MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Besoin de parler

P
30 ans 2
Bonjour a toutes

Je me joins aujourd'hui a vous car j'ai grand besoin de parler, je sais que ma situation n'est pas tenable.

J'ai 21 ans, et, si je ne suis pas  
une fille ronde (mon IMC est de 20.2) j'ai un gros problème: je crois que je suis en train de devenir boulimique. Ou peut etre que je le suis meme déja, je ne sais pas à partir de quand on peut etre qualifiée de telle.

Depuis assez longtemps déja, peut etre deux ans, lorsque je suis seule, je sens des bouffées d'angoisse qui montent, et je me mets à manger. Puis je vomis. Ces crises n'arrivent que quand je suis seule, je n'ai jamais passé la barrière de le faire quand quelqu'un était présent. Seulement la, j vais etre seule: j'habitais avec mon copain, qui a du partir pour son travail. Et comme je le craignais, il n'était pas parti depuis une journée que j'en étais déja à ma deuxième crise.

Lorsqu'une crise démarre, c'est comme si d'un coup, je me mettais en pilotage automatique, et que je ne controlais plus rien. Et quand une petite voix me dit que je fais une betise, je lui rétorque que non car j'arrete quand je veux. Sauf que j'ai jamais réussis a cesser une crise.

Je crois que le pire n'est meme pas de vomir, mais de devoir me regarder dans le miroir après pour me laver le visage. J'ai alors envie de m'arracher la peau du visage, de m'écraser le miroir contre le visage tellement je me hais. Après chaque crise, je jure aux grands dieux que c'est terminé. Et je recommence. Et je me déteste encore plus de ne pas avoir la force de caractère de continuer, j'ai l'impression d'etre une petite chose pitoyable et sans volonté aucune.

Je sais bien qu'il s'agit d'un comportement autodestructeur, et de ce coté la je n'en suis pas à mes débuts, les cicatrices de mon bras le montrent. Du coup aujourd'hui, j'ai pris mon courage a deux mains, et j'ai pris rendez vous avec le psychologue d'un centre pour jeunes de ma ville. Mais j'ai peur de ne pas oser y aller, car je sais que beaucoup de choses vont ressortir. J'ai également peur de me dévoiler, et de montrer à la personne en face mes faiblesses qui sont immenses, alors que je dois etre quelqu'un de fort.

Je ne sais pas trop a quoi je m'attends en écrivant ce message, peut etre seulement, je crois, que l'on me dise que je ne suis pas folle, et que ça ira mieux un jour.

Merci
31 ans Dans le sud ;) 5608
Bien sur que non , tu n'es pas folle ;) et bien sûr qu'un jour tout pourra aller mieux. Sache que tu es très courageuse d'avoir pris rdv chez un psychologue , se rendre compte de son problème c'est déjà un grand pas en avant .

Tu sais , parfois être forte , ça passe par le fait de faire la démarche de se soigner , et c'est ce que tu fais . Ne baisse pas les bras !

Courage
37 ans toulouse 54
N'est pas peur de rencontrer quelqu'un de professionnel pour en parler, ni de ce qui va en ressortir, deja rien que de le faire sur ce forum, de te rendre compte que tu as un probleme c'est deja un grand pas, tu ne te mens pas et c'est une force. Apres si tu ne le sens pas avec ce psychologue ne t'arrete pas la, c'est souvent question d'affinité et pour réussir a te lache, il faut que tu lui fasse confiance et que tu te sentes bien. Courage fais ce premier pas d'aller au rendez vous et de voire. Tu ne guérira pas en un jour. Les pulsions, les habitudes c'est difficile de s'en défaire. Mais comprendre le pourquoi peut etre la clé pour avancer.
Prend confiance en toi et n'hesite a parler.
M
43 ans 11
Bats-toi! Dès maintenant! Je sais de quoi je parle: mes crises ont commencé à 16 ans et maintenant à 33 ans, elles sont rares mais je sais à quoi je le dois. J'ai vu un psy trop tard: 5 ans au moins après le début de l'engrenage, ne fais pas la même erreur (t'as un RV c'est très bien) et puis je ne sais pas si tu es en restriction cognitive (concept développé par le GROS de Zermati) mais si tu as des tabous alimentaires, un hypercontrôle du poids (balance, jeans fétiche, etc..), arrête tout de suite régimes, "hygiène alimentaire" et tout ce qui tente de réguler ta prise alimentaire: c'est un fort moteur pour les crises de boulimie. Quand tu sais que tu vas être seule, prévois à l'avance des sorties entre copines, un ciné, du shopping avec RV avec des potes . Et je dis bien prévoir à l'avance car décrocher son téléphone une fois qu'on est seule et que l'angoisse te grignote déjà, c'est trop tard, tu feras ta crise. Mon psy m'a dit un jour: "tout combat contre la boulimie est perdu d'avance, il faut s'organiser en amont, réfléchir avant sur soi, sur ses motivations, ses peurs. car une fois que le rouage de l'angoisse s'enclenche, la crise est inéluctable...et suivie d'un vomissement...et suivie d'une autre crise des fois encore plus intense".
N'hésite pas à choisir le bon psy, à en essayer plusieurs. Les psychiatres pratiquent des psychothérapies et sont remboursés par la sécu, t'as qu'à ouvrir les pages jaunes!
Et puis surtout, aime-toi malgré tout le mal que tu te fais, les punitions que tu t'infliges, tu n'es PAS la mauvaise personne que tu crois être. C'est juste l'enfant en toi qui pleure encore...
Tout mon soutien
Maguiloo
B I U