MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

OPK et perte de poids

C
30 ans 24
Bonjour les filles j'aurais besoin de vos lumières (eh oui encore ^^).
On m'a découvert un SOMPK il y a un an mainteant et je commence a en avoir plus qu'assez  
d'avoir mal tous les jours (ovaires quand vous nous tenez...), sans compter les 30kg qui se sont invités sans que je fasse rien de spécial pour (je fesait 60kg avant).Apparemment la seule solution serait de perdre du poids pour plus avoir mal...Y a-t-il des filles qui ont réussi a s'en sortir sans perte de poids?Ou sinon une perte de poids est-elle possible?(parce que pour le moment je ne perds pas un gramme quoique je fasse!)
Bonne journée ^^
L
44 ans 8
Salut!
J'ai 36 ans et diagnostiquée SOPK depuis l'âge de mes 15 ans.
20 ans plus tard, et surtout 20 ans plus tard de régimes, de sport et de vie saine en parallèle de mes études et de mon boulot d'architecte (ce qui donne un emploi du temps beaucoup plus chargé que la plupart de mes amis), je pèse toujours le même poids.
A l'âge de 18 ans j'ai fait un régime strict qui m'a permis de perdre pas mal et de descendre jusqu'à un peu de moins de 60 kg. Et ensuite, j'ai TOUT repris tout en étant encore au régime!!! et en faisant de la danse!!!! En dix ans, j'ai donc repris 20 kg avec alimentation équilibrée, sans sucre, vie saine et sport....
Les symptômes du SOPK varient beaucoup en fonction des personnes. Je ne peux donc pas te dire si les régimes ne marcheront pas chez toi. Mais chez moi, c'est un échec. Vingt ans à investir du temps et de l'argent là-dedans, pour rien. C'est très dur psychologiquement. Quand je vois mes amies qui peuvent perdre du poids quand elles veulent. Quand je vois celles qui choisissent de manger plutôt que d'être mince. Moi je n'ai pas le choix. J'ai arrêté le contrôle alimentaire il y a un an, entre autres grâce à ma psy. Je conserve une alimentation équilibrée car en fait l'habitude des régimes m'a donné le goût des légumes, des fruits, du poisson, des bons produits. Le sucre, comme j'en suis totalement déshabituée, m'écoeure vite. Mais parfois, sans culpabiliser maintenant, je mange un gâteau. Bref, je mange à ma fain, selon mes envies, sans me poser de question existentielle à chaque bouchée. Et je n'ai pour l'instant pas grossi. Mais je ne peux pas choisir d'être mince.
Pendant vingt ans, les médecins que j'ai consulté m'ont fait culpabilisé : si je ne maigrissais pas, c'est que je ne faisais pas les choses correctement, et j'avais beau expliquer comment je mangeais, le sport que je faisais, ce n'était jamais suffisant. Comme dit mon médecin traitant, un homme vraiment intelligent et sensible, je n'avais plus qu'à arrêter d'être architecte et devenir championne de natation allemande!! :))) puisque, en fait, les autres médecins me poussaient à faire toujours et toujours plus de sport, ben autant faire ça à temps plein tant qu'on y est!
Il faut vraiment garder du bon sens et une indépendance d'esprit face à tous ces médecins obsédés par la minceur. Et qui sont incapables d'entendre la difficulté et l'impossibilité parfois à maigrir.
Ma réponse est déjà longue, je m'arrête là mais j'aurais plein de choses à raconter sur la vie de femme touchée par le SOPK. C'est vraiment pas facile, j'en suis encore très triste tous les jours. triste et révoltée.
En tout cas, ne fais pas de régime draconien, et ne rentre pas dans la spirale infernale. Mais c'est de toutes façons bon d'avoir une alimentation équilibrée (sans être obsessionnelle) et une activité physique régulière. Et tu verras si cela a des effets sur ton corps.
C
30 ans 24
Le sport ca m'a réussi je viens de me faire opérer des ligaments croisés :shock:
Sinon je ne fais pas de régime, je suis suivie par un psy qui essaye de m'aider a perdre du poids doucement (mais bon ***kg en 6 mois a ce train la je ne pourrais jamais avoir d'enfants)
J'ai changé beaucoup de choses dans ma vie et j'ai l'impression que ca a beaucoup influencé mon poids...
Affaire a suivre quoi!et merci de ta réponse :)
N
29 ans 1
Bonjour les filles,
J'apporte mon petit témoignage et mes questions à ce sujet.
Je suis également atteinte du Syndrome OPK, découvert il y a maintenant 3 ans après la pose d'un stérilet et donc l’arrêt de la pilule et en raison, comme beaucoup d'entre nous, de nombreux symptômes : prise de poids importante, acné, perte de cheveux, cycles très irréguliers, douleurs au ventre ...
Après un parcours médical assez chaotique après la prise d'un traitement durant 2 ans à base d'Androcur que j'ai arrêté en décembre, j'ai eu la chance d'avoir 6 mois où mes cycles ont été hyper réguliers.
Cependant, depuis 1 mois les cycles chaotiques ont repris.
Parallèlement malgré l’arrêt du traitement, je n'arrive toujours pas à perdre ses kilos pris en raison du syndrome. Le plus difficile est de se dire que ce syndrome engendre une prise de poids "non" contrôlée, mais qu'un des seuls "remèdes" ou "solutions" qui permettent de l'atténuer est de perdre du poids. Cependant, depuis 3 ans j'ai l'impression de lutter plus que de n'arriver à perdre du poids.
Je n'ai jamais été ronde auparavant, le symdrome n'est pas à la base lié à un problème de surpoids, j'étais même plutôt mince jusqu'à mes 22 ans je faisais 49/50 kg pour 1m65.
Le SOPK a complètement bouleversé mon métabolisme et mon corps, avec pour conséquence 20 kg de pris, et une impression d'avoir "gonflée" plutôt que grossie.

J'ai toujours surveillée mon alimentation, et comme j'adore cuisiner j'ai tendance à tout préparer plutôt que d'acheter des choses toutes prêtes. Je pense que cela m'a permis malgré tout de stabiliser mon poids.
Pourtant je souhaiterais perdre les kilos engendrés par ce syndrome afin de pouvoir réduire les symptômes et la manifestation du syndrome.

Je me demande ainsi si certaines d'entre vous ont réussi à perdre du poids sous SOPK ? Et surtout si tel est le cas, comment ? En fouillant pas mal sur Internet, apparemment vu que le SOPK est lié à des problèmes d'insuline et de glycémie, beaucoup recommandent un régime ou plutôt un rééquilibrage alimentaire basé sur des aliments à indices glycémique faible.

Est ce que certains ont réussi à perdre du poids et donc à diminuer les symptômes grâce à un tel rééquilibrage ? Avez vous fait appel à une endocrinologue ? nutritionniste ?

Un grand merci aussi pour vos témoignages, souvent précieux quand on apprend à vivre avec un sopk qui est un peu une "maladie" silencieuse.
L
44 ans 8
bonjour Nymphadora, merci pour ton témoignage.

Concernant les problèmes de poids je te renvoie à mon message au-dessus. Hélas, mille fois hélas, pas de recette miracle.... :( vraiment désolée.

Ca oblige à une vie très équilibrée, alimentation saine, activité physique etc.
Je ne prends pas assez le temps pour le faire, mais j'aimerais monter un groupe de femmes (et peut-être à terme une association) pour discuter entre nous des problèmes auxquels nous sommes confrontées avec le SOPK, car j'ai été très seule face à cela (et les médecins, à part te dire de maigrir et te mettre sous androcur, ne sont pas d'une grande aide). Si certaines d'entre vous sont intéressées... Me concernant je suis sur Paris.

Le sopk peut avoir un lien avec la glycémie et le diabète. Mais pas tous les cas non plus. Je n'ai jamais eu aucun pb de ce côté là. Glycémie toujours parfaite.

Oui, "il faut" être suivie par un.e endocrino, mais il faut aussi prendre du recul par rapport au discours médical, car pour l'instant il n'y a pas de solutions, et il est parfois difficile de trouver des explications et de l'accompagnement de la part des médecins.

Côté nutritionniste, j'en ai vu tellement.... Chacun a sa recette miracle... Aucun n'entend que tu fais absolument tout ce qu'il faut sans pour autant perdre de poids... Le plus important est de ne pas se dérégler du point de vue alimentaire, et les régimes aboutissent souvent à cela (je me suis retrouvée totalement carencée et sous-alimentée à une époque).
Mais les aliments à indice glycémique faible c'est toujours mieux que les autres, c'est sûr.

Je pense, comme pour d'autres maladies, il faut que les personnes concernées se rassemblent et parlent pour échanger les informations se soutenir et finir par faire groupe pour exister. Car oui, on ne parle pas de ce problème alors qu'il touche beaucoup de femmes et gâche la vie de beaucoup d'entre nous.
Alors, les filles, pour celles qui sont partantes, on monte un groupe de parole! :)
38 ans très au sud 7748
Pour y être passée je dirai... attention aux diagnostiques à l'emporte pièce. Les médecins ont tendance à très vite mettre dans cette catégorie toute ronde à cycle irrégulier.
Je m'y suis retrouvée alors que je ne pense pas l'être au final. Par contre au delà d'un certain poids mon cycle part en vrille oui.
Et attention aussi à androcur qui facilite voir engendre une prise de poids, le serpent qui se mord la queue quoi!
Attention aussi aux "perdez du poids", les médecins se déchargent ainsi (d'où la facilité à nous caser OPK > perdre du poids > je ne peux rien pour toi c'est ta faute au revoir ><).
Diagnostiquée OPK à même pas 15 ans, androcur pendant des années. Aujourd'hui un bébé dès le cycle 3, un allaitement (alors qu'on dit que c'est galère avec des OPK). Mon obstétricienne a été formelle et est allée contre le diagnostique de l'autre service de l'hôpital: je ne suis pas OPK mais mon cycle est sensible à mon poids.
Bonjour à toutes,

Je suis aussi atteinte d'un SOPK, on me la diagnostiqué depuis environ 5 ans et moi aussi mon poids au final ne baisse que très peu !

Personnellement, on m'a mit sous Oromone / Androcur / Metformine /Thyrofix (On va passer le débat de tous les scandales à propos de certains des médocs :p).

Cela fait 5 ans que je passe mon temps à maigrir / reprendre du poids :

Quand on m'a diagnostiqué mon SOPK, j'étais à 132kg. J'étais déjà "une belle bête sur la balance" avant ça, mais j'ai pris environ 20 / 30 kg à cause de ça.

Depuis que je suis passée sous mon traitement, j'avoue que ça va déjà mieux : je suis actuellement à 115kg. Y'a déjà du progrès, mais là j'arrive à un stade où je plafonne, impossible de descendre plus bas, et même si je perds 2 ou 3kg je suis sûre de les reprendre.

Je fais de la danse 2h30 / semaine et essaye de marcher régulièrement, j'essaye aussi d'avoir une alimentation la plus saine possible (je mange au maximum comme une diabétique même si je ne le suis pas. Et parfois c'est difficile !)

Si jamais vous voulez en discuter je viens de découvrir un salon où on peut discuter toute ensemble : https://*****
2
Opk

Dernière modif par le 34j; modifié 2 fois
38 ans très au sud 7748
Je ne comprends pas qui a posé le diagnostique OPK?
Normalement pour ce type de syndrome s'il est avéré il y a un suivi "mixte" entre gynécologie et endocrinologie.
Est ce que tu as noté un changement dans ta vie qui a pu expliqué que ton cycle se régularise (perte de poids, ou au contraire prise, ralentissement de tes séances de danse etc...?)?
Un diagnostique OPK ne se pose pas à la va vite, fais bien attention. Souvent le moindre cycle irrégulier avec un surpoids est taxé d'OPK. L'OPK est pourtant spécifique. Donc tant que tu n'as pas vu des spécialistes sérieux méfies toi!
Tu n'es même pas vraiment en surpoids. Par contre fais bien attention aux régimes qui eux peuvent te faire plonger vers les TCA et l'obésité.
Tu aimes danser mais tu ne précises pas quelle type de danse? Les danses contemporaines s'ouvrent à beaucoup de physiques et tu y as ta place tout en pouvant faire la paix avec ton corps.
2
J ai fait une echo pulvienne et c edt une gyneco qui m a dianostiqué opk et aussi le radiologue...
38 ans très au sud 7748
Alors un radiologue ne pose pas de diagnostique pour commencer.
Une gynécologue qui suit sérieusement un OPK conseille aussi un endocrinologue. Pourquoi? Parce que les ovaires ce n'est qu'une manifestation du syndrome et que souvent il y a d'aires soucis liés (pilosité, diabète ou du moins insulino résistance, thyroïde à suivre de près). Je me répète mais un diagnostique et une prise en charge sérieux ne se font que par une équipe médicale avec au moins gynécologue et endocrinologue.
à ce propos un dosage de la thyroïde a été fait?
387
Moi j'ai été diagnostiquée opk à l'âge de 23 ans (je n'étais pas en surpoids à ce moment là) par plusieurs gynécologues suite à une prise de sang et échographie.
On m'a prescrit la pilule pour calmer les symptômes mais je n'ai jamais eut aucun suivi spécifique ni même été orienté vers un endocrinologue.
J'ai pris énormément de poids depuis.
On m'avait dit que j'allais galèré à tomber enceinte, finalement l'année dernière j'ai arrêté la pilule car je la supportais plus, et je suis tombée quasiment tout de suite enceinte (à 30 ans) . J'ai fais une fausse couche mais depuis mes cycles ce sont un peu régulariser (entre 30 et 48j au lieu de 2 à 6mois...)
38 ans très au sud 7748
Comme toi Cha1988 j'ai eu un diagnostique à l'emporte pièce et j'ai cru l'être pendant des années! J'ai pour le coup eu le mauvais traitement.
Je soupçonnais ce diagnostique faux quand j'ai vu mes cycles revenir normaux après l'arrêt d'une pilule. Mais ça a surtout été confirmé à ma grossesse par l'équipe qui me suivait et qui a halluciné.
C'est là aussi qu'ils m'ont bien répété que le diagnostique et surtout le suivi se fait par une équipe et que si ça avait été le cas pour moi ils auraient vu direct que j'avais juste un cycle très sensible aux variations de poids, ce qui n'est pas des OPK mais est quasiment tout le temps mis dans la même case...
et des comme moi il y en a à la pelle.
Moi aussi je suis facilement tombée enceinte alors qu'on m'avait prédit une PMA à même pas 20 ans (enjoy!). J'ai du coup pris des risques dans ma vie sans le savoir car dans ma tête j'étais OPK, en lice pour une PMA plus tard donc on va pas s'embêter hein... Oui ben comme ça dans le suivi diabète gesta il y avait une jeune fille de 18 ans à peine enceinte de 6 mois, déni de grossesse... ben oui le même médecin que moi (qui sévit toujours!) lui avait dit la même chose... elle a mis du temps à comprendre ses symptômes tellement le gynécologue lui avait bourré la tête sur la PMA et sa stérilité même... ou comment se retrouver enceinte de 6 mois en solo... voilà où ça peut mener ce genre de diagnostique et ce manque de suivi par une équipe!
La grossophobie de beaucoup de gynécologues les poussent à ne pas s'intéresser aux grosses. On est stériles à cause de notre poids et puis comme personne ne veut de nous ça va pas besoin de contraception quoi... mais surtout pour les gynécologues la catégorie OPK est super pratique, un peu comme Alzheimer pour tous les troubles neuro/ mémoire des personnes âgées, c'est la case magique!
B I U


Discussions liées