MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

mon ami est alcoolique

M
28 ans ile de france 11
Bonjour,
Emilie 20 ans je vis depuis 1ans avec mon copain (qu'on appelera philou. Je vis chez lui depuis 11 mois avec mes parents relation très difficile je ne peux faire  
marche arriere. Je fais des études à domicile. Tout vas bien entre nous sauf quand il boit je m'en prend toujours dans la geul (juste verbalement) et je la je craque.
j'aimerai avoir dusoutiens mais un peu reclu sur moi.
Alors deux questions comment puis je faire pour être dans un foyer au pire des cas quoi que au pire des cas je ne sais plu quoi faire me délivrer ou arranger la situation.

Merci de vos réponses et de vos soutiens

Une seul certitude c'est qu'on s'aiment sa c'est sure tout le monde nous le dis sa se voit mais il y a ses moments
52 ans 2646
Salut,

Je t'envoie un mp pour LE site.
La co-dépendance...
52 ans 2646
Je réinterviens "comme ça".
J'aurais bien aimé qu'un(e) VLRnaute vienne dire un petit mot gentil pour toi...

Allant de VLR à l'autre forum(je ne le cite pas*..) je pense que tu as bien de poster comme je t'ai dit..
Ton sujet ici n'attire pas des foules !

De mon côté, je te dis seulement qu'il faut garder la tête haute, la tête sur les épaules.
Dans la tempête, quand il y en a un qui déconne, c'est à l'autre de tenir le cap. C'est un peu l'avantage du couple en galère...
Des fois c'est aussi l'écueil : on se croit "investi d'une mission" : celle de sauver son compagnon, et ça traîne, ça échoue, on croit que ça va mieux....... Et ça redégringole...

Du courage avec ton ami et sa maladie!
Pense à te protéger, et sache qu'on a un système de santé qui peut intervenir pour son bien.

*Auparavant j'avais le pseudo "Prunier". Je sais juste que dans un post, j'ai cité le site internet d'aide alcool, et anti-alcool et d'un seul coup, j'ai été radié barré viré, toujours pas compris??
33 ans 625
Sincerement, je ne connais pas les ravages que peuvent causer l alcool, les seuls personnes qui sont atteintes par ce phenomene dans mon entourage sont mes amis et forcement les liens intime ne sont pas du tout les memes ! donc c est bcp plus facile a vivre pr moi ...

J avais une amie, par contre, dont le petit ami buvait et cela le rendait " mauvais " comme ton compagnon ... eux aussi s aimaient enormement, lorsqu il etait sobre on pouvait voir l amour dans ses yeux j en etait presque jalouse, c etait un amour a toute epreuve, mais quand il buvait, il disparaissait !

elle avait tt essayé ... les ultimatums : " si tu arrete pas je te quitte ", " si tu fais pas d effort je finirais par tomber amoureuse d un autre " ect ...

elle avait essayé le coup aussi de " quand tu bois je m en vais dehors jusqu a ce que tu redescendes "

Et aussi de l envoyer bouler comme lui l envoyer bouler !

Dans le 1 er cas il lui repondait " ben vas y va t en " ( mais c t l alcool qui parlait et elle voulait pas vraiment le quitter mais le faire reagir )
dans le 2 eme cas il lui arrivait de passer des heures dehors a ce refugier chez l une d entre nous !
Dans le 3 eme cas, cela devenait tellement violent dans les insultes qu elle finissait par avoir peur qu il l a frappe ( ca ne s est jms produit mais il faut pas tenter le diable nan plus ! )


Et puis un jour elle a fait supercherie sur supercherie ! elle s est mise a couper son alcool !
elle vidait la moitie de la bouteille de vin pour la remplir avec du vinaigre, elle vidait le tiers de la bouteille de gin pour la couper avec de l eau ( pareil avec le whisky ) et pur ce qui etait de la biere, elle en laissait tjrs 2 ou 3 dans le frigo et le reste elle le jettait ou le cacher tant et si bien que quand il en prenait et qu il constatait qu il n en restait plus elle lui repondait " ah ben dsl mon cheri mais ne tkt pas j irais faire les courses dans la semaine ^^ "

Je sais bien que c est pas une solution et au final il s est rendu compte qu il y avait un pb avec son alcool et du coup, au lieu de boire 4 verre il en buvait 8 et ca en revenait au meme ! mais pendant un temps ca peu aidé et tu peux profiter de ces moments ou il est pas totalement ivre pour lui faire comprendre que tu souffres beaucoup de cette situation et que tu aimerais qu il t estime suffisamment pr avoir la gentillesse, non pas d arreter, mais de calmer le jeu, de facon a ce que ce soit plus facile a vivre pr toi !


Dans tous les cas, bon courage, j apporte pas vraiment de solution, ceci sera plutot un message de soutien, d une femme a une autre, en esperant que tout s arrangera tres vite pour toi :)
30 ans 2571
Que vous vous aimiez ou non, ça ne peut plus durer comme ça... Je ne sais pas trop quelles sont les démarches à faire dans ces cas-là pour être en foyer, mais tu ne peux pas vivre avec lui tant que son problème durera, c'est trop dangereux... D'abord les insultes et puis un jour les coups...
Comment ça se fait que tes parents ne peuvent pas t'aider ? (si c'est pas indiscret)
Courage en tous cas!!!!
52 ans 2646
sirenza a écrit:
avoir la gentillesse, non pas d arreter, mais de calmer le jeu, de facon a ce que ce soit plus facile a vivre pr toi !

C'est très difficile d'arrêter à moitié, car le ma (malade alcoolique) ne contrôle rien, dans le déni, presque dans le déni ou pas, on y perd sa raison... C'est une drogue...
Je m'attend presque que l'on vienne me questionner, pourquoi j'interviens, que je "joue au spécialiste"...

@mllemimi
STP ne décroche pas dans l'autre forum, je pense pouvoir parler au nom des intervenants, on est comme toi, on sait ce que c'est, cette galère.
Même si une réponse que tu as donné (boulot) n'est pas encourageante, je t'assures ça me faisait mal au coeur, c'est pour ça, j'ai pas voulu intervenir pour en rajouter..
Ne décroche pas du forum,
C'est de la longue haleine, c'est la guerre.
33 ans 625
Poirier a écrit:
sirenza a écrit:
avoir la gentillesse, non pas d arreter, mais de calmer le jeu, de facon a ce que ce soit plus facile a vivre pr toi !

C'est très difficile d'arrêter à moitié, car le ma (malade alcoolique) ne contrôle rien, dans le déni, presque dans le déni ou pas, on y perd sa raison... C'est une drogue...
Je m'attend presque que l'on vienne me questionner, pourquoi j'interviens, que je "joue au spécialiste"...



Nan nan je suis d accord ! J aime pas trop conseiller des choses radicales je ne sais jamais dans quelle mesure la personne est prete a l entendre ! mais là on parle d alcoolisme, le sujet n etait pas propice a la prise de pincette !
55 ans 91 25732
Le combat contre l'alcoolisme est une guerre, tant pour l'alcoolique que pour son entourage. Et malheureusement, il peut arriver que même quand l'alcoolique gagne son combat, l'autre en conserve des séquelles.

C'est mon cas. J'ai cru avoir traversé les 10 ans d'alcoolisme de mon mari plutôt bien. Mais je me rends compte qu'en fait je n'ai pensé qu'à lui pendant tout ce temps et jamais à moi. Tout m'a rattrapé et c'est maintenant que je réalise ce que j'ai du supporter, vivre et abandonner de moi-même. Sans doute parce que j'ai mené un combat qui n'était pas le mien (et j'en veux pour preuve que c'est quand je l'ai laissé face à son problème, sans essayer de le porter, qu'il a réalisé et commencé à vouloir en sortir).

Si tu te sens prête à supporter son problème et ce qu'il y aura après, reste et aide le, mais sans faire en sorte que son problème devienne le tien. Inutile de cacher les bouteilles, de modifier leur contenu, d'exiger des promesses qui ne seront pas tenues, de te fâcher... C'est SON problème pas le tien. Tu peux être là mais sans être dupe car l'alcoolique est très manipulateur et prête à tout pour avoir sa dose. Son entourage devient secondaire sauf quand il est un moyen d'obtneir de l'alcool ou de faire porter sa propre culpabilité et son mal être. Pas de méchanceté là dedans, juste les effets d'une véritable maladie.

Mais il faut pouvoir supporter cela. Et avec ma propre expérience, quand je te lis, que je vois à quel point tu es jeune et quand j'imagine ce qu'i t'attend peut-être, je ne peux que te conseiller de fuir, ce que j'aurais du faire aussi sans doute, mais j'ai pour habitude de ne pas regretter ce que j'ai fait de bon coeur.

Contacte une assistante sociale à la mairie de ton domicile, elle te donnera des pistes si tu souhaites aller en foyer.
M
28 ans ile de france 11
merci
même alcooliser je le dis et je le redis il n'est pas violent :!: :!:
ensuite pour mes parents trop compliqué c'est même ma mere malgré mon soucis qui ma répondu sa
M
28 ans ile de france 11
Même si je suis jeune pour le moment c'est plus du soutiens que je recherche la fuite pour le moment je ne le vois pas comme ne plus vivre avec lui pourquoi pas mais pas fuir sa serai lache de ma part puis même l'alcool ne m'enpêchera pas de l'aimer. Sa c'est sûre ^^ Après si vraiment sa devient plus possible sa sera la solution que je prend moments autant voir mais pour et lui laisser une chance car lui aussi a le droit a sa chance comme tout être
55 ans 91 25732
Mon mari n'a jamais été violent, même verbalement, alors que ton copain oui. Quoique tu en dises, la violence verbale est une violence.

Enfin il n'y a jamais de lâcheté à fuir ce qu'on ne peut prendre en charge par soi-même. Dans certains cas il faut même beaucoup de courage pour partir.

Mais bien sûr c'est toi qui décides.
M
28 ans ile de france 11
je lui laisse une derniere.
36 ans Belgique 10
Par rapport à mon expérience, l'accompagnement me semble la meilleure solution.

Soutenir la personne, l'écouter, l'accompagner.
Évidemment c'est très difficile pour tenir le coup, surtout à long terme.
Le principale, je pense, c'est d'en parler, qu'il reconnaisse que c'est un problème.
Laisser tomber quelqu'un dans ses difficultés peut avoir 2 effet : le faire réagir ou le faire plonger encore plus profond. Chaque personne est différente, faut juste voir de quoi il a besoin.

En tout cas, je te souhaite beaucoup de courage dans votre combat quotidien.
52 ans 2646
Je ne suis pas d'accord avec le conseil de fuir, de partir etc. C'est vraiment à l'emporte-pièce, et gratuit!

Qui serions-nous donc pour formuler de telles consignes?
L'avons-nous fait ?? (désolé Patty)
S'il y a vraiment un GROS danger, oui, mais sinon, ce que je souhaite pour toi, c'est ce que je me suis employé à conserver : la relation avec l'autre.

Dans la co-dépendance, il y a aussi souvent une histoire de couple.
Pour le coup de violence comme ci ou comme ça, l'alcool rend certains mauvais comme des teignes : ça dénature le caractère. J'allais rajouter un truc, je l'ai déballé sur l'autre forum, ça n'est pas du tout glorieux, ça m'a fait du bien de le déballer... Par là, je veux me poser en témoin, mais pas en sauveur parfait et sans reproche..


L'important, d'après moi, c'est de conserver, vaille que vaille, une certaine unité dans le couple ; c'est pour ça, pour les souvenirs, vaut mieux être selectif.
Vivre dans le présent, ne pas ressasser,
Je pense que tu as pris connaissance du "détachement"(nb: il s'agit d'un sens spécialisé, d'un comportement à adopter).
Perso je devais vraiment me forcer pour y arriver... Je ne sais si j'y suis parvenu totalement...
Là ça s'arrange... Il y a des rechutes, mais au moins la volonté d'être suivie, avec médicaments.

C'est surtout un message d'espoir, car la vie continue, et si les rats quittent le navire, que faire face à une maladie aussi insidieuse que l'alcool??
Je me suis engagé avec une femme, il y a des années, et "pour le meilleur et pour le pire".
Voilà.
Je crois, ça c'était le pire..

Courage toujours et encore !
55 ans 91 25732
Non effectivement je ne l'ai pas fait. Mais pour en tirer quoi ? Qui s'est intéressé à celle qui a "trinqué" pendant des années ? Qui m'a aidée à me reconstruire ? Mon mari était le malade, celui qui n'y pouvait rien et moi j'avais signé pour le meilleur et pour le pire. J'ai surtout eu le pire, c'est ça la vie ?

Se faire bouffer par la dépendance de l'autre parce qu'on a signé un papier ? Renoncer à sa vie de femme, à sa vie sociale, accepter de la pitié, des moqueries, des propositions salaces d'autres hommes "parce que dans l'état où il est, ton mari ne te baise sûrement plus" ? Accepter les tromperies "parce que j'étais bourré" ? Passer la nuit à son bureau "parce que j'étais bourré je me suis endormi, je t'ai oubliée". :roll:

Une histoire de couple, vraiment ? C'est moi qui tenais le biberon et l'obligeais à boire c'est ça ? Bon sang je l'ai entendu ce discours là, j'en ai bavé suffisamment de culpabilité. Je ne l'écouterai plus jamais. Si un mec rentre à nouveau dans ma vie, il aura chance ZERO au niveau de l'alcool.

J'ai gagné en plus. Enfin c'est mon mari qui a gagné. 10 ans d'abstinence totale bientôt. Et vous savez quoi ? Rien n'est plus jamais commen avant, mais là encore il faut faire avec. Et moi ? Les ravages que personne ne voit, j'en fais quoi ? Je vis avec jusqu'à la fin de mes jours ?

J'aurais du quitter le navire, c'est beau de penser aux autres, mais pas au péril de sa propre vie. NON la vie ce n'est pas ça, désolée.

Je souhaite bon courage à ceux qui continuent, je ne leur jetterai pas la pierre, moi aussi je l'ai fait, mois aussi j'y ai cru.. Pensez à vous aussi, tant qu'il est encore temps. Et attention le réveil est douloureux.

Moi je signe un autre papier en espérant enfin avoir un peu de meilleur. Je l'ai aidé à s'en sortir, maintenant je vais me sortir moi de cette vie qui ne m'a rien apporté de bon.

Et le rat est fier d'avoir enfin le courage de vivre. :evil:
B I U