MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

il boit trop

38 ans Tours 2247
je trouve que mon ami consomme enormement d'alcool et quand je lui fais la reflexion il me dit que je me fais des idees et que je ne me rend  
pas bien compte cat je n'en bois pas du tout.
j'aimerai savoir a partir de quand peux ton dire que quelquun est dependant. Et quand il l'est que peux ton faire pour l'aider a sen sortir.
Merci pour vos reponses et/ou vos temoignages
la plus part des medecins estiment qu'on est dependant quand on commence a boire seul ...
apres bin ça depend de lui .. s'il boit plusieurs fois par jour , son comportement s'il ne boit pas ...

j'en sais pas plus desolée :?
40 ans 78 3901
Anypya,

on est dépendant aussi bien quand on prend des cuites à répétition que quand on boit régulièrement c'est à dire un verre tous les jours...

comment l'aider à s'en sortir ? cette question je me la suis posée des milliers de fois pour mon père... déjà tu ne peux pas l'aider s'il ne reconnaît pas avoir un problème et s'il n'a pas l'envie ni l'idée de s'en sortir. En plus il te dit que tu te fais des idées, donc pour lui sa consommation est tout à fait normale et donc il n'est pas dépendant...
tant qu'il n'admettra pas les choses tu ne pourras rien faire, je suis désolée de te dire ça mais c'est plus que souvent le cas... forcer quelqu'un à faire quelque chose contre son gré, ça ne l'aide pas et il y a rechute assurée.
Essaie de lui en reparler, d'analyser ses prises, ses comportements face à l'alcool...

en tout cas bon courage à toi :)
44 ans st etienne 545
Ben déjà si chaque jour, il boit... c'est qu'il en a besoin ou tout du moins son corps donc qu'il est dépendant... Même si ce n'est pas des quantités astronomiques, à partir du moment où il en ressent le besoin...DANGER!!!
Fais gaffe, je ne veux pas être pessimiste mais je sais ce que c'est d'etre avec quelqu'un qui picole (la plupart ne se dise pas alcoolique), je suis restée 7 ans avec quelqu'un comme ça!!! Donc si je peux te donner un coup de main, n'hésites pas...
bisous et courage
J'espère pour toi comme pour lui que tu te trompes
50 ans Strasbourg 60
Demande lui de noter à chaque fois qu'il boit un verre, quel alcool ( bière, vin, alcool fort ) et faire le bilan au bout d'une semaine ou d'un mois.
Là on se rend compte vraiement de sa propre consommation.
Je l'avais fait pour me rendre compte, du coup, je bois maintenant de l'alcool ( apéro, vin ) que dans les grandes occasions :lol:
On se rend pas compte forcément de sa consommation.
44 ans st etienne 545
Le changement de situation ne viendra que de sa part, il doit admettre son problème et après avoir envie de s'en sortir...S'il ne veut pas y arriver, tu ne pourras pas l'aider...
Désolée de te faire peur, mais c'est malheureusement comme ça que ça fonctionne
54 ans bretagne 53
Aillant vécu 12ans avec qqun qui avait "des problèmes avec l'alcool" comme on dit... je pense que quand la personne boit tout les jours c'est qu'il y a dependance... meme si elle n'est pas saoule.
faut etre vigilant... et la personne concernée ne veut souvent pas l'admettre
courage, mais faut intervenir avant les gros problèmes!!
38 ans Tours 2247
vos reponses ne me rassurent pas tellement car elles me confirment ce que je crains.
J'ai noté l'idée de noter les prises d'alcool sur une semaine. C'est par ce type de procédé que j'ai réalisé que j'avais un probleme avec la nourriture.
En fait je pensais etre un peu parano parce que j'ai l'un de mes parents qui est alcoolique donc forcement je me mefie maintenant et je vois la ptite bete partout.
En plus la mere de mon copain est elle aussi malade et lui ne s'en rend pas compte je me dis donc que si il ne s'en rend pas compte chez quelquun dautres comment lui peut savoir quil est concerné?


Ce qui me fait peur aussi c'est qu'il lui arrive de sortir sans moi et je ne voudrai pas qu'il lui arrive quelques chose en voiture.

Merci beaucoup pour votre rapidité et vos points de vus qui vont me permettre d'avancer des ce soir.
P
51 ans normandie 493
Mon zom a été alcoolique. MA mère l'est. J4ai l'impression que l'alcool me poursuit. Ma mère ne l'admet pas. Elle boit tous les jorus et toute seule. A l'heure de l'apéro, elle invite la voisine, le voisin. Bref il faut qu'elle se trouve quelqu'un parce qu'elle sait très bien que ce n'est pas normal de boire toute seule mais avec le voisin ca la deculpabilise. Le problème dure déjà depuis un moment, je dirai 15 ans faciles. Elle a déja été hospitalisée pour des grosses beuveries, mais rien n'y fait. JE trouve mon père un peu lâche aussi mais bon... il n'a pas la vie tous les jours facile.
Zom lui s'en est sorti il y a 8 ans maintenant; il sait qu'il ne retouchera pas une goutte d'alcool de sa vie. Son deuil est fait. IL a eu une cure de désintoxication puis une thérapie de groupe. IL est revenu blindé dans sa tête. Car il ne faut pas se leurrer l'alcool cache de la souffrance. Ma mère s'est fait licencier à 47 ans, elle ne l'a pas supporté et n'a jamais retrouvé de boulot alors pour passer le teps ben tu bois, et pour oublier tes problèmes ben tu bois mais le souci c'est que le lendemain quand t'as cuvé ben les problèmes sont toujours là ; C'est triste l'alcool, et puis c'est deshonorant c'est la honte!!! LEs pompiers sont déjà venus chercher ma mère dans un état pitoyable, quelle honte j'avais!! El eracaontait n'importe quoi. Ma mère maintenant je le sais ce qui la fera arrêter c'est quand le docteur lui dira que son foie est très malade , elle a déjà un ventre immense, j'ai peur pour elle mais je la hais tellement quand elle est comme ça. Zom lui s'est arrêté parce que je l'ai quitté, son boulot a failli le quitter aussi, et pui sle docteur lui avait dit qu'il etait dans un état pré cyrrhotique, ca lui a fait peur. VOilà merci de m'avoir lue c'est quelque chose de difficiel à dire. J'en parle facilement maintenant mais cela fait juste 6 mois. Suite à des crises d'angoisse que j'avais, je vais beaucoup mieux depuis que j'en parle mais c'est dur .... :cry:
287
Les médecins disent qu'au delà de 2 verres pour une femme et 3 pour un homme par jour ,cela peut être dangereux pour l'organisme ...
Alors d'aprés ma propre expérience ,s'il n'est pas capable de s'en passer pendant plus de 24h là c'est trés grave (comme dit plus haut peu importe la quantité ou s'il est bourré),seule un psychiatre pourra l'aider avec un traitement à la clef ...Trois jours c'est toujours aussi grave mais le sevrage se fera sans trop de dificulté mais toujours avec un traitement et un suivie médical...Au dela d'une semaine s'il n'a toujours pas de symptômes de manque ,alors tu n'as pas trop d'inquiétude à avoir mais ça reste à surveiller .
Les symptômes du manque sont faciles à repérer ,tremblements ,sueurs froides ,nervosité ,anxiété ,agressivité chez certains ,inhibition ,déprime ,état dépressif ,voir des crises d'épilepsie dans les cas les plus graves , perte de gout à faire quoique ce soit ,les vrais alcooliques ne ressentent plus la sensation de plaisir que sous l'emprise de l'alcool ...D'où aprés son sevrage il doit reapprendre à "vivre" ,la notion de plaisir et d'envie .
Pour pouvoir l'aider il faut déjà qu'il reconnaisse son problème et rare sont ceux qu'y veulent bien l'admettre ,si d'autre personne boivent dans son entourage il vaut mieux les éviter ,car un alcoolique ne sait jamais dire non à un verre .Si il se confie facilement essaie de lui parler et de lui demander pourquoi il boit ,car on boit jamais tout seul sans raison .S'il te répond les traditionnels "pour décompresser ,me sentir mieux ,me relaxer ..." ,insistes sur le fait que cela signifie qu' à la base il ne se sent donc pas bien dans son état normal et que si l'acool l'aide à se sentir mieux c'est qu'il y a donc un probléme .
Le conseil suivant est peut-être pas trés malin ,mais il a marché avec moi ...Profite d'un moment où il est en état d'ivresse pour lui en parler ,dans ses moments là la personne est beaucoup plus fragile ,en touchant les points sensibles tu le feras facilement craquer et avouer son probléme ,et là c'est tout bénéf .Par contre s'il a tendance à être violant ,c'est à éviter absolument !Car l'agressivité est souvent une façon de se protéger face à sa propre vulnérabilité .
Le "tu t'es vu quand t'as bu" peut aussi marcher : photos, vidéos ...etc
Mais ceci reste que mon humble avis ,n'hésites surtout pas à en parler à ton médecin généraliste (qui est sans doute la meilleur des solutions ) il pourra toujours lui prescrire une prise de sang en faisant passer ça pour un contrôle de routine pour voir ses taux de gamma GT et triglycérides qui eux ne trompent pas !Alors au premier coup de froid envoie le chez le toubibe (à qui tu auras parler au préalable) ,il se chargera normalement du reste .
Je ne peuts malheureusement pas te donner plus de conseils à mon grand regret ,car comme tu l'as compris sans une prise de conscience de sa part rien n'est possible ,sauf en cas de coma éthylique où là il faut appeler le SAMU et l'hospitalisation s'impose ce que je ne te souhaite pas et lui souhaite pas .

Je voudrais bien t'aider plus ,car c'est un probléme que j'ai connu et qui me touche beaucoup ...Mais à mon échelle c'est malheureusement pas possible .
Je ne sais pas si je suis de bon conseil ,mais je pouvais pas rester indifférent ... :(
45 ans 17521
la dépendence, à mon avis, c'est quand on boit tous les jours, quand on envisage pas un repas sans un verre de vin (un peu comme la clope obligatoire quand on boit un café), se servir un verre dès qu'on rentre du boulot, aller au supermarché parce qu'il ne reste que trois bières au frigo, passer tous les jours dans le même bistro pour s'en jeter un, même tout seul, cul-sec debout au comptoir... après, on peut être dépendant sans que cela soit énorme, au niveau de la consommation...

je ne sais pas à quel point ton homme boit, cela est peut-être effectivement exagéré dans ton esprit par le fait que tu ne bois pas toi même...

pour ce qui est de le sortir de là, je dirais que toi, tu ne peux rien faire... si cela ne vient pas de la personne elle-même, cela ne fonctionne pas... j'en parle d'expérience pour avoir essayé il y a quelques mois de "forcer" un ami à se sortir de 10 ans d'alcoolisme... jusqu'à le mener en cure de désintox... je ne sais pas ce qu'il en est aujourd'hui, notre amitié n'a pas survécu à tout cela... mais après trois semaines de cure, il continuait à boire de la bière en cachette...

c'est difficile de juger de l'extérieure, votre situation... peut-être devrais-tu te renseigner de ton côté à des numéros d'écoute, pour en discuter avec des gens spécialisés... en tout cas il est important que tu n'entreprennes pas cela seule, si tu désires l'aider... déja il faut qu'il en ait envie, et puis sans conseils, tu t'épuiseras vite...

je te souhaite beaucoup de courage en tout cas... :?
P
51 ans normandie 493
Quoi qu'il en soit l'alcoolisme est une maladie à part entière. Pour en arriver à bout , il faut un traitement on e peut pas s'en sortir seul c'est certain. L'alerte c'est effectivement quand on commence à boire seul ou tôt le matin. Certains ont esoin d'alcool pour démarrer la journée le matin.

Ton ami est-il ivre parfois ? (peut-être ne le reamrques-tu pas car un alcoolique tient un dicours cohérent même avec beaucoup d'alcool dans le sang quand il ne le tient plus c'est qu'il est savrément ivre!)

Boit-il tôt le matin?
Le sens-tu irascilble s'il n'a pas bu ?
56 ans 91 25732
Je te poserais les mêmes questions que papat. Est il irascible s'il n'a pas bu ? Est ce que toutes les occasions sont bonnes pour prendre un verre ? A-t-il tendance à se servir plutôt largement ? Peut il rester plusieurs jours sans boire ? A quel moment de la journée boit il son premier verre ?

Souvent, un alcoolique peut rester longtemps sans montrer de signe particulier. Il dit "qu'il tient bien l'alcool". Mais un jour, l'alcool a le dessus. Toutefois pour qu'il en arrive là, il s'écoule souvent plusieurs années pendant lesquelles l'alcool fait des ravages. Mon zom a bu pendant près de 10 ans. Je ne l'ai réellement vu soul que les deux dernières années et surtout les derniers mois, avant qu'il arrête. Mais c'était qqchose... :?

A ton avis, quelle quantité d'alcool boit il et à quelle fréquence ?
M
69 ans sud ouest 7
Bonjour,

Je suis nouvelle sur ce forum et en le parcourant je tombe sur ce fil, qui m'interpelle et je me permets de poster.

Comme je le dis dans ma présentation je suis infirmière psy et je me suis spécialisée dans l'addictologie et principalement dans l'alcoologie.

Je ne detiend pas la science infuse, je peux simplement préciser en plus de tous les conseils sensés qui ont été donnés, qu'il est important de pouvoir dire à quelqu'un "je crois que tu as un problème avec l'alcool."
Même si celà génère de la colère lorsqu'il y a déni , le jour ou il pourra en parler il sait que tu sais .
Il est surtout très important de ne pas avoir un comportement moralisateur.
Il est bien sur très difficile d'aider quelqu'un qui ne le souhaite pas, mais lui proposer de l'aider est important .

J'espère que mes propos sont clairs , j'ai fais au plus court car sinon un post de trois pages serait nécessaire.
Toutefois si tu le souhaite je peux te transmettre de la doc qui pourrai t'aider dans cette situation difficile.
Ne perd pas courage c'est une maladie et beaucoup de personnes s'en sortent.
38 ans Tours 2247
je te remercie beaucoup Marie d'avoir apporté ta pierre à l'édifice et je te souhaite la bienvenue sur le forum par la meme occasion.
En effet, quand je lui en ai parlé il s'est agacé et m'a accusé de voir le mal partout, ce qui n'avance pas au probleme.
Mais c'est vrai que ces derniers temps il fait plus attention quand je suis là. Cependant je ne suis pas sure que ce soit une bonne chose, car si il se met a boire en cachette je ne controlerai plus rien et ca ca m'inquiete.
B I U