MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

De la cruauté de la consommation de viande et poissons

R
34 ans 15384
Hello!

J'étais en train de réfléchir a ca aujourd'hui.
La consommation de viande en l'état actuel des choses posent problème : polluante,et surtout,peu respectueuse des animaux. Les élevages de batterie sont  
juste horribles,les conditions d'abattage sont souvent floues pour les consommateurs,hyper douteuses ( animaux non assommés ou pas correctement,moi,en tant que consommatrice ca me dérange énormément,je le dis et l'assume,quitte a être taxée de racisme,je l'ai déjà lu ailleurs,alors que ca n'a vraiment rien a voir,personnellement je ne veux pas manger d'animaux abattus de cette façon et je veux juste que ce choix soit respecté,tout simplement )...
Je veux continuer a manger de la viande et du poisson,j'aime ca,mais comment le faire dans les meilleures conditions possibles?
Je la prends bio et au grain quand je peux,mais est ce que c'est suffisant?

Faites vous attention,pour ceux qui mangent de la viande,aux labels,a l'origine des animaux?
36 ans Bruxelles 7458
L'étourdissement ne garantit pas une mort sans souffrance. Outre la souffrance psychologique, l'étourdissement ne réussit pas toujours et, comme les abattages ont lieu à la chaîne, on ne s'y reprend pas à 2 fois. Seulement voilà, la pauvre bête a encore plus peur et se débat. Là, on l'égorge à moitié, la laissant agoniser plus loin sur la chaîne, au milieu de 2 de ses congénères mortes (si elles ont eu plus de chance).
Il n'existe pas de façon acceptable de tuer (l'euthanasie d'une personne souffrante sans rémission possible étant la seule exception que je vois à cette affirmation).

Après, en ce qui concerne le bio, disons que ça profite surtout au consommateur (meilleure qualité, absence de métaux lourds et d'antibiotiques). Les animaux vivent parfois (parce que "bio" ne signifie pas forcément "éthique") mieux mais leur sort reste le même. D'ailleurs, on ne les bichonne qu'en cas de nécessité pour la qualité du produit (là je repense à un reportage sur le reblochon au lait cru pour lequel les éleveurs étaient obligés de prendre soin des pis des vaches parce qu'ils ne pouvaient pas se permettre d'avoir du pus dans le lait; imaginez ce qu'il en est pour les autres fromages).

A part en allant l'acheter directement chez un éleveur en ayant le droit d'aller voir partout, je ne vois pas comment garantir que la viande consommée a autrefois été un animal à peu près bien traité de son vivant.

Ceci dit, je suis toujours ravie quand une prise de conscience se fait. Il y a un temps pour tout et se poser des questions est le premier pas vers un monde meilleur (c'que j'suis naïve).
S
30 ans 3465
N'était pas une très grande consommatrice de viandes ( sans être non plus végétarienne, ça se limite majoritairement aux sandwichs de fast-food et barbecue...) Je ne me pose pas vraiment la question.

Par contre comme Oxymore le souligne, il n y a selon moi aucun moyen d'être certain que l'animal a bien été traité de son vivant. De plus bien traité ou pas, tuer un être vivant pour en nourrir un autre, n'a rien de louable. L'injustice est de toute manière là, donc soit on se positionne face à ça en devenant végétarien, soit on assume.
34 ans 3267
Je ne suis pas tout à fait d'accord pour l'idée d'injustice, Sibell: pour citer quelqu'un de très sage croisé dans le cadre de ma réflexion wiccane, certains animaux sont créés pour en manger d'autres, et si ils n'étaient pas mangés l'équilibre naturel s'effondrerait ( régulation des popultations, moyens de subsistance des animaux herbivores). Mais comme l'animal te donne sa vie, tu dois le respecter en t'assurant que sa vie et sa mort n'ont pas été cruelles et en rendant hommage à son sacrifice ( ça c''est le côté religieux, c'est notamment inspiré des Amerindiens qui priaient pour l'âme des bisons chassés).
36 ans Bruxelles 7458
L'élevage n'a aucun rapport avec l'équilibre naturel.
De plus, manger un autre animal par besoin vital et le manger uniquement pour le plaisir gustatif relèvent de 2 démarches totalement différentes. Nous avons le choix puisque notre organisme n'a pas besoin d'apports d'origine animale.

Je serais capable de manger de l'humain (ou d'autres animaux, c'est juste parce que cet exemple choque souvent les "omnivores") si une situation dramatique l'exigeait. Pourtant je suis végétarienne.
34 ans 3267
Oxymore a écrit:
L'élevage n'a aucun rapport avec l'équilibre naturel.
De plus, manger un autre animal par besoin vital et le manger uniquement pour le plaisir gustatif relèvent de 2 démarches totalement différentes. Nous avons le choix puisque notre organisme n'a pas besoin d'apports d'origine animale.

Je serais capable de manger de l'humain (ou d'autres animaux, c'est juste parce que cet exemple choque souvent les "omnivores") si une situation dramatique l'exigeait. Pourtant je suis végétarienne.


J'ai pas parlé d'élevage, et je mangerais de l'humain sans problème aussi, le film Soleil Vert m'a pas choquée: si ça me permet de mourir dans le respect puis d'être utile en évitant les famines je signe. ;)
O
58 ans 4229
j'adore la viande et le poisson, les fruits de mer, mais vraiment j'adore ça, une vraie carnivore :D je pourrais en manger à tous les repas

mais plus je me renseigne et moins j'accepte la manière dont sont traités ces derniers en élevage et je pense que si on veut sauver un peu la planète et laisser à manger à tout le monde, on se doit de diminuer sa consommation (ce n'est que mon point de vue hein) mais voir que les céréales cultivés vont nourrir des animaux au lieu des affamés, ça me pose problème

donc pour moi, c'est une fois de la viande (soit viande rouge soit viande blanche) et une fois du poisson et environ 3 œufs par semaine

je les choisis de préférence bio, parce que même si ce ne sont pas des conditions idéales d'élevage (d'ailleurs ça ne peut jamais l'être), il y a quand même une obligation d'avoir un accès extérieur, un enclos intérieur et un espace suffisant pour qu'il puisse courir (suivant la charte bio), ou au minimum label rouge.
pour les poissons, je les choisis pêchés à la canne pour éviter la pêche au filet dévastatrice

j'ai un tout petit budget alimentaire, mais je préfère en manger moins souvent et choisir les modes d'élevage ou de pêche, par souci éthique et écologique
47 ans pépettesland 1803
organic a écrit:

pour les poissons, je les choisis pêchés à la canne pour éviter la pêche au filet dévastatrice


Ce que tu dis m'intéresses. J'y connais strictement rien en pèche donc comment savoir ceux qui sont péchés à la canne et non pas au filet? Il y a des espèces spécifiques ?
S
30 ans 3465
LovelyLexy a écrit:
Je ne suis pas tout à fait d'accord pour l'idée d'injustice, Sibell: pour citer quelqu'un de très sage croisé dans le cadre de ma réflexion wiccane, certains animaux sont créés pour en manger d'autres, et si ils n'étaient pas mangés l'équilibre naturel s'effondrerait ( régulation des popultations, moyens de subsistance des animaux herbivores). Mais comme l'animal te donne sa vie, tu dois le respecter en t'assurant que sa vie et sa mort n'ont pas été cruelles et en rendant hommage à son sacrifice ( ça c''est le côté religieux, c'est notamment inspiré des Amerindiens qui priaient pour l'âme des bisons chassés).


Oui... Mais comme tu le précises, c'est une croyance. Pas une théorie appuyée. Et personnellement je n'y adhère pas. Qu'un animal soit créer pour un autre animal... Non. La vie est un don pour tout le monde. On te la donne pour toi, par pour une autre espèce. C'est ce don à quoi je crois moi.
30 ans 2571
Comme Owlie, les conditions de vie et d'abattage des animaux et des poissons me posent problème. Je regarde parfois les labels "respect du bien-être animal" mais je sais pas si ce sont de vrais labels et si on peut leur faire confiance (ni ce que ça implique réellement).

Cela dit, je n'ai pas l'intention de devenir végétarienne. Tuer pour manger ne me pose aucun problème. Je ne prétends pas que c'est "louable", mais je ne trouve pas ça injuste, la justice n'a rien à y voir, ni blâmable.

Par contre, j'aimerais bien aussi essayer de faire changer les choses, pour que les conditions soient plus humaines. Je ne sais pas trop par où commencer!
107 ans Sous la neige au fond à droite 7534
À peu près comme Salammbo. Je n'ai aucun problème avec l'idée de tuer des animaux pour me nourrir. Ce n'est pas du tout un principe que je remets en cause. Mais l'essentiel de la viande et du poisson qu'on achète vient de chez le boucher/poissonnier et on s'intéresse aux conditions d'élevage. Malgré nos ressources limitées, on préfère payer un tiers voire 50% de plus si ça nous assure de meilleures conditions d'élevage pour les animaux, pour des raisons d'éthique mais aussi de santé pour nous.
36 ans Bruxelles 7458
Le souci principal, pour faire changer les choses, est, comme souvent, l'argent. Bien traiter les animaux fait perdre du temps et demande de plus gros investissements. L'industrie de la viande n'est déjà pas rentable à l'heure actuelle (sans les aides les éleveurs n'auraient plus qu'à se recycler dans autre chose ou aller vivre sous un pont, tout du moins en Europe) alors il ne faut pas espérer de nouvelles dépenses uniquement pour le bien-être animal. Même tuer un poussin mâle prend trop de temps et on le broie vivant comme un déchet (d'ailleurs c'est ce qu'il est à leurs yeux).
Qui serait prêt à payer le vrai prix de la viande? (Je ne me souviens plus de la valeur exacte mais il me semble que c'était quelque chose de l'ordre de 10 fois plus cher et on ne parlait même pas encore d'amménagements supplémentaires pour les animaux.)
107 ans 3096
J'attends impatiemment le premier troll qui va nous dire "mmhh un bon steak !!!" :lol:
(et le second qui parlera du cri de la carotte...)
42 ans Sous le chant des cigales ^^ 3642
Je m'interresse à la souffrance de l'animal de son vivant.

Pour ce qui est de sa mort, inévitable sauf si on choisit de ne pas consommer de viande, peu m'importe que l'animal ait été assomée ou non : 1 fois sur 5 elle est mal assomée donc double souffrance.
Comme je ne suis pas convaincue que se faire exploser le crâne est moins douloureux que de se faire égorger et perdre connaissance, ça n'a pas d'importance pour moi.

En ce qui concerne les poissons je pense qu'ils souffrent plus et plus longtemps que les vaches ou les poulets. Ils mettent de longuent minutes à s'asphexier.
C'est un peu comme si on tuait la vache en la noyant.

Alors consommer du poisson sans s'apercevoir à la souffrance de l'abattage me paraît curieux, si on s'interresse à celle des autres animaux.
Et oui ce n'est pas parce qu'il ne crie pas qu'il ne souffre pas tout autant (pour rejoindre le cri de la carotte).

Et que dire de l'huître mangée crue ... Elle je ne sais pas du tout si elle souffre ou pas. Je pense que non mais je n'en n'ai aucune certitude et je n'ai aps fait de recherches sur le sujet :roll:
36 ans Bruxelles 7458
Les végétariens ne mangent pas les animaux aquatiques non plus. Enfin... Certains se disent végétariens en en consommant mais c'est un non sens. Le pesco-végétarien serait comme un hypothétique pollo-végétarien ou hamburgo-végétarien (pourquoi pas?) à mes yeux. Déjà que le végétarien porte encore souvent la contradiction de consommer oeufs et laitages...

En parlant de la mort des poissons j'ai souvenir d'une scène affreuse dans un super marché lithuanien. Ils gardent des poissons vivants dans d'immenses aquarium et les prennent à la demande. Là, ils les mettent dans un sac plastique où les poissons meurrent par asphyxie. Les gens trouvaient ça totalement normal. Moi... J'ai pleuré, de rage, d'horreur. J'ai déjà tué moi-même des poissons, quand j'étais dans ma période "s'ils ont vécu heureux et meurrent dignement tout va bien" mais cette période n'a pas duré parce que la mort reste la mort. L'indifférence face à la cruauté, voilà le plus grand fléau.
B I U