MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Je viens d'avoir 40 ans et je me meurs sans amour

Bonjour!
J'ai envie de vous partager ce que je vis depuis un bon bout de temps déjà. Ado, j'étais très sérieuse. Plus tard, à l'unif, j'ai commencé à beaucoup sortir, mais  
les garçons ne semblaient pas s'intéresser à moi. Ensuite dans ma vie professionnelle,je sortais de temps à autre, mais les hommes que j'intéressais ne m'intéressaient pas. Alors je me suis inscrite sur internet et j'ai rencontré un très chouette gars. Je n'ai pas flashé directement sur lui, car il n'était pas vraiment mon type, mais lui était très épris et pressé. Comme je prenais mon temps, il a entretemps recontré qq'un d'autre et m'a lâchement plantée là. Plus tard, j'ai rencontré un homme marié de qui je suis tombée très amoureuse, et lui aussi a mis les distances car il sentait que je m'accrochait trop. Ma vie amoureuse se résume à ceci: les hommes qui viennent vers moi s'accrochent trop et ne me plaisent pas vraiment, et ceux qui m'intéressent ne sont pas intéressés par moi. Je n'ai jamais connu la réciprocité. Il faut dire que je mesure 1m80 et que je pèse 100 kilos. Je ne sais plus quoi faire :cry:
M
32 ans 11
Déjà, je t'envoie tout mon soutient, courage, et haut les coeurs!!

Ne penses pas que tes mensurations sont un obstacle dans ta vie amoureuse, beaucoup d'homme aiment les rondes!! Nombreuses sont celles qui pourront en témoigner ici!

Ensuite: un homme pas assez patient n'est pas pour toi, et n'es pas un homme bien. Un homme vraiment épris de toi, attends, reste patient, va à ton rythme...

Quand aux hommes mariés, oublie, trop de dégats de tous les cotés!! Rien de bon du tout!!

Continue tes recherches sur le net si tu n'arrives pas rencontrer dans la vraie vie, et surtout choisis!!
Ne te forces pas à aimer qqun, ça n'apportera rien du tout et ça cassera.
Prend l'initiative de ton choix, va vers des homme qui te plaisent, tu gagneras un temps fou!! ça marche ou ça marche pas, mais au moins tu n'es ni forcé, ni en "faute de mieux je prends celui ci"....

Je te conseille des sites plus sérieux car payant, comme meetic, ou tiilt.... où j'ai rencontré mon homme..... Courage! Et bisous à toi!!
39 ans Mons (Belgique) 250
Bonjour Etoiledunord,

Ce n'est hélas pas facile de trouver sa moitié (je ne l'ai pas encore trouvée non plus) ! Mais ce n'est pas une raison pour désespérer ni pour sauter sur le premier venu !

Contiues à chercher et à prendre ton temps comme tu l'a fait jusqu'à présent et comme l'a dit Missy, évites les hommes mariés, il ne sortira rien de bon d'une telle relation !

Il est vrai qu'arrivé à un certain âge, il y a une certaine pression sociale sur les personnes célibataires, encore plus pour les femmes que pour les hommes, mais ce n'est pas pour cela qu'il faut essayer de se caser à tout prix ! Mieux vaut être seul que mal accompagné... Enfin, c'est comme ça que je vois les choses, même si je suis en manque d'affection, je préfère rester seul en attendant de trouver la personne qui me plaira et me correspondra... et si elle n'arrive jamais eh bien tant pis, au moins je n'aurai pas de regrets d'avoir passé ma vie avec quelqu'un que je n'aimais pas et j'aurai vécu en accord avec mes convictions !
P
40 ans 1638
Etoiledunord a écrit:
Ma vie amoureuse se résume à ceci: les hommes qui viennent vers moi s'accrochent trop et ne me plaisent pas vraiment, et ceux qui m'intéressent ne sont pas intéressés par moi.

Juste une petite piste de réflexion : Et si c'était le contraire? Et si c'était toi qui, inconsciemment, était intéressée uniquement par les hommes dont tu sais qu'ils ne seront pas intéressés par toi?

Une petite histoire : Une amie se trouvait dans la même situation que toi. Pas d'histoire longue à passée 30 ans, pourtant vraiment jolie (et très mince) et pleine d'humour, une fille vraiment sympa. En y cherchant de plus près, il s'avérait en plus que ladite miss avait eu des propositions d'hommes tout à fait charmants, mais à chaque fois elle leur trouvait des défauts absolument rédhibitoires (style, il a du poil sur les doigts). Elle a fini par avoir une histoire avec un connard fini. Ladite histoire terminé (par lui), la revoilà au même point, avec en plus l'idée qu'elle n'arrive même pas à garder l'homme le plus con du monde (j'exagère à peine). Une chose que je n'ai pas précisé, c'est que la demoiselle en question avait également un énorme complexe par rapport à ses études, et par ricochet à son intelligence. Après de longues années de galère à passer d'un boulot à un autre avec longues périodes de chômage, elle a fini par trouver le boulot où elle s'est épanouie, sentie fière de ce qu'elle faisait et globalement, à réussi à vaincre ses complexes. Elle a fini par admettre (ce que peut-être elle savait dans son for intérieur depuis des années, mais que moi je n'avais même jamais imaginé) qu'elle ne pouvait sortir qu'avec des hommes dont elle savait qu'intellectuellement ils ne la dépassait pas. Ce qui excluait tout homme ayant fait un minimum d'études, mais aussi tout homme n'ayant pas forcément fait d'études mais qui par ailleurs était un minimum cultivé ou ouvert d'esprit. Depuis qu'elle a admis cela, elle a rencontré un homme très agréable, ils ont un bébé et semblent très heureux.

Tout ce long message pour dire que parfois, il faut faire un travail sur soi-même d'acceptation pour pouvoir être suffisamment ouverte pour une vraie histoire d'amour qui a des chances d'aboutir. Ce que tu dis ici me semble indiquer que ce ne soit pas encore ton cas :

Etoiledunord a écrit:
Il faut dire que je mesure 1m80 et que je pèse 100 kilos.
48 ans Lorraine 4326
une petite peur de l'engagement ? Je pense à ca quand tu dis que tu ne t'attaches qu'aux hommes qui ne sont pas dispo et que tu "rejetes" les hommes disponibles....
Merci à vous pour vos réponses qui m'ont fait du bien et qui m'ont fait réfléchir ... Je pense que vous avez raison: il y a chez moi 2 peurs:
* Je ne m'aime pas physiquement, je n'ose pas me regarder dans la glace avec tous ces kilos en trop - au fond, je suis une femme délicate et raffinée, mais en apparence, je donne l'impression d'être une grande baraquée, forte et qui n'a peur de rien. Je ne suis pas en accord avec mon corps. J'ai déjà été plus mince (89 kilos), je me sentais bien dans ma peau, mais là, je ne rencontrais personne non plus.
* La peur de l'engagement ... Oui, mais pourquoi? Et comment la faire disparaître? Vous avez des idées?
Et puis aussi, mon idéal masculin est très élevé ... Je place la barre très haut dans mes exigences.
Qu'en pensez-vous? Comment changer tout ça?
48 ans Lorraine 4326
Etoiledunord a écrit:

* La peur de l'engagement ... Oui, mais pourquoi? Et comment la faire disparaître? Vous avez des idées?
Et puis aussi, mon idéal masculin est très élevé ... Je place la barre très haut dans mes exigences.
Qu'en pensez-vous? Comment changer tout ça?


en placant la barre haute tu te donnes encore moins de chance de te mettre en couple ;-)

la peur de l'engagement ca peut etre peut-etre une peur de l'abandon .. mais bon chaque cas est unique, y'a pas de recette miracle pour en sortir . Le principal est de comprendre ses peurs pour pouvoir ensuite agir.
c'est complexe tout ca , ca remonte loin ....
Si ca a une telle incidence sur ta vie, il te serait sans doute utile de creuser tout ca avec un psy , etre prete à faire un travail sur soi-meme .
107 ans Sous la neige au fond à droite 7534
"Je me meurs sans amour"? Tu dirais que tu es mal à ce point-là? Parce que pour moi, le titre de ton topic dénote une certaine résignation. Est-ce qu'inconsciemment, tu ne serais pas fermée (aux possibilités, aux offres, aux hommes?) Avec internet, c'est maintenant beaucoup plus facile de sortir de son environnement immédiat et de son milieu, mais regarde l'exemple que tu nous donnes: tu as choisi un homme marié. Je suis d'accord avec les filles, je pense que, certes, tu désires être en couple, mais qu'il y a aussi une partie de toi qui bloques.
Encore merci à vous pour vos réponses ... Vous m'aidez en me renvoyant des choses que je sais, mais que je ne veux pas voir. Oui ... Il y a un blocage chez moi, c'est clair. J'ai très peur, en fait. Peur de l'abandon, donc j'ai peur de m'engager ... Ca remonte à très loin et je suis justement en train de faire un travail avec une psy, mais je sens que ça va prendre du temps. En fait, quand un homme tombe amoureux de moi, j'ai un drôle de sentiment, comme si je me sentais piégée, c'est difficile à expliquer comme ressenti. Comme si je sautais dans l'inconnu, depuis le bord d'une falaise. Il faut dire que j'ai vécu longtemps avec une mère possessive, fusionnelle, et que je suis partie tard de chez mes parents. Je me protège beaucoup de la vie car je suis hypersensible et je me réfugie dans les sucreries quand je me sens trop seule. Je voudrais ne plus avoir peur de la vie!!...
107 ans Sous la neige au fond à droite 7534
J'ai été comme toi! Longtemps, et ça me rendait triste.
Et pis un jour, choc électrique. Le mec dont j'étais amoureuse et qui s'en foutait ou à peu près m'a jetée avec beaucoup de violence. Et j'ai réalisé ce jour-là que je me leurrais sur moi, sur ce que je voulais et plus précisément sur mon type de mec. Et j'ai rencontré M. Doo sur internet quelques semaines/mois je sais pus, plus tard.

Je pense que ton travail psy va beaucoup t'aider à mieux te cerner et à comprendre ce que tu veux.
39 ans Croix, Lille, Armentières du nord quoi ^^ 2684
Effectivement ce n'est pas simple...
tu es à un tournant de ta vie, tu viens de regarder dans le miroir et te rendre compte que tu aspirais à une certaine vie et ... elle n'y est pas.

La société de nos jours ne nous aide pas à trouver ou rester en couple ...
Le taux de célibataire augmentent ...

Mais ne perds pas courage ... ça viendra.

Essaies de comprendre ce qui ne fonctionne pas, mec marié ... => tu vires .. rien de bon !

mais il est vrai que c'est plus simple à 20 ans (enfin c'est ce que je pense)
Perso je me suis toujours faite courtisée quand j'étais en couple et quand je suis seule ... calme plat .. pourquoi ?

Faut que tu te poses et que tu vois ce que tu veux, quitte à te faire aider médicalement ;) (c'est d'une grande utilité pour l'avoir fait je le conseillerai .. mais tout le monde pas forcément d'accord pour le faire ce que je comprends aussi)

Bon courage à toi en tout cas :)
52 ans Var 2447
Etoiledunord a écrit:
En fait, quand un homme tombe amoureux de moi, j'ai un drôle de sentiment, comme si je me sentais piégée, c'est difficile à expliquer comme ressenti. Comme si je sautais dans l'inconnu, depuis le bord d'une falaise. Il faut dire que j'ai vécu longtemps avec une mère possessive, fusionnelle, et que je suis partie tard de chez mes parents. Je me protège beaucoup de la vie car je suis hypersensible et je me réfugie dans les sucreries quand je me sens trop seule. Je voudrais ne plus avoir peur de la vie!!...


Tu donnes la réponse toi même.
Le fait que lorsqu'un homme tombe amoureux de toi tu te sentes piégée, te ramène vers cet amour exclusif et étouffant que t'a mère a eu avec toi.
Car le premier amour que nous avons est celui de notre mère et conditionne notre façon d'aimer plus tard.

Est-ce qu'inconsciemment tu penses que dès qu'on t'aime c'est de façon possessive et qu'il y a potentiellement un danger?
Les mots que j'ai surligné sont assez évocateurs de tes craintes, de comment tu perçois l'amour que l'on peut te porter.

Je te souhaite d'avancer dans ta thérapie....et de faire la rencontre qui te rendra heureuse! ;)
Tu donnes la réponse toi même.
Je te souhaite d'avancer dans ta thérapie....et de faire la
rencontre qui te rendra heureuse! ;)

Merci à toi aussi pour ta réponse ... Tu as tout à fait raison ... Je déteste quand on s'approche trop de moi, quand on me colle (ça ne concerne pas uniquement les hommes, c'est tout le monde!);du coup je prends mes distances et c'est ce qui fait que je me retrouve toute seule au final alors que je suis, sans me vanter, une fille plutôt sympa :roll: . Je voudrais briser ce schéma, et c'est pour cela que j'ai commencé une thérapie (depuis mai). Etonnamment, quand moi je suis amoureuse, je suis exclusive!! Je pense que je dois aborder cette thématique de l'exclusivité avec ma psy. Et puis, aussi, me réconcilier avec mon corps que je n'ose regarder en face. Tous ces kilos sont une carapace. Quand je n'aurai plus peur des autres, ils "tomberont". Je me suis promis que ma seconde partie de vie serait bien plus belle -et enfin heureuse!- qu'avant la quarantaine ...
56 ans 91 25732
Ah ! :D J'aime mieux ton dernier message que celui du début et surtout que ton titre.

Mourir sans amour à 40 ans... Comme si à 40 ans ta vie était finie ! Statistiquement, tu en es à la moitié. Donc il te reste encore autant de temps pour faire ce dont tu as envie, avec en plus l'expérience acquise lors des premières 40 années.

Je te promets que la vie n'est pas finie à 40 ans. Et après non plus si j'en crois ma propre expérience ! :lol: Je crois même que je vis bien plus intensément les choses maintenant que quand j'étais plus jeune, parce que j'ai appris à lâcher du lest, à accepter que certaines questions n'ont pas de réponse mais que ça n'empêche pas d'avancer, à profiter de ce que la vie peut m'apporter sans m'inquiéter du regard des autres ou de ce qu'ils pensent. Et parce que j'ai, enfin ! appris à penser à moi. Et à vivre ! :D Et c'est booooooooon ! :lol:

Il n'y a pas de raison que tu n'y arrives pas, avec de l'aide si tu en as besoin, mais tu as le potentiel non pas pour mourir sans amour, mais pour vivre avec ! :D
52 ans Var 2447
Patty a écrit:
Je te promets que la vie n'est pas finie à 40 ans. Et après non plus si j'en crois ma propre expérience ! Je crois même que je vis bien plus intensément les choses maintenant que quand j'étais plus jeune, parce que j'ai appris à lâcher du lest, à accepter que certaines questions n'ont pas de réponse mais que ça n'empêche pas d'avancer, à profiter de ce que la vie peut m'apporter sans m'inquiéter du regard des autres ou de ce qu'ils pensent.


Oh oui alors!! tout à fait d'accord avec Patty. Je me sens beaucoup mieux avec mes 42 ans qu'à mes 20 ou 30 ans.

Je trouve qu'on aborde pas la vie de la même façon. Je vais à l'essentiel, je vis ce que j'ai à vivre sans m'embarrasser du qu'en dira-t-on.
Et comme le début de la maturité est là, je lâche prise plus facilement là où j'en aurais été incapable avant.
B I U