MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

quand le travail ne va pas ...

34 ans Yvelines 54
Ce matin j'ai pas le moral ... rien à voir avec mon poids mais mon travail. Je suis fonctionnaire, et je travail dans un rectorat à la paye des professeurs.  
Je sais surement ce que vous vous dites " ah fonctionnaire... ça fout rien ces gens là ". Bah non ... je fais un travail de RH et je suis payée meme pas le smic si on enleve mes primes. dans un mois,j'ai deux semaines " normales "de travail, et deux semaines de rush ou c'est un enfer impossible. Et je vous parle meme pas de la rentrée. on gere tout, l'administratif et la paye. Un boulo complexe et complet. J'aime pas ce boulo. Enfin je n'aime pas ce qu'il represente. Je suis rentrée dans la fonction publique pour faire plaisir à mes parents alors que j'avais des reves de journalisme. Mais bon famille de fonctionnaire, la fonction publique y'a que ça de vrai. Tu parles ...
Ce matin ma responsable m'a dit que je faisais de la merde.
"pourquoi t'as pas demandé ta mute en fait"
Bah peu etre parceque je pensais que mon boulo etait bien fait, quej'ai eu un 80% pour l'année prochaine et que j'ai ouvert une auto entreprise ... peu etre aussi parceque ce service donne l'impression d'etre une grande famille mais que part derrière ça balance beaucoup ...

Je sais pas quoi faire ... démissionner ? me barrer sans rien dire ? prendre une dispo et faire une formation en alternance ? En tout cas j'ai le coeur en miette. Deja que j'ai pas confiance en moi ...
36 ans 91/45 2454
Ohhh comme je te comprends .. Je suis fonctionnaire SMICARD aussi lol. Ma chef me prend aussi pour une merde :D
Bon tu as le droit aux formations alors vas-y, lance toi, tu t'en fous et en plus ça te fera prendre l'air !
33 ans 1085
Hello Catawoman!

Je me suis déjà retrouvée dans ta situation, un boulot qui ne me plaisait pas du tout, accepté pour rassurer mes parents, qui me faisait partir tous les matins la boule au ventre et m'empêchait de dormir la nuit. J'ai tenu 5 mois avant de poser ma démission.

Démissionner n'est jamais une chose facile à faire mais parfois c'est nécessaire. Cependant, avant de partir, j'ai passé plusieurs entretiens d'embauche et j'ai pris le temps de chercher ce qui m'avait tant déplu dans mon travail et ce qui me manquait afin de ne pas me tromper une nouvelle fois dans mon choix de carrière.

Ainsi, si tu es malheureuse, je te conseille avant tout de chercher le travail dans lequel tu pourrais t'épanouir. Soit active dans ta recherche, passe des entretiens, renseigne toi sur les formations si tu désires changer de voie (et des aides car si tu démissiones, tu n'auras le droit qu'au RSA). Je te déconseille de démissionner tant que tu n'auras pas trouvé un autre emploi et tant que tu ne seras pas convaincue que ta nouvelle carrière est bien ce que tu recherches.

En bref, à tête reposée, en faisant abstraction de tes angoisses quotidiennes.... Rien n'est définitif, tu es jeune, tu as toute ta vie devant toi et certainement beaucoup d'opportunités! Avec un grain d'optimisme et surtout en prenant les choses en main, tu te sentiras déjà beaucoup mieux!

Bon courage!
33 ans 1085
J'oubliais...

N'abandonne pas tes rêves non plus. Si c'est le journalisme qui te tente, alors lance toi à fond dans cette direction et oriente tes recherches dans ce secteur. Tu as un travail, tu as donc tout le temps de chercher LE boulot de tes rêves sans contraintes financières. Et tu verras qu'en période de recherche, le fait de SAVOIR que tu fais tout pour changer et que ta situation n'est que temporaire, tout ça rendra tes journées bcp plus agréables...
39 ans 34
Coucou!
Ton souci me parle beaucoup, car je suis prof.
Alors oui, c'est vrai: dans les rectorats, vous n'avez pas bonne presse. Par la lenteur, le fait de ne jamais être dispo et surtout, le fait que les gens qui y sont et qui veulent bien faire, comme toi, sont traités comme des m...e. Et vous n'êtes pas nombreux!! Il ne faut pas chercher: c'est le merveilleux univers de l'éduc nat.
Un seul conseil: pars de là. Si tu peux subvenir à tes besoins autrement, barre-toi et trouve-toi un métier dans lequel tu pourras t'épanouir pleinement. Pour ma part, j'ai démissionné deux fois avant d'être prof. Aujourd'hui, je ne regrette pas ce choix! :D

En plus, franchement: bosser dans un rectorat!! Nan mais, quelle idée, hein... :lol:
62 ans Avignon (84) 116
Bonjour ;
c'est vrai que le boulot c'est pas rose...
Tu as là les conséquences d'une responsable "zélée" qui voit en la RGPP( Révision Générales des Politiques du Public) la solution à la survie su Service Public et le moteur de son ascension professionnelle.

Je réponds à ton message pour deux raisons.

La première est que moi aussi je rêvais d'être journaliste.
Je n'ai pu concrétiser ce rêve.
J'en suis pour bonne part responsable, même si dans les années 70 il fallait être "technicien" les orientateurs n'avaient que ça à la bouche, par voir de conséquences mes parents aussi, en revanche j'aurais dû m'accrocher à ce rêve, je sais aujourd'hui que j'aurais pu l'atteindre.
Ainsi, je te conseille de chérir ce rêve et de lutter contre toutes les adversités pour qu'il aboutisse, tu en seras très heureuse j'en suis convaincu.

La seconde raison est que je suis militant syndical du privé, je milite avec Force Ouvrière, organisation proche du Secteur Public.
Alors tout d'abord tu as des droits ; ils sont inscrits dans vos textes qui encadrent le travail dans l'éducation nationale, ou le Code du Travail et ses déclinaisons de branches si ton contrat est privé..
Si tu n'es pas encore encline à faire face, construit au moins ce que sera ta défense plus tard, lorsque tu voudras attaquer pour harcèlement.
Au niveau juridique cinq motifs sont recevables par un tribunal dès lors qu'on démontre qu'ils sont répétitifs :

-La dépossession des moyens de travailler sans raisons motivées,
-La dépossession des responsabilités et de l'autorité dans le travail, sans raisons aussi,
-La preuve de diffamations et de discriminations,
-Les arrêts "maladie" ,voire accidents du travail( expl : craquer au travail, se faire accompagner par les pompiers ou un organisme compétent à la médecine du travail puis au médecin traitant) pour motif d'ambiance professionnelle insupportable,
-Les témoignages sur les 4 points ci dessus.

Réunis le plus de preuves en ce sens pour commencer.
Ensuite, surtout ne démissionne que si tu es en situation d'embrayer sur autre chose qui satisfera à tes objectifs personnels et te permettra d'avoir une rémunération .

Enfin, cherche de l'aide soit directement avec un représentant du personnel , soit dans une permanence syndicale dans ton voisinage direct.

Pour des formations, le problème est que l'on peut te les refuser, y compris par abus au motif de "besoin de service"
Dans le privé, il ne peut y avoir qu'un seul refus.
Je te conseille de faire des demandes par écrit, et de demander des réponses écrites.
Tu peux utiliser les CIF (Congés individuels pour Formation) et les FONGECIF ou FOPIRCIF pour le financement.
Attention ce sont des commissions semestrielles qui attribuent les aides, tous les six mois, donc dès que tu as l'aval de ton employeur, il convient de renouveler les demandes tous les six mois !
Voilà espérant que ces quelques mots pourront t'aider.
Cordialement.
La fripouille
34 ans Yvelines 54
Merci beaucoup à tous pour vos réponses. Ca fait du bien ( façon de parler ;) ) de voir que l'on est pas seule.

J'ai prit ma pause du midi, respiré et parlé avec une amie. Le fait est que depuis que j'ai reprit le travail j'ai aussi refait quelques crises de boulimie et hyperphagie. Ca faisait trois moi que j'avais décroché. Pas facile donc ...

Je ne pense pas demissionner de suite. Le journalisme j'ai racroché depuis pas mal de temps et j'avais d'autres envie en tete, du fait que j'aime particulierement travailler avec les animaux. Par contre mon amie me conseille de me faire hospitaliser pour la boulimie. Pour me permettre de respirer un coup.

J'ai deja eu le droit à un clm pour depression et l'année derniere j'ai été arretée 2 mois et demi suite à la rentrée et aux conditions de travail ( rechute ). Mon travail n'est pas responsable de tout, j'ai des antécédents mais je doute qu'il ameliore les choses.

Financièrement .. mon mari gagne 1500 par mois, en début de carrière et on a un loyer assez concéquent ( vive la banlieu parisienne ) donc je ne peux pas me permettre de demissionner.

La rentrée, j'ai pas envie de la faire : 1/ je m'en sens pas les rheins là
2/ apres le blabla de ma collegue sur mon boulo horriblement mal fait ... je me dis que ça serait mieux pour les profs que quelqu'un d'autres le fasse
3/ sans doute un petit gout amère de vengeance : ils se demerderont sans moi vu que je suis si nule .. pas tres constructif oui je sais ... :s
B I U