MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Annoncer à quelqu'un qu'on le quitte... et après...

57 ans 91 25732
C'est certainement arrivé à plusieurs d'entre vous. Un jour vous décidez que c'est fini et il faut le lui annoncer : vous voulez vous séparer ou divorcer.

Comment lui avez-vous dit  
? Quelle a été la réaction de l'autre ? Et ensuite comment ça s'est passé ?
2137
Un de mes ex j'ai été sa premiere sexuellement parlant au bout de quelques mois je m'ennuyais à mourir!
J'ai essayé plusieurs fois de lui dire que j'aimerais qu'on en reste là, mais il pleurait dés que j'abordais le sujet un mois apres je lui ai dit que j'avais besoin de respirer qu'il fallait mieux se séparer!
Il a pleurer!
Puis finalement nous sommes restés amis!

Sinon j'ai eu une relation de deux ans avec un homme violent qui avait besoin que je sois dévoué à sa cause, on s'est un peu coupé du monde car il avait peur que je vois d'autres mecs.. Apres plusieurs on casse on reprend, j'en avais marre mais je l'aimais!
Un jour il a cassé des boucles d'oreilles qui me tenaient à coeur, juste parce que j'avais un texto d'un ami dans mon téléphone!
Goutte d'eau qui a fait déborder le vase j'ai quitté le domicile et je suis rentrée chez ma mère!
Il est revenu avec ses phrases mieleuses, qu'il allait changeait mais c'etait de trop!
J'etais accro ça a été difficile il est venu sonner chez moi, m'a menacé, a dit qu'il allait tuer ma mère etc.. J'ai du porter plainte pour coups et menaces..
On est allé devant le juge pour une conciliation c'etait une femme!
Il lui a dit: les femmes toutes des putes!

Et là :shock: je me suis rendue compte que c'etait réellement terminé!

Voila
57 ans 91 25732
Elle a du apprécier la juge... ;) :? :lol:

En fait quoiqu'on fasse, j'ai l'impression que celui qui prend la décision de quitter, même avec les meilleures raisons du monde, passe toujours pour le méchant...

Et rompre sans faire de mal à l'autre ça ne doit pas être possible, sauf quand l'autre avait déjà rompu "dans sa tête" et que ça le soulage d'apprendre la nouvelle, mais ça ne doit pas être la majorité des cas.

Le plus dur ça doit être de gérer la souffrance de l'autre, quand on est dans un couple où l'autre ne souhaitait pas la séparation. Si vous avez des témoignagnes là dessus, ça serait intéressant aussi (si ça ne réveille pas de mauvais souvenirs, on parle, on n'est pas là pour se faire du mal non plus ! ;) )

En tout cas merci Debbie. ;)
P
44 ans lutterbach (68) 1197
en général dans mes relations passées c'est moi qui ait rompu.
et malgré toutes les précautions prises, malgré ma patience, ma volonté de le(s) faire souffrir le moins possible, ça a été très dur.

Dur pour eux, parce qu'ils ont à chaque fois crû que j'allais changer d'avis, que ça pouvait revenir; et dur pour moi, de les voir souffrir mais de savoir aussi que la fin de la relation était inéluctable.

et oui on passe toujours pour le méchant dans cette histoire, même si je suis quelqu'un de très "sain" (pas de tromperie, pas de mensonge, et j'ai toujours été très patiente et très arrangeante avec mes ex-)... je suis celle qui a cassé le couple, voire la cellule familiale (j'ai eu un enfant avec mon dernier ex-).

mais j'assume totalement: pour moi quand il n'y a plus d'amour le couple est terminé. hors de question de rester avec qqn pour les apparences ou n'importe quelle raison.
quand on ne s'aime plus, c'est fini. et je me suis battue dans mon dernier couple (une histoire de 12 ans) pour arriver à ranimer la flamme, pour espérer que ça revienne entre nous

c'était fini c'est tout...
on ne peut rien faire contre le sentiments qui sont partis.
S
32 ans 3465
Je n'ai pas beaucoup d'expérience en amour, et le seul mec que j'ai quitté, m'a rayé de sa vie, comme si on n'était jamais sorti ensemble, comme si on ne se connaissait pas. Je ne lui en veux pas, je pense qu'il avait besoin de nier mon existence, de ne plus entendre parler de moi nul part, pour pouvoir tourner la page.

Quoiqu'il en soit, je pense qu'on plaint toujours celui qui est quitté, parce que dans cette position c'est évident que c'est douloureux, c'est la position de victime... Le rejet n'est jamais simple à vivre et encore moins en amour. Pourtant celui qui quitte en souffre bien souvent, aussi. Mais lui on ne le plaindra pas, parce qu'on dira qu'il l'a voulu, qu'il l'a cherché.

Alors que à mon avis, même si on est plus amoureux, ce n'est pas facile de casser avec quelqu'un. Parce qu'on se sent coupable du mal qu'on va faire et de la peine qu'on va engendrer chez l'autre. Mais pas seulement à mon avis. Je pense que celui qui quitte souffre aussi pour lui, de manière individuel. Quitter quelqu'un ne signifie pas que la personne ne nous manquera pas. On peut ne plus aimer, mais comment ne plus être attaché à quelqu'un avec qui on a passé des mois, parfois des années? De foutre à la poubelle tout ce qui a été construit, tous les projets, les espoirs... Ce n'est jamais aussi simple que " je ne t'aime plus, alors je te quitte"... Tout n'est pas noir où blanc.

D'ailleurs bien souvent le " je ne t'aime plus" signifie d'avantage que la personne n'est plus amoureuse, mais pas vraiment qu'elle ne ressent plus rien. Ce serait encore une fois tellement simple d'être débarrassé de tous sentiments sous prétexte que le sentiment amoureux s'est dissipé...

Et parallèlement je pense que c'est très douloureux de prendre conscience qu'on n'est plus amoureux de quelqu'un qu'on a tant aimé dans le passé. Ca t'arrache à tes habitudes, à tous tes repères, à tout ce que tu as construit jusqu'ici avec la personne, à tout ce que vous avez rêvé à deux.

Une rupture n'est jamais simple, qu'on la subisse où qu'on la provoque. Des deux côtés y a des cassures...
2137
Sibell a écrit:

Quoiqu'il en soit, je pense qu'on plaint toujours celui qui est quitté, parce que dans cette position c'est évident que c'est douloureux, c'est la position de victime... Le rejet n'est jamais simple à vivre et encore moins en amour. Pourtant celui qui quitte en souffre bien souvent, aussi. Mais lui on ne le plaindra pas, parce qu'on dira qu'il l'a voulu, qu'il l'a cherché.

Alors que à mon avis, même si on est plus amoureux, ce n'est pas facile de casser avec quelqu'un. Parce qu'on se sent coupable du mal qu'on va faire et de la peine qu'on va engendrer chez l'autre. Mais pas seulement à mon avis. Je pense que celui qui quitte souffre aussi pour lui, de manière individuel. Quitter quelqu'un ne signifie pas que la personne ne nous manquera pas. On peut ne plus aimer, mais comment ne plus être attaché à quelqu'un avec qui on a passé des mois, parfois des années? De foutre à la poubelle tout ce qui a été construit, tous les projets, les espoirs... Ce n'est jamais aussi simple que " je ne t'aime plus, alors je te quitte"... Tout n'est pas noir où blanc.

D'ailleurs bien souvent le " je ne t'aime plus" signifie d'avantage que la personne n'est plus amoureuse, mais pas vraiment qu'elle ne ressent plus rien. Ce serait encore une fois tellement simple d'être débarrassé de tous sentiments sous prétexte que le sentiment amoureux s'est dissipé...

Et parallèlement je pense que c'est très douloureux de prendre conscience qu'on n'est plus amoureux de quelqu'un qu'on a tant aimé dans le passé. Ca t'arrache à tes habitudes, à tous tes repères, à tout ce que tu as construit jusqu'ici avec la personne, à tout ce que vous avez rêvé à deux.

Une rupture n'est jamais simple, qu'on la subisse où qu'on la provoque. Des deux côtés y a des cassures...


Je suis tout à fait d'accord avec toi !! :)
57 ans 91 25732
Sibell a écrit:
Ce serait encore une fois tellement simple d'être débarrassé de tous sentiments sous prétexte que le sentiment amoureux s'est dissipé...

Et parallèlement je pense que c'est très douloureux de prendre conscience qu'on n'est plus amoureux de quelqu'un qu'on a tant aimé dans le passé. Ca t'arrache à tes habitudes, à tous tes repères, à tout ce que tu as construit jusqu'ici avec la personne, à tout ce que vous avez rêvé à deux.


Oui ça serait tellement plus simple que tout soit balayé d'un coup ! On peut ne plus être amoureux mais avoir toujours des sentiments pour l'autre.

Et plus une histoire a duré, plus c'est difficile de renoncer à ce qu'on a construit même si c'est loin d'être idéal. Ca oblige aussi à reconnaître un échec, ce qui n'est jamais agréable. Et à se remettre en question. Sans savoir ce que réserve l'avenir (sauf pour ceux qui rompent pour un avenir qu'ils connaissent déjà). Et c'est aussi très culpabilisant de faire mal... :?
S
40 ans 389
J'ai rompu 2 fois avec 2 personnes différentes hein, quand j'ai senti, que nos histoires me tirait vers le bas et ce faisant étouffait tout doucement l'amour que j'avais pour elles (c'est pas en même temps je précise).

La seconde fois n'a pas été plus facile que la première.

Avec les meilleures sentiments du monde comme tu l'as dis plus haut Patty celui qui décide de quitter passe pour le méchant quelque soit la raison de la rupture je pense aussi.

Personnellement je me suis senti un infâme salauds dans les deux cas, comme l'impression d'être le rat qui quitte le navire ... D'autant que chacune à pleuré, me jurant de m'aimer comme elles n'ont jamais aimés, qu'elles retrouveraient plus ça chez quelqu'un d'autres ... Ça a surement aidé à ce que je me sente moins que rien d'ailleurs, j'avais vraiment l'impression, de les avoirs trahis, d'avoirs abusés d'elles ...

La première fois, j'ai demandé à faire un break, elle m'a mis au pied du mur, j'ai dis que dans ces conditions autant arrêter la.

La seconde fois ça été plus sur un coup de sang, j'ai rompu plus nettement.

Puis le temps ... A fais son office, j'ai pas oublié et j'ai encore peur d'ailleurs aujourd'hui d'infliger ça de nouveau ... Mais la plaie à cicatrisé, même si c'est la, ça ne fais plus mal maintenant, j'ai aussi réalisé que de toute façon ça n'aurait pas pût continuer dans un cas comme dans l'autre.

J'ai été des deux cotés, je me demande sans certitude si ce n'est pas plus simple d'être celui avec qui on a rompu, parce que la souffrance "passe" plus facilement, la plaie cicatrise mieux et si on se reconstruit, on le fait sans culpabilité.

Ce n'est pas une vérité absolu, c'est mon point de vu, je sais pas si ça t'apportera quelque chose ^^
4240
J'ai une fois eu à le faire moi-même, mais j'ai l'impression que c'est parce qu'il ne voulait pas endosser le mauvais rôle, depuis des mois on ne se parlait plus que pour s'enguirlander. On était ensemble depuis presque trois ans, il habitait loin de chez moi et je suis allée vivre près de chez lui pour mes études, le cursus ne m'a pas plu, je ne m'entendais plus avec lui, rien ne me retenait donc je suis rentrée chez moi, lui voulait continuer mais moi je ne voyais pas l'intérêt de continuer à distance avec quelqu'un avec qui je ne pouvais même plus parler. Lorsque je lui ai annoncé il m'a insultée de tous les noms d'oiseaux possibles, pour me dire le lendemain qu'il ne le pensait pas, sauf que le mal était fait, j'ai coupé tout contact avec moi tant il m'a déçue ce jour là.
39 ans Avec les marmottes 254
J'ai passé 5 années avec une personne et nous étions fiancés. Nous avons rompu à cause de graves soucis qui la minaient. On ne s'est jamais revu depuis (cela fait 6 ans), mais on se telephone chaque année pour nos anniversaire, fêtes, noel et nouvel an. Notre relation je crois ne pourra jamais se départir de profonds sentiments, mais est resté sans cesse courtoise avec un immense respect l'un pour l'autre. Si dans 20 ans elle frappe à ma porte car elle a besoin de quoique ce soit, elle sait que je lui ouvrirai comme si nous nous étions quitté hier. Elle n'est jamais ressorti avec un autre homme, mais il ne se passera plus quoique ce soit entre nous, et on ne se reverra peut etre plus. Pour régler ses problemes elle a besoin de cette distance et finalement nos vies se sont refaites ainsi. Je suis très attaché à ce que cette relation privilégiée perdure, car je la trouve saine, belle et si j'ai énormément souffert lors de cette séparation, si j'ai mis des années à me retrouver, nos amis respectifs sont toujours abassourdis de cet atmosphère très franche et respectueuse entre elle et moi. Jamais aucun ne dira du mal sur l'autre et nous gardons en souvenir que le meilleur.
57 ans 91 25732
Shy a écrit:
Personnellement je me suis senti un infâme salauds dans les deux cas, comme l'impression d'être le rat qui quitte le navire ...

Ça a surement aidé à ce que je me sente moins que rien d'ailleurs, j'avais vraiment l'impression, de les avoirs trahis, d'avoirs abusés d'elles ...


Voilà. Je me sens comme un monstre qui quitte le navire. Sauf que ça fait 20 ans que j'écope donc j'ai bien mérité de prendre ma retraite. Et pourtant, malgré ces années où j'ai subi, accepté, toléré, où je me suis mise en arrière au point d'effacer des choses graves de ma personnalité, ou j'ai fini par me faire croire que tout était normal là où tout le monde me disait que ça ne l'était pas, je n'arrive pas à me défaire d'une culpabilité. Et quand je cherche de quoi je culpabilise, je ne trouve pas, j'ai pourtant le sentiment d'avoir tout fait, tout tenté, et je me suis heurtée à un mur qui n'a agi que dans son propre intérêt ou parce qu'il voulait obtenir qq chose. Je crois que cette culpabilité m'a été imposée pendant des années (si tu ne le fais pas c'est que tu ne m'aime pas et je te harcèlerai jusqu'à ce que tu cèdes Ah tu vois c'est bien tu es gentille !) et c'est elle qui fait que je suis restée aussi longtemps (si tu pars je vais mourir, reboire... et ça sera ta faute). Mais la culpabilité n'est pas la base d'un couple.

Mais je la traine depuis si longtemps, qu'il va bien falloir un peu de temps pour qu'elle cède.
P
44 ans lutterbach (68) 1197
mmm.... pour moi un couple c'est deux personnes qui s'aiment et qui sont ensemble parce qu'elles ont du plaisir à être ensemble, à partager joies & peines, parce qu'elles construisent des projets communs...
le jour où le couple ne tient plus qu'aux enfants, aux habitudes, à la peur d'être seul(e), etc. pour moi c'est NON. les hommes et les femmes peuvent vivre seul(e)s.
à tout âge ou presque on peut refaire sa vie (ou pas, selon le souhait de chacun).

partir à la moindre difficulté dans le couple ou à la première blessure de la vie, évidemment non --- mais rester avec quelqu'un qui ne nous rend pas heureux(se) pour de mauvaises raisons, c'est NON également.
Patty, tu as tout fait, tout tenté -- que peux tu faire de plus? le bonheur est peut être à portée de main un peu plus loin sur ton chemin. n'y renonces pas :-)
S
33 ans Expat 1410
Je me suis mariée en janvier 2009 et nous vivons séparés depuis début novembre. Je n'ai pas réussi à m'habituer à la vie de couple et après avoir appréhendé ce moment, j'ai fini par lui dire que ça n'allait plus et à ma surprise, il était d'accord sur toute la ligne. Résultat, on se parle toujours (on vit dans la même ville) et nous avons même été manger tous ensemble avec mes parents la semaine dernière.

Je ne regrette absolument pas d'être à nouveau célibataire...
45 ans 93 1174
Patty je crois que nous vivons un peu la même chose, je suis entrain de divorcer moi aussi.
J'ai voulu cette séparation. Pas lui, tellement bien d'avoir la bonniche, nounou, pute à domicile et lui fait ce qu'il veut (voyages, sorties, etc).
Bref je me suis sentie et je me sens encore coupable, surtout qu'il a tout essayé (me faire passer pour une méchante, se faire passer pour la victime, dire que c'est lui qui me quitte et pas l'inverse, etc).
Le temps de la cohabitation a été tendu mais depuis qu'il est parti, ça va mieux. On ne se parle plus, sauf pour les enfants (je l'ai quitté enceinte de lui) et le strict minimum.
Nous nous sommes mis d'accord pour la garde, et tout le reste sans trop de heurts. Disons que j'ai accepté beaucoup de choses pour être débarrassée (le montant de la pension par exemple).

La culpabilité je m'en défaits un peu chaque jour quand je me rends compte que ce divorce m'a libérée et tranquillisée, je me rends compte que c'était vraiment la meilleure chose à faire pour moi.
Oui pour une fois j'ai été égoiste et après avoir vécu 12 ans avec un agoiste, il était temps que je pense à moi.
57 ans Région parisienne 2154
Pffff.... Quitter, être quittée... Il me semble que la souffrance est aussi intense. A la différence que partante je ne pouvais même pas me sentir victime, puisque c'est moi qui l'avais voulu. ça a été je pense le plus dur : savoir que 'autre voulait toujours de moi, que je l'aimais encore, mais qu'aucun avenir n'était possible, juste un immuable présent.
Alors c'est je pense le plus difficile : partir, et ne pas revenir sur sa décision.
Bon courage.
B I U


Discussions liées