurs, certaines hontes... bref pour s'ouvrir complètement dans la démarche.

Il se peut même que, arrivant grâce à ça à vous libérer de certains poids que vous
n'osiez pas regarder en face, vous n’ayez même plus besoin du psy finalement !...

:shock:

Je ne plaisante pas, c'est une expérience vécue comme telle. :)

Bien sûr, ça ne marche pas à ce point-là selon la gravité et la profondeur des problèmes,
mais dans tous les cas ça vous permettra de gagner du temps, de l'argent et de l'efficacité !

Exprimer ses angoisses, c'est déjà s'en libérer de moitié.
839
Pavé César :lol:

Merci à tous pour vos réponses, et peut-être pour les futurs ^^

Je me fait déjà mieux mon idée sur le sujet, je pense que je vais y aller mais avec une certaine appréhension quand même.

Advienne que pourra, je vous dirai comment ça s'est passé :roll:
37 ans 94 298
j'ai mis 20ans a me décider et que de tps perdu!

il faut comme dit, trouver quelqu'un avec qui sa "colle" et ne pas baisser les bras si le premier n'est pas le bon.

celle que je vais voir, écoute, retiens, et laisse parler de tout et rien. tous ce qui te vient.
elle rebondit sur certaines choses, et mine de rien, ton inconscient travail et t'ammene vers les troubles profonds, enfoui, et fait ressortir ce qui finalement, tu n'arrives pas a comprendre ou voir, et qui te fait avancer.

en quelques sceances, j'ai fais des progrès monstrueux, sans m'en rendre compte.

bon courage pour tes essais :)
43 ans 89
Le plus important est de se sentir à l'aise avec le psy et de ressentir le fait que les séances sont utiles, que l'on avance ou que l'on comprend des choses sur nous. :)
32 ans 65
Je me suis trouvé un psy en or.
Très à l'écoute, pose les bonnes questions etc...
Le contact se fait par message vocal laissé sur son répondeur, en général il rappelle vite et parfois on discute un bon moment au téléphone et ça suffit à me redonner un peu la pêche.
Ce qui m'a plus avec ce psy, c'est le principe de la séance à 50€, mais qui n'a pas de durée limitée, je parle autant que je veux, quand j'en ai marre je m'en vais, que ce soit 30min ou plus de 2h.
Je ressors toujours de son cabinet légère comme une plume :)
839
Ce que je redoute c'est d'être bloqué et de n'avoir rien à dire, pour moi un psy, si le travail vient de nous, c'est inutile ( de mon point de vue)

J'ai eu un psy étant gosse pendant 1 an, bonjour au revoir, on jouait aux échecs.
37 ans 94 298
NouNours_D a écrit:
Ce que je redoute c'est d'être bloqué et de n'avoir rien à dire, pour moi un psy, si le travail vient de nous, c'est inutile ( de mon point de vue)

J'ai eu un psy étant gosse pendant 1 an, bonjour au revoir, on jouait aux échecs.


je sais pas si la formulation de ta phrase est correct, mais enfin le travail vient forcement de toi.

c'est toi qui expose tes angoisses, c'est pas lui qui joue aux devinettes lol

apres, le fait qu'il ne dit rien, t'oblige a sortir ce qui est enfoui au fond de toi, et c'est lui qui te mettra sur la voie ou t'orientera ;)

pas de peur a avoir, ils sont la pour t'aider :D
839
Justement, le fait qu'il ne dise rien, fera que je dirais rien non plus :x, je peux pas extériorisé comme ça, et je suis même pas sûr d'être conscient de mes propres problèmes.
B I U