MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Crise d'hyperphagie et grossesse, comment gerez-vous ?

39 ans Devant mon ordinateur 84
Bonjour à toutes,

Tout est dans le titre... Est-ce que vous êtes sujettes à des crises d'hyperphagie alors que vous êtes enceinte ?
Comment gérez vous ces crises ? Avez  
vous des astuces pour limiter les dégâts ?

Quant à moi, elles ont fait leur retour après 4 mois de régime de diabétique... Je suis un peu perdue, et surtout je culpabilise énormément...

Je ne sais pas à qui, ni comment à parler.
Depuis le début, tout le monde me félicite sur ma capacité à suivre le régime à la lettre. J'ai peur des conséquences, et de décevoir tout le monde...

:cry:
34 ans 3196
Coucou Cawilu,

Je connais bien ce que tu décris, et je comprends ton sentiment de culpabilité...

Je suis enceinte de 8 mois, j'entame le 9e, et j'ai beaucoup de mal à gérer la nourriture. C'est très dur car, effectivement, on culpabilise beaucoup, et on entre dans un cercle vicieux : je culpabilise, j'ai une mauvaise estime de moi, donc je stresse, je mange, je culpabilise, j'ai une mauvaise estime de moi, etc. etc.

Mon mari me dit de me détendre, de ne pas y penser pour le moment (même discours chez les médecins), mais c'est hyper dur !!!

Moi les crises me prennent surtout lorsque que je suis seule, c'est-à-dire malheureusement assez souvent, puisque que je travaille chez moi. Dans ces cas-là, impossible de lutter...

Peut-être faudrait-il essayer de comprendre à quel moment ça arrive ? Est-ce que c'est la journée ? ou plutôt le soir ? Quand ton conjoint n'est pas là ?
Si tu parviens à identifier un peu les moments critiques, tu peux mettre des stratégies en oeuvre pour les éviter. Genre "là je sais que telle situation va m'amener à déraper, que pourrais-je faire pour me divertir l'esprit, ou pour limiter la casse ?"

Et puis si jamais tu craques, ne culpabilise pas trop (je sais que ce n'est pas facile, mais bon), car sinon tu vas t'enfermer dans une spirale de culpabilité dont il est difficile de sortir. On a toutes nos faiblesses hein, ce n'est pas parce que tu craques une fois, voire une fois par semaine, que tu es nulle.

En ce moment, j'arrive plutôt à gérer mes envies déraisonnables de nourriture. Ma soeur m'a dit hier qu'il fallait éviter autant que possible, durant la grossesse, de consommer du sucre (idem pour les fruits, sauf les pommes), car on produit plus de cortisol je crois, et qu'on le fixe beaucooooup plus facilement que d'habitude. Ca expliquerait peut-être pourquoi je n'arrive pas à enrayer ma prise de poids depuis le troisième mois !

Du coup, je limite le sucre. Et si une crise d'hyperphagie pointe le bout de son nez, je pense que si tu ne peux résister, tu peux t'orienter vers des aliments qui te "rempliront" efficacement et longtemps, mais qui limitent les dégâts au point de vue nutritionnel. Moi j'aime bien les spaghettis au blé complet avec du jambon blanc par exemple. En pleine crise, je peux en manger 300 à 400 g crus (c'est énorme !) mais après j'ai "satisfait" ma crise pour un bon moment, et je me suis pas tapé des chips ou du chocolat quoi.

Voili voilou. Bon, moi je suis pas un exemple d'hyperphage qui arrive à se contrôler, mais je pense que ça prend du temps à se résoudre. Ca fait des années que je travaille sur mon rapport à la bouffe, et c'est looong ! Mais j'y arriverai ! j'arriverai à comprendre et à maîtriser, à me libérer de l'angoisse de manger !
Ceci dit la grossesse n'est certainement pas le meilleur moment... Sois tolérante avec toi-même ;)

Et si ça peut te rassurer, moi j'ai pris durant cette grossesse, mais mon bébé est en parfaite santé, il est parfaitement dans la norme (3kg, 3,2 kg prévus à la naissance), pas de diabète gesta...

Ne t'en fais pas, tu vas y arriver !
P
34 ans 5
Cawilu a écrit:
Bonjour à toutes,

Tout est dans le titre... Est-ce que vous êtes sujettes à des crises d'hyperphagie alors que vous êtes enceinte ?
Comment gérez vous ces crises ? Avez vous des astuces pour limiter les dégâts ?

Quant à moi, elles ont fait leur retour après 4 mois de régime de diabétique... Je suis un peu perdue, et surtout je culpabilise énormément...

Je ne sais pas à qui, ni comment à parler.
Depuis le début, tout le monde me félicite sur ma capacité à suivre le régime à la lettre. J'ai peur des conséquences, et de décevoir tout le monde...

:cry:


Salut Cawilu !

Moi aussi je fais des crises d'hyperphagie, meme sans etre enceinte ! Bien sur je suis deja en surpoids de base et la je suis a 12 jours du terme de ma grossesse et je suis a +15kg alors que je voulais en prendre max 10 !! :(
En fait pour limiter la casse et les tentations, je n'achète rien a grignotter, pas de sucreries, pas de desserts, je n'ai rien dans les placards, juste ce qu'il faut dans le frigo pour faires les repas du midi et du soir ! Et je fais mes courses par internet pour ne pas etre tentée dans les rayons (de toute facon la je ne peux plus trop faire les courses lol).
Je reste beaucoup dans mon lit qui est tres loin du frigo et j'essaye de m'occuper la tete pour ne pas penser a manger, parce qu'il y a quand meme un supermarché en bas de chez moi donc c'est quand meme facile de descendre acheter des conneries !!
Tout ca fonctionne plutot bien pour moi, meme si parfois avec mon ami on craque et on va s'acheter des gros pots de hag*** da** pour les manger en 1 soiree ! (on est aussi gourmands l'un que l'autre, ca aide pas des masses...) mais lendemain je regrette et je refais attention !
Un truc qui fonctionne bien aussi c'est de noter tout ce que je mange via une application i**one qui te compte les calories que tu consommes, je peux te dire que ca calme direct quand tu vois la petite bonnefemme devenir rouge et plus grosse pace que tu depasses le nombre de calories autorisées par jour...
J'espere que ca pourra t'aider ! Enfin dans mon cas j'ai toujours eu des problemes avec la nourriture, je pensais que la grossesse allait atténuer ce phénomène étant donné que je ne suis pas toute seule dans mon corps et que ce n'est pas que mon bébé, mais parfois c'est vraiment difficile !!
39 ans Devant mon ordinateur 84
Bonjour les filles,

Alors pour répondre à vos questions, déjà avant de tomber enceinte, cela faisait quelques mois que je faisais le programme WW et cela m'allait bien. Je n'avais plus de pulsions de nourriture puisque j'avais toujours des aliments à volonté (ex : fruits et légumes), et rien que de le savoir, je savais que je pouvais en manger si j'avais faim. Du coup, je n'avais jamais vraiment faim, je n'étais pas dans la restriction. J'ai perdu de cette façon plusieurs kilos en quelques mois. En parallèle, je voyais une diététicienne du G.R.O.S. une fois par mois, pour parler de mes sensations de satiété, ma gestion du stress, etc.

Je suis également diabétique, j'avais donc un traitement oral avant de tomber enceinte. Quand j'ai appris ma grossesse, j'ai du arrêter cette médication. En règle générale, quand le diabète est installé d'avant la grossesse, on a très souvent droit à des injections d'insuline. Mais comme je n'avais qu'un pré-diabète, on m'a dit que je pourrais peut être y échapper avec un régime. Mon gynécologue m'a donc envoyé chez un diabétologue nutritionniste qui m'a prescrit un régime strict (1500 calories, pas plus de 3 fruits par jour, pas plus de 100g de protéines par repas ETC), et c'est là que ca s'est compliqué.

Ce régime implique aussi de vérifier mon taux de sucre dans le sang avant et après les repas. Pour cette raison, on m'a bien conseillé de respecter strictement les quantités, quitte à peser les aliments...

Au début du régime, j'avais une telle motivation d'échapper à l'insuline que je m'y suis tenu à la lettre. Résultat, j'en suis bientôt à la fin de mon 5eme mois, et j'ai du prendre 2kg depuis le début.
Mais depuis environ 2 ou 3 semaines, j'ai l'impression que j'ai davantage faim, et surtout bcp plus d'envies de sucré. J'essaie de faire attention, par exemple, je n'achète pas de produits sucrés telles que barres chocolatées, ou autres douceurs. n'empêche que même en essayant de reprendre mon régime sérieusement, j'ai des craquages. Exemple : à midi, je me prépare mon plateau de repas, en suivant toutes les règles du régime. Je finis mon repas avec une compote sans sucre ajouté. Ben, après le repas, j'ai eu une pulsion, j'ai du en manger au moins 5 pots de 100g....! J'étais très triste de ne pas résister même à des aliments comme ceux là.

C'est vrai que ces crises n'arrivent que quand je suis seule, d'ailleurs mon copain n'est pas au courant, je n'ose pas lui en parler. J'ai peur de l'image qu'il pourrait avoir de moi. De devenir moins séduisante à ces yeux, qu'il pense que c'est une question de volonté. Pour l'instant, je suis en arrêt maladie, donc seule la journée. Cela n'aide pas non plus. Normalement je vais une heure par jour à la piscine, mais aujourd'hui je n'avais pas l'envie. De toute façon, cela ne remplit par une journée.

Je suis un peu perdue. Mes crises arrivent souvent après manger (un comble, puisque je ne devrais pas avoir faim à ce moment là!), et quand je m'ennuie, ou que je me sens pas bien. Ce qui me dévaste, c'est de sentir une crise arriver et ne pas du tout arriver à me retenir. Je sais bien que quand je retourne dans la cuisine et qu'ouvre le frigo, mentalement, je n'ai pas faim, ni besoin de manger. C'est une forme d'envie irrépressible, et dès lors, je connais le prix à payer : ce sentiment de culpabilité et de honte qui va pas me lâcher de la journée...

Désolée pour cette logorrhée verbale... :? mais j'en ai besoin
34 ans 3196
Je me reconnais dans ce que tu dis. Fin du repas, puis la tension monte ; encore envie, ou plutôt "besoin" de manger, de se remplir.

Je vis vraiment, parfois, cette sensation de besoin irrépressible, comme un toxico qui a besoin de sa dose... :? Des fois j'en pleure de rage devant mon frigo, parce que je sais que la crise ne s'arrêtera que quand j'aurais cédé... Si j'arrive à ne pas craquer, je suis d'une humeur de chien et je ne me sens pas bien, et si je craque, c'est la culpabilité et le dégoût de soi qui se pointent... Et puis il faut dissimuler les traces du forfait, pour ne pas que le cher et tendre s'en rende compte en rentrant et nous juge...

De mon côté, je le vis vraiment comme une forme d'auto-mutilation : je me tourne précisément vers des aliments qui ne sont pas "bons" pour moi, ceux qui me feront le plus culpabiliser. J'essaie d'analyser ça mais ce n'est pas simple.

Parfois, ce qui m'aide, c'est d'aller faire une sieste... Je sais pas pourquoi mais quand je suis en mode régime, dormir m'aide beaucoup. Quand on dort, on ne pense pas ;)

A priori tu connais bien les régimes et leurs trucs et astuces, genre boire de l'eau ou de la tisane, manger des pommes en cas de fringales, etc. Si tu ne trouves pas la volonté d'appliquer ces solutions (c'est mon cas, parfois j'ai beaucoup de mal), c'est certainement qu'il faut régler un problème de tension psychologique. J'ai jamais essayé mais pourquoi pas un peu d'acupuncture ou de méditation par exemple ?

Peut-être faudrait-il que tu prennes rdv avec ton nutritionniste pour en parler ? Normalement, il devrait pouvoir t'aider à gérer. Il pourra certainement augmenter les portions, ou te conseiller tel ou tel aliment en cas de craquage ?

Ne sois pas trop dure avec toi même. Tu n'es vraiment pas dans des conditions faciles entre le diabète et la solitude.

Quand ma soeur a fait WW il y a quelques années, elle gérait ainsi son hyperphagie : elle s'autorisait un "craquage" par semaine, planifié. Genre le mercredi midi, elle se faisait plusieurs platrées de pates complètes ou de patates (elle changeait une semaine sur deux), à volonté, et elle mangeait très léger le matin et le soir ce jour là. Normal les autres jours. Elle mangeait vraiment des quantités impressionnantes et pourtant elle a perdu plus de 30 kgs !! :shock:

Je pense que l'organisme rétablissait l'équilibre sur la semaine. Après, c'est vraiment pas une solution à long terme, parce que ça ne "soigne" pas l'hyperphagie. Ca la cadre, c'est tout.
Mais pour la grossesse, en attendant de retrouver la volonté et la force nécessaire, tu peux peut-être mettre en place un fonctionnement similaire le temps que ça aille mieux ? Genre "tel jour, je m'accorde le droit de manger tel aliment (à choisir soigneusement), à volonté, sans culpabiliser". Mais seulement ce jour là. Si c'est prévu le mercredi midi par exemple, et qu'une crise survient le lundi, je t'assure que tu pourras résister. Psychologiquement, la perspective de pouvoir t'autoriser l'écart un peu plus tard te permettra de tenir. On ne peut pas être parfaite 7j/7, 24h/24, c'est inhumain, et ça fait naître le sentiment de frustration.

C'est pas une solution idéale mais c'est peut être une idée à creuser ?
39 ans Devant mon ordinateur 84
Annsopot, ta proposition me parait intéressante, c'est vrai que ca ne fait pas le même effet de savoir qu'on a droit à un écart par semaine que rien du tout.

Par contre, je ne sais pas si cette méthode est possible avec le diabète. Comment le bébé peut gérer ce pic de sucre ? je n'en sais rien.
Je vois le diabétologue dans 15 jour, c'est sur que je vais lui en parler. Mais en attendant, il va falloir que je trouve des astuces et que je m'occupe pour "limiter la casse".

Ca me fait du bien de savoir que je ne suis pas seule, merci beaucoup pour vos messages/témoignages.
C'est vraiment pas évident ...
34 ans 3196
C'est sûr, le diabétologue sera le plus à même de t'orienter !

Bon courage en attendant en tout cas. Et puis tant pis pour les compotes en trop, demain est un nouveau jour, et tu vas pouvoir reprendre sérieusement ;)

On est de tout coeur avec toi !
39 ans Devant mon ordinateur 84
Oui, c'est ce que je j'essaie de me dire chaque jour : tout peut être encore repris en main...
Il faut que je m'en tienne à ca.

Merci de ton soutien... vraiment... :)
943
Coucou Cawilu

Mon témoignage, j'espère qu'il pourra t'aider.
Je suis hyperphage depuis, pff, longtemps, et enceinte de presque deux mois. Il y a un an, je suis tombée enceinte et ai fait une fausse couche. Beaucoup de tristesse, d'angoisse, et l'hyperphagie qui était pour moi "sous contrôle" (apaisée) depuis plusieurs années a repris une place énorme dans ma vie. J'ai pris 15kg en 6 mois.
J'ai très peur de refaire une fausse couche, donc mon anxiété est très importante, donc une crise n'est jamais loin.
Pour essayer de m'éviter cette souffrance (ce n'est pas une source de honte comme nous nous l'imaginons toujours, c'est avant tout une source de souffrance, une manifestation de détresse!), je tente d'identifier les émotions qui déclenchent la crise. Et de les apaiser. Par exemple, le soir après le dîner (environ une heure après le dîner), grosse envie de manger, je tourne en rond, j'ai faim. En fait pour moi la tombée de la nuit et l'heure du coucher sont très anxiogènes, j'ai des difficultés à m'endormir, depuis toute petite, et la nourriture me remplit de "rassurant" quand la nuit avance et que je commence à stresser !! bon ce sont mes angoisses personnelles...

Je vois une psy une fois par semaine, ça m'aide beaucoup...

Ce qui m'aide aussi, c'est de faire une petite séance de sophrologie (il y en a en téléchargement gratuit), j'ai pris cette habitude quand j'ai arrêté de fumer (arrrrrgh !).

Et si je fais une crise, j'essaye de rééquilibrer sur plusieurs jours (mais pour toi, avec le diabete, c'est effectivement compliqué :). Par contre j'en parle à mon amoureux, il me rassure, me déculpabilise...

On respire un grand coup :shock:

Courage !!!! :D
45 ans Paris 18
Hello à toutes,
Je suis exactement dans le meme cas et je comprends bien le probleme... Enceinte de 10 sg, j'ai deja de l'insuline lente et rapide depuis plus d'un mois!
Au debut, ca se passait bien mais, usure de l'hygiene alimentaire stricte + seule à la maison pour arret de travail ne font pas bon menage.
Chaque jour c' est un peu plus difficile. La nuit, je reve que je fais des orgies de bonbons et le matin, je me demande cOmment je vais passer la journee.
Quand j'ai tenté d'en parler à la diet de la mater, elle m'a dit d'en parler avec ma psy (merci madame, je vous avais attendu pour y penser, ca fait juste 25 ans qu'on en parle et ca fait pas avancer le shmilblick...)
J'en viens parfois à me dire que je vais me faire un craquage organisé avec une bonne dose d'insuline pour absorber ca... Mais je ne crois pas que ce soit une tres bonne idee de faire ca toute seule dans mon coin sans en parler au diabeto. De toute facon, je ne crois pas qu'il validera l'idee...
Bref, je n'ai pas de solution à cet epineux probleme mais je le partage et c'est dur à vivre...
39 ans Devant mon ordinateur 84
Bonjour les filles,

Je vois que ce problème concerne finalement plusieurs personnes... je me sens moins seule, et cela me fait du bien.

Vendredi matin, je vois le diabétologue, je vais essayer de lui parler pour voir s'il est possible d'augmenter un peu certaines quantités, pour me sentir moins contrainte à un régime trop strict.

En parallèle, je vais participer en septembre à une réunion d'échanges d'expériences concernant l'hyperphagie, animée par une nutritionniste du GROS. J'ai hâte parce que je pense que cela va me faire du bien d'en parler de vive voix à des gens qui sont confrontés à ça quotidiennement.

Me concernant, depuis quelques jours, j'arrive à "rationaliser" mes repas, j'espère que ça va durer... J'ai reçu un mail de ma nutritionniste(du GROS)qui a été ADORABLE et qui m'a rassurée, en me disant que ça n'était pas si grave d'une part, et que d'autre part, certaines crises n'empêchent pas de se remettre en selle dans la semaine...

Voilà pour les nouvelles les filles, merci pour tous vos messages/témoignages, et je vous tiens au courant de l'évolution des choses...
B I U