MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Centre d'amaigrissement et image de soi

30 ans Toulouse 19
Je sais que ce sujet a déjà été abordé à plusieurs reprises sur le forum, mais en lisant certains posts et en particulier celui ci :

sandydidou a écrit:
Proposer  
une cure pour un problème de poids, ça me semble être l'équivalent de proposer un séjour au club med pour un état dépressif endogène (=une dépression non réactionnelle à un évènement traumatisant) ; on sait bien que ça va aller mieux pendant le séjour, tout comme on sait que pour 95% des gens, les difficultés réapparaitront une fois ce dernier terminé.


Je me suis dis qu'il serait bien pour moi et pour quelqu'un que cela pourrait intéresser (sait on jamais ^^) de laisser mon témoignage, et peut-être récolterais-je à la clé des réactions intéressantes.

Ce qu'à écrit sandydidou résume parfaitement ce que je retiens de mon séjour d'un mois et demi en centre d'amaigrissement durant l'été de mes 15/16 ans.
Aujourd'hui cela date, et je vais résumer avec le recul...

Depuis le début de mon adolescence je déprimais énormément, était très mal dans ma peau. Je souffrais de mon surpoids (1m70, 90kg) et connaissait de plus en plus de difficultés relationnelles (amis, famille, sans parler des mecs) qui étaient loin de n'être dues qu'à mon obésité. J'étais suivie depuis deux ans par l'hopital des enfants de ma ville, le but étant pas de régime, mais rééquilibrage alimentaire. C'est eux qui m'ont proposé l'idée du centre, j'ai de suite voulu y partir. A l'époque c'était tout beau tout nouveau, et ça marchait, c'était prouvé. Bref, j'étais également suivie par une psy à cause de grandes déprimes incontrôlées et de crises d'angoisse et elle a de suite donné son accord.

Je ne voyais pas cela comme une solution miracle car les médecins ne m'avaient pas présenté les choses comme cela. Néanmoins une fois là bas j'ai perdu beaucoup de poid et très rapidement. Je ne m'attendais pas à perdre autant, et mon corps de préados obèse s'est transformé en bout de femme sans que je m'y attende. Bref nous étions bien encadré et en y repensant, j'ai vraiment eu comme une seconde naissance là bas, je ne pensais plus à tous les conflits familiaux ou à mes propres conflits, je me trouvais de moins en moins moche, j'apprenais à m'accepter, à me coiffer...(aah l'adolescence ^^)je me suis dépassée niveau sport et j'ai rencontré des gens formidables.

Cependant je tiens à précisé que je n'ai jamais étée "convoquée" chez le psy du centre et avec le recul je me dis que ce n'est pas normal. Je n'ai pas fait la moindre demande non plus, mais à 15 ans j'étais loin d'en avoir la maturité.

En rentrant chez moi j'allais vraiment bien. J'avais l'impression de vivre un miracle, je n'avais presque plus de poid à perdre. Mais des les premieres semaines qui suivirent mon retour chez moi, mon identité était complètement embrouillée, encore aujourd'hui je ne sais pas comment vous expliquer. Comme dans la plupart des témoignages, le mien se termine par une reprise de poids au fil des années. Au début je faisais attention, j'ai continué à perdre doucement grâce au rééquilibrage (qui consistait tout de même à peser ses aliments haem...) j'ai été stable durant un an et demi, et puis de mes 17 à 19 ans j'ai été en internat suite à une dépression en partie due des conflits familiaux. Pendant toutes ces années j'ai repris tranquillement sans presque le voir ( sans vouloir le voir) tous mes kilos puis je me suis stabilisée autour des 90 kg ce qui est toujours le cas aujourd'hui. Quant à mes problèmes psycho, tombés aux oubliettes dans ce foutu centre d'amaigrissement qui m'a bien changé les idées pendant un bon moment.

Aujourd'hui je m'accepte davantage qu'avant d'avoir connu cette perte de poids, mais j'ai une souffrance différente. Celle de m'être connu "mince" et que cela ne soit qu'un souvenir d'adolescence. Cette souffrance me bouffe car c'est aussi le fait de savoir que malgré tout ce qu'on peut dire, le regard des gens change, et bien d'autres choses encore.

Depuis mes 18 ans je ne fais plus attention à mon alimentation, et je suis à peu près stable. J'ai continué à faire du sport mais je ne suis pas réconciliée avec la nourriture dite "équilibrée". Je ne veux pas faire de régime car j'ai vécu la reprise de poids et ne veux pas la revivre, et même manger équilibré me parait égal à un régime.

Qui aura lu jusqu'au bout ?
Je ne poste pas beaucoup, mais quand je poste...lol
48 ans Lorraine 4326
Merci pour ton témoignage Ptiteloup :-)
Ne culpabilise pas d'avoir repris le poids perdu hein ! Comme tu as du le lire ici , ce n'est pas une question de volonté , on ne peut juste pas se controler toute sa vie.
Tu dis ne pas avoir une alimentation equilibrée, moi je pense qu'elle est au contraire equilibrée puisque ton poids ne fluctue pas, qu'il est stable . c'est plutot bien ca hein :-)
On ne sait pas trop ce que ca veut dire "alimentation equilibrée" , c'est pour moi, pas les fameux 5 fruits et legumes frais, une viande par jour et 3 produits laitiers.
c'est d'avoir un rapport apport/depense calorique qui est egal et qui donc ne fait ni grossir, ni maigrir .
30 ans Toulouse 19
Merci de ta reponse Ladybugette, mais je n'ai pas une alimentation équilibrée... Je vis seule et cela s'organise en fonction de mes envies du moment et de mon moral, souvent c'est trop sucré ou trop gras et je ne suis pas stable, je varie sans cesse de 88 à 93, selon mon activité sportive en fait. En apparence ces variances ne se voient pas mais moi je le ressens. Je ne culpabilise pas d'avoir repris, j'ai juste conclue que la méthode était loin de fonctionner sur la durée mais c'est plutôt la nostalgie d'avoir été cette fille mince... Cela change beaucoup de choses.

Néanmoins je ne me sens pas prête pour perdre vraiment du poids car en vivant comme je l'entends j'ai toujours eu cette silhouette et ce serait dur de changer à nouveau.
B I U