MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

2éme rdv chez la diététicienne ... : déception

39 ans on the road again... 517
j'avais posté sur "l'expérience de la faim" suite a ma 1ere visite chez ma diététicienne, et j'avoue que j'étais sortie de cette entrevue, reboostée et bien décidée a avancer sur  
mes TCA. je devais la revoir 4 semaines après.

j'ai eu une mauvaise période au bout de 2 semaines 1/2, j'avoue j'ai perdu pied, je me sentais mal et je n'ai pas du tout réussi a me concentrer, ni a apprécier aucun aliment :oops:

bref j'attendais avec impatience ce nouveau rendez vous, pour faire un point. Je pensais qu'elle allais me faire un débriefing sur le questionnaire d'une centaines de questions qu'elle m'avait posée, me proposer une autre expérience, me donner des conseils sur la suite, enfin bref je ne sais pas exactement quoi mais j'attendais quelque chose de ce rendez vous qui n'a pas eu lieu. :?

finalement ca ne m'a pas apporté grand chose ce rendez vous, je suis décue ... j'attendais un soutien, je me sens paumée

ca vous ai déjà arrivé ce genre de sensation? ou je délire complétement ? :roll:
45 ans Paris 9866
tu dis en quoi n'a pas consisté ce 2ème rv mais tu ne dis pas en quoi il a consisté... :?:
39 ans on the road again... 517
oui tu as raison ... et bien en fait, il a consisté en pas grand chose ...
elle m'a demandé comment s'était passé mon expérience, je lui ai fait le bilan de ce que j'avais noté, ressenti
elle a regardé mon carnet alimentaire en détails, pour me dire que j'étais une mangeuse émotionnelle (je le savais déjà depuis longtemps) et que le chocolat prenait un part importante dans mon alimentation ... mouais ...
elle m'a dit que ca allait venir, et de pas se décourager, c'est un peu léger non?
41 ans 91 1472
tu sais on fait l'expérience de la faim dans mon groupe thérapeutique. avant de retrouver des sensations "stables" ça prend des mois, pour certaines, un an!

donc 2 semaines et demi...
un peu de patience. la RA ça prend du temps...

De plus, c'est un travail que personne ne peut faire à ta place, donc à part de te dire de ne pas te décourager, la marge de manœuvre de ta diét est limitée.

la faim j'arrive parfois à repérer (mais souvent trop tard, chu à la limite de tomber dans les pommes)
la sassiété par contre pas du tout et ça fait pourtant 6-7 mois que je m'entraine ... enfin quand j'accepte d'y faire attention.
20 ans de régime ça ne s'efface pas comme ça.

Courage et patience.
45 ans Paris 9866
emmyjoly a écrit:
oui tu as raison ... et bien en fait, il a consisté en pas grand chose ...
elle m'a demandé comment s'était passé mon expérience, je lui ai fait le bilan de ce que j'avais noté, ressenti
elle a regardé mon carnet alimentaire en détails, pour me dire que j'étais une mangeuse émotionnelle (je le savais déjà depuis longtemps) et que le chocolat prenait un part importante dans mon alimentation ... mouais ...
elle m'a dit que ca allait venir, et de pas se décourager, c'est un peu léger non?


Ben non c'est pas léger, ça semble même très sensé!
Les résultats d'une thérapie peuvent être très simples et tenir en quelques mots... mais il faut du temps pour intégrer tout cela vraiment, le faire sien, et éventuellement changer ses comportements.
Pense à moyen terme, sur plusieurs mois, et surtout courage!! ;)
39 ans on the road again... 517
merci pour vos réponses positives ;)

en fait je sais pertinement que la RA prend du temps, des mois ou plus, là n'est pas la question, je ne m'attends effectivement pas à être "guérie" en 1 mois... :roll:

c'est juste que j'attendais une démarche active, des propositions, des pistes pour avancer, finalement elle ne m'a pas apporté une compétence particulière dû a sa profession, ni a des compétences spécifiques acquises au contact du GROS...

elle ne m'a rien appris de nouveau, pour moi ca n'a pas servi a grand chose ce rdv ...
juste entendre de pas se décourager, ca fait light la séance :?

finalement, c'est pas trés grave, je sais que tout cela se passe aussi dans ma tête, et selon mon moral je prends les choses avec plus ou moins de sensibilité :oops:

a vrai dire j'aimerais tellement trouver un équilibre, me sentir bien simplement que j'attends beaucoup de ces séances :roll:
S
85 ans 4914
emmyjoly a écrit:
merci pour vos réponses positives ;)

en fait je sais pertinement que la RA prend du temps, des mois ou plus, là n'est pas la question, je ne m'attends effectivement pas à être "guérie" en 1 mois... :roll:

c'est juste que j'attendais une démarche active, des propositions, des pistes pour avancer, finalement elle ne m'a pas apporté une compétence particulière dû a sa profession, ni a des compétences spécifiques acquises au contact du GROS...

elle ne m'a rien appris de nouveau, pour moi ca n'a pas servi a grand chose ce rdv ...
juste entendre de pas se décourager, ca fait light la séance :?

finalement, c'est pas trés grave, je sais que tout cela se passe aussi dans ma tête, et selon mon moral je prends les choses avec plus ou moins de sensibilité :oops:

a vrai dire j'aimerais tellement trouver un équilibre, me sentir bien simplement que j'attends beaucoup de ces séances :roll:


Tu pourrais peut être faire une thérapie parallèlement au suivi diététique ? (je ne sais pas si tu en suis déjà une).

Personnellement j'ai eu besoin des deux pour avancer, car je n'arrivais pas à sortir de certains schémas juste avec les rdv diètétique. Mais je trouve qu'une dièt qui positive c'est déjà pas mal!

Tu pourrais aussi dans un prochain rdv avec ta dièt, lui demander des conseils directs, en lui exprimant ce que tu aimerais ?
39 ans on the road again... 517
merci saralou, oui c'est vrai, une diét positive c'est déjà un bon point :) je me sens en confiance avec elle, mais tu vois ca fait 4 jours que j'ai eu cette consultation et les choses retombent un peu ...
je me suis pas "emportée" mais je crois que je suis un peu a fleur de peau en ce moment et du coup j'étais vraiment déçue ne n'avoir rien de "concret" pour les semaines qui arrivent :cry:
finalement c'est peut-etre pas plus mal ainsi, cela me force a puisser dans mes ressources pour savoir ou je vais... :oops:

en fait, j'ai commencé a chercher un thérapeute il y a 8 ans, j'en ai rencontré deux avec qui ca ne n'est pas passé... bref il y a 3 ans j'ai trouvé un psy, ca me faisait tantot du bien, du bien de "vider" pas mal de choses devant une personne qui n'a pas de jugement, de parti pris, mais aussi beaucoup de mal, faisant resurgir des douleurs que je croyais enterrées depuis longtemps :?
un jour il m'a demandé de m'allonger sur son divan ... la c'était trop pour moi, l'odeur, le plafond blanc, lui derriére moi, sa respiration ... un cauchemar, je n'y ai plus jamais remis les pieds :(
et je ne pense pas retourner voir un psy pour le moment
S
85 ans 4914
Personnellement, au vu de certaines choses de mon passé, il n'aurait pas été envisageable pour moi de consulter un psy homme ni de m'allonger sur un divan par exemple.

Si jamais, il y a les thérapies comportementales et cognitives qui ont une approche intéressante dans les troubles alimentaires.

Pour ma part, j'ai pas trouvé la bonne psy tout de suite. Je l'ai rencontrée j'avais 33 ans, alors que j'avais consulté ma première psy à 24 ans, c'était la 4ème.

Si tu ne le sens pas, tu as raison de t'écouter. Pour ma part j'ai fait une psychothérapie avec une psychiatre qui a duré en tout 4 ans (mais pas intensive sur les 4 ans) ou j'ai compris toutes les raisons qui m'avaient amené à me refugier dans la bouffe. Par contre, même si je connaissais les causes, je n'arrivais pas à me réconcilier avec la nourriture et à arrêter de grossir par exemple.

Le reste du chemin, je l'ai fait avec une dièt très positive justement, qui m'a énormément aidé à lâcher-prise et une petite thérapie comportementale pour affronter les émotions qui me faisaient manger au dela de ma faim ou envie, dans le but de les calmer.

J'ai appris à les affronter en fait, plutôt que de les fuir en les "endormant" dans la nourriture. Il m'arrive encore de le faire, mais je le fais différement, c'est vraiment après avoir identifié l'émotion et l'avoir remise à sa place et pour finir décider librement que j'ai envie de me réconforter de cette manière. Du coup, cela ne se transforme pas en crise de nourriture horrible ou je me sens groggy, anesthésiée, mais mal.

Les questions, les doutes, les avancées, les reculées, c'est normal je pense, en tout cas pour moi cela n'a pas été d'un coup tout cela.

C'est intéressant de voir que tu as déjà la capacité d'analyser ce qui t'a "déçu" dans le fond. Tu as pu identifié que tu avais mis une attente dans ce rdv, mais en même temps tu te rends compte que tu es seule face à toi-même et c'est pas facile. N'hésites pas à écrire des impressions, des émotions qui ont pu t'envahir, les hauts et les bas, tes ressentis pour t'en souvenir lors d'une prochaine séance. Cela te permettra peut être de mettre au clair ce que tu as envie de lui demander la prochaine fois.

C'est pas facile, n'hésites pas à venir échanger ici, très souvent cela m'a fait du bien quand j'avais des doutes de venir ici.

:kiss:
39 ans on the road again... 517
merci miss... c'est tout bête mais ton message me fait un immense bien... :P

parce que je me sens moins seule, je me sens comprise, et toi et beaucoup vous êtes vraiment des chouettes filles, j'en ai les larmes qui roulent sur les joues ... oui j'suis en plein craquage émotionnel, la fatigue, le stress, le manque de sommeil, contribuent a exacerber ma sensiblité... :oops: mais je suis sincèrement touchée par l'humanité qui règne sur ce forum :roll:

j'arrive toujours pas a identifier les causes, c'est ca qui me rend dingue, déjà si je savais pourquoi je fais ca??? si au moins j'avais une raison valable c'est ca qui est fou, il s'agit de moi et je ne suis pas foutue de savoir pourquoi je manges !
S
85 ans 4914
Tout d'abord :kiss: .

Ce n'est pas obligé d'avoir un traumatisme précis pour manger trop.

Par exemple, chez moi, la nourriture était assez contrôlée par ma mère, et par contre, quand j'avais un souci, mon père allait vite me chercher quelque chose de bon pour me consoler, depuis toute petite déjà.

Ainsi, petit à petit, au lieu d'apprendre à mettre des mots sur mes émotions, j'ai pris l'habitude d'effacer l'émotion (que je ressentais comme désagréable, maintenant j'ai appris à accepter les émotions, avant je refusais de les affronter) par la nourriture.

Petit à petit, j'ai pris l'habitude de tout régler par la nourriture.

Je pense par ailleurs, qu'on ne connait pas toutes les causes de l'obésité qui est vraiment multi-factorielle, donc dans le fond j'ai compris que j'avais essayé d'etouffer mes ressentis avec la nourriture et après j'ai fait la démarche de déculpabilisation de la nourriture. J'ai aussi appris à mettre des mots sur mes émotions (au début j'écrivais par exemple, en essayant de trouver le mot juste de mon ressenti).

J'ai essayé de trouver aussi une autre source de réconfort quand je ne suis pas bien. Cela a été très difficile car rien ne m'apaisait autant que la nourriture. Mais maintenant, en premier lieu, je parle. Une fois que je l'ai écrit, j'essaie par exemple de sortir faire une balade avec ma chienne, je me fais les ongles, j'appelle quelqu'un que j'aime bien, etc..

J'ai essayé d'arrêter de vouloir controler mon corps. J'ai travaillé les émotions, le lâcher-prise et le non-jugement et petit à petit les choses se sont améliorées d'elles-même.

Et non, tu es loin d'être la seule à ressentir toutes ses choses:D
41 ans 91 1472
Emmyjoly, si tu te sens "émotionnée" en ce moment, il est sans doute normal que tu aies du mal à te concentrer et à t'attaquer aux exercices de la RA.

souvent on arrive à se concentrer sur ses sensations, qd on est apaisé.

Moi énervée, après 10h de travail, sans compter les transports, les sensations....bouaf.... je sens plus rien... c'est pas possible. ce que t'attends de la "bouffe" à ce moment, c'est que ça te remplisse, ça te calme, et que ça t'anesthésie...
et ça faut l'accepter (c'est aussi ça la RA, enfin... comme on me l'apprend).

actuellement je suis aussi très surmenée, stressée, je fais des journées longues, et donc dans cet état là, je sais que je ne peux pas tout gérer. c'est pénible de l'admettre, douloureux.... mais c'est comme ça.
Donc la partie alimentaire de la RA... je laisse de coté ...
j'essaie juste d'analyser ce qui se passe parès une prise alimentaire (pourquoi comment à quel niveau de faim, d'envie, d'anxiété,avant -après, si il y a eu du plaisir ou pas...). et c'est déjà pas mal.

alors laisse toi du temps. en ce moment, ça n'a pas l'air idéal, laisse couler... ça reviendra quand tu seras moins à fleur de peau.

courage
39 ans on the road again... 517
merci les filles de partager vos expériences de vie... ;)

Saralou:certains points font écho en moi (mére stricte sur l'alimentation, réconfort dans la nourriture plutot qua dans le dialogue)
j'écris pas mal aussi, j'ai un espéce de carnet spécial déprime... j'écris tout ce que je ressens, je vide ma colére, puis dans un second temps j'essaie d'analyser ce qui m'a menée a cette situation, ce que j''aurais pu faire pour éviter, et enfin la libération c'est de déchirer les pages noircies et de les jeter, comme pour faire peau neuve 8)

c'est tout bête mais j'achétes "psychologie magazine" et a vrai dire, il y a des dossiers thematiques, justement sur le lacher prise, l'acceptation ou ce genre de choses
moi qui cogite beaucoup, ca me donne matiére a cogiter de maniére postive :)

mais c'est vrai que rien ne m'apaise autant que la nourriture c'est terrible, et la par contre je n'ai pas encore trouver par quoi compenser/remplacer ce besoin :?:

Fila: c'est vrai je veux surement mener trop de choses de front et forcément les nerfs en prennent un coup
mais pour tous mes proches (famille, belle famille et amies) je suis la nana forte, qui peut tout faire donc je ne m'autorise pas non plus a craquer.
je ne suis pas trés indulgente avec moi-même... je vais travailler ce point tiens! non mais ! :roll:

merci pour vos encouragements! ;)
41 ans 91 1472
emmyjoly a écrit:
pour tous mes proches (famille, belle famille et amies) je suis la nana forte, qui peut tout faire donc je ne m'autorise pas non plus a craquer.
je ne suis pas trés indulgente avec moi-même... je vais travailler ce point tiens! non mais ! :roll:



Les schémas cognitifs d'exigence élevée, de perfectionnisme sont courants qd on a des problèmes avec la nourriture. On gère la frustration du à cette réalité "imparfaite" comme on peut.... en mangeant. s'en rendre compte est déjà un très grand pas. dis toi qu'une amie qui t'aime serait justement bien plus indulgente avec toi que tu ne l'es avec toi mm... Donc sois ta meilleure amie.

courage
39 ans on the road again... 517
fila91 a écrit:
dis toi qu'une amie qui t'aime serait justement bien plus indulgente avec toi que tu ne l'es avec toi mm... Donc sois ta meilleure amie.

courage


excellente idée, je vais cogiter la dessus ! :roll:
B I U