MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

quand et comment je vais reprendre mon poids ?

38 ans 106
J'ai bien compris que selon les lois statistiques j'ai 97% de ne pas réussir à maintenir ma perte de poids.

Mais il y a plusieurs questions que je me pose.  

Dans ces enquetes comment définissent ils l'échec ?
Est-ce qu'une personne qui a repri quelques kilos fait partie de ceux qui n'ont pas maintenu leur poids donc sont comptabilisés comme des échecs ?

ça fait trois ans déjà que j'ai perdu du poids. C'est la première fois que je perds du poids et depuis que je suis sur VLR je m'inquiete en vous lisant.

Quant-est-ce que je vais commencer à merder ?

pour l'instant mon poids est stable, mais d'après les statistiques entre maintemant et 2014 je vais reprendre tout le poids perdu ?

j'aimerai avoir le témoignage de personnes qui ont repris tout le poids perdu et plus.
Comment l'ont elle vu venir et pourquoi n'ont elle pas réussi a endiguer la reprise.

je n'ai pas l'impression d'être en restriction mais peut être que je me trompe. je n'ai pas d'aliment tabou.
Ma vie n'est pas parfaite, comme tout le monde j'ai des problèmes. Pour l'instant ça n'a pas a eu d'incidence sur mon poids.

je suis toujours ronde mais j'aprécie tous les bénéfices de ma perte de poids.

L'idée que je vais tout perdre en deux ans waouh... ça fait mal. Il ne me reste plus qu'à prier pour faire partie de ces fameux 3% :o
S
85 ans 4896
Déjà si tu n'as pas repris depuis 3 ans, déstresse-toi.

Je te conseille d'aller faire un tour sur le site www.gros.org et dans la section RA du forum.

Si tu manges à ta faim, ce qui te fais envie, que tu n'as pas pulsions alimentaires il n'y a pas de raison que tu regrossisses obligatoirement.

Ma meilleure amie a fait WW il y a 15 ans, cela a été son seul régime, elle a perdu et n'a pas repris. Elle mange normalement et ne compte rien par contre, elle mange à sa faim ce qui lui fait envie.

Personnellement j'ai repris la plupart du temps dans les deux ans. J'avais l'impression d'avoir un équilibre, mais j'avais des aliments tabous. Quand je les regoutais car je pensais pouvoir gérer, cela faisait comme quand j'arrêtais de fumer, d'abord une puis deux, puis trois, etc,, pour ensuite ne plus pouvoir m'arrêter. Je voulais compenser le lendemain, je me privais et ainsi de suite.

Le poids ne remontait pas tout de suite, au départ je me disais même, génial je mange ce que je veux je ne grossis pas et pourtant ensuite,je prenais pas pack de 5 kilos environ avec chaque fois une petite phase de stabilisation.

Depuis 4 ans, je n'ai pas repris alors que j'ai eu des périodes ou je n'arrive pas toujours à gérer mes émotions (comme en ce moment par exemple) je mange certains aliments réconfort au dela de ma faim et je ne grossis pas pourtant. Il est vrai que j'écoute aussi plus mon corps et que le repas après j'ai incroyablement envie de légumes, certains légumes en particulier, donc je pense que cela s'équilibre comme cela.

Quand je faisais les régimes, c'est mon cerveau qui disait,tu as mangé du chocolat, il FAUT que tu manges des légumes au prochain repas et cela ne marchait pas car je n'écoutais pas mes envies, je ne les analysais pas je pense.

Ne te mets pas trop la pression, écoute ton corps, tes envies.

Je te souhaite de faire partie du pourcentage qui ne reprend pas.
44 ans Paris 9866
Pareil que Saralou: je ne reprenais pas tout de suite, j'avais l'impression d'être stabilisée, de pouvoir remanger des aliments "diaboliques"... ma méfiance s'endormait. Et, une fois la reprise amorcée, impossible de l'arrêter.
74 ans 2403
Et si dans le régime effectué il n'y a pas de notion de mauvais aliment ?
44 ans Paris 9866
chapinette a écrit:
Et si dans le régime effectué il n'y a pas de notion de mauvais aliment ?


dans tout régime il y a des "mauvais" aliments (par nature, par quantité, par l'heure où on les mange, par son groupe sanguin, etc) ;)
107 ans Sous la neige au fond à droite 7534
Comme Saralou et Poupoule. J'ai un côté très capricieux lequel, combiné à des héritages psychologiques familiaux (merci Papa :D) qui se manifestent sous la forme d'une sorte de terreur de manquer de, fait que je supporte très très très mal la frustration.

'Me rappelle, début vingtaine, j'ai essayé le régime soupe au chou. J'ai passé genre 24 heures à faire mes litres de soupe, tout était bien ordonné dans des tas de tupper et tout. Je me lève, je mange mon bol de soupe et j'ai eu une telle frustration que je me suis fait trois hotdogs.

Ce fut la fin de mon régime soupe au chou, mort de sa belle mort à 10 minutes :lol:.
S
85 ans 4896
chapinette a écrit:
Et si dans le régime effectué il n'y a pas de notion de mauvais aliment ?


Je rejoins poupoule sur le fait que dans les régimes dit "équilibrés" il y a quand même une restriction de la quantité.

En fait pour ma part, à partir du moment ou c'est mon cerveau qui dit "tu dois arrêter cet aliment tu ne devrais pas en manger plus que x" cela engendre une frustration comme darlee-doo également.
52 ans 472
Je suis dans le même cas. Après une vie passée à faire le yoyo, j'ai perdu tout mon surpoids sans chirurgie et je rentre dans ma cinquième année de minceur. Mon poids est stable à + ou - un kg.

Autrefois, je reprenais tout parce que je finissais par remanger comme avant le régime : compulsions alimentaires, alimentation à base de pâtisseries et biscuits apéritifs. Je me jurais que le lendemain, j'allais me remettre au régime alors, pour la dernière soirée, j'en profitais et je me goinfrais ! Evidemment le lendemain ça recommençait : c'est pas pour aujourd'hui mais demain, c'est sûr !

Cette fois ci, je n'ai pas repris parce que je mange normalement. J'ai fait un travail psy pour arrêter ces compulsions. Je peux garder dans mon placard des biscuits et du chocolat sans tout vider d'un coup (c'était inconcevable avant ; si j'achetais du chocolat, c'était pour me faire la tablette tout de suite).

Autre point important : pendant mon régime (et je continue maintenant) je me suis mise au sport quotidien. Au lieu de perdre la masse musculaire (ce qui est inéluctable dans un régime même proteiné), j'ai considérablement accru ma masse musculaire.

Dernier point : je me pèse tous les jours et je ne fais pas l'autruche. Dans les périodes où je mange plus (sorties, vacances) je veux en voir le résultat (autrefois, je ne me disais que je me pèserai quand j'aurai maigri). Je ne me mets jamais dans une situation où j'aurais à refaire un régime. Si je prends un kg, je fais plus de cardio et je reperds tout de suite.
38 ans 106
Si je n'ai jamais fait de régime c'est parcequ'en la matière je suis la reine de la procrastination.
Aujourd'hui je suis contente d'en avoir suivi aucun.

chaque jour je me demandais "que veux-tu de cette journée ?" donc je ne me concentrais que sur le jour présent, ça ne concernait pas vraiment le poids au départ, la perte est un cadeau bonus.

j'ai bien compri que ce sont les restrictions qui engendrent les compulsions jusqu'à tout reprendre.J'adore les chips et la glace, depuis que j'ai arrêté de culpabiliser d'en manger, j'ai arrêté de les désirer autant.

J'aimerais rencontrer un medecion du gros mais je ne sais pas ce que je vais lui demander mise à part: peut-on être en restriction sans s'en rendre compte?
44 ans Paris 9866
nabelle a écrit:
J'aimerais rencontrer un medecion du gros mais je ne sais pas ce que je vais lui demander mise à part: peut-on être en restriction sans s'en rendre compte?


Je pense que oui, on peut même nier être en restriction alors que c'est évident.
Ca me paraît un motif de consultation tout à fait légitime: se poser des questions sur son rapport à la nourriture, chercher à savoir où on en est, quelles traces les régimes ont laissées ou non, etc.
B I U


Discussions liées