MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Présidentielle : Une semaine, une mesure à débattre

R
36 ans 15384
Ca va etre comme dans le dernier Harry Potter :lol:
Vous savez,avec Rogue directeur ! Haha.

Blague a part,euh,et pour les élèves agressés,on fait quoi?
Parce que bon les profs les  
profs ouais c'est bien beau mais moi j'ai été une élève agressée et persécutée pendant 4 ans au collège,et j'aurais aimé que des lois strictes me protègent aussi,hein ...
T
51 ans 77
DDounette a écrit:
Donc en fait tu soutiens un programme et un parti parce que son programme te plait mais que t'as pas d'opinion sur le fond du programme ? :shocked!:
En plus c'est toi qui a tenu à parler de l'éducation !

Je me sens seule #-o


Tu es prof ?

Si oui donne ton avis : personnellement je vois des choses intérressantes dans les trois.

Si je dois en choisir un, par principe, ce sera le programme qui fait parti d'un programme global qui se rapproche le plus de mes convictions et donc celui d'MLP.

Comme j'ai dit, ce n'est pas mon domaine, aussi je peux difficilement critiquer objectivement.


Restes seule de ton côté, et moi du mien.
41 ans Dans un arbre à Tecolotlan 962
Parce que DDounette a fait l'effort, j'ajouterai quelques commentaires en vert:

DDounette a écrit:

A l’école, la laïcité qui est non seulement la neutralité religieuse mais aussi la neutralité politique sera appliquée avec la plus grande fermeté.
Pourquoi c’est pas déjà le cas ?
C'est déjà le cas.

L’école doit être un sanctuaire, mettant à l’abri des modes et des lubies l’exigence de transmission des savoirs, des connaissances et du goût de l’effort. Les méthodes et l’état d’esprit pédagogistes n’y ont plus leur place.
Ca veut dire quoi ? Elle parle de Montessori, Freinet, … ?
Pfiou, c’est vrai que les gamins qui sortent de là sont des ratés :shock:
L' école sans pédagogie :roll: , fallait l'inventer celle-là ! Voilà bien les propos de quelqu'un qui ne s'est pas penché deux secondes sur la question de la transmission des savoirs.

L’école est un lieu à part dans la République, ce n’est pas un simple appendice de la société. Il faut donc en revenir à ce principe simple : à l’école tout le monde n’est pas au même niveau. Le professeur est au-dessus de l’élève. Et le parent d’élève n’est pas le client du professeur. L’accent sera mis sur cette évidence dans la formation des enseignants.
Il me semble que c’est déjà comme ça que ça fonctionne, enfin tous les gens que je connais pensent comme ça. Ceci dit si hiérarchiquement il est au dessus, humainement il est à égalité.
Bon elle sous entend quoi au final, que tous les parents passent leur temps à pourrir la vie des profs ?
C'est déjà le cas, et même s'il arrive que des parents pourrissent des profs, globalement il est évident, et il a toujours été évident dans les formations (enfin, quand il y avait des formations) que les parents ne sont pas des clients.

La valeur centrale de respect du professeur retrouvera toute sa place à l’école : cela passe par des choses simples : se lever quand le professeur entre en classe, bannir le tutoiement par l’élève de l’enseignant.
Ok, je trouve que la politesse et le respect c’est bien mais chaque enseignant est libre dans sa classe de choisir de se faire vouvoyer ou de demander que les élèves se lèvent. Il est où le problème en fait ?
En fait, c'est déjà le cas, notamment dans tous les établissements difficiles (collèges, lycées) : pas de tutoiement, élèves debout en début de cours, classe avec porte ouverte, carnet de correspondance sur toutes les tables.
Le FN n'a rien inventé, et s'il fallait juste cela pour retrouver le respect du prof, il n'y aurait plus de problème depuis longtemps.

Les professeurs devront pouvoir s’appuyer sur leur administration et leur hiérarchie dans l’entreprise de rétablissement de leur autorité.
Oui c’est quoi le « rétablissement de leur autorité », les chatiments corporels ? :lol:
Non sérieux ? Elle parle de ça ?
ben, c'est surtout que c'est déjà le cas : la hiérarchie se doit de protéger tout fonctionnaire dans l'exercice de ses fonctions et de le défendre. En pratique, ça l'est beaucoup moins car de moins en moins de chefs d'établissement veulent se mouiller, mais je ne vois aucune mesure concrète du FN pour améliorer la situation. Des exemples ?

L’insécurité à l’école doit être traitée de la même manière que l’insécurité en général : tolérance zéro. Les établissements les plus dangereux seront équipés de portiques de détection des métaux, même temporairement.
Mouais, c’est une idée mais ça va coûter combien par rapport au nombre d’armes qui pénètrent réellement en cours ? Je n’ai pas de chiffres, là je pose juste une question.
Comme si des portiques de sécurité allait résoudre la situation :roll:
Et puis sympa le concept d'école-prison ! C'est ça les valeurs qu'on veut transmettre aux enfants ? Montrez vos sacs, vous êtes tous de potentiels tueurs ?

Alourdissement des peines pour les personnes coupables d’avoir agressé physiquement ou verbalement un enseignant.
Enseignant ou pas, il s’agit d’une agression, pourquoi une peine alourdie ? Une peine juste, et c’est tout.
Alourdissement des peines, ça veut dire quoi concrètement ? Et puis, il s'agit de peine de justice ou d'une sanction propre à l'établissement ? Faudrait peut-être préciser.

L’accent sera mis dès la maternelle, et plus encore à l’école élémentaire, sur l’apprentissage des savoirs fondamentaux : français, calcul.
Avec des enfants en maternelle et en primaire, je dirais que c’est le cas. Elle veut changer quoi ?
Très bonne question


Augmentation en conséquence du nombre d’heures consacrées à ces matières, qui a sans cesse baissé depuis les années 1970. En 1976, un élève qui sortait du collège avait reçu 2800 heures d’enseignement du français depuis son entrée en CP. En 2004, c’était 2000 heures, soit 800 de moins, l’équivalent de deux ans et demi de cours.
Bon, elle compte diminuer quelles matières pour augmenter les maths et le français ?
Comparer les horaires de français des années 70 à maintenant n'a pas beaucoup de sens; si on veut une comparaison, il vaudrait mieux prendre l'organisation scolaire dans son ensemble.

Instauration de cours de français obligatoires pour les parents qui ne maîtrisent pas notre langue nationale, pour inciter les parents à franchir le seuil de l’école et à discuter avec l’équipe éducative de la scolarité de leur enfant.
Faut arrêter avec ça, la plupart des gens qui s’installent en France connaissent très vite les bases du français, ils sont obligés pour trouver du travail, faire des démarches administratives ou avoir une vie sociale. Ca concerne vraiment combien de personnes ?
Je pense que ça concerne un certain nombre de personnes, j'en connais pas mal. Ceci dit, je ne vois pas trop qui va financer ces cours, où auront-ils lieu et quand, sachant que les personnes ciblées exercent souvent des emplois pas faciles avec des contraintes horaires pénibles.
Je me pose aussi la question de la pertinence de forcer quelqu'un à apprendre.

Fin de l’aventure pédagogiste : la méthode syllabique sera obligatoire en CP, l’histoire sera apprise de façon chronologique tout au long de la scolarité. La géographie sera enseignée sur des cartes, et l’apprentissage de la géographie française obligatoire.
Bon alors la plupart des maitresses font un mix des deux méthodes, celles que je connais sont plutôt dirigées vers la syllabique. Pour info ça fait quelques années qu’on a réintroduit la syllabique.
L’histoire et la géo je ne sais pas, elle font comment les maitresses aujourd’hui ?
"L'aventure pédagogiste" :shock: :shock: , non, mais je rêve ! Il faudrait peut-être revoir le sens de ce mot. Et la méthode syllabique est aussi une méthode pédagogique.Et la perle de ce programme : l'histoire et la géographie !! Depuis quand l'histoire n'est plus apprise de façon chronologique et la géographie sans carte ???? Marine Lepen n'est donc jamais allée à l'école ? Elle ne sait pas que la chronologie est une base fondamentale de l'Histoire, comme la carte pour la Géographie ? Mais quel est l'âne qui a rédigé ce programme !

L’histoire de France retrouvera sa place au cœur de l’apprentissage
Pareil je ne connais pas les programmes mais il me semble qu’on apprend surtout celle de France. L’histoire de Chine ou du Royaume Uni j’en ai pas grands souvenirs.
Mensonges, mensonges, mensonges....l'histoire de France n'a pas cessé d'être dans les programmes d'histoire, tout comme la géographie française :roll:


Maintien obligatoire de la note
Moi je suis plus pour des apréciations comme acquis, non acquis, en cours d’acquisition.
Mais les notes existent toujours, mon fils me ramène des TB, B, 8/10, 6/10, 15/15. Bref des notes quoi.
La note est toujours là en effet. Il y a de quoi débattre à son sujet ceci dit.

L’école primaire doit donc être réformée en profondeur. Il faut en particulier revoir le statut de l’école, créer un nouveau type d’établissement public sur le modèle des collèges et lycées.
C'est-à-dire ? Que les enfants de primaire aient plusieurs profs et se déplacent de classe en classe ? Non, pas d’accord.
Encore une idée balancée comme cela sans plus de précision. Quel serait donc ce nouveau statut ? Il faut le deviner ?

En parallèle, un statut du directeur d’école devra lui donner les moyens d’accomplir complètement ses missions. Une revalorisation de la rémunération et une amélioration du régime de décharge sont indispensables pour pallier les problèmes actuels de recrutement, qui sont préoccupants.
Oui c’est possible qu’il y ait un problème et des progrès à faire mais ça ça va avec le plus d’enseignants, et ça sera réglé.
Oui, bien-sûr, et puis si par cette mesure, le FN peut récupérer quelques voix de directeurs désespérés.

Suppression progressive sur le quinquennat du collège unique qui a été un terrible échec.
Le collège unique ? Elle veut le remplacer par quoi ?
Pas touche au collège unique !Il n'est pas parfait, bien-sûr, mais on peut l'améliorer avec de l'ambition et de la volonté.

Les filières techniques et manuelles seront revalorisées
Oui pourquoi pas, il faut de tous les métiers, pourquoi trainer dans les trucs théoriques si on n’est pas fait pour. Mais c’est pas contradictoire avec le début ? Avec la reproduction héréditaire des élites ?
Oui, ça ne mange pas de pain de le dire, mais comment seront-elles revalorisées ? Toujours pas d'explications.

L’apprentissage à 14 ans sera rétabli
Je sais pas, comme dit plus haut, peut-être que c’est bien quand on a un gamin perdu qui s’en fout de l’école mais est-ce que c’est pas un peu jeune pour savoir vraiment ce qui nous interresse vraiment dans la vie ?
14 ans, c'est trop jeune, et c'est la porte ouverte à l'exploitation des petits jeunes.

Maintien du baccalauréat, qui doit retrouver son caractère sélectif : refus de tout contrôle continu : seul l’examen national permet l’égalité.
Et bien le bac a du changer depuis que je l’ai passé, pour moi ce n’était pas un contrôle continu.
Je pense que ça peut permettre à un enfant qui a des capacités d’avoir son bac même s’il se plante à l’exam, et vice et versa un cancre devra faire un super effort pour avoir son bac s’il s’est glandé toute l’année. Donc je ne vois pas où est le mal.
Examen/contrôle continu, c'est un vaste débat, mais ce qui est sûr, c'est que le baccalauréat repose toujours essentiellement sur des épreuves.

Pas de remise en cause de la décentralisation des collèges et des lycées aux départements et aux régions, qui date de 1984, mais mise en place des mécanismes de péréquation nécessaires à une vraie égalité entre les élèves sur le territoire national.
Alors là je suis un manche pour donner un avis. Cependant que veut-elle dire par mécanismes nécessaires à une égalité ?
Pareil, je ne comprends pas bien son histoire de "mécanismes de péréquations" ?? Totalement sybillin. Un peu de pédagogie ne serait pas de trop :mrgreen:

La décision de fermer les petits collèges de moins de 200 élèves à la campagne sera revue. Les méga-structures ne réussissent pas nécessairement. La proximité a d’immenses vertus.
Oui, ok.
Oui, tout le monde est d'accord là-dessus.

Le ministère de l’Education nationale devra faire une place toute particulière aux problématiques rurales dans son organisation interne, et les intérêts ruraux seront mieux représentés dans les cabinets ministériels.
Oui. Bon une place et être représenté c’est bien, mais concrètement elle prévoit quoi ?
Même question.

La politique du « 1 sur 2 » (non remplacement d’un enseignant partant à la retraite sur deux) cessera : l’intégralité des départ à la retraite sera remplacée. Il n’y aura cependant pas de créations de postes supplémentaires, dans un souci de responsabilité budgétaire.
Bon c’est déjà pas mal mais y’a peut être autre chose à faire en complément ? Sinon ça va rien changer, vu que aujourd’hui le 1 sur 2 qui n’est pas encore à la retraite il est déjà là ? Ca va changer quoi ?
Ce n'est pas du luxe, et il n'y a bien que Châtel pour dire que ce système fonctionne.

Les efforts de réduction d’effectifs seront concentrés sur l’administration centrale du ministère de l’Education nationale
Oui, peut-être qu’il y a trop d’administratifs, ça je ne peux pas vraiment juger je ne bosse pas avec.
Ben vu comme les dossiers des personnels sont traités (ou perdus), je ne suis pas sûre que ce soit très pertinent. Peut-être des économies à faire du côté des lycées français à l'étranger plutôt ?

En fait elle ne dit jamais rien de concret et de détaillé, elle énonce des faits et dit qu'elle va résoudre les problèmes associés mais elle ne dit pas comment.
En fait quand on le lit comme ça on se dit, oui pourquoi pas, et puis en fait c'est hyper creux ce qu'elle propose.
M'enfin les gens ne lisent vraiment pas les programmes, c'est désespérants !


Assez d'accord avec ce dernier avis, ce programme c'est le vide intersidéral : un ensemble de vagues intentions sans explications supplémentaires, quelques mensonges et enfonçages de portes ouvertes.
44 ans Lille 7000
J'ai tout lu et je suis entièrement d'accord avec ddounette et tecolote ( d'ou le fait de ne pas reprendre les points pr écrire finalement la même chose), pour moi, c'est d'ailleurs tellement creux que ça n'a de programme que le nom...
49 ans 35 10308
DameAliénor a écrit:
J'ai tout lu et je suis entièrement d'accord avec ddounette et tecolote ( d'ou le fait de ne pas reprendre les points pr écrire finalement la même chose), pour moi, c'est d'ailleurs tellement creux que ça n'a de programme que le nom...

Pareil.

Sinon, il faut absolument être prof pour apprécier un programme sur l'éducation? Et si on est parent? Ou étudiant? Ou enfant de prof? Ou simplement un peu ouvert à la société et informé?
Parce que j'ai cru comprendre qu'être "armée pour gérer un budget familial" permettait d'apprécier un programme économique, donc je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas avoir un avis sur des domaines qui sortent de nos propres compétences professionnelles. Sinon, il ne va pas se passer grand chose sur ce post.
44 ans Sous le chant des cigales ^^ 3642
tiera a écrit:
Tu es prof ?

Non, mais je suis allée à l'école très longtemps et mes enfant y vont tous les jours. J'estime être à même de donner mon avis. D'ailleurs sur les quelques points sur lesquels je ne suis pas capable de le faire, je le précise.

tiera a écrit:
Si je dois en choisir un, par principe, ce sera le programme qui fait parti d'un programme global qui se rapproche le plus de mes convictions et donc celui d'MLP.

Comme j'ai dit, ce n'est pas mon domaine, aussi je peux difficilement critiquer objectivement.

Soit, et bien alors quel est ton domaine ?
Sur quels points veux-tu bien essayer de nous convaincre que le programme de Le Pen est interressant ?
Si globalement il se rapproche de tes convictions, quels sont ces points "globaux" qui font que tu adhéres à ce programme ?

tiera a écrit:
Restes seule de ton côté, et moi du mien.

Ca c'est trop facile :lol:
32 ans 2571
Je pense que tout parent, toute personne qui s'intéresse à l'avenir de sa société, doit avoir une réflexion sur ce sujet, tiera!

Et je pense pas que les profs justement soient très favorables à un tel programme :lol:
Mon copain en tous cas, il est outré, et pourtant il est prof d'histoire, la matière censée être reine :lol:
Non mais sérieux, l'histoire de France, apprise chronologiquement, et la géo cartographique : elle a 30 ans de retard dans l'évolution de ces disciplines au niveau de la recherche :shock:

1) C'est idiot d'apprendre l'histoire de France dans l'ordre, il vaut mieux adapter les programmes au niveau de compréhension des élèves.
Et quiconque a fait un peu d'histoire a vite vu que le plan chronologique n'est pas toujours le seul ni le meilleur!

Et pourquoi évacuer l'aspect réflexion sur les événements ? Aura-t-on tout dit du nazisme si on en apprend les principales dates ? L'essentiel n'est-il pas de s'interroger sur ce qui a pu faire qu'on en est arrivés là ?

2) L'histoire des autres cultures occupe une place très limitée dans les programmes, donc elle ment. Mais j'irais même plus loin : je trouve qu'il est inadmissible qu'on ait attendu les nouveaux programmes très récents pour proposer un chapitre d'histoire africaine. Peut-être que ça évitera aux présidents de demain de proférer des absurdité, et de dire que l'Afrique n'est pas entrée dans l'histoire (Sarkozy, si tu nous lit...).

3) Je maintiens que la connaissance, l'intelligence, et la culture ne se limitent pas à ça. Il y a de la pensée, de la réflexion dans les romans.

4) La géo, ça fait longtemps que ce n'est plus apprendre des points sur des cartes : il faut des repères, mais ce qui importe c'est de comprendre les phénomènes, les dynamiques du monde (les flux, les zones géostratégiques etc) pour vraiment comprendre le monde dans lequel on vit.
41 ans Dans un arbre à Tecolotlan 962
Salammbo a écrit:
C'est idiot d'apprendre l'histoire de France dans l'ordre, il vaut mieux adapter les programmes au niveau de compréhension des élèves.
Et quiconque a fait un peu d'histoire a vite vu que le plan chronologique n'est pas toujours le seul ni le meilleur!

:-k Je n'ai pas compris ces lignes comme voulant faire apprendre aux élèves trois milliards de dates. Je lis dans le programme "l’histoire sera apprise de façon chronologique tout au long de la scolarité", tout simplement, et ça, c'est quand même déjà le cas depuis très longtemps, à l'intérieur de chaque cycle : de la 6° à la 3°, les programmes s'enchaînent de manière chronologique, tout comme au lycée ( à l'école primaire, je ne sais pas du tout). Le nazisme, justement, il est abordé en 3°, après la première guerre mondiale et ses conséquences, (chrono)logique quoi (ahah). Et pour ma part, je trouve cela pas du tout idiot ou démodé, parce que, par exemple, évoquer les guerres de religion sans avoir vu avant le christianisme, ça me semble un peu compliqué. Donc, je ne vois pas trop le changement que voudrait apporter le FN. Si vraiment, il faut interpréter leur programme comme un retour en force de la date, là encore, rien de nouveau sous le soleil : les mômes se farcissent déjà toute une floppée de dates, et jusqu'à cette année, ils ont une épreuve de repères au brevet avec des dates aussi pertinentes que la bataille de Bouvines ou la fondation de Marseille. Bref, je ne vois pas trop ce que ce programme a de révolutionnaire.

Citation:
L'histoire des autres cultures occupe une place très limitée dans les programmes, donc elle ment. Mais j'irais même plus loin : je trouve qu'il est inadmissible qu'on ait attendu les nouveaux programmes très récents pour proposer un chapitre d'histoire africaine. Peut-être que ça évitera aux présidents de demain de proférer des absurdité, et de dire que l'Afrique n'est pas entrée dans l'histoire (Sarkozy, si tu nous lit...).

C'est un espoir, mais ce n'est pas gagné, parfois on se demande où étaient certains hommes et femmes politiques durant leur scolarité.


Citation:
4) La géo, ça fait longtemps que ce n'est plus apprendre des points sur des cartes : il faut des repères, mais ce qui importe c'est de comprendre les phénomènes, les dynamiques du monde (les flux, les zones géostratégiques etc) pour vraiment comprendre le monde dans lequel on vit.

Ben justement, tous ces phénomènes s'étudient sur des cartes ! Tu veux faire comment sinon ? Ou alors on n'a pas la même définition d'une carte ? La géo est indissociable des cartes, je ne parle pas des cartes de grand-papa hein, comme la vieille carte physique de la France qu'on retrouve dans certains laboratoires poussiéreux, je parle de tous types de cartes : les migrations mondiales, les flux, les grandes villes du monde.... Cela fait un moment que la géo s'enseigne sur des cartes à différentes échelles et le FN n'a rien inventé.
32 ans 2571
Tecolote a écrit:
Salammbo a écrit:
C'est idiot d'apprendre l'histoire de France dans l'ordre, il vaut mieux adapter les programmes au niveau de compréhension des élèves.
Et quiconque a fait un peu d'histoire a vite vu que le plan chronologique n'est pas toujours le seul ni le meilleur!

:-k Je n'ai pas compris ces lignes comme voulant faire apprendre aux élèves trois milliards de dates. Je lis dans le programme "l’histoire sera apprise de façon chronologique tout au long de la scolarité", tout simplement, et ça, c'est quand même déjà le cas depuis très longtemps, à l'intérieur de chaque cycle : de la 6° à la 3°, les programmes s'enchaînent de manière chronologique, tout comme au lycée ( à l'école primaire, je ne sais pas du tout). Le nazisme, justement, il est abordé en 3°, après la première guerre mondiale et ses conséquences, (chrono)logique quoi (ahah). Et pour ma part, je trouve cela pas du tout idiot ou démodé, parce que, par exemple, évoquer les guerres de religion sans avoir vu avant le christianisme, ça me semble un peu compliqué. Donc, je ne vois pas trop le changement que voudrait apporter le FN. Si vraiment, il faut interpréter leur programme comme un retour en force de la date, là encore, rien de nouveau sous le soleil : les mômes se farcissent déjà toute une floppée de dates, et jusqu'à cette année, ils ont une épreuve de repères au brevet avec des dates aussi pertinentes que la bataille de Bouvines ou la fondation de Marseille. Bref, je ne vois pas trop ce que ce programme a de révolutionnaire.

Citation:
L'histoire des autres cultures occupe une place très limitée dans les programmes, donc elle ment. Mais j'irais même plus loin : je trouve qu'il est inadmissible qu'on ait attendu les nouveaux programmes très récents pour proposer un chapitre d'histoire africaine. Peut-être que ça évitera aux présidents de demain de proférer des absurdité, et de dire que l'Afrique n'est pas entrée dans l'histoire (Sarkozy, si tu nous lit...).

C'est un espoir, mais ce n'est pas gagné, parfois on se demande où étaient certains hommes et femmes politiques durant leur scolarité.


Citation:
4) La géo, ça fait longtemps que ce n'est plus apprendre des points sur des cartes : il faut des repères, mais ce qui importe c'est de comprendre les phénomènes, les dynamiques du monde (les flux, les zones géostratégiques etc) pour vraiment comprendre le monde dans lequel on vit.

Ben justement, tous ces phénomènes s'étudient sur des cartes ! Tu veux faire comment sinon ? Ou alors on n'a pas la même définition d'une carte ? La géo est indissociable des cartes, je ne parle pas des cartes de grand-papa hein, comme la vieille carte physique de la France qu'on retrouve dans certains laboratoires poussiéreux, je parle de tous types de cartes : les migrations mondiales, les flux, les grandes villes du monde.... Cela fait un moment que la géo s'enseigne sur des cartes à différentes échelles et le FN n'a rien inventé.


Je n'ai pas dit qu'il n'y avait plus de dates ni de cartes!
Simplement, il me semble qu'elle veut dire : "les enfants ne savent même plus la date de Marignan et l'emplacement de la Hongrie", et qu'elle veut remettre du savoir "simple et vrai", contre une tendance intellectualisante ou pédagogiste...

Après peut-être que je surinterprète, mais sinon comment comprendre son agacement face aux programmes actuels ? Comme tu le dis, s'il s'agit seulement d'étudier des dates et des cartes, bah au brevet il y a des repères et on utilise évidemment des dates et des cartes en histoire-géo. J'ai l'impression qu'elle est plutôt agacée par l'accent mis sur la compréhension des phénomènes, au lieu de l'apprentissage par coeur de ces dates qui font selon elle la culture générale...


PS : la bataille de Bouvine est importante : elle sert à montrer l'affirmation de l'Etat royal et l'émergence du sentiment national, à partir d'un événement (ce qui est plus facile à mémoriser que des phénomènes abstraits).
T
51 ans 77
Salammbo a écrit:
Je pense que tout parent, toute personne qui s'intéresse à l'avenir de sa société, doit avoir une réflexion sur ce sujet, tiera!

Et je pense pas que les profs justement soient très favorables à un tel programme :lol:
Mon copain en tous cas, il est outré, et pourtant il est prof d'histoire, la matière censée être reine :lol:
Non mais sérieux, l'histoire de France, apprise chronologiquement, et la géo cartographique : elle a 30 ans de retard dans l'évolution de ces disciplines au niveau de la recherche :shock:

1) C'est idiot d'apprendre l'histoire de France dans l'ordre, il vaut mieux adapter les programmes au niveau de compréhension des élèves.
Et quiconque a fait un peu d'histoire a vite vu que le plan chronologique n'est pas toujours le seul ni le meilleur!

Et pourquoi évacuer l'aspect réflexion sur les événements ? Aura-t-on tout dit du nazisme si on en apprend les principales dates ? L'essentiel n'est-il pas de s'interroger sur ce qui a pu faire qu'on en est arrivés là ?

2) L'histoire des autres cultures occupe une place très limitée dans les programmes, donc elle ment. Mais j'irais même plus loin : je trouve qu'il est inadmissible qu'on ait attendu les nouveaux programmes très récents pour proposer un chapitre d'histoire africaine. Peut-être que ça évitera aux présidents de demain de proférer des absurdité, et de dire que l'Afrique n'est pas entrée dans l'histoire (Sarkozy, si tu nous lit...).

3) Je maintiens que la connaissance, l'intelligence, et la culture ne se limitent pas à ça. Il y a de la pensée, de la réflexion dans les romans.

4) La géo, ça fait longtemps que ce n'est plus apprendre des points sur des cartes : il faut des repères, mais ce qui importe c'est de comprendre les phénomènes, les dynamiques du monde (les flux, les zones géostratégiques etc) pour vraiment comprendre le monde dans lequel on vit.


Je trouve idiot de ne pas apprendre dans l’ordre : on va me dire que c’est une méthode d’apprentissage et je dirai oui, comme la méthode globale et la méthode syllabique pour lire : on voit les dégâts de la méthode globale…

Les aspects de réflexion ne doivent pas être des postulats : comment le garantir ?

Au collège, il faudrait qu’ils connaissent l’histoire de France avant d’étudier l’histoire des autres pays…
L’histoire de France n’est que survolée et encore, en vitesse !!!

L’histoire des autres cultures pourrait être vues au lycée.



Quand je vois les programmes de géographie des collégiens et ce qu’ils sont censés retenir, je trouve qu’il y a un sacré grand écart :

Le lien qui amène aux programmes de géographie des collégiens de troisième par exemple :

http://media.education...ucation_civique_3eme_33522.pdf

A la fin de la scolarité obligatoire, l'élève doit être capable de localiser et situer les repères suivants
(les repères étudiés à l’école primaire figurent en italiques) :

− Les continents et les océans, les grands fleuves, les grands traits du relief (principales chaînes de
montagnes et grandes plaines) et les principales zones climatiques de la planète ;
− les principaux foyers de peuplement et les espaces faiblement peuplés de la planète ; les cinq États
les plus peuplés du monde ;
− les dix métropoles mondiales les plus peuplées et les pays où elles se situent ;
− trois pays parmi les plus pauvres du monde, trois grands pays émergents, les trois principaux pôles
de puissance mondiaux ;
− deux grandes aires de départ et deux grandes aires d'arrivée des migrants dans le monde;
− deux espaces touristiques majeurs dans le monde ;
− les mégalopoles (Nord-Est des États-Unis, Japon, Europe) ;
− le territoire de la France (métropolitain et ultramarin) ;
− les principaux espaces de la francophonie ;
− les montagnes, les grands fleuves, les domaines bioclimatiques et les façades maritimes du territoire
national ;
− les dix premières aires urbaines du territoire français (les principales villes);
− les Régions françaises ;
− les États de l'Union européenne et leurs capitales ;
− les villes où siègent les institutions de l'Union européenne ;
− les dix principales métropoles européennes.
41 ans Dans un arbre à Tecolotlan 962
Salammbo a écrit:
Après peut-être que je surinterprète, mais sinon comment comprendre son agacement face aux programmes actuels ?


Par sa profonde ignorance du système éducatif, comme d'autres points le montrent et parce que mentir aux gens en leur disant que l'histoire et la géo françaises ne sont plus enseignées, va forcément en conduire certains à l'indignation (même principe que l'invasion de viande halal en IdF), sans compter que peu de gens vont aller vérifier les programmes scolaires. Et mentir en expliquant qu'il n'y a plus de cartes, ni de dates sert juste à discréditer l'enseignement actuel.
Ceci dit, ton interprétation des choses est tout aussi envisageable.

Citation:
PS : la bataille de Bouvine est importante : elle sert à montrer l'affirmation de l'Etat royal et l'émergence du sentiment national, à partir d'un événement


Tu pouvais aussi souligner l'importance de la fondation de Marseille. Mais important ne veut pas forcément dire pertinent : il y en a des dates importantes, et heureusement qu'on ne demande pas aux élèves de les connaître toutes en fin de 3°. Parce qu'un élève en fin de 3°, non seulement il est probable qu'il ait oublié l'affirmation du pouvoir royal (s'il l'a apprise un jour), mais en plus il est possible qu'il ne se souvienne même plus de son programme de 5°, déjà qu'il a l'intégralité de ses programmes d''histoire, de géo et d'Ec de 3° à connaître . Donc, pour réussir son brevet, la plupart des élèves apprennent simplement, 1214: bataille de Bouvines (comme nos parents savaient 1515, Marignan et pissétout) de manière totalement désincarnée. Et de mon point de vue, ça n'a pas beaucoup de sens ni de pertinence.

Citation:
ce qui est plus facile à mémoriser que des phénomènes abstraits

Je ne serais pas aussi catégorique.

Tiera, je pourrais discuter des heures, mais vu l'importance que tu accordes aux messages des autres personnes, je me bornerai à dire:
- étudier l'histoire de France sans le reste autour n'a pas de sens.
- ce que tu montres en lien ne représente que les repères de géo que les élèves doivent savoir (autant dire, 3 points sur 40 pour l'épreuve d'Histoire Géographie) Il y a aussi tout le programme de géo de 3°.
32 ans Dans le sud ;) 5608
Non mais il y a surtout un truc qui est totalement occulté , c'est que l'histoire de France , depuis la préhistoire est enseignée à l'école primaire...
T
51 ans 77
Napoléon Bonaparte, il est étudié en quelle classe ?
32 ans Dans le sud ;) 5608
tiera a écrit:
Napoléon Bonaparte, il est étudié en quelle classe ?


A l'école primaire , on y étudie de 1492 à 1815 soit la periode du début des temps modernes jusqu'à la fin de l'époque Napoleonienne
T
51 ans 77
MademoiselleK a écrit:
Non mais il y a surtout un truc qui est totalement occulté , c'est que l'histoire de France , depuis la préhistoire est enseignée à l'école primaire...


MademoiselleK a écrit:
tiera a écrit:
Napoléon Bonaparte, il est étudié en quelle classe ?


A l'école primaire , on y étudie de 1492 à 1815 soit la periode du début des temps modernes jusqu'à la fin de l'époque Napoleonienne



La vache, ils en voient des choses en primaire !


Je ne pense pas qu'étudier Napoléon au primaire est judicieux.
B I U