MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Peut-on maigrir sans manger moins ?

67 ans Charente Maritime 3080
Reprise ici d'un thème commencé dans Régimes - industrie minceur http://www.vivelesrond...m/forum/viewtopic_33511_15.htm
Yubaba a écrit:
Va dire toi à la pauvre fille qui mange à peine  
1500 calories et qui fait 3h de sport par semaine et qui continue de grossir que c'est parce que c'est seulement elle doit encore diminuer les quantités et faire encore plus de sport.
Je fais en moyenne 2h de sport, mais par jour, mon régime fait 1500 calories par jour en moyenne, et malgré tout, vu que j'ai un métabolisme particulièrement bas, je ne perds guère plus de 2k par mois. Comme en ce moment j'ai une hernie et que je dois de ce fait diminuer le sport (seulement de la marche rapide, plus de rameur, plus d'abdominaux), et bien, je fais un pallier. Avec seulement 3 heures de sport par semaine, je grossirais (et je fais 85k pour 1,63m).
Mais je sais aujourd'hui, que si je veux maigrir, je n'ai d'autre choix que de manger moins. C'est vrai que j'ai mis très très longtemps à l'accepter.

Yubaba a écrit:
Certes ils disent de les quantifier et c'est tout. Je ne vois rien de plus là dedans qui me permettrait d'en conclure qu'il faut calculer ses entrées et sorties.
Ils ne disent pas qu'il faut quantifier les entrées et les sorties. Ils disent que pour maigrir, une fois les quantités en entrée établies, tu dois manger moins...

Apfeldorfer : dans "Maigrir c'est dans la tête" Arbre décisionnel, destiné aux bons mangeur et aux petits mangeurs en surpoids[...] : Je modère mes appétits ->[...] Je mange de moindres quantités de nourriture -> Je maigris
Ou ici, dans les pages du GROS : Citation:
http://www.gros.org/pagesgros/alternative.html#Ancre
Perdre de la nourriture pour perdre du poids
— Manger des bonnes choses est bien, à condition de ne pas en manger trop. Maigrir, c'est être capable de déceler la part de nourriture qui est en trop et savoir se contenter de celle qui est suffisante pour satisfaire ses besoins

Citation:
Article de Zermati paru dans 60M de consommateurs Vous restez gros en mangeant peu, voire vous grossissez en mangeant bien moins que d’autres.
Si vous vous reconnaissez dans ce tableau de petit mangeur en surpoids, vous devez savoir que, certes, vous pouvez maigrir, mais que dans votre cas, le prix du ticket à payer est bien plus élevé que pour d’autres.

Je ne sais pas comment interpréter cela autrement que pour maigrir, il faut manger moins.
39 ans Somewhere, over the rainbow... 40
Tout ce que je peux te dire maria c'est CHAPEAU ! quelle volonté tu as pour faire tes 2h de sport quotidiennes ! A moins que tu sois une accro du sport ou une ex sportive de haut niveau...
J'arrive au meme constat que toi : pour maigrir, il faut manger moins !
Puisqu'aucun aliment n'est mauvais en soi, on peut maigrir en mangeant du chocolat et du paté, le tout c'est d'en manger moins. Après c'est un probleme de santé, si on ne veut manger que ça. Je fais un peu de hors sujet, désolée, mais je suis aussi allée sur le forum dont tu parles et je voulais donné mon petit avis. :oops:
Je n'ai donc pas de solution a ton probleme car je ne saurais te conseiller de t'affamer et de faire encore plus de sport. Je pense que ce serait un trop gros sacrifice...Mais c'est à toi qu'appartient la décision.

Je te souhaite beaucoup de courage ;)

Mais au fait ! te sens-tu si mal dans ta peau que cela avec ton poids actuel ?
67 ans Charente Maritime 3080
J'ai toujoursd aimé le sport, j'en ai toujours fait pas mal, à mon niveau d'obèse. Mais je ne suis pas accroc au sport. J'entends par là que je ne trouve dans le sport le niveau libération des endorphines. Alors que dans les nourritures plaisirs, oh oui :P

Suis-je mal dans ma preau, étais-je mal dans ma peau à 123k, ou à mon set-point à 116-117k ? Pas vraiment, pas spécialement. Mais j'adorre la vie et le mouvement, et la vie allait cesser de me le rendre. J'arrivais à un niveau où avec un poids élevé, je n'arrivais plus ni à contrôler mon tau de cholestérol, ni à contrôler mon tau de glycémie, simplement par des mesures diététiques. Sans compter mes genoux qui ralaient de plus en plus. Et même si ma solution a toujours été lève-toi et marche, monter un escalier quand chaque marche te donne envie de hurler, ce n'est pas le pied. Sans compter le ménage à la maison. La balais avec à certains moments une canne dans chaque main même pour un petit déplacement...

Donc l'amaigrissement est devenu vital pour simplement continuer à vivre. Et c'est pour apprendre à gérer de toutes petites quantités que je suis allée vers l'anneau gastrique. En ayant pour but de l'enlever un jour et de stabiliser le résultat. Y arriverai ? Je n'en sais rien. Mais pour l'instant c'est mon but. Résultat, il est certain qu'actuellement gérer de petites quantités et l'alimentation plaisir, avec l'anneau, ça m'est plutôt facile. Avec plus de 30k en moins par rapport à mon set point, j'ai retrouvé le plasisir de la marche en montagne, le plaisir de monter des escaliers sans souffrir et mon balais... ;)
38 ans 3935
Je vais essayer d'expliquer ce que j'en pense, c'est pas gagné.

Si ton métabolisme est à 2000 calories (je dis ça au pif je ne sais pas ce que ça "vaut"), ton corps va te réclamer 2000 calories pour fonctionner. Ajoutes du sport, tu maigriras. Pas de sport, tu resteras stable.

Si ton métabolisme est à 1500 c'est pareil, sauf que tu mangeras moins vu que ton corps réclamera moins. Pareil, sans sport tu seras stable, avec tu perdras. C'est mathématique, si les sorties sont supérieures aux entrées il y a "carence" calorique et perte de poids.

Si tu grossis c'est que tu manges trop par rapport à ton métabolisme de base ce qui veut dire que les sensations de satiété ne sont pas vraiment acquises. Ou alors que ton set point se situe plus haut que ton poids actuel.

Que les expertes me corrigent mais il me semble que c'est le principe.
67 ans Charente Maritime 3080
Je partage ton avis, Miss_tofu. Le nombre de calorie dont a besoin de ton métabolisme importe en fait assez peu. Un enfant de 3-4 ans a un métabolisme aux alentours de 1300-1400 calories et cela ne l'empêche pas de se faire plaisir avec ses petites portions. De réclamer du gateau et de laisser la quasi totalité de sa part, parce qu'il a envie de gateau pour se faire plaisir mais pas pour grossir.

Si j'ai un métabolisme bas (métabolisme tout court, pas le métabolisme basal dont on nous serine qu'il ne faut pas passer en dessous dans les régimes dits équilibrés, et qui correspond au métabolisme d'une personne allongée et à jeun), ce métabolisme ne va pas m'empêcher de manger à ma faim de tout et de me faire plaisir.

Il est certain que précédemment, la recherche de ma satiété était mauvaise et que cela, entre autre, expliquait que je sois plus qu'en surpoids. Quand je suis arrivée sur le site du GROS, en février, et que j'ai fait les exercices tels qu'indiqués, ma satiété est passée brusquement de 2200 à 1800 calories (et mes dernières compulsions ont disparu depuis 1 an que je fais totalement confiance à mes envies). Qu'on compte en grammes, en cuillères ou en calories, qu'importe. Le tout est d'avoir un repère et une mesure. Avec un peu de retard, ma satiété semble encore chutter maintenant que je fais moins de sport. Bon j'attendrai au moins fin janvier pour faire un réel bilan chiffré, la période des fêtes est surtout prétexte à dents de scies.

Mais je suis aussi consciente que si je n'avais pas fais un bilan psy de mon poids, ma recherche de la satiété modérée aurait probablement été plus difficile. Quelque part, je crois qu'il faut être profondément prèt pour maigrir.
L
71 ans 7508
J'avais pas très envie de répondre mais bon aller histoire qu'on voit mon point de vue aussi.

Je crois que dans l'histoire c'est plus une question d'interpretation des principes de la rééducation alimentaire qui nous mene dans le désaccord qu'autre chose.

Citation:
Peut-on maigrir sans manger moins ?

Répondons déjà à cette question tout simplement: je maintiens toujours mon non.
Car si les problèmes de poids étaient qu'une question de calories alors il n'y aurait pas 97% d'échecs dans les régimes entrepris sur 5 ans.

Citation:
Je fais en moyenne 2h de sport, mais par jour, mon régime fait 1500 calories par jour en moyenne, et malgré tout, vu que j'ai un métabolisme particulièrement bas, je ne perds guère plus de 2k par mois. Comme en ce moment j'ai une hernie et que je dois de ce fait diminuer le sport (seulement de la marche rapide, plus de rameur, plus d'abdominaux), et bien, je fais un pallier. Avec seulement 3 heures de sport par semaine, je grossirais (et je fais 85k pour 1,63m).
Mais je sais aujourd'hui, que si je veux maigrir, je n'ai d'autre choix que de manger moins. C'est vrai que j'ai mis très très longtemps à l'accepter.

Sais tu au moins pourquoi ton métabolisme est au plus bas ?

Certes celle là je la connais pas soit je ne dirais donc rien là dessus:


Citation:
Apfeldorfer : dans "Maigrir c'est dans la tête" Arbre décisionnel, destiné aux bons mangeur et aux petits mangeurs en surpoids[...] : Je modère mes appétits ->[...] Je mange de moindres quantités de nourriture -> Je maigris


Mais là je ne vois pas toujours pas où il y'a marqué de diminuer ses quantités non toujours pas:

Citation:
http://www.gros.org/pagesgros/alternative.html#Ancre
Perdre de la nourriture pour perdre du poids
— Manger des bonnes choses est bien, à condition de ne pas en manger trop. Maigrir, c'est être capable de déceler la part de nourriture qui est en trop et savoir se contenter de celle qui est suffisante pour satisfaire ses besoins


Parce que pour moi les quantités suffisantes ne sont pas obligatoirement des quantités diminuées et comme je l'ai dit dans mon post précedant je le maintiens toujours: selon le contexte il arrivera à un moment où on sentira le besoin d'augmenter les quantités et d'autres moments où notre satiété nous demanderas de les diminuer. Je ne vois pas ce qu'il a de si spécial à ce que j'ai dit.

De plus ta dernière citation me fait penser à un truc que j'avais lu à l'époque, un extrait qui faisait partie d'une faq du gros.org où en dernier recours s'il se trouvait qu'après avoir essayé la RA et que cela n'avait pas fonctionné ou très difficilement, que nous restait il en dernier recours et il se trouve que oui on a pas d'autres choix. Or être petits mangeurs c'est exceptionnel je ne pense pas qu'on peut attribué à tout le monde sous pretexte qu'on a du poids, que l'on est directement un petit mangeur.

Citation:
Citation:
Article de Zermati paru dans 60M de consommateurs Vous restez gros en mangeant peu, voire vous grossissez en mangeant bien moins que d’autres.
Si vous vous reconnaissez dans ce tableau de petit mangeur en surpoids, vous devez savoir que, certes, vous pouvez maigrir, mais que dans votre cas, le prix du ticket à payer est bien plus élevé que pour d’autres.


D'ailleurs je ne vois toujours pas où il y'a marqué de manger moins dans cet extrait.

Enfin bref tout cela ne m'a pas convaincu dans mes convictions.
Pour la RA, aucune histoire de calories et de modération, aucune!
C'est une histoire de bien être et de normalité.
Je ne modère pas mon appètit je l'écoute, je ne modère pas ma satiété je l'écoute.
Je mange quand j'ai faim, j'arrête quand j'ai plus faim et la nourriture avant d'être gourmandise me sert à me nourrir.
Je sais que j'ai perdu du poids et pourtant je mange plus qu'avant mais c'est le truc le plus con de la terre, parce qu'avant je m'affamais je prenais du poids tout de même, mais aussi je stockais tout parce que mon corps n'en avait jamais assez et je ne parle pas de mes crises qui en découlait de ces échecs permanent.
Par la suite quand mon corps a eu ce dont il avait besoin il a commencé par stabiliser puis par faire partir des kilos.
Et pourtant de par ma maladie je suis une petite mangeuse et mon métabolisme est au plus bas mais bon voilà je n'ai rien moderer du tout je lui ai seulement donner ce dont il avait besoin :!:
40 ans 78 3901
Je crois que là vous vous égarez un peu sur le chemin de la RA et tout comme Yubaba, on ne doit pas interpréter les principes de la RA de la même manière...

Jamais il a été dit de manger moins, de trouver quelle quantité de calories il faut à notre métabolisme...
Il est dit qu'il faut manger en quantité suffisante et ne pas manger ce qui est en trop, c'est à dire s'arrêter de manger une fois que notre corps nous le demande : satiété !
Si tu te modères, ça veut dire que tu ne manges pas à ta faim, donc tu es en restrictions et en aucun cas tu peux juger que ton métabolisme est bas... tu dis toi même que tu es en dessous de ton set-point, c'est que forcèment tu manges moins que ce dont tu as réellement besoin.

Il a toujours été dit que c'était la faim et la satiété qui dictait notre façon de nous alimenter, et que c'est les seules sensations à suivre.
Par moment tu vas manger plus parce que tu auras plus faim et que ton corps te réclamera plus, sûrement parce que tu auras plus d'activité que d'habitude. A d'autres moments, tu mangeras moins parce que ton métabolisme ne te demandera que ce peu là.

Moi je peux t'assurer que je n'ai fondatementalement pas changer ma façon de manger, je ne mange pas forcément moins, ça va dépendre de ma faim et de mes envies et pourtant en ne suivant que mes sensations alimentaires j'ai perdu du poids...
39 ans Somewhere, over the rainbow... 40
Vous réagissez au quart de tour didon !

Il faut obligatoirement se modérer lorsque l'on fait une RA ! Réveillez vous enfin ! Mais si à chaque fois vous interpretez les choses en vous figurant systématiquement que l'autre veut vous faire faire un régime, ça va pas aller.
Je m'explique quand je dis qu'il faut réduire les quantités de nourriture absorbées : si on est gros, c'est qu'on mange trop compte tenu de ses dépenses énergétiques (sauf cas particulier). Donc, à moins de faire du sport à outrance, on ne risque pas de maigrir en mangeant de façon compulsive (puisque c'est bien ça qui nous amène à la RA, n'est-ce pas ?). D'autre part, le sport fait perdre de la masse grasse(maigrir), mais ne fait pas perdre de kgs, au contraire ! Petite parenthese déjà refermée.
Je dis donc, qu'une fois qu'on écoute son corps, on a forcément modéré, réduit les quantités ingérées, c'est mathématique ! C'est pour cette raison qu'on stabilise son poids, puis qu'on perd des kgs. Cependant, il n'y a normalement pas de frustration, puisque le corps a eu ce qu'il demandait, ce dont il avait besoin. Si frustration il y a c'est du coté mental et non physique, ce qui peut arriver en début de RA et meme après.
39 ans 3006
Vany-lia a écrit:
Vous réagissez au quart de tour didon !

Il faut obligatoirement se modérer lorsque l'on fait une RA ! Réveillez vous enfin !


Se modérer... Qu'est ce que tu entends par se modérer ? Ecouter son corps jusqu'à ce qu'il nous dise lui-même : "c'est bon stop j'ai plus faim merci c'était bien bon :D" ? Ou : "ah non je dois maigrir, il faut OBLIGATOIREMENT réduire mes apports, malgré ce que mon corps me hurle" ?

Eh bien justement première chose, pour moi la RA ce n'est pas pour maigrir, mais pour réapprendre à manger normalement à sa faim, se réconcilier avec la nourriture. Et après la perte de kilos se fait si on n'est pas à notre set point naturel (je pense que ça peut même faire de l'autre côté aussi non ? une personne trop mince trouverait aussi son poids idéal ? )
Deuxième chose, si tu pars dans une RA avec une optique de régime, j'ai bien peur que ça te fasse le même effet, parceque justement tu n'as pas vu la différence entre les deux.
L
71 ans 7508
J'ai pas trouver ma réaction violente je suis même venu à reculons :D

Mais excuse moi modérer et calculer son apport energetique pour moi ça sera toujours un régime, j'en ai fait pendant 15 ans pour savoir ce que c'est :lol:


Citation:
si on est gros, c'est qu'on mange trop compte tenu de ses dépenses énergétiques (sauf cas particulier).

Justement il faut compter les cas particuliers parce qu'on a trop tendance à dire qu'on est gros parce qu'on mange sans trop chercher à gratter le vernis de surface ni pourquoi.
Car il faut savoir que les problèmes de poids ne sont qu'une conséquence d'un autre problème antécedant à celui ci et parfois ça n'a même aucun rapport avec la nourriture en elle même, même peutêtre plus souvent que ça.

De plus je ne parle pas de continuer à manger compulsivement mais de façon suffisante, ce qu'en fait va te demander ta faim et ta satiété, le principe même de la RA non ?


Citation:
Je dis donc, qu'une fois qu'on écoute son corps, on a forcément modéré, réduit les quantités ingérées, c'est mathématique !

Pas forcèment et c'est là aussi qu'on a du mal à me comprendre tu ne vas pas forcèment diminuer tes quantités tu vas les ajuster à ta faim donc soit augmenter soit diminuer pas que diminuer.

Citation:
Si frustration il y a c'est du coté mental et non physique, ce qui peut arriver en début de RA et meme après.

Justement tu n'est pas sensé avoir de fustration avec la RA si tu t'écoutes et suit ta faim et ta satiété voir même tes envies, j'ai pas l'impression qu'il devrait y avoir de fustration à moins de ne pas écouter certains signaux.

D'ailleurs souvent on parle d'une phase qui inquiète toujours au début quand on commence car on a tendance à se laisser aller sur ses envies plus que son appètit. Il s'agirait en fait d'une phase où le corps comment dire en résumé car je connais pas les mots exacts : rattrappe le temps perdus ou les petits plaisirs qu'on se refusait jusqu'à là.
Dépasser cette période où pour ma part elle ne fut pas des plus réjouissantes enfin je suppose que c'est un effet normal pour passer à la suite.
Donc vient ensuite cette période où on a envie de manger mieux mais toujours pas moins, donc suffisement mais seulement mieux, pour ma part je trouve que c'est la que commence complétement la RA, puisque les choses deviennet normales.
A partir du moment où toi tu vas manger normalement, ton poids lui même descendra à son set point.
Et pour le sport pareil tu en fais parce que tu sais que ton corps en a besoin mais pour sa santé, parce qu'un corps cela fonctionne comme ça il a besoin de respirer, de manger, de boire et de faire du sport.

Voilà c'est comme ça que moi je vois les choses.
39 ans Somewhere, over the rainbow... 40
Je suis bien d'accord avec toi Yubaba ! Moi dans ton dernier message j'entend la meme chose que quand moi je parle, pour ce qui est de la fin (frustration). Seulement je dois mal m'exprimer, je sais pas. Je pense, que si on mange trop c'est parce qu'il y a un probleme sous jacent, tout comme toi (enfin je crois :? ). Sauf que logiquement je me dis aussi que je grossi parceq ue je mange trop ! Tu vois ? J'ai un probleme irrésolu dans la sphère psychologique :arrow: je mange trop :arrow: je grossis. Pour moi c'est comme ça que ça marche. Maintenant il y a aussi les problemes hormonaux et d'autres encore. Et là je ne m'y connais pas, je te laisserai donc le soin d'en parler si tel est ton domaine.
Je voudrais dire également que si tu ne grossis plus c'est que tu manges globalement moins (moins de fois dans la journée, meme si les repas sont copieux, moins de repas très caloriques sur la semaine...) ou alors tu fais beaucoup de sport. Je le crois vraiment.

En résumé, je crois que nous partageons globalement le meme point de vu mais avec des façons différentes de l'expliquer. Quelques petites divergences subsiteront sans doute mais je crois que nous croyons toutes les 2 que la RA est la solution pour mieux vivre.

Pour répondre à Aspha, je parle bien d'écouter son corps quand je parle de modération. D'ailleurs, n'y a-t-il pas une clé qui porte ce nom dans un des bouquins de zermati ou apfeldorfer ? (désolée, je ne m'y suis pas replongée depuis un moment, sans doute devrais-je y retourner, me direz-vous :lol: )
39 ans Somewhere, over the rainbow... 40
En "ajustant" comme tu dis tu réduis forcément puisqu'avant aucun rythme n'était respecté. Tu mangeais sans faim/fin, donc plus, trop. C'est en cela que je parle de globalité, tu absorbes moins de nourriture globalement. Puisqu'à certains moments tu auras plus d'appétit qu'à d'autres. Bon j'arrete là...
67 ans Charente Maritime 3080
Lorsque les grandes lignes de la RA m'ont été à peine évoquées au début des années 80, elle m'a été présentée comme une manière de stabiliser son poids après un régime. C'est pour cela que durant longtemps je ne lui ai pas demandé plus, rejoigant parfaitement Aspha :Aspha a écrit:
Eh bien justement première chose, pour moi la RA ce n'est pas pour maigrir, mais pour réapprendre à manger normalement à sa faim, se réconcilier avec la nourriture. Et après la perte de kilos se fait si on n'est pas à notre set point naturel

Quand j'ai redécouvert la RA au début de cette année, j'ai commencé aussi par regarder mon cas, un set-point à l'IMC 44. Il est clair que cela ne fait pas partie des IMC "acceptables". Au dela de l'IMC 30, aucune page sur la RA ne vous parle d'IMC acceptable. Mon IMC 30 est au environ de 79k, et je n'y suis pas encore. Alors que disent-ils dans ce cas. Zermati dans Maigir sans régime, chapite III, Maigrir sans faire de régime : "L'objet de cet ouvrage est précisement de démontrer le contraire : Il est possible d'obtenir une réduction calorique sans imposer une restriction cognitive. Ce qui revient, en termes plus simples, à affirmer qu'il est possible de manger moins sans faire de régime." (en italique dans ma version). Apfeldorfer, Maigrir c'est dans la tête, La clef de la modération, titre du tableau page 164-165 de mon édition : "Les bonnes et les moins bonnes façons de manger moins" Et dans les bonnes manières bien sûr, les 3 méthodes de modération qu'il préconise. Pour moi il est clair que cela ne peut être interprété autrement que par manger moins.

nani_nounette a écrit:
Si tu te modères, ça veut dire que tu ne manges pas à ta faim, donc tu es en restrictions et en aucun cas tu peux juger que ton métabolisme est bas... tu dis toi même que tu es en dessous de ton set-point, c'est que forcèment tu manges moins que ce dont tu as réellement besoin.
Pour moi, un métabolisme bas est un métabolisme inférieur à la moyenne. A mon poids et mon niveau d'activité, les différents calculateurs trouvables sur le net (par exemple ici http://www.i-dietetiqu...ok&action=bilan-poids-calories )donnent un niveau métabolique de 2400-2500 calories quand le mien est plutôt de 1900-2000.
Comment être sûr mon métabolisme est bas ? Il y a une expérience qui est très simple. Quand on augmente légèrement sa ration calorique, et particulièrement en protéïnes, on va maigrir chaque fois qu'on ne mangeait pas assez et grossir dans le cas contraire. Effet garanti. C'est un conseil qu'on retrouve dans tous les régimes de l'extrème ou dit équilibrés. L'explication a priori est que dans ce cas la rétention d'eau augmente, un peu suivant les mécanismes du Kwashiorkor http://www.msf.fr/site/site.nsf/pages/marasme. Personnellement, si j'augmente ainsi mes rations je grossis.

Pourquoi mon métabolisme serait-il bas ? Prédispositions génétiques ? Peut-être. Dans ma famille, les enfants et particulièrement les filles (niveau grand-mère, mère, tantes, cousines et des 2 côtés) sont génaralement rondes et maigrissent après le mariage. Je suis la seule exception niveau fille. Régimes ? Certainement. Mon jeune frère et moi avons été soumis à des régimes (ordre du corps médical) depuis notre plus jeune âge, et sommes les seuls dans ce cas. Nous sommes les deux seuls adultes mariés obèses. Ce que je traduis par tant qu'on nous impose des rations caloriques normales, nous sommes trop ronds dans la famille. A partir du moment où nous trouvons notre autonomie, si notre vision de la nourriture n'a pas été totalement faussée, nous retrouvons un poids normal en mangeant moins et sans contrainte. Mais pour mon frère et moi prédispositions génétiques + régimes et yoyo ont abouti à l'obésité. Pas de panique, nous ne sommes pas les seuls dans ce cas.

Yubaba a écrit:
Pas forcèment et c'est là aussi qu'on a du mal à me comprendre tu ne vas pas forcèment diminuer tes quantités tu vas les ajuster à ta faim donc soit augmenter soit diminuer pas que diminuer.
Quand tu dis cela, Yubaba, tu rejoinds totalement Asha, avec tout de même la conséquence que sauf très rares cas évoqués plus haut, si tu augmentes ta ration calorique, tu vas grossir. Relis dans catte page Citation:
http://www.gros.org/pagesgros/soixantemillions.html la régulation pondérale. Ainsi, comme l’a montré un nutritionniste malicieux, si cette personne se trompe et augmente seulement de 1 % sa consommation calorique, soit 25 calories de plus tous les jours, son poids augmentera de 9 kg en 10 ans !
Au détail près bien sur qu'il faut prendre 1% en évolution. Autrement dit toujours surévaluer ses besoins de 1% par rapport, non pas à son poids de référence mais par rapport à son poids du moment. Remarque et à décharge, la même page parle de l'augmentation du métabolisme par "gigotage" quand on augmente la ration calorique. Cela n'est nullement en contradiction. Augmenter les depenses pour augmenter le point d'équilibre. Il ajoute : "Nous savons que ces compétences métaboliques ne sont pas également distribuées chez tous les individus. Chez certains elles sont très faibles, voire inexistantes, les exposant à prendre facilement du poids lorsqu’ils consomment de la nourriture en excès."

Personnellement, ce que j'ai voulu retenir de ces pages, c'est qu'il était possible de jouer sur sa satiété modérée en mangeant très lentement. Détail qui ne m'avait pas été présenté en 1981-1982. A cette époque on m'avait expliqué "si vous n'avez pas faim 1/2 heure après avoir mangé, c'est que vous avez assez mangé". Zermati et Apfeldorfer disent plutot si vous mangez en 1/2 heure, vous arriverez à la satiété modérée à la fin du repas. En jouant sur ce simple point, je me suis rendue compte que j'arrivais à passer sans problème et sans sensation de privation d'un régime 2200 calories hors compulsions (même si elles étaient rares) à un régime de 1800 calories sans compulsion et avant pose d'un anneau. Il s'agit bien entendu de moyenne, je ne suis pas un métronome.

J'insiste aussi sur le fait que c'est la dégradation de mes fonctions vitales : diabète, avec pour conséquence un risque d'atteinte des jambes (artérite), des reins (néphropathie), des yeux (rétinopathie) et des nerfs (neuropathie) et hypercholestérolémie (risque cardiaque) et conséquences du poids sur les articulations, qui m'a fait retourner vers la recherche de l'amaigrissement. Est-ce un si mauvais message de dire que oui, dans ce cadre, j'ai réussi à maintenir une alimentation variée, même si elle est en quantité restreinte. Est-ce un si mauvais message que de dire, lorsque je mange, je le fais en me posant la question est-ce ce dont j'ai envie ? Est-ce que cette quantité m'a rassasiée. Même s'il ne s'agit pas de pleinitude mais de satiété modérée ?
Yubaba a écrit:
Justement tu n'est pas sensé avoir de fustration avec la RA si tu t'écoutes et suit ta faim et ta satiété voir même tes envies, j'ai pas l'impression qu'il devrait y avoir de fustration à moins de ne pas écouter certains signaux.
Il me semble qu'on arrive aux mêmes conclusions, avec juste ce détail : j'ai constaté qu'on pouvait largement déplacer vers le bas la sensatation de satiété modérée et ne pas avoir de frustration.
39 ans Somewhere, over the rainbow... 40
Beaucoup de courage se detache de ton témoignage maria. Continue dans ta quete de la santé. Je suis admirative.
50 ans Sud ouest 356
Je suis tombé sur cette discussion qui m'a interessée, alors je remonte pour d'autres.

En lisant Zermatti, et surtout Apfeldorfer, j'ai bien intégré que pour ne pas grossir, j'en arriverai forcément à moins manger. Car actuellement, je mange bien au delà de ma faim.
Mais je fais partie des personnes qui ne peuvent pas se résoudre à manger moins. Je sais que je mange trop, je connais assez bien les principes de la RA mais à l'idée de moins manger (sans frustrations, juste parce que je n'ai plus faim) je flippe. Des fois je suis à satiété, mais j'ai besoin tout de même de manger :cry:
Je ne peux pas non plus faire les exercices de deuil de la nourriture où il faut la jeter :cry:

Bon, c'est quand ma prochaine séance chez la psy ?? ;)
B I U