MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Quand l'anorexie, la boulimie et l'hyperphagie fusionnent...

30 ans 350
Bonsoir,

Je ne sais même pas par où commencer...

Je vous fais un petit topo: j'ai été hyperphagique de mon adolescence jusqu'a il y a un an à peu près. Je mangeais  
de tout, tout le temps, en très grosses quantités... Je ne pouvais pas passer devant une boulangerie ou une épicerie sans acheter quelque chose d'excessivement bon et calorique... Idem pour Mac Do (ou j'en avais pour 20€ le repas,ça vous laisse imaginer tout ce que je prenais) ou subway etc...

Il y a un an et demi, j'étais à 125kg. Ma mère m'a poussée à faire un by pass. J'ai alors fait les démarches, mais j'étais tellement effrayée par l'anesthésie et toutes les merdes possibles post opératoires que j'ai décidé de perdre du poids toute seule. Ca avait plutot bien marché, je me suis faite vomir et j'ai un peu perdu. Donc démarches pré opératoires avortées (dans ma tête si je pouvais le faire toute seule je n'en avais plus besoin), et la je me suis remise à manger et il y a 4 mois je me suis repesée et j'en étais au même point qu'il y a un an et demi (125).

Depuis je suis passée de l'autre côté des TCA. Je me suis mise à vomir. Oui, j'avais pleinement conscience de ce que je fais, je connais les risques (étant issue d'une famille de médecins le danger de cette pratique ne m'échappe pas), mais je perdais beaucoup. Enfin je perds encore... Pour moi les risques de vomir étaient moins élevés que l'obésité morbide dans laquelle j'étais... Donc beaucoup de kilos perdus en peu de temps, mon copain qui m'encourage dans cette voie. Comme on habite ensemble il sait que quand je vais aux toilettes après le repas ce n'est pas pour jouer au golf, et on en parle ouvertement. J'en parle ouvertement avec tout le monde en fait et tout le monde me pousse à continuer (WTF... :shock: ) en me disant quelque chose qui me fait rire "fais quand même attention à toi". (par tout le monde j'entends ma famille et mes amis). J'étais encore boulimique à cette période, car je faisais toujours mes crises, mais je vomissais immédiatement après (parfois 2/3 fois par jour, mais sinon moins, juste le repas du soir quand ça va bien) et je prends des laxatifs régulièrement.

Puis depuis un mois j'oscille entre boulimie et anorexie. Je compte la moindre calorie assimilée (maximum 500 par jours), je prends des compléments alimentaires pour me voiler la face, mais je me suis rendue compte que c'était grave quand, il y a deux semaines, j'ai refusé de m'alimenter pendant toute une semaine et que je me suis retrouvée alitée toute cette période. Mon copain a eu la présence d'esprit de réagir cette fois, et m'a acheté des sushis (je n'y résiste jamais ^^ ) et m'a forcée à ne pas les vomir...

Je suis obsédée par mon poids que je vois descendre sur la balance. Je me berce d'illusions traditionnelles du style "quand j'arriverai à tel poids je m'arrêterai de vomir", mais je sens bien que je suis prise dans l'engrenage. Le truc c'est que c'est tellement plus "facile" de perdre du poids de cette manière que je n'arrive pas à arrêter. Maintenant je suis entre anorexie et boulimie, je mange un yaourt quand je me lève avec un complément alimentaire, éventuellement un fruit, et le reste je le vomis. La faim me tenaille toute la journée et toute la nuit mais je me répète "c'est une bonne faim, ça veut dire que tu maigris". Parfois il m'arrive de refaire des crises, mais comparé à avant ce sont des "crisounettes", et je les vomis immédiatement après.

Ma relation avec mon copain s'est beaucoup améliorée depuis que je re-rentre dans du 46... Avant il n'avait plus envie de moi, maintenant oui, il me montre un peu plus d'affection (bon nos relations restent très conflictuelles mais c'est une autre histoire)

Je ne sais pas quoi faire, continuer? Arreter? Regrossir? J'en ai trop peur. Je veux que le regard de mon copain continue de changer en me regardant, je veux faire fermer leurs clapets à tous ces gens qui pensaient que je ne pouvais pas le faire, je veux impressionner mes amis, et que ma famille soit fière de moi... Je sais, j'ai besoin d'un bon psy, mais je n'ai ni l'argent ni l’énergie pour en ce moment... Alors voilà je viens me confier à vous... Merci d'avoir lu mon pavé jusqu'au bout!
30 ans Dans le sud ;) 5608
Tu sembles être consciente de tous les risques encourus, il est donc inutile que je te rappelle que tu risques de faire une crise cardiaque à tout moment, de développer un cancer de l’œsophage et qu'à ce rythme t'auras des dents pourries dans moins d'un mois.

Quand je te lis, j'ai presque envie de te mettre virtuellement un bon coup de pied au cul, tu penses vraiment que perdre du poids en te faisant vomir est " impressionnant " ? Et sur le long terme, t’envisage ça comment ? Non parce que même si tu arrêtes de vomir a " tel poids " ( ce dont je doute fort, et je suppose que toi même tu sais que c'est impossible ) tu reprendras forcement ! Tu penses que tu peux te faire vomir toute ta vie ? C'est ça comme avenir dont tu as envie ? Voir le trou des chiottes après chaque repas ?

Quand à ton entourage, j'ai juste envie de hurler, comment peut on laisser quelqu'un se détruire comme ça ?! Ton copain est content parce que tu rentres dans du 46 en te faisant vomir ? Wow, quel homme fabuleux ! Quand à ta famille de médecins eux aussi t'encouragent ? Super le gros manquement au serment d'Hippocrate !

Chez moi on appelle ça de la non-assistance à personne en danger.


Mon post va te paraitre dur, mais je n'ai en aucun cas envie de te blesser, je veux juste te reveiller, essayer de te sortir la tête de l'eau dans laquelle j'ai l'impression que tu es en train de te noyer. Je ne peux que t'encourager à arrêter et à aller consulter un psy ( si tu n'as pas l'argent nécessaire va dans un CMP )
S
85 ans 4896
Essaie de te relire comme tu lirais le post d'une autre personne.

Je pense que tu verras que la personne qui a écrit ce post est en danger.

L'énergie c'est normal que tu n'en aies pas tu es dénutrie. La nourriture sert de carburant et tu le vomis, donc cela ne t'aide pas à fonctionner.

Je ne connais pas le système français, mais je pense qu'il doit quand même exister des services spécialisés dans les hôpitaux pour ce genre de problème ?

Je rejoins MlleK sur l'attitude de ta famille et ton copain. Le risque de mort lié à la dénutrition est réellement présent malheureusement. S'il y a des médecins dans ta famille ils devraient le savoir.

Quand aux risques de l'obésité, il faut quand même savoir que des études tendent à penser que c'est plus le mode de vie que la graisse uniquement qui influe sur la santé.

Tu es dans une impasse, comme l'a dit Mlle K, tu ne peux pas continuer à te faire vomir toute ta vie, ou tu vas la raccourcir considérablement. Je pense que tu dois aller chercher de l'aide auprès de personnes spécialisées dans ce genre de troubles.

Et il existe des hommes qui désirent leur femme quel que soit leur poids.

Courage, essaie de réagir en aller chercher de l'aide.
47 ans Lorraine 4326
Tu es consciente des dangers , que tu mets ta vie en jeu .

Moi ce qui m'interpelle c'est que tu maigris pour ta mere , puis pour ton "copain" . et toi , tu veux quoi ? t'etais comment à 125 kg ? plus en forme que maintenant non ?

Allez zou, prend RV immediatement avec ton médecin et ne lui caches rien de ton etat .
y'a p'tet moyen de t'aider "physiquement" rapidement .
41 ans 1114
Félicitations, tu es anorexique/boulimique :?
Ces 2 TCA ont l'air de ne pas aller ensemble du tout, et pourtant ils vont souvent de paire.
C'est quand une personne ne s'alimente pratiquement pas, mais qu'en parallèle elle fait des crises de boulimie et qu'elle va ensuite tout vomir.
D'après ton témoignage, tu as tout l'air d'être dans cette spirale.
Je ne sais pas si ça peut t'apporter un quelconque soutien, mais ton cas est très loin d'être isolé. Et très loin d'être incurable.
J'ai passé pas mal d'années plus ou moins dans le même état que toi.
Ce qui m'a fait sortir de mon monde parallèle, c'est quand j'ai commencé à avoir des carences en potassium et que j'ai eu peur pour mon coeur. Sans compter les remontées acides qui me réveillaient en pleine nuit.Et la fatigue chronique.
Mais bon, tu connais les risques, tu l'as dit. Si tu continues à le faire c'est que psychologiquement les bénéfices te semblent actuellement supérieurs aux risques encourus. Donc je n'insisterai pas là-dessus, je pense que ça ne servirait à rien.
A mon avis dans ton cas la seule solution est d'aller voir un psy.
Je sais je sais, tu as dit que tu n'en n'avait ni l'énergie ni les moyens.
Pour les moyens: il y a les CMP, et il faut aussi savoir que les psychiatres sont remboursés par la sécu. Si tu en trouves 1 qui ne pratique pas des tarifs prohibitifs, tu n'auras pas à sortir grand chose de ton porte-monnaie.
L'aspect financier est donc, pour moi, un faux problème.
Concernant ton manque d'énergie, c'est plus compliqué...
Tout ce que je peux te dire c'est que le manque d'énergie, pour le coup, tu sauras vraiment ce que ça veut dire quand tu seras 6 pieds sous terre. D'ailleurs tu seras aussi très mince, à ce moment-là...

Quant à ton entourage
...comment dire ça sans risquer de me faire bannir du forum pour excès de langage ordurier...
Juste: :shock: :shock: :shock: :evil: :evil: :vamp: :snipersmile: :2gunfire: =D> =D>
Je comprends pas...à moins que je n'ai mal interprété le sens de tes propos, ta famille semble juste malsaine.
Pour ton copain je serai plus nuancée (bien que :evil: :evil: :evil: ) car peut-être qu'il ne connaît pas les risques (peut-être vit-il dans un univers parallèle, lui aussi?). Disons que dans son cas il semble surtout complètement égoïste, ravi de voir que u maigris, ce qui me paraît hallucinant, mais pas aussi cruel.
Ta famille, je la trouve CRUELLE. Elle connaît les risques et T ENCOURAGE à le faire. J'ai jamais vu ça...

Désolée pour mon message un peu décousu et peu charitable pour toi et ton entourage, mais là je suis hors de moi; Je ne te connais pas, mais je suis hors de moi. J'en tremble. Sûrement parce que je m'identifie.
Je m'implique souvent sur le forum dans la partie TCA, justement parce que j'en sors, mais généralement je garde du recul, je ne suis pas atteinte par les témoignages. Pour aider, il vaut mieux avoir le cuir solide. Mais là....
Je suis choquée. C'est tout ce que peux dire. Pas par ton comportement alimentaire. Ca, je connais, je pourrais t'en raconter de belles, ça ne me choque pas que tu ailles te faire vomir.
Je suis choquée par ta famille.
Vas voir un psy, sérieux.
44 ans Paris 9866
Tout d'accord avec les copines.
Juste une chose: je suis étonnée par le vocabulaire du "risque" ou du "danger". Se faire vomir au quotidien pour maintenir son 46 (ou moins), ça n'est pas un risque mais une certitude de se foutre en l'air (psychologiquement et physiquement). Un jour tu ne tiendras plus car personne ne passe sa vie à vomir... et alors quoi? 130? 150 kg?
31 ans Toulouse 130
Je ne vais pas en rajouter avec ce qui a été dit plus haut, auquel je souscris.

Simplement : félicitations pour le courage dont tu fais preuve en regardant la situation en face. Tu identifies bien, pour l'essentiel, ce en quoi ton comportement et celui de tes proches est extrêmement problématique.
C'est la première étape de la guérison, et tu l'as je pense passée haut la main.

Maintenant, passe à la deuxième : vas voir un psychiatre.
Ne recule pas, ne trouve pas d'excuse. Au fond de toi, tu sais que tu en as besoin.

Comme dit plus haut, le prix est un faux problème : tous les psys ne pratiquent pas le dépassement d'honoraires, la sécu te rembourse à hauteur de (de mémoire) 37 euros la séance.
Il te suffit de demander (cash :lol: ) le prix de la séance au psy auquel tu téléphones pour prendre rendez-vous. Si c'est plus de 37 euros, tu en trouves un autre, et voilà.
Certains psys sont même arrangeants et suppriment leur dépassement d'honoraires pour les personnes en difficulté économique, il est toujours possible de s'arranger je pense (à moins de tomber sur un con, mais là j'ai envie de dire que du coup tu ne perds rien :| ).
Bref, tu peux aller voir un psy, ne pense pas que le manque d'argent est un obstacle.

Courage, Lovetemptation, vraiment.
Comme je l'ai dit, je trouve que c'est super de regarder la situation en face comme tu le fais. N'abandonne pas cette clairvoyance. Tu vas t'en sortir.
Courage :kiss:
30 ans 350
Juste un petit point de détail, même si je sens que je vais me faire sauter à la gorge: je suis assez déçue par les messages de certaines. Je ne viens pas ici pour qu'on me dise ce que je veux entendre certes (je l'entends tous les jours partout où je vais) mais je ne viens pas non plus faire face à des mots aussi froids. Si je vous ai livré ma vie ce n'est pas dans le but d'être jugée. C'est la raison pour laquelle j'ai mis plusieurs jours à répondre, le temps de digérer certains de vos messages.

En ce qui concerne les psy, l'argent n'est pas un faux problème, je suis "dans le métier" si ce n'est en fin d'études pour l'être, et je sais quelle thérapie il me faut, et ce genre de thérapie (psychanalyse jungienne) n'est pas donnée.

Pour finir, oui je sais que j'ai un problème, je sais que je suis malade, je le sais depuis des années. Seulement pour la première fois depuis très longtemps je re rentre dans mes vieux jeans, je plais à mon copain, je fais la fierté de mon entourage (vous connaissez tous ces gens "tu sais, avec quelques kilos de moins tu serais magnifique") et je peux enfin me regarder dans le miroir toute nue sans avoir envie de gerber...

En venant parler ici je pensais plutôt avoir affaire à des témoignages qu'à des jugements, mais je pense que je me suis trompée, autant pour moi... La prochaine fois je me contenterai de répondre aux sections sexologie et couple du forum...

Bonne soirée à toutes.
30 ans 350
Je ne peux pas éditer alors je le rajoute ici: ce qui me fait d'autant plus perdre la tête, c'est quand je vois que je ne pouvais même plus manger en public à cause de tous ces regards que je n'arrivais plus à surmonter, quand mon copain me rejetait en pretextant une énième fatigue, que les hommes craquants allaient vers les copines plutôt que moi (je sais je suis en couple, mais j'aime bien me faire draguer quand même!), toute cette pression, le regard des autres, et cette graisse flasque qui me donnait la gerbe quand je me regardais dans la glace, le fait de ne plus rentrer dans mes fringues petit à petit, de voir mon corps se dilater à coup de chips et de chocolat, de voir que mon copain avait de la peine pour moi quand je n'osais même pas me commander un dessert au restaurant, que rien que d'aller au restaurant me faisait passer pour une goinfre, de voir certaines personnes m'éviter comme si je pouvais les contaminer... Tout cela me tuait petit à petit, même si je dissimulait tout derrière ma carapace. Mais la carapace se fissurait. Le coup de grace c'est vraiment le fait que j'ai été obligée d'apprendre la couture ou de commander des vêtements par correspondance parce que je ne rentrais dans rien.

Je hais cette société qui nous fait tous detester les rondes, je hais ce corps de méditerranéenne qui grossi rien qu'en regardant un morceau de gateau, je me haissais d'être une "grosse vache", et je me hais de n'avoir trouvé que ce moyen pour me sentir bien en public... Je recommence à aimer mon corps, mais je déteste la manière dont je le transforme. J'ai tout testé pour lui redonner sa forme d'avant (ma mère m'a collé aux régimes, rééducations alimentaires, nutritionnistes, diététiciens, médecins, centres pour enfant obèses alors que je ne l'étais pas, etc. régulièrement depuis mes 14 ans, mon père est un maniaque de la nourriture saine). J'ai TOUT testé, il n'y a que cette méthode qui marche... Au moins je commence à retrouver ma foulée qui me manquait tant depuis 4 ans, c'est déjà ça...

Je me défoule ici mais je suis en colère contre tout le monde.

Voilà, coup de gueule: c'est fait. Au lit maintenant!
34 ans 3170
Coucou Lovetemptation, tout d'abord avant de commencer un gros :kiss:

Je pense que si les filles du forum ont réagi comme ça (je me permets, on me reprendra si je suis dans l'erreur), c'est parce qu'elles ont mal au coeur pour toi de te voir te détruire et peut être que pour certaines ça rappelle aussi de mauvais souvenir. Si tu relis bien chacune à sa manière a essayé de sonner la sonnette d'alarme pour te dire STOP. Des fois c'est moins diplomate mais je ne pense qu'il y'a vraiment pas de jugement, du moins pas envers toi.

Personnellement, ce que tu vis, je l'ai vécu aussi. Cette souffrance d'être "grosse", de voir les amis se faire toujours draguer dans leur 36-38 etc. Cette haine de ce corps qui n'a pas été dans la norme.
Je vais insister sur un point et peut être que tu vas dire ouais blabla elles disent toutes ça et pourtant je suis de bonne foi :

Je faisais 70 kilos pour 1m74 (un 40-42) à 16 ans. Et tu vois dans ma tête j'en faisais 70 de plus pas parce que j'étais dans la dysmorphie, non même pas mais parce qu'à 16 ans, les jeunes sont cruels ainsi que le regard etc et tu finis par le croire (je ne me laissais pas faire heureusement). Tu te sens tellement affreuse que tu te réfugies dans la bouffe et rien ne va, totale perte de confiance en moi !Pareil phase anorexique etc.
Bref j'ai vieilli et j'ai pris jusqu'à 20 de plus donc 90kg à l'époque mais je me sentais mieux dans la tête, plus de maturité etc. Et que tu me crois ou non, plus aucun mot ou regard sur mon poids. Et surtout je me sentais belle et bien (c'est étrange mais oui il y'a eu un moment ou le poids n'était pas important, le principal était d'être heureuse dans ma vie avec ou sans surpoids).
Depuis ce jour que je grossisse ou maigrisse, je plais beaucoup.

Bref, récemment je suis tombée sur des photos de cette triste époque : j'étais totalement normale physiquement, oui pas sylphide comme les copines mais à la limite 5 kg en trop et encore ! mais j'avais une tristesse dans mon regard et je comprends mieux pourquoi on me voyais comme la grosse pas attirante.


Ce que j'essaie de dire, c'est qu'il faut que tu apprennes à t'aimer. Je suis certaine que si tu t'aimais, ton chéri aurait envie de toi à 150 kilos ! Tu le dis toi même avant je voulais gerber devant le miroir et plus maintenant. C'est ça le truc, tu mets tout sur ton poids sans te dire que c'est simplement ce que tu renvoies qui attire ou non et non un chiffre.

J'ai connu des femmes dépassant largement les 100 kg et avec des hommes charmants qui les désiraient réellement et je ne mens pas.

Tout comme j'ai connu des femmes minces tellement malheureuses dans leur tête que les gars les regardaient même pas.

Essaie de te poser la question : Si finalement tout ça n'était qu'une perception de ce que je ressens?

Pour ton copain, je ne connais pas le passif. T'a-t-il rencontré plus mince? est-ce qu'il est plus excité quand tu perds ou alors c'est parce que tu t'ouvres à lui en 46?

Il est possible qu'il n'a simplement pas de désir quand il y'a un surpoids trop important, c'est son droit aussi. Mais c'est aussi ton droit de refuser cela.

Je vais finir par te dire que je comprends ce désir de vouloir rentrer dans des fringues etc. Mais dans le fond, voilà une fois que tu rentreras dans toutes les fringues de la terre, que tu fera l'amour autant de fois que tu le désires , quand tristement tu aura ta santé flinguée (je ne parle pas de mourir non non je parle de tous les à côté qui te feront souffrir car tout excès tu le paies) est-ce que ça en valait la peine? quand ce fameux garçon aura déserté ta vie etc.

Je suis certaine que tu te dira Oui peut être qu'il fallait perdre du poids pour un bien être mais pas comme ça, que je le regrette... (mais tu vois, même si tu rentres dans du 46, tu ne profites même pas car tu es aussi tourmentée et la nourriture te rend toujours à cran donc rien que là, ça te montre que la perte de poids ne résout rien.

Des fois il y'a des choses qui ne se réparent plus. Comme une idiote, j'ai passé mon adolescence à flinguer mes cheveux avec des colorations à outrances, des tresses alors que je n'ai pas le cheveux africain etc. J'ai fini par les perdre, alors oui après 4 ans de soin ils sont beaux mais je n'ai pas pu tout récupérer et quelle amputation pour moi! Si j'avais su j'aurais aimé qu'on me dise STOP.


Bref j'essaie de ne pas faire de moral, simplement que je comprends ta peine, ta souffrance et le prix que tu paies pour un billet-retour d'amour.

Je pense que cela ne vaut pas la peine et tu le sais aussi (dans le fond même si tu perds, tu restes dans ce schéma auto-destructeur et c'est là qu'il faut comprendre pourquoi tu te fais tant de mal? personne ne se fait du mal pour toi, personne ne se fait vomir pour toi, alors pourquoi t'infliges-tu ça? Ton corps est ton ami comme dis Saralou, essaie de l'aimer et le respecter, ton esprit en sera apaisé).

Maintenant si tu veux perdre pour ta santé, alors fais le correctement. ça prend le temps que ça prendra et celui qui est pas content, c'est bye ! personne n'est indispensable dans la vie, il faut le comprendre pour avancer et être heureux.
J'ai décidé de manger de tout (aliment santé et autre selon mon envie et mes besoins) avec plaisir et en arrêtant de culpabiliser, en reprenant le sport aussi et même si je dois perdre 500 gramme par jour, c'est très peu mais le temps on l'a. Le principal c'est d'être en paix avec son corps et soi même.

Désolée il est très tard ici donc c'est peut être confus mais il ne faut pas te braquer car on essaie simplement de t'aider :kiss:
34 ans 3170
récupéré etc. Désolée pour les fautes.
34 ans 3170
hahahaha je voulais dire 500 gr par mois ! vous avez compris (quel beau lapsus, je crois que j'ai des choses à régler moi ^^)
44 ans Paris 9866
Je trouve tes mots très justes chantilly!...
47 ans 35 10308
Tu ressens les messages que tu as reçu comme un jugement, alors que ce n'est pas le cas du tout (pas envers toi en tout cas, envers ta famille peut-être).
Mais il n'est pas possible de donner d'autres réponses que celles-ci face à quelqu'un qui est en train tout bonnement de se détruire lentement. Comme le disait Saralou si tu essayais de lire tes messages comme si c'était ceux de quelqu'un d'autre, tu te rendrais compte de la violence de ce que tu vis, et tu comprendrais pourquoi les réactions sont celles-là : c'est parce qu'on s'inquiète.

Tu dis "je peux enfin me regarder dans le miroir toute nue sans avoir envie de gerber... ". Et pourtant tu te fais vomir.
Tu dis "Tout cela me tuait petit à petit". C'est maintenant que tu te tues petit à petit... Est-ce que vraiment tu ne t'en rends pas compte? Je ne dis pas ça sur un ton qui gronde (on ne voit pas bien le ton sur un forum...), je le dis vraiment comme quelqu'un qui s'inquiète.

Et je trouve aussi les mots de ChantillyFraise très juste (mais aussi ceux de MademoiselleK, Saralou, et en fait toutes les interventions précédentes, qui encore une fois ne sont pas des jugements envers toi, pas du tout).
30 ans Dans le sud ;) 5608
Je suis vraiment désolée que tu aies pris mon, nos, interventions comme un jugement, mon but n'était absolument pas celui-ci mais plutot de te reveiller, de te mettre face à une réalité qui m'inquiéte énormement.

Je pense que Chantilly a résumé à peu près tout ce que je pensais, par conséquent je ne peux que te souhaiter bon courage pour la suite mais vraiment... Prends soin de toi, le sexe, les fringues, la fierté des autres, ça ne vaut pas le coup... Ceux qui t'aiment vraiment seront là que tu fasses un 46 ou un 52.
B I U


Discussions liées