MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Juste besoin d'avis, d'aide, de soutien...

27 ans lorraine 367
Bonjour...

Petit moral aujourd'hui ! Je vous explique ! Maintenant, ça fait un peu plus de 3 ans que je fume. Depuis deux ou trois mois, je me dis que je  
dois arrêter... L'odeur de la clope me dégoute, dès que je fume, je m'empresse d'aller me laver les mains et les dents pour enlever cette odeur. J'ai déjà essayé d'arrêter... Au bout d'une semaine j'ai repris...

Déjà je souhaite arrêter pour ma santé présente et future... Pour me sentir bien et ne pu être "exclu socialement" car je vais fumer ma clope seule sur la terrasse. Et je veux arrêter car voila le prix aussi et j'aimerai garder mes sous pour me faire des petits plaisirs de temps à autres. Au lieu de dépenser mes sous "inutilement" dans ça...

A chaque fois que je tire sur une clope, je me dégoute. Je ressens vraiment ce sentiment de dégout envers moi même. C'est comme là, je suis allée acheter un nouveau paquet et je me dégoute. J'ai pas mal de problème perso (comme beaucoup de personnes je sais), et je me dis que sans ces cigarettes, je n'y arriverai pas. Étant assez fragile psychologiquement, je me dis que j'ai besoin de ça pour aller "mieux". Alors qu'au final quand j'ai fini ma clope... Je ne me sens pas mieux. Je m'énerve moi même car avec l'argent que je dépense dans les clopes, je pourrai les mettre de coté pour m'acheter des vêtements, mettre de côté pour partir en vacances etc....

Désolée pour le pavé, mais j'avais besoin d'en parler. J'suis p'tet encore immature ou je ne sais pas, j'suis un peu perdue en fait ! Alors... J'aimerai des avis, de l'aide... Ou même du soutien... Merci
O
58 ans 4229
salut atchoum55,

je suis aussi en train d'arrêter de fumer.. plus pour des raisons financières que par dégout.. et quand la motivation n'est que financière, mais qu'on aime la clope, c'est dur..

je me sentais vraiment incapable d'arrêter, persuadée que je ne tiendrai pas le coup.

et en fait, je me suis dit que j'avais besoin de soutien et de motivation extérieure, donc j'ai appelé tabac info service, et une tabacologue m'appelait toutes les semaines pour qu'on discute. elle était supère sympa et me déculpabilisait complètement si j'en avais fumée quelques unes.
puis, elle m'a dirigée vers une tabacalogue en cabinet (remboursée par la sécu) pour qu'elle puisse me prendre en charge en direct. elle aussi est super, me donne plein d'astuces, de conseils, m'écoute, ne me juge pas.. et ça me motive d'avoir un soutien régulier comme ça

en parallèle, elle me prescrit des patchs et des comprimés à sucer pour ne pas "souffrir" du manque physique (c'est déjà assez dur de gérer le manque psychologique :) )
la sécu prend en charge 50€ de substituts nicotiniques, et peut être que ta mutuelle pourra prendre le relais si tu souhaites en prendre.

la tabacologue me baisse le dosage au fur et à mesure, en fonction de ce que je lui dis de mon ressenti, et pour l'instant ça se passe pas trop mal

voilà pour ma petite expérience.. et je suis très contente de ne plus mettre mon argent là dedans mais en plus de "travailler" sur mon besoin de cigarettes.

donc si ça peut t'aider, appelle tabac info service, tu verras bien si ça te parle ou pas, c'est gratuit!

bon courage en tout cas!
27 ans lorraine 367
Merci beaucoup pour ta réponse, ça me fait plaisir !

Je pense que j'vais appeler tabac info service alors. Je peux toujours tenter. J'ai beau en parler avec ma mère, elle me rabâche amèrement "il faut juste de la motivation". J'ai beau être motivée, il y a des choses extérieures qui font que même la motivation ne fait pas tout...

Chez le tabacologue, c'est le médecin généraliste qui nous y envoie ? Je peux quand même y aller même si je ne suis pas une grande fumeuse ? (6/7 clopes par jour) C'est plus le psychologique qui doit être travailler là...
O
58 ans 4229
oui je comprend, c'était pareil pour moi, d'entendre "mais c'est qu'une question de volonté" ou "faudra pas reprendre après hein" ou encore le fameux "occupe toi les mains " (pffff) enfin ce genre de réflexions qui foutent la pression au lieu d'être encourageante, c'est lourd.. et les gens comprennent pas tout ce que ça engendre! (j'étais fumeuse à pratiquement un paquet par jour depuis 14 ans sans aucune tentative d'arrêt)


bah pour le tabacologue, en fait, c'est la tabacologue qui me suivait au téléphone qui m'a donné le nom de celle près de chez moi. après je pense que ça dépend si c'est un médecin tabacologue ou un auxiliaire médical. en fait, la formation de tabacologue peut être faite par tout personnel médical (médecin généraliste ou spécialiste, infirmière, sage-femmes...), donc je pense que tu as tout intérêt à demander à tabac info services qu'ils te dirigent par la suite vers un tabacologue remboursé par la sécu et demander s'il faut un courrier du généraliste ou pas.

tout dépendra de toi, peut être que de recevoir un appel de 30 minutes par semaine ou tous les 15 jours (c'est toi qui fixe le rythme suivant tes besoins) par un tabacologue te conviendra, mais moi j'avais besoin de voir la personne, de faire la démarche de me déplacer et d'intégrer vraiment ça dans mon agenda.
si juste le tel te suffit, tu conviens d'un rendez vous téléphonique, et c'est le tabacologue qui t'appelle, donc tout le suivi est gratuit, tout le temps où tu as besoin.
j'ai encore le numéro de celle qui m'appelait au cas où j'ai envie de retourner à ce système

et oui, même si tu n'es pas une grosse fumeuse et que tu ne fumes pas depuis très longtemps, ce service est fait pour toutes personnes qui ont besoin d'aide. peu importe la quantité ou les raisons

et oui, t'inquiète, ils sont là aussi pour prendre en compte la difficulté psychologique de l'arrêt et ça m'aide. peut être que c'est pas adapté pour tout le monde, mais les substituts plus le suivi par la tabacologue, ça me convient. je crois franchement que j'aurai déjà repris si j'avais pas eu ces "béquilles"
7
Je pense que, plus vous en parlerez, plus vous cernerez le problème.
Il y a de multiples techniques, plus ou moins médicalisées, pour arrêter de fumer.
Mais il faut d'abord comprendre pourquoi l'on fume... et que cela vous dégoûte, en plus... !
Moi, j'ai arrêté d'un seul coup, en un jour, de moi-même, la Faculté ne me l'ayant même jamais réclamé...
B I U