MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Echangeons sur un thème : tuer c'est mal ?

38 ans Vendée 1923
Bon allé je me lance ! J'en parlais sur un autre topic et à mon avis ça vaut la peine d'échanger là-dessus.

Je n'ai pas d'avis propre, pas de réponse toute  
faite. Mais hier avec des amis, on refaisait le monde et on a discuté des heures...

Nous sommes venus à parler de tuer, des causes, des conséquences.

Comment peut-on tuer, au nom de quoi, de qui ? Dans quelle circonstance approuve-t-on cet acte ? A quel moment considère-ton ça comme une horreur ?
Qui peut se permettre de tuer ? Qu'arrive-t-il à ceux qui tuent ?

Des exemples en vrac ont été abordés : ceux qui font la guerre au nom de Dieu, comment peuvent-ils faire ça alors qu'un commandement dit "tu ne tueras point" ?

Un soldat qui tue passe plus pour un héros qu'un meurtrier, pourquoi ?

Dans la série Dexter, le tueur en série élimine des "gens toxiques" est-il alors une bonne ou une mauvaise personne ? :lol:

Quand la justice ne punit pas les coupables, qu'un parent de victime décide de se faire justice lui-même... Est-ce que c'est une aberration ? Est-ce justifié ?

Tous les jours aux infos nous sommes face à la mort, je pense que nous avons tous pensé un jour "bien fait pour lui" et dans un autre cas "mon dieu quelle horreur". Comment peut-on juger ? Pouvons-nous le faire ?

Voilà... Si ce premier jet vous inspire, exprimez-vous !

PS : pour info je n'ai aucun projet de tueur en série et mes amis non plus :peur: Mais j'ai trouvé ce débat super animé et riche.
2630
Neroli a écrit:
Bon allé je me lance ! J'en parlais sur un autre topic et à mon avis ça vaut la peine d'échanger là-dessus.

Je n'ai pas d'avis propre, pas de réponse toute faite. Mais hier avec des amis, on refaisait le monde et on a discuté des heures...

Nous sommes venus à parler de tuer, des causes, des conséquences.

Comment peut-on tuer, au nom de quoi, de qui ? Dans quelle circonstance approuve-t-on cet acte ? A quel moment considère-ton ça comme une horreur ?
Qui peut se permettre de tuer ? Qu'arrive-t-il à ceux qui tuent ?

Des exemples en vrac ont été abordés : ceux qui font la guerre au nom de Dieu, comment peuvent-ils faire ça alors qu'un commandement dit "tu ne tueras point" ?

Un soldat qui tue passe plus pour un héros qu'un meurtrier, pourquoi ?

Dans la série Dexter, le tueur en série élimine des "gens toxiques" est-il alors une bonne ou une mauvaise personne ? :lol:

Quand la justice ne punit pas les coupables, qu'un parent de victime décide de se faire justice lui-même... Est-ce que c'est une aberration ? Est-ce justifié ?

Tous les jours aux infos nous sommes face à la mort, je pense que nous avons tous pensé un jour "bien fait pour lui" et dans un autre cas "mon dieu quelle horreur". Comment peut-on juger ? Pouvons-nous le faire ?

Voilà... Si ce premier jet vous inspire, exprimez-vous !

PS : pour info je n'ai aucun projet de tueur en série et mes amis non plus :peur: Mais j'ai trouvé ce débat super animé et riche.


Pour moi, tuer est mal.
Dans 95% des cas.
Je ne considère pas les soldats comme des héros, je pense que Dexter est mauvais et je pense que les gens ne devraient jamais faire la justice eux-mêmes (qu'ils aient envie de le faire est normal, mais il faut les en empêcher)

Les 5% restants, voilà comment je les vois :
- euthanasie ; quand une personne va mourir, souffre et n'est plus capable de se suicider, la tuer est plus un acte de bienveillance à son encontre qu'un acte de malveillance
- légitime défense
- et je dirais qu'il y a une dernière exception, très subjective cela dit : quand une personne fait honte à sa condition d'être humain. Par là, je veux dire, par ex, le meurtrier psychopathe insoignable (je mets bien l'accent là-dessus, parce que pour moi même le pire criminel a le droit à une deuxième chance, je pense que beaucoup de criminels peuvent être "soignés" et même réinsérables) ; de la même manière que l'euthanasie, je considère ça comme une bienveillance d'achever quelqu'un qui serait tellement "malade" qu'il aurait perdu sa dignité d'être humain.
31 ans Dans le sud ;) 5608
Post très intéressant en effet , donc je vais tenter de répondre à tes questions selon mes opinions

Neroli a écrit:

Des exemples en vrac ont été abordés : ceux qui font la guerre au nom de Dieu, comment peuvent-ils faire ça alors qu'un commandement dit "tu ne tueras point" ?



Il est certes dit " tu ne tueras point " mais il est également dit , et ce dans toutes les religions monothéistes que ceux morts pour défendre leur foi , leur religion , leurs terres sacrées seront considérés comme des martyrs , et auront donc un accès direct au paradis , ce qui peut en effet être paradoxal .

Neroli a écrit:
Un soldat qui tue passe plus pour un héros qu'un meurtrier, pourquoi ?



Parce qu'aux yeux du monde , la guerre devient un terrain neutre exempt de bien et de mal , c'est tuer ou se faire tuer . On estime que le soldat n'a pas le choix et qu'en plus il a fait ça par patriotisme , il passe donc pour un héros ( a tort ou à raison , ça n'est pas a moi d'en juger )


Neroli a écrit:
Quand la justice ne punit pas les coupables, qu'un parent de victime décide de se faire justice lui-même... Est-ce que c'est une aberration ? Est-ce justifié ?



A mes yeux cette question est délicate , en tant que spectatrice exterieure j'aurai tendance à dire que non , ça n'est pas justifié . Si je me mets deux minutes à la place d'une personne dont l'enfant vient d'être violé torturé et tué et dont le meurtrier a pris une peine de dix ans... Franchement je prendrais les armes et irai lui tirer une balle dans la tête de mes propre mains .

Neroli a écrit:
Tous les jours aux infos nous sommes face à la mort, je pense que nous avons tous pensé un jour "bien fait pour lui" et dans un autre cas "mon dieu quelle horreur". Comment peut-on juger ? Pouvons-nous le faire ?



Nous avons un point de vue , une conscience , nous sommes donc obligés de juger même sans le vouloir . Après avons nous raison , avons nous tort... Nous avons certainement tort , déjà parce que les médias ont sans doute transformés l'histoire environ 40 fois avant de nous la servir , et parce que je pense qu'à moins de vivre les choses , personne n'est capable de savoir comment il aurait réagi dans une situation donnée .

Je pense à la mort de Khadaffi , j'ai été horrifiée , scandalisée par les vidéos montrées . Par ces gens qui criaient leur joie , qui lui tapaient dessus alors qu'il agonisait . Aujourd'hui avec du recul je me dis que si j'avais vécu dans ce pays , dans ces conditions , dans cette terreur , j'aurai moi aussi peut être tapé sur Khadaffi mort . Tout est relatif .


Neroli a écrit:
PS : pour info je n'ai aucun projet de tueur en série et mes amis non plus :peur: Mais j'ai trouvé ce débat super animé et riche.


Ouais c'est ce qu'on dit hein ! :lol:
107 ans Sous la neige au fond à droite 7534
Je suis absolument et complètement contre la peine de mort. Il y avait un article remarquable sur atlantico dont - une fois n'est pas coutume et j'espère que vous ne m'en voudrez pas - je vous donne deux extraits: l'intro, en réponse aux demandes par Marine Le Pen de revenir à la peine de mort, et la conclu :
"EEt voilà ça recommence. Toujours à partir d’un cas singulier, aucune hauteur donc, parce qu’au singulier on reste au ras des pâquerettes forcément. C’est la marque des discours extrémistes entrainant les esprits moutonniers aux frontières de la souffrance humaine et de la révolte contre le mal qu’ils feignent de découvrir."

"Sans être prophète du malheur il y aura d’autres meurtres odieux d’enfants, d’autres semblables violant et tuant nos semblables, il en est ainsi depuis que le monde est monde et l’élimination pure et simple a démontré tout autant son inefficacité que son inhumanité. Soyons dignes devant l’indicible, cherchons à comprendre pour mieux juger les mis en cause - parce que demain cela peut être nous ou nos proches- , donnons pleinement et judiciairement aux victimes le respect du à la douleur - parce que demain cela peut être nous ou nos proches- , que les dysfonctionnements soient sanctionnés - si ils sont avérés - pénalement, civilement, disciplinairement ou administrativement, éduquons nos enfants encore plus et encore mieux, et restons humains coûte que coûte, envers et contre tout, envers et contre tous, s’il le faut."

C'est très long, et je ne réponds qu'à un aspect de la question, mais je voulais le dire bien, avec Eric Morain.

Ceci dit, comme MademoiselleK, si c'est à moi que ça arrivait, j'espère que malgré la douleur et le sentiment d'anéantissement total, j'arriverai à rester fidèle à cette position, quitte à aller mettre deux balles dans la tête du criminel si j'en ai l'occasion. Mais notre système judiciaire n'a pas droit de vie ou de mort sur qui que ce soit, ça j'en suis personnellement convaincue.
38 ans Vendée 1923
Merci pour vos réponses !

C'est vrai un sujet complexe, et comme tu le conclues MademoiselleK tout est relatif. Suivant dans la situation où l'on se trouve, le moment, la personne... Toute la donne peut changer.
38 ans Val d'Oise 877
Alors je vais aussi donner mon avis sur la question.

Le seul cas dans lequel il peut être légitime de tuer, c'est l'euthanasie. En effet, lorsqu'une personne dont l'état de santé est désespéré (qu'elle soit mourante ou que son état ne lui permette pas d'espérer une amélioration) et qu'elle demande de l'aide pour abréger ses souffrances, c'est un acte de bonté de l'aider!

Par contre, dans tous les autres cas, tuer est un crime qu'il faut punir (donc un militaire qui tue est un criminel tout comme un juge qui prononce la peine de mort contre quelqu'un ou comme le bourreau qui exécute la sentence et ils doivent donc être punis, comme tous les autres meurtriers).

Et tuer au nom d'un supposé Dieu, c'est une aberration totale qui ne peut aucunement être excusé...
31 ans Dans le sud ;) 5608
Cathy95320 a écrit:
Alors je vais aussi donner mon avis sur la question.

Le seul cas dans lequel il peut être légitime de tuer, c'est l'euthanasie. En effet, lorsqu'une personne dont l'état de santé est désespéré (qu'elle soit mourante ou que son état ne lui permette pas d'espérer une amélioration) et qu'elle demande de l'aide pour abréger ses souffrances, c'est un acte de bonté de l'aider!

Par contre, dans tous les autres cas, tuer est un crime qu'il faut punir (donc un militaire qui tue est un criminel tout comme un juge qui prononce la peine de mort contre quelqu'un ou comme le bourreau qui exécute la sentence et ils doivent donc être punis, comme tous les autres meurtriers).

Et tuer au nom d'un supposé Dieu, c'est une aberration totale qui ne peut aucunement être excusé...


Mais on fait comment en temps de guerre ?
38 ans Val d'Oise 877
Si tu veux mon avis (idéaliste, je l'admets!): sans militaires, pas d'armée et sans armée, pas de guerre (et sans religion pas de guerre non plus, mais je ne vais pas rouvrir le débat...), donc sans armée, la question ne se poserait même pas!
31 ans Dans le sud ;) 5608
Ouais , enfin même si je suis pas contre l'idée ça serait un peu beaucoup utopique quand même ! lol
73 ans bourgogne 393
et si le premier des buts était d'eviter de faire souffrir les autres....tuer c'est une chose,faire souffrir ça me semble pire.........non?
1834
MademoiselleK a écrit:
Cathy95320 a écrit:
Alors je vais aussi donner mon avis sur la question.

Le seul cas dans lequel il peut être légitime de tuer, c'est l'euthanasie. En effet, lorsqu'une personne dont l'état de santé est désespéré (qu'elle soit mourante ou que son état ne lui permette pas d'espérer une amélioration) et qu'elle demande de l'aide pour abréger ses souffrances, c'est un acte de bonté de l'aider!

Par contre, dans tous les autres cas, tuer est un crime qu'il faut punir (donc un militaire qui tue est un criminel tout comme un juge qui prononce la peine de mort contre quelqu'un ou comme le bourreau qui exécute la sentence et ils doivent donc être punis, comme tous les autres meurtriers).

Et tuer au nom d'un supposé Dieu, c'est une aberration totale qui ne peut aucunement être excusé...


Mais on fait comment en temps de guerre ?

C'est "simple" : les vrais coupables ne sont pas les soldats mais leur état-major.

Le soldat qui tue n'est que le bras armé de l'ordre qu'il a reçu.
Il n'est donc pas coupable comme peut l'être un civil, il fait son métier.

Ceci étant entendu dans le cadre normal bien sûr.
Si le soldat tue des gens pour le plaisir en dehors des ordres qu'il a reçu, ça n'a plus rien à voir.
36 ans 5932
Le "c'est mal" je le placerais plutôt dans le plaisir qu'on en tire, en fait.
Je pense que quelqu'un qui tire un certain plaisir à tuer, qui le fait pour assouvir un désir, a moins d'excuses qu'une personne qui (pense qu'elle) n'a pas le choix, que c'est son rôle, etc.

Je vais essayer de donner des exemples, mon raisonnement sera peut-être plus clair.
Pour reprendre l'exemple du personnage de Dexter, certes, il tue des gens mais s'il le fait c'est qu'il estime n'avoir pas le choix puisque ce sont des criminels qui ne subissent pas les conséquences de leurs actes. Pour moi, c'est moins grave que quelqu'un qui décide de tuer quelqu'un qui n'a rien fait, qui ne présente aucun risque ou qui n'est pas susceptible de présenter un risque quelconque (par exemple, à la guerre, en légitime défense, etc, c'est tuer ou (risquer d') être tué, quelque part). Dans mon esprit, c'est mal mais moins.
1834
En résumé, ce que tu décris Lalwende c'est un peu la définition de la "circonstance atténuante".

Je pense que tout-le-monde ou presque sera d'accord avec toi, c'est d'ailleurs pour ça que c'est une notion juridique.

Le tout est ensuite de s'entendre sur la portée de l'atténuation, et c'est là que le débat devient autrement plus complexe... :lol:
S
39 ans 389
Un petit mot sur la légitime défense, ça doit être proportionnelle à l’agression hein pour rester dans le texte.

Sinon bin tuer c'est mal? ça reste une grande question je pense.

Pour moi les soldats ne sont pas des assassins, y'a rien qui vous prépare à entendre siffler des bastos au dessus de vos têtes quand vous êtes en mission humanitaire par exemple, après y'en a qui dérive et prenne leur pied dans ça et en ça c'est mal, vivre sans armée c'est juste utopique mais c'est un autre débat.

Après tuer c'est mal? Moi je sais que je tuerai bien tout ces violeurs d'enfants, pas de castration chimique, mais je les tuerai en les faisant souffrir tant ça me révolte, mais pas que eux hein, y'a une masse d'acte qui mérite la peine de mort mais c'est un autre débat et ce sont mes convictions aussi. Maintenant au final bin faudrait juste s'assurer que y'a pas des innocents qui se retrouve jugé coupable et condamné et c'est en ça que je suis contre la peine de mort, les erreurs judiciaire ça existe.

Sinon bin Dexter pour en reprendre l'exemple, j'approuve, mais au final il fait ce qu'il fait parce qu'il aime ça donc bon ...
36 ans 5932
Mi-k-l a écrit:
En résumé, ce que tu décris Lalwende c'est un peu la définition de la "circonstance atténuante".

Je pense que tout-le-monde ou presque sera d'accord avec toi, c'est d'ailleurs pour ça que c'est une notion juridique.

Le tout est ensuite de s'entendre sur la portée de l'atténuation, et c'est là que le débat devient autrement plus complexe... :lol:

Je me disais bien qu'il y avait une expression pour ça, mais je ne me souvenais plus quoi. J'ai dû être poisson rouge dans une autre vie... :lol:
B I U