MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Nouvelle! envie de parler, de partager

L
29 ans 2
Bonjour à vous!
Je viens ici, car en ce moment ça ne va pas très fort, et j'avais envie de discuter avec des personnes de ces tempêtes (mais aussi du soleil!)  
que rencontre parfois la vie...

Pour me présenter j'ai 21 ans et j'ai des TCA depuis... longtemps.
Adolescente, j'ai été atteinte d'anorexie mentale, et hospitalisation d'un an. Ma sortie a été difficile, j'étais loins d'être guérrie, la boulimie a pris le dessus. A l'époque j'étais incapable de suivre des cours, je refaisais régulièrement des séjours à l'hosto. J'ai quand même passé mon bac, dans un état laborieux, mais je l'ai décroché! Je voulais devenir médecin, alors une fois le bac en poche, j'ai foncé. Je me dis que si une chose me rattache à la vie, c'est bien ce désir de faire le même métier que ceux qui m'ont aidé.

J'ai loupé mon concours d'entrée la 1ere année, donc rebelotte, je m'y suis recollée cette année...

Sinon je suis toujours en psycho théraphie, ça avance, mais pas toujours comme je voudrais...


Mes concours sont passés, je suis en vacances, et j'attends les résultats finaux (qui au 1er semestre étaient positifs)...
Et je redérape... je crise. Je ne dors plus. Je fume. Je ne veux plus me lever. J'ai honte de moi. Je stress. Je ne veux plus vivre. Etc...

Mon médecin m'a prescrit du Zyprexa (vous connaissez?) j'en prenais à l'hopital et à ma sortie. J'ai l'impression de faire marche arriére......

Enfin voilà. Je suis prete à vous entendre si vous aussi sous avez des choses à dire!
T
49 ans Canada 15
Je me permets de te dire que je suis pas mal sur la même longueur d'onde en terme d'humeur face au TCA... J'essaierai tout de même de ne pas me complaire dans le "pôvre de moi pôvre de moi".

Je me suis pas mal reconnue dans ta présentation, avec 20 ans de plus. Bonne nouvelle: je suis objectivement plus fonctionnelle: pas d'hospit. depuis 10 ans, travail à temps plein (dans le domaine de la santé. Je me demandais si je regrettais "le bon vieux temps", c'est-à-dire la restriction "réussie". Désolant, mais j'avais la même réaction que les autres patients de l'hôpital qui ne savaient pas vraiment la souffrance liée à l'anorexie.

J'ai donc tenté de mettre un peu de rationnel dans tout ça: mon hyperphagie est moins "handicapante", dans le sens que je ne souffre pas physiquement et que j'ai des activités valorisantes. Et je sais bien que je ne pourrais pas retourner dans l'anorexie "juste pour perdre les kilos voulus".

Ceci dit, je ne sais pas trop par quel bout prendre ça ces temps-ci (voir message "réactions bizarres"). J'adhère aux principes RA (dans le sens que je suis d'accord, que j'y aspire, sans le faire), mais je me demande si l'aspect psychologique ne m'empêche pas d'appliquer tout ça. Je pourrais au moins arrêter de vouloir me restreindre: juste y penser me fait faire une crise.
Finalement, voilà une piste.

Je parle et parle de moi. Ce serait le tempsd de te souhaiter que les choses s'adoucissent pour toi. Mais qu'est-ce qui te fait dire que tu recules? La médication? L'ensemble de la situation actuelle? C'est peut-être au contraire un tremplin pour mieux rebondir?
B I U