MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Est-ce la faute des parents?

S
31 ans 3465
Sujet qui a certainement déjà été abordé, mais je n'ai pas trouvé un débat lancé à ce propos. Donc je me permets de vous demander, si ce sont  
les parents qui sont responsables du sur poids de leurs enfants?( en excluant tous problèmes de santé, qui pourrait expliquer un poids excessif)

Si vous avez un enfant qui affiche un poids supérieur à la moyenne, vous santez-vous coupable? Avez-vous l'impression d'avoir manquer quelque chose, quelque part?

Je donnerai mon avis, en tant qu'enfant, plus tard. Ca me plairait d'entendre le témoignage de parents... :D
4240
Pour moi oui et non, c'est de la faute des parents s'ils ne proposent pas à leurs enfants une alimentation saine et équilibrée (un enfant gros parce qu'il reçoit des frites tous les jours, pour moi il est clair que les parents sont en tort), en revanche les parents ne peuvent pas se transformer en Guestapo et fliquer leurs enfants h24, donc si l'enfant grignotte en cachette, comme je le faisais par exemple, les parents n'y peuvent pas grand chose ; souvent l'enfant sait que ce n'est pas bon pour lui car cela lui a été expliqué, mais s'en fiche.
31 ans Dans le sud ;) 5608
Je pense que tout dépend des cas mais que la plupart du temps les parents ne font pas " exprès " de rendre leurs enfants gros

Je ne peux parler qu'en tant qu'enfant , je dirais que oui c'est de la faute de mes parents si j'ai pris du poids , mon père compensait l'absence de ma mère qui était hospitalisée en m'offrant des repas à Quick et autre , puis ma mère a voulu rectifier ça en me mettant au régime . Pour autant je ne les blâme pas de mes TCA ou du surpoids que j'ai pu avoir , je pense qu'ils ont juste essayé de faire ce qu'ils pensaient être le mieux avec les connaissances qu'ils avaient sans se douter qu'un régime était en réalité une catastrophe et je pense que c'est le cas de beaucoup de parents .

Nous , nous savons que les régimes sont la dernière chose à faire , mais qu'en est il des 80% de gens qui , influencés par les médias et par ce que nous propose la société sont persuadés que les régimes sont LA solution .
31 ans 95 France 199
Je pense que, comme dans bien des cas, tout dépend de la situation.
Si je me prends comme exemple, je suis fille d'un papa extrêmement sportif, d'une maman svelte et tous d'eux ont une alimentation plutôt saine et variée ce qu'ils m'ont transmis lors de mon éducation. Seulement voilà, j'ai un métabolisme qui fait que je prends du poids en mangeant moitié moins que mon frère qui est tout fin. Je ne mange pas de bonbons, pas de gâteaux ( parce que je n'aime pas ça :oops: )...j'ai un métier plutôt physique puisque je travaille en crèche et je pèse 110 kg. Je ne pense pas qu'on puisse, dans ce cas précis, remettre la faute sur mes parents. Je pense juste que c'est une question de physiologie et que y a un moment quand ton corps reste le même, même après diverses rééquilibres alimentaires, tu ne peux pas faire autrement, c'est comme ça !

Maintenant, y a d'autres cas que j'ai vu passé depuis que je travaille dans le domaine de la petite enfance ( c'est à dire depuis presque 4 ans ). Il y a des enfants qui arrivés en troisième année de maternelle, ne savent pas ce qu'est une banane, une orange ou encore des haricots verts, des petits pois ou des carottes. Il y a des enfants qui sont nourris exclusivement de pizzas, de fast foods, de pâtes et de ce fait, ont des problèmes de santé. Pour moi, le devoir d'un parent est d'éveiller son enfant au goût, à la diversité de la nourriture et de lui permettre de n'avoir aucune carence. Et dans les diverses situations que j'ai pu rencontrer, ça n'était pas le cas et dans ce contexte, là, oui les parents sont responsables du surpoids de leurs enfants. Du moins, c'est mon avis ;)
2630
Je ne m'aventurerais pas à parler de la cause de l'obésité chez les autres en fonction des parents ou pas.
Qu'un gamin soit nourri au fast-food, ça ne le rendra pas forcément obèse ; qu'un gamin soit bien nourri, ça ne le rendra pas forcément mince.
Je pense que le rôle des parents par rapport aux problèmes de poids est bien plus souvent psychologique que réellement diététique.

Me concernant, c'est en très grande partie dû à mes parents, mais ils n'en sont pas conscients.
Surtout mon père : celui qui est en restriction cognitive à cause de passé de régimes et de contrôle, c'est lui ; moi je n'ai fais que "copier" ses symptômes. Et lui, il est comme ça à cause de sa mère, obsédée des régime et de la minceur, peut-être elle-même comme ça à cause de ses parents ...
34 ans Orgrimmar 6511
Et bien, pour parler en tant qu'enfant, oui, je pense que dans certains cas c'est la faute des parents, clairement.

Et pas forcément parce qu'ils nous nourissent mal.
Mon propre exemple si vous le permettez:
J'ai toujours eu une alimentation saine et équilibrée lorsque j'étais chez mes parents, sans me priver pour autant. Si on m'avait laissé faire mon bout e chemin je serais à, quoi, 65Kg maxi?

Sauf que, ma mere etant obsédée par le poids (le sien, et celui des gens qui l'entourent) a commencé à me donner des coups de pieds sous la table quand je me resservais, a faire les gros yeux quand je prenais un gouter à 17h... Bref, à me culpabiliser.
Résultat? Dès qu'elle n'était pas là je m'empiffrais de bonbons ou autres à l'école, parce que j'étais frustrée.
Il m'est aussi arrivé de piquer du saucisson pr le manger en cachette dans mon lit parce que comme je n'avais pas pu me resservir, j'avais encore faim.
Bref.

J'ai développé un rapport à la nourriture pas sain du tout, et meme si je sais que ce n'est pas QUE ca qui fait que je suis obèse, et que ma mère n'a pas pensé à mal, je pense que ça a un lien avec mon éduction.
50 ans Dans le Sud 484
Pourquoi faut il toujours incriminer quelqu'un ? Pour ma part ma mère m'a toujours fait manger...elle avait toujours peur que je manque de. Résultat, je suis en surpoids. Mais est-ce sa faute ? NON. Ma mère a été placée à l'orphelinat à l'âge de 3 ans, manque de bouffe, manque d'amour etc...le manque elle connait. Est ce la faute de ma grand mère et de mon grand-père ? Eux avaient aussi etc etc etc... Malheureusement chacun fait comme il peut avec les moyens du bord. Ca ne justifie pas bien évidemment, ca serait trop facile ; mais ca explique certains comportements. On ne pense pas à mal lorsqu'on nourrit un enfant. Puis il faut reconnaitre que bien souvent si le mome fait la mou en mangeant des haricots verts ben on va lui proposer autre chose hein !!!! QUe celle ou celui qui n'a jamais donné autre chose que l'assiette proposée mais refusée par le môme le dise. Mes fils sont habitués depuis tout petit à tout manger, haricots verts, carottes, épinards, diverses soupes de légumes etc...ils ont le plaisir de manger, réellement. Mais un est mince et l'autre est rond. Pourtant ils ont la meme alimentation. alors dois je me sentir fautive ?
S
31 ans 3465
lafeenoire, mon sujet n'a pas été créé dans le but de culpabiliser les parents. Je demande juste quelle part de responsabilités ont les parents dans le surpoids de leurs enfants.

Me concernant, c'est clairement de la faute de ma mère si j'ai été grosse. Est-ce que je lui en veux pour au tant? Non, bien sûr que non. Je sais que, comme la majorité des mères, elle n'a pas souhaité mon malheur, mais elle est responsable en grande partie de ma prise de poids.

Je n'ai jamais eu une prédisposition à être grosse. Mon métabolisme n'est pas fait sous ce modèle. Mais me mettre au régime à 13 ans, me faire faire la tournée des salles de sports, étaient clairement une erreur. Et contradictoirement me passer tous mes caprices y compris pour la nourriture, était une erreur aussi.

Parce que bon, ok un enfant comme un adulte a ses goûts qui lui sont propres, question nourriture... Mais en attendant on a beau dire, quand on donne des bonnes habitudes alimentaires à un enfant ça perdure pour sa vie d'adulte. Moi je suis désolée, mais si ma mère m'avait forcée à finir mes assiettes et non, comme tu dis me donner autre chose, peut-être que je n'aurai jamais été en surpoids. Encore aujourd'hui, à 22 piges, un légume cuit à la vapeur, je le gerbe! Et pourquoi? Parce que ma mère ne m'a jamais forcée à en manger, ni même à en goûter.

Moi c'est clair que si mes gamins, n'aiment pas ce qu'il y a dans l'assiette, ben soit ils se résignent, soit ils ne mangent pas. Déjà par principe, je ne vais pas céder à leur caprice et m'amuser dix milles repas différents, et puis ensuite, si ça peut leur éviter de devenir le monstre ultra difficile que je suis, question bouffe... Ce n'est pas plus mal.
34 ans Orgrimmar 6511
Voila... Ce n'est pas parce qu'on reconnait une part de culpabilité à ses parents qu'on leur en veut, ou qu'on pense que c'était voulu...
J'aime ma mere malgré (avec) ses erreurs, je sais juste que je ne referai pas les mêmes si un jour je suis maman (mais j'en ferai surement d'autres...)
S
85 ans 4914
lwena a écrit:
Je ne m'aventurerais pas à parler de la cause de l'obésité chez les autres en fonction des parents ou pas.
Qu'un gamin soit nourri au fast-food, ça ne le rendra pas forcément obèse ; qu'un gamin soit bien nourri, ça ne le rendra pas forcément mince.
Je pense que le rôle des parents par rapport aux problèmes de poids est bien plus souvent psychologique que réellement diététique.

Me concernant, c'est en très grande partie dû à mes parents, mais ils n'en sont pas conscients.
Surtout mon père : celui qui est en restriction cognitive à cause de passé de régimes et de contrôle, c'est lui ; moi je n'ai fais que "copier" ses symptômes. Et lui, il est comme ça à cause de sa mère, obsédée des régime et de la minceur, peut-être elle-même comme ça à cause de ses parents ...


+ 1

Mon fils ainé qui est très mince, mange "mal" (selon les principes, il n'aime pas les légumes ni les fruits et aime la junk-food particulièrement), il est capable de s'enfiler des quatités des nourriture qui étonnent ceux qui le voient car il est vraiment mince. Pourtant quand il n'a pas faim, il ne mange pas même pas un morceau.

Mon second fils a toujours été plus rond mais je n'ai jamais stressé sur son poids (malgré le fait que la pédiatre m'a un peu soulé un petit moment). J'étais dans une approche avec la dièt qui m'a aidé à me libérer de la pression sur la nourriture. On a analysé son comportement avec la nourriture et il était sain. Il n'a pas de troubles alimentaires et ne mange pas en cachette, il aime manger et j'aurais eu de la peine de lui induire une culpabilitsation de cela. Il exprime ses émotions autrement que dans la nourriture, la dièt m'a dit laissez-le, ne le privez d'aucun aliment, il y a en libre accès chez moi, les sucreries et tous les aliments qui peuvent être considérés comme tabous(chez moi c'était le cas, ma mère surveillait son poids et il n'y avait jamais ce type d'aliment).

On a essayé de se baser sur la faim (mais cela commence tout petit à mon sens, je n'ai jamais forcé à finir son assiette ou forcé à manger des légumes, régulièrement je proposais de regouter par contre, car les gouts changent en grandissant, je n'ai pas fait des repas un combat.

Du coup comme on l'a laissé tranquille, il a maintenant 15 ans et est toujours dans un imc normal, limite supérieure et il ne se prend pas la tête avec cela. Il est comme j'étais à son âge et je pense que si je n'avais pas commencé les régimes et je n'avais pas eu une telle culpabilisation pour un certain type d'aliment je le serais restée.

Et je confirme que tous les enfants qui mangent que de la junk-food ne sont pas gros. C'est quand on mange au dela de sa faim que cela fait grossir (après, on peut se poser la question de la qualité des graisses employées).

Ils font tous les deux du sport, même s'ils sont des geeks au fond de l'âme ;) .

En tant que fille j'ai grossi par plein de facteurs. J'ai été privée de certains aliments dans mon enfance et ensuite je me suis ruée dessus. J'ai fait des régimes, ensuite la nourriture était ma drogue qui me permettait d'affronter la réalité de certaines émotions douloureuses.

C'est pour cela que j'ai pris l'optique d'encourager mes enfants à mettre des mots sur leurs émotions, d'avoir tout type d'aliment chez moi et de ne pas se prendre la tête avec la balance. La pédiatre a compris d'ailleurs au bout d'un moment quand je lui ai dit que l'on voyait quelqu'un d'expérimenté qui nous avait conseillé de le laisser tranquille avec cela.

Mes deux enfants ont un bon rapport avec la nourriture, elle n'est ni une obsession ni un désintérêt total, donc je suis contente. Ils n'ont pas le même tempérament, mais ils sont beaux tous les deux.

En tant que parent, on a tous envie de faire au mieux, on aimerait leur éviter ce qui nous a fait souffrir, par contre, on peut être surpris de comprendre un jour que nos enfants souffrent de quelque chose qui ne nous a pas atteint par exemple. Je pense que la majorité des parents veut bien faire, mais qu'on ne peut tout contrôler.

En devenant maman, Je me suis dit que des erreurs j'en ferais, que je ferais aussi des tas de choses bien qui leur seraient bénéfiques, j'ai essayé que la balance penche dans le positif.

Je rejoins yuutsu sur le point qu'on essaie de ne pas refaire les mêmes que nos parents mais qu'on en fait surement d'autres. Pour moi le principal c'est d'accepter de reconnaitre qu'on a pu faire des erreurs, savoir demander pardon au cas ou et de rassurer nos enfants sur notre amour inconditionnel, après chacun fait avec son caractère, son vécu et ses possibilités.
E
40 ans 5
Je crois vraiment que c'est une des questions où il n'y a pas de réponses claires.

Tout ce que je peux dire c'est que pour ma part, je crois que c'est un peu la faute de mes parents. Mais en même temps, je ne veux pas les blâmer.

Quand j'étais plus jeune, mes parents n'avaient pas beaucoup d'argent et la nourriture n'était pas une priorité. Je n'ai jamais manqué de rien mais disons que nos repas n'étaient pas constitués de tous les groupes alimentaires! Il y avait toujours des desserts à table et j'ai été habitué à ça et je crois avoir développé mes habitudes alimentaires basé sur ça.

Celà étant dit, je ne peux pas tout mettre le blâme sur eux parce que je suis majeure et vaccinée et que je suis capable de prendre des décisions et des actions par moi-même maintenant.
B I U


Discussions liées