MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Grossesse non désirée chez les jeunes

25680
Citation:
9 % des femmes reconnaissent avoir eu une grossesse non désirée vers ou avant 18 ans
(source)

A votre avis que peut-on faire pour ameliorer  
l'information chez les jeunes et faire diminuer ce chiffre de 9% ?
9% ca fait quand même beaucoup :shock:
on met du sexe partout , tout le temps .. comment ne pas donner envie aux jeunes d'en faire ... ?
je parle de ces series tv du samedi , de ces films à 20h50 , où le calin il est sympa , sans souci et meme pas de preso ...
forcement dans la vie après ça laisse pentois ...
les pubs preventives on les voit pendant les jours de lutte contre le sida mais jamais autour ...
et y a pas que la télé !!!

à la place des ptins de fenetre pop up à la limite de l'invitation porno pourquoi pas mettre des films pro preso ou une campagne de pub pour la contraception ...

je me rappelle qu'a la sortir de la fac on donnait des mars et snikers , mais pourquoi pas des preso ou des brochures sur la pillule et les modes contraceptifs ???

y a tellement de chose à faire .. c'est quoi le pb ?

un preso ça coute pas cher ( ça devrait etre gratuit ) et l'avortement c'est rentable ?

serieusement , j'aimerai qu'il y est beaucoup plus de prevention ...
60 ans Au bord de la mer 15536
L'information, elle y est.
Il me semble que le problème, c'est plus une question de maturité, ou d'éducation.

C'est à dire que si le préservatif n'est pas utilisé, ou si la fille n'a pas de contraception, c'est parce que l'un ou l'autre n'est pas arrivé à en parler. Et pas seulement à son partenaire. Mais à un proche, un médecin, ou simplement n'a pas osé aller acheter des préservatif.
Je ne crois pas qu'on puisse inconsciemment actuellement prendre de risque.
On prend le risque, parce que au bout du compte, c'est quand même plus facile que de faire la démarche de parler.

Donc... la première chose à faire, peut-être, et c'est ce que j'ai fait. C'est d'en parler. De rendre la chose tout à fait naturelle. Pour leur permettre d'en parler simplement le moment venu.
Dire à nos adolescent(e)s : c'est normal de faire l'amour, mais il y a des précaution simportantes à prendre. leur donner toutes les possibilités avant justement, le moment où ils en auront besoin.

Bref : COMMUNIQUER.

Mais bien sûr... pas toujours possible. Alors qui doit jouer ce rôle ? Vaste problème...
37 ans 998
vu que je viens de me reveiller, mon developpement sera pas très long ;)

il faut aussi prendre en compte que pas mal de personnes pensent encore que:
1. si je tombe enceinte, il y a tjs le planning familliale où je pourrai subir un avortement.
2. la tri therapie me sauvera.

Tout ca je l'ai déjà entendu et pourtant je suis dans la "generation Sida"

Il y a un manque d'info evident quand même. Un avortement n'est jamais anodin et on ne guerit pas du sida (et je parle pas des IST qui peuvent laisser des sequelles).

J'avoue j'ai joué une fois avec ma vie, heureusement je n'ai rien eut, mais à l'heure actuelle j'aurai très bien put etre morte.
J'ai dans mes connaissances , bcp de personnes qui ont eut à plusieurs reprises des relations non protégées avec des partenaires differents et aussi des avortements à repetition et pourtant je pense que nous avons eut suffisament d'infos (les cours de bio où on parlait protection, les visites dans les plannings familliales, etc...). Mais à l'heure actuelle les journées d'infos et de preventions sont vraiment ponctuelles. Comme dit plus haut, l'adolescent de 2005 il voit à la télé, sur internet que le sexe c'est cooooool, c'est facile, on est libre de notre corps, c'est hyper banalisé, je ne pense pas que ca lui permette d'avoir un comprtement réflechi vis à vis de sa propre sexualité.
44 ans 2914
Juste pour donner un cas réel que j'ai connut de près.
Fille 17ans, garçon 35ans.
Fille ne pouvant pas prendre la pilule pour cause de problèmes pendant 1-2mois (sais pas exactement quoi mais elle devait arrêter la pilule).
Test HIV fait donc ils utilisaient plus de préso.
Garçon qui dit: "Vu où tu en es dans ton cycle, il est impossible que tu tombes enceinte".

Résultat vous l'avez compris.

Fille pourtant faisant partie de ses filles que l'on aurait put croire surinformées.
Résultat, on est jamais surinformées.
Et il serait temps que l'on sensibilise les garçons à cela aussi.
47 ans 76 10598
sydneymyers a écrit:
il faut aussi prendre en compte que pas mal de personnes pensent encore que:
1. si je tombe enceinte, il y a tjs le planning familliale où je pourrai subir un avortement.
2. la tri therapie me sauvera.


Je pense malheureusement la même chose. Je me demande même si cetaines jeunes filles ( et garçon) ne pensent pas encore que si on le fait une fois, on risque rien.

Que faire? Pourquoi ne pas proposer une consultation gratuite chez un gynecologue ou une visite obligatoire au planning familiale pour tous les ados? La gratuité des preservatifs? Franchement je ne sais pas.


C'est vrai que dans notre société, l'acte sexuel est banalisé et toujours sans preservatif. Il est rare, dans un film ( et je ne parle pas des films X) de voir des partenaires sortir un preservatif avant de se jeter goulument l'un sur l'autre. Il y aurait peut-être un effort à faire dans ce sens.
40 ans Toulouse, ou pas très loin 3982
misk a écrit:
"Vu où tu en es dans ton cycle, il est impossible que tu tombes enceinte".



J'ai un jour posé la question à 6 amphithéatres de 450 collégiens et lycéens chaque, soit 2700 jeunes.
J'ai obtenu 6 bonnes réponses dans toute la journée... ca fait mal.

Et j'ai raconté cette anecdote affligente à ma maman, en lui disant "c'est quand meme dingue ces filles qui croient que pendant la période de regle on ne peut pas tomber enceinte, patati patata..."
Et la, grands yeux ronds de ma mère...
- "il aura fallu 24 ans et des explications de ma fille pour que je comprenne comment j'avais pu tomber enceinte de ton frere !"

Sinon, pour répondre à la question de l'information :
Il y a plusieurs problèmes.

- le manque d'information
- la mauvaise facon de faire l'information
- le public visé qui n'est pas toujours le bon
- les fausses informations qui circulent.
41 ans Lille 111
Je pense aussi que la surinformation tue l'information. Autrement dit, lorsqu'une information est assénée en permanence comme si elle devait être entrée au burin dans le cerveau, il y a un phénomène de rejet.

Et même avec tout ça, dans le feu de l'action, même bien informé, même en ayant eu l'occasion de juger des dégats possibles, il faut bien avouer qu'il n'est pas toujours évident de faire le bon geste.

Et pourtant, c'est indispensable ! :)
42 ans brest 3644
Dejà je trouve que mettre ça sur le dos du sexe à la TV gnagna gnagna c'est bidon! ça voudrait dire que le libre arbitre n'existe plus!
Ca arrangerait bien les gens ça!!

Je crois qu'au niveau information c'est pas trop mal, sauf que l'on implique pas assez les garçons!

Il y a quand même plusieurs filles qui utilisent l'avortement comme moyen de contraception, des parents qui interdisent à leur fille de prendre la pilule "quoi mais elle est encore trop jeune"

Et surtout un grand manque de maturité, je vais sur un autre forum (eh oui je suis infidèle), il y avait un topic "est ce la honte d'être vierge à 38 ans", vous verriez les réponse des gamines de 13 à 16 ans mon Dieu ça fait peur!!
41 ans Bretagne 1692
Moi je pense que le problème vient principalement de l'éducation et donc de la communication parents-enfants : beaucoup de parents (gens) considère que leurs filles de 15 ans ne DEVRAIENT pas faire l'amour, pour eux : c'est impensable, pas possible et de toutes les manières si jamais ils apprennent quelque chose ça va barder !!!!! :roll:

Résultat, étant donné que pour eux le sujet est clos, aucune communication, aucune information : si tu es abstinente ma fille, y'a pas de raison que tu tombes enceinte !!!!!!

Donc souvent les filles le font en cachette ou contre l'avis de leurs parents dans la crainte que leurs parents l'apprennent un jour....

Bien que j'apprécie l'éducation que j'ai reçu, je me rends compte que sur ce point là, mes parents ont pas été géniaux géniaux non plus : ils ne nous ont rien interdit, ils nous ont juste acheté : l'encyclopédie sexuelle 7-10 ans, le tome pour les 11-14 ans, le tome pour les 15-18 ans (je suis pas sûre des âges, mais c'était un peu comme ça...) une encyclopédie où l'on expliquait les organes seuxuels, la reproduction et la sexualité en fonction de l'âge de l'enfant... J'ai fais le malheur d'apporter ce livre à l'école primaire un jour : :lol: J'ai à moitié failli être renvoyée de l'école, heureusement que la directrice n'était pas obtue... :roll:

Donc et puis ma mère a harcelé ma soeur pendant un moment pour qu'elle aille prendre la pillule quand elle a su qu'elle avait un copain...

Et c'est tout en matière d'éducation sexuelle de la part de mes parents (et je trouve que c'est déjà beaucoup comparé à la plupart)...

Donc le sexe on n'en parle pas et il se forme tout un tas de légendes plus ou moins fondées sur la sexualité, la reproduction, les orgasmes, les organes féminins, masculins, le plaisir, etc... qui circulent lors de soirées entre filles ou entre mecs, etc, etc...

A l'école pas de cours d'éducation sexuelle... Moi je dirais que là où j'en ai appris le plus c'est dans la magazine comme "girl" à l'époque qui parlaient du flirt poussé, de la contraception, etc...

Si on arrêtait de considérer le sexe comme tabou et si on en parlait ouvertement, ça serait nettement mieux quand même...
44 ans 2914
Perso mes parents sont ouvert et si je voulait leur posait une question ils auraient répondut et je pense pas qu'ils auraient été choqué de savoir quez j'aivas une vie sexuelle à 15 (même si je ne l'avais pas. :D ).

Maintenant parler sexe avec ses parents, sais pas mais suis pas fana.

"Bon maman, je vais baiser dimanche, tu m'achètes des présos?", sais pas mais cela le fait pas trop.
Toujours préféré me débrouiller seul que de dévoiler ma vie intime à mes parents.
25680
Et pourquoi pas une "vraie" journée d'information sur l'avortement dans les lycée avec petite mise au point sur les "moments à risque" (c'est à dire presque tout le temps si il n'y a pas de protections).

Je pense que si les jeunes savaient un peu mieux à quoi ressemble le calvaire de l'ivg, ils prendraint le risque plus au sérieux et cette "solution" moins à la legere. C'est un peu rude mais ca pourrait peut-être être efficace, non ?
1162
Moi avant de faire l'amour avec mon chéri , on a fait des test du sida etc et une fois la reponse en main tac tac lol .
J'étais sous pilule et ça ma pas empecher de tomber enceinte a 17 ans .
Mais une journée d'informations serait utile mais quand ça arrive comme ça on y ppeux rien et pourtant j'avais fais attention .
B
42 ans Là ou nous sommes pauvres mais fiers lol 2300
misk a écrit:
Juste pour donner un cas réel que j'ai connut de près.
Fille 17ans, garçon 35ans.
Fille ne pouvant pas prendre la pilule pour cause de problèmes pendant 1-2mois (sais pas exactement quoi mais elle devait arrêter la pilule).
Test HIV fait donc ils utilisaient plus de préso.
Garçon qui dit: "Vu où tu en es dans ton cycle, il est impossible que tu tombes enceinte".

Résultat vous l'avez compris.

Fille pourtant faisant partie de ses filles que l'on aurait put croire surinformées.
Résultat, on est jamais surinformées.
Et il serait temps que l'on sensibilise les garçons à cela aussi.



Pour ce cas la je dirai qu'il y a une seule verité: toutes les femmes sont differentes et n'ont pas des cycles de 28 jours pile alors les calculs a la méthode Ogino....
41 ans Lille 111
Anne a écrit:
Et pourquoi pas une "vraie" journée d'information sur l'avortement dans les lycée avec petite mise au point sur les "moments à risque" (c'est à dire presque tout le temps si il n'y a pas de protections).

Je pense que si les jeunes savaient un peu mieux à quoi ressemble le calvaire de l'ivg, ils prendraint le risque plus au sérieux et cette "solution" moins à la legere. C'est un peu rude mais ca pourrait peut-être être efficace, non ?

Oui, je crois que c'est ce qui reste le plus efficace : le témoignage de personnes qui l'ont vécu, car alors ce n'est plus du domaine de la "théorie".
B I U


Discussions liées