MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

enceinte d'un ami qui ne m'aime pas en amour...

36 ans 6
Bonjour,

J'ai lu pas mal d’expériences de femmes, un peu dans un cas similaire et compliqué sur ce forum et d'autres...
J'ai du mal a prendre une decision objective malgré tout  
(attention je ne demande pas a ce que l'on fasse un choix pour moi! juste une aide pour prendre du recule sur ma situation):

Je suis enceinte de 20 jours
je réfléchi sur la "meilleure" chose a faire:

Re-subir un IVG (1er a 20 ans mais je savais pourquoi je le faisait (trop jeune, pas de situation et pose d'un anneau gastrique dans les prochains mois a venir)

Ou le garder malgré l'avis de mon ami (qui veut des enfants mais pas avec moi! forcement ca fais mal, mais totalement compréhensible, il n'est pas amoureux)

j'ai 28 ans, j'ai eu une histoire d'amour très longue et trop tot (9ans, on s'est mis ensemble quand j'avais 15ans), ca s'est fini car je suis partie reprendre mes étude a 24 ans, il m'a trompée au bout de 4 mois d'absence. Cette souffrance est loin et réglée aujourd'hui...

depuis, j'ai rencontrer des gens, de nouveau ami...pas de petit ami, ni d’histoire d'amour rien!
je me suis rapprochée d'un ami en particulier qui me plait beaucoup, lui aussi est proche de moi, on se soutient énormément, on a nos jeu nos délires nos surnoms affectifs pour chacun, beaucoup d'amour...au début de l'année par manque affectif tout les 2 on a passer la ligne amicale et couché ensemble plusieurs fois. Mon sentiment amoureux que je taisais au fond de moi pour lui, pour le préserver, est remonter grandissant a la surface, j'ai fini par lui dire...on en a beaucoup parler, physiquement (mes rondeurs, ma feminité, mes petites epaules, mes hanches...ce sont ces mots) lui plaisent, mais en globalité meme si on rit bien on s'aide beaucoup, qu'on vit une vie de couple qui marche tres bien, il ne m'aime pas en amour, il ne le sens pas (il fait beaucoup confiance et attention a ses ressentit). donc qu'au niveau de notre personnalité profonde on ne se correspond pas selon ses dires!

j'ai mis du temps a m'en remettre a l'accepter partiellement!

surtout que les 3/4 du temps ces derniers mois il vit chez moi, sans que je ne lui demande rien, juste certainement une présence dont on a besoin tout les 2.

En juin on a remis ca, le manque affectif, refaire l'amour (sans capote, sans contraception), je pensais etre sure comme les dernières fois que je n'etais pas dans une periode de fecondité/ovulation a ce moment là! bah non!(a l'avenir je sais que je me dois d'etre plus responsable, j'ai appris la lecon!!)

mais j’hésite, je veux un enfant! et là il est là...il grandi en moi...
je suis tres difficile avec les hommes, je mets du temps a faire confiance, et mon avenir de future maman , me fait peur, peur de ne pas avoir d'enfant.

Si je le garde mon ami m'a dit que ca lui ferais beaucoup de mal, qu'il aimerait cet enfant si il est là, et m'aiderais d'une certaine maniere sans vivre avec moi, mais que ca le detruirai (il devra continuer a bosser a son bureau d'etude au lieu de partir faire du woofing(travail benevole dans des fermes), et que ces rhumatismes reviendraient, aussi que le divorce de ses parents l'a marqué qu'il ne veut pas de ca...)

de mon coté je n'ai plus de parents depuis tres jeune (7ans) j'ai des soeurs mais assez loin l'une des autres.

j'ai peur d'avorter, de ne pas pouvoir avoir d'enfant apres (a cause de l'ivg ou bien si je ne rencontre personne!)
28ans ce n'est pas si jeune non plus pour moi!

je ne veux pas faire de mal a mon ami (bien que si j'avorte, j'ai peur de lui en vouloir a mort)car je ne sais pas encore pourquoi j'avorterai si ce n'est pour lui!

j'ai toujours réussit a me débrouillée toute seule, et je me sens capable d'aimer, et d’éduquer mon enfant toute seule.
mon ami sera la pour son enfant aussi, le probleme c'est que ce coup ci c'est lui qui m'en voudra a mort dans cette situation (il m'a confié qu'il sera partager entre l'amour et la haine, qu'il aura vraiment les boules)bien que je ne le croit pas capable de haine..

je vais prendre rdv avec une conseillère du centre de planification, en discuter sur le plan médical etc...

je suis vraiment dans le flou sans recule pour le moment, j'espere que certains/certaines m’aideront a y voir plus clair!
merci d'avance

Sabrina
40 ans France 5623
sabrinalone a écrit:


je vais prendre rdv avec une conseillère du centre de planification, en discuter sur le plan médical etc...

c'est une très bonne chose.
j'espère que tu auras ton rendez-vous super rapidement.

Pour le reste : tu es seule à avoir la réponse ( faut il ou non garder cet enfant ? ) . C'est toi qui voit si tu pourras gérer ou non cette vie en plus de la tienne.
Elever un enfant seule ce n'est pas simple mais c'est faisable,
ne pas "donner" de père à son enfant ( ou imposer à un homme un enfant qu'il n'a jamais désiré ) n'est pas sans poser problème ( à la fois pour le père concerné, et puis pour l'enfant à venir, car il faudra répondre à ses questions quand il sera plus grand , et gérer l'absence de ce père ), mais là encore c'est une situation qui même compliquée peut être gérable.
Bref rien n'est impossible si tu décides de le garder et personne n'aura à te juger si tu décides de ne pas le garder. C'est vraiment à toi de voir quelle genre de vie tu pourras offrir à cet enfant, quel équilibre tu pourras lui apporter ou non , quels sont des possibilités et les projets que tu as à court ou long terme, etc.

Quoi qu'il arrive ensuite on peut se demander : comment après un premier ivg , tu as encore pris des risques qui t'ont remis dans une situation similaire... ça peut poser question, non ?

Vraiment à l'avenir pense à te protéger, contre les mst et contre les grossesses ( si tu ne veux pas tomber enceinte ).
C
45 ans là 2187
sabrinalone a écrit:

Si je le garde mon ami m'a dit que ca lui ferais beaucoup de mal, qu'il aimerait cet enfant si il est là, et m'aiderais d'une certaine maniere sans vivre avec moi, mais que ca le detruirai (il devra continuer a bosser a son bureau d'etude au lieu de partir faire du woofing(travail benevole dans des fermes), et que ces rhumatismes reviendraient, aussi que le divorce de ses parents l'a marqué qu'il ne veut pas de ca...)


Tu sembles dire que tu serais en mesure de subvenir à tes besoins et à ceux de l'enfant seule, alors je ne vois pas ce qui l'empêcherait de partie faire du woofing quelques temps (j'imagine qu'il ne fera pas ça toute sa vie). De plus, si dès le départ l'enfant ne vous voit pas "en couple" à la maison, je ne vois pas en quoi ça le traumatiserait si son père est là pour lui et l'aime, il n'y aurait aucun changement auquel s'adapter contrairement à ce qu'a vécu ton copain.

ET le truc des rhumatismes ça me semble vraiment bidon ou alors ton copain est un doux rêveur, s'il a effectivement des rhumatismes, comment imagine-t-il le travail dans une ferme ? ce n'est pas une partie de plaisir, j'imagine qu'il va pas aller faire du bénévolat dans des fermes où tout est moderne et automatisé. Quand on travaille dans un bureau, le contraste est violent physiquement parlant.

Lui aussi a été léger concernant le côté contraception, ce n'est pas que de ton fait.

S'il t'aime et te respecte vraiment comme tu le dis, s'il pense pouvoir aimer cet enfant, je ne vois pas pourquoi il ne serait pas fier d'être le père de ton enfant, même si vous vous installez pas ensemble (l'important étant que l'enfant puisse savoir qui est son père, l'aimer et se savoir aimer).

Lui as-tu expliqué tes craintes, ton 1er IVG, ton envie de le garder, etc... ???

Pardon, mais il agit en petit garçon et non en homme ton ami.
N
33 ans Suisse 435
Je m'apprêtais justement à écrire un message allant dans le sens de Cool40. Ca me facilite la tache du coup :)

Je vais être cash mais je me dis que si à ton âge, avec déjà un avortement il y a quelques années, tu remets le couvert à ne prendre aucune précaution c'est qu'au fond tu connais déjà la réponse quant à ton ressenti personnel face à une grossesse non? C'est peut-être de la psychologie à deux balles certes, mais pour être franche je me dis que tu as l'air sensée dans tes propos, tu parais avoir fais tes expériences ect... du coup, qu'est-ce qui t'empêchait de faire davantage attention? Probablement justement ce goût de connaître la maternité? C'était une manière (consciente ou non) de provoquer le destin... Moi c'est un peu ce que je suppose en tout cas. Dans une certaine mesure peut-être avoir quelqu'un aussi avec qui partager un amour sincère (je parle du bébé là ;) ).

Et lui sérieusement je le trouve assez égocentrique en fin de compte (même si quelques-uns de ses propos sont justifiés). Il veut te faire porter le chapeau de tout le malêtre qu'il aurait si tu ne mettais pas fin à cette grossesse... oui mais bon vous étiez quand même deux à coucher sans protection. Il devait bien être au courant qu'une grossesse était alors possible. C'est pas un peu facile de te débiter toutes les conséquences que ça a sur sa petite personne une fois que la situation en est déjà là? Est-ce qu'au moins il a pris le temps d'écouter aussi un peu ton ressenti à toi, ton point de vue à toi?

Quoi qu'il en soit je suis aussi de l'avis que, même si clairement un enfant demande beaucoup d'investissements dans plein de domaines et qu'effectivement c'est une sacrée responsabilité, ton ami ne sera pas affecté dans autant de domaines qu'il prétend. C'est une question d'organisation. Et certaines "excuses" qu'il trouve me donne l'impression que c'est surtout pour te donner mauvaise conscience et te provoquer des scrupules vis-à-vis de lui parce que la situation le dépasse et qu'il a peur. Attention, je ne dis pas qu'il n'a aucun mot à dire et que tu as tort de prendre en considération son point de vue... je dis juste que parmi les arguments qu'il te sort il faut quand même aussi faire un tri, parce que ça paraît bien confus là quand même...
36 ans 6
Citation:

Tu sembles dire que tu serais en mesure de subvenir à tes besoins et à ceux de l'enfant seule, alors je ne vois pas ce qui l'empêcherait de partie faire du woofing quelques temps


je me contente de peu du minimum, avec mon activité indépendante je m’en sors de plus en plus (illustratrice)
je suis tout a fais capable d'aller bosser a mi temps en plus de mon activité. si il veut m'aider financièrement, c'est un plus. je sais que c'est dur, qu'il ne faut pas prendre ca a la legere. mon envie d'etre mere ou ma peur de ne jamais l'etre semble prendre le dessus et capable de bien des chose pour le bien etre de mon enfant!
Citation:

ET le truc des rhumatismes ça me semble vraiment bidon ou alors ton copain est un doux rêveur, s'il a effectivement des rhumatismes, comment imagine-t-il le travail dans une ferme


il a une maladie auto immune, ses rhumatismes semble disparaitre ou s'appaiser quand il est dans la nature en exterieur. dand un bureau il pete un cable, il est epuisé et ses rhumatismes reviennent (pour ca qu'il squatais chez moi, au lieu de rentrer chez lui a 8 km en velo.


je lui ai expliqué mes craintes, il m'as dis qu'il ne pouvais pas me dire de le faire mais que si je ne le fesait pas ca detruirai sa vie...

je pourais subir l'ivg me dire aller mettons les pieds sur terre ca complique tout pour tout le monde, de me dire j'ai pas envie d'avoir ce genre de lien toxique que je finirai par entretenir avec cet ami, mais je sens que je vais le regretter!

et oui j'ai l'impression que c'est un gamin, parfois orgueilleux et egoiste, surment un peu manipulateur aussi dans ces dires.(rien qu'en prennant en compte la relaton qu'on a entretenu, en me disant là il en avait besoin, maintenant il en a plus besoin, et il me rappelle bien que je ne suis pas sa "copine" qu'il ne m'aime pas en amour et qu'il ne veux pas d'enfant avec moi)
36 ans 6
merci beaucoup pour vos reponses!
la 1ere fois, j'avais arrêter la pilule pour des problème de santé , je n'avais pas eu mes règles pendant 5 mois donc bon avec mon copain de l’époque, on étaient jeune on a pas fait attention!

Mon ami fait régulièrement des test mst etc...toujours negatif!
j'en ai fait cet hiver et en avril certainement dans la semaine a venir! donc aucun problème de ce coté

la pilule j'ai arreter de m'empoisonner le corps avec ca.
j'essaie et j'aspire a une vie plus saine, plus simple (bon je ne mange pas que du bio et compagnie, mais je fais attention a ce qui rentre dans moi corps depuis quelques temps)

ensuite la capote...on aime pas...bon...
inutile de retourner en arrière, c'est fait je suis enceinte

j'ai peur du changement que cette enfant va m'apporter, parce que , je ne connais pas encore cette situation.
mais je ne veux pas avorter, en tout cas pas pour le moment.

je suis vraiment entre 2 chaises car je penses autant aux conséquences que provoquerait l'ivg (subir une perte, douleurs psy et physique, risques...)ou de décider le garder, de l'aimer et le voir grandir en étant a ses coté et faire de mon mieux avec ma volonté et mes moyens.

j'ai l'impression de devoir decider de la vie ou de la mort d'un enfant (meme si la on me dis que c'est unn fœtus)


au niveau de l'amour sincère tu as surement raison Nadia. mon manque de confiance en l'homme viens en partie du faite que j'ai été beaucoup decu par ceux qui m'entouraient (pere, famille d'accueil, les hommes pour qui j'ai laisser bcp de morceau de mon coeur)...
33 ans perdue dans un monde qui est devenu fou 539
Citation:
je pourais subir l'ivg


Et bien je crois que tout est dit ! Si tu penses endurer l'intervention c'est que clairement tu n'as pas envie de la faire... A mon sens, c'est le genre de chose qu'on ne doit pas faire pour quelqu'un d'autre parce que c'est toi qui devra vivre avec et te demander tous les jours si tu as fait le bon choix. Effectivement ça peut sembler égoïste de faire un enfant toute seule (parce que c'est plus ou moins de cela dont il s'agit) mais ça l'est aussi de te demander d'y renoncer...

Bon courage à toi ;)
40 ans France 5623
sabrinalone a écrit:

j'ai peur du changement que cette enfant va m'apporter, parce que , je ne connais pas encore cette situation.
hum... j'aurais tendance à dire que c'est un peu une peru commune à tous les adlultes non encore parents ( grossesse désirée ou non ), c'est vraiment un énorme changement dans l'organisation de nos vies.
Après c'est sûr que quand le bébé s'inscrit dans un réel projet et qu'on a cherché à l'avoir , même si on , comme tout le monde, cette peur de l'inconnu, c'est moins impressionnant que quand ça arrive alors qu'on n'y avait pas pensé.

Cela dit , comme cela a été dit plus haut, ne pas prendre de contraceptif, ( et d'autant plus après avoir déjà eu a subir un ivg, et donc avoir eu une alerte , un point qui fait que , si on ne le réalisait pas concrètement auparavant, on réalise durement que si on ne prend pas de contraceptif on peut tomber enceinte ), c'est presque , de façon inconsciente du moins, choisir d'être potentiellement parent... Donc on peut se demander si ce n'est pas ton désir , finalement ?

sabrinalone a écrit:
mais je ne veux pas avorter, en tout cas pas pour le moment.
Alors la question est presque réglée du coup ;) non ?
40 ans France 5623
sabrinalone a écrit:

j'ai l'impression de devoir decider de la vie ou de la mort d'un enfant (meme si la on me dis que c'est unn fœtus)
.
sans le dire exactement de la même façon c'est tout de même peu ça .
Le fait de faire le choix ou non d'un ivg met la personne qui doit faire ce choix dans la position ( un peu toute puissante, même si absolument douloureuse ) de choisir si oui ou non on permet à quelques cellules qui ont déjà commencé la construction d'une vie de poursuivre ce travail jusqu'au bout . ou pas.
40 ans France 5623
boreale a écrit:
peu une peru
peu une "peur"
36 ans 6
Citation:
Bon courage à toi

merci beaucoup Cerise!

il est clair qu'en me relisant j'ai plus envie de le garder car cet enfant est là!! par peur que ca ne se reproduise pas non plus! je suis meme étonnée de constater a quel point je veux laisser les choses suivre son cours naturellement , plutôt qu'avorter et continuer le cours de ma vie (maigrir, voyager, partir en woofing, rencontrer des gens, continuer a dessiner...) mais il me semble que je ne pourrais par faire ces choses là sans une amertume et un regret profond...peut etre ca me fera aller de l'avant, que je me recentrerai plus justement sur moi meme (j'ai tendance a m'oublier un peu souvent et aider les autres, surtout cet ami en ce moment....)

et oui c'est impressionnant car ce n'etait pas mon projet dans l'année, il y a des moment dans la journée ou tout ca me semble abstrait, j'en ai pas totalement conscience!

faudrait que j'ai une discutions sérieuse avec mon inconscient aussi tiens!!

je vais ce qu'il faut pour etre sure de ce que je veux et voir des personnes compétentes (centre planification, medecin, psy...)
28 ans Tu vois où c'est le Puy de Dome ? Et bah, c'est pas là. 975
Enfin, je ne veux pas faire la rabat-joie ou la méchante de service, mais bon, pour faire un enfant, faut être deux. Pour décider de l'avenir de l'enfant, c'est au deux aussi de décider.

Je me mets à la place du mec, bon, les deux conjoints n'ont pas été très réglos vu qu'ils ne se sont pas protégés, mais en soit, je trouve ça un peu...égoiste de décider à la place du père.

L'idéal c'est d'aller voir à deux un conseiller, enfin, ce que vous proposiez au départ.

Après, ça ne tient qu'à moi, c'est mon propre avis donc je vais faire en sorte d'être le plus diplomate possible mais suite à deux oublis de contraception, est-ce derrière il y a la maturité pour donner la vie et donc l'avenir à un enfant ? Ce n'est pas à prendre mal, car il s'agit aussi plus probablement d'un désir inconscient et répété de vouloir à son insu tomber enceinte car le désir d'enfant est très fort.

Certains ou certaines pourraient me dire "Où est le rapport ?", personellement, j'en vois un, mais je le répète, cela ne tient qu'à moi.
30 ans Dans le sud ;) 5608
Je pense qu'il faut voir les choses de la manière la plus simple possible en se posant les bonnes questions :

-Auras tu les capacités de l'elever ? ( finances , stabilité , amour etc )

-Quelles sont les raisons qui te pousseraient à avorter ?

-Quelles sont les réponses qui te pousseraient à le garder ?

D'après tes réponses j'ai cru comprendre que tu serais capable de l’élever financièrement même seule , que la seule raison qui te pousserait à avorter serait de le faire pour ton ami et que tu avais envie de le garder parce que ton envie viscérale d'enfant s'exprimait .

Je pense que tu as les réponses à tes questions . Alors oui certes , il faut être deux pour faire un enfant , mais pas forcement pour l’élever non . Par contre la décision d'avorter ne revient qu'a une seule personne : toi . C'est ton corps , celui de personne d'autre .
S
30 ans 3465
Assez d'accord avec Mademoiselle K. Au final, c'est ton corps, c'est toi qui décide. Oui, il faut être deux pour faire un enfant... Mais ce n'est pas comme si tu l'avais fait derrière son dos et à son insu ( en disant que tu prenais la pilule par ex.)...

Je suppose que Monsieur est assez grand pour connaître les risques de tremper le biscuit sans protection... Donc bon, je trouve ça limite et surtout facile de dire " tu détruirais ma vie"... Comme s'il n y était pour rien, dans le fait que tu es tombée enceinte... Cette manière de rejeter toutes responsabilités sur toi, fais de lui un sombre crétin.

S'il considère que cet enfant détruirai sa vie, il peut se regarder dans un miroir parce qu'il en est responsable au tant que toi.

Bref, ça, c'est dit... Maintenant c'est sûr qu'il ne s'agit pas non plus de garder l'enfant égoïstement en ne pensant qu'à soi-même et à son propre désire, sans prendre en compte celui de l'autre. Il a quand même son mot à dire, même si la décision finale t'appartiens.

Je pense que ça demande réflexion et dialogue. Un enfant ça ne fout pas une vie en l'air. Après c'est clair que grandir avec des parents séparés ce n'est pas l'idéal, mais si c'est bien gérer, aucune raison que l'enfant soit malheureux. Et ça ne l'empêchera pas de reconstruire sa vie avec une autre, s'il en a le désire.
38 ans on the road again... 517
je trouve que sibell synthétise bien ma pensée globale

effectivement mr est un grand et il est censé savoir comment on fait les bébés (ah bon? ça ne naît pas dans les choux???) et tu as le libre arbitre sur cette décision très personnelle :!:

cependant je suis plus sceptique pour l’intérêt de l'enfant (nous sommes bien d'accord un enfant dans un foyer monoparental peut être aussi/plus heureux que dans un foyer classique) je trouve c'est quand même moyen de faire un enfant dans ce genre de situation: la maternité ne t’intéressait pas spécialement jusqu'alors mais comme tu crains de ne plus avoir d'opportunités par la suite (tu as 28 ans ...), tu ne te protèges pas (et a deja subi une ivg), le pére n'en veut pas, ça fait léger je trouve comme motivations, non?

après tu peux effectivement très bien gérer la situation et apporter tout l'amour et l’équilibre dont cet enfant aura besoin mais je me répète c'est vraiment tes motivations qui me :?:
B I U