MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

Attaques de panique sur l'autoroute.

42 ans 1114
Bon, puisque je suis dans une phase de mega changement, autant vaut y aller à fond.

J'ai une personnalité phobique, comme on dit.
Je suis très facilement angoissée par tout et n'importe  
quoi, je me fais des films catastrophe pour des petits rien, et je me vois régulièrement en danger de mort pour des broutilles.

J'ai fini par cerner ce problème il y a peu, avant je croyais juste que le monde était dangereux (bon, objectivement, il l'est, mais passons) et que mes peurs venaient de l'extérieur. Là j'ai compris que ça venait de moi, je suis une anxieuse +++, et je me soigne donc ça va mieux.

J'ai pas mal de phobies, mais par contre j'ai une vie sociale tout à fait normale, voire assez active (sauf actuellement où je suis chez moi toute la journée puisque je ne travaille plus depuis quelques mois, mais c'est circonstanciel et ça n'aura qu'un temps).
Mes phobies: claustrophobie, agoraphobie (je n'ai pas peur de sortir de chez moi, mais j'ai peur des grands espaces, je me sens oppressée), maniaque du rangement (genre si la table basse est dérangée la maison peut s'écrouler :roll:), des fois peur du noir :oops: , et j'en passe (je sais chui grave).

Mais la phobie qui me pose réellement un gros problème et qui est gravement handicapante, c'est l'autoroute.
Les autres, j'arrive à gérer et je constate une amélioration depuis que globalement je vais mieux, voire bien, en fait. J'arrive à ne pas leur donner toute la place, à les considérer comme des trucs que je dois régler sans leur prêter plus d'attention que ça, et je crois vraiment qu'elles sont en passe de disparaître.
L'autoroute, ça empire de plus en plus.

Quand je conduis sur autoroute (uniquement quand JE conduis),je pars complètement en vrille, j'ai le coeur qui bat à 100 000, des sueurs froides, des fourmis dans les mains, un sentiment de déréalisation (l'autoroute n'est qu'un décor, tout est factice), et surtout la sensation que je vais m'évanouir et perdre le contrôle de la voiture.
Avant de continuer je précise que je sais que c'est dangereux pour les autres conducteurs, et que par conséquent j'évite de prendre l'autoroute, je prends les nationales. Mais pour me soigner je suis bien obligée de réessayer régulièrement, de me forcer un peu.

J'ai tout essayé: kinésiologue (bien la première fois que ça marche pas), retours sur la première crise de panique pour essayer de déterminer d'où ça vient, leçon avec un moniteur d'auto-école.
Rien n'y fait, je flippes encore et toujours, je suis convaincue que je vais mourir quand je conduis sur l'autoroute.

Ca fait plus de 2 ans que ça dure, depuis la première crise qui a eu lieu un soir où j'étais crevée.
Avant, rien du tout.
Ca m'énerve, vraiment, de ne pas réussir à me débarrasser de ça, je me sens faible, j'ai l'impression d'être une chochotte, un boulet, et c'est la première fois que je ne parviens pas à régler un problème alors que j'ai décidé de le régler.
Je ne vois pas de solution, et normalement je trouve toujours une solution.

Si quelqu'un a connu ça et s'en est sorti, ou si quelqu'un a une idée, un début de piste, n'importe quoi, je suis preneuse.
J'ai remarqué que sur VLR il y a beaucoup d'échanges e qualité qui permettent vraiment d'avancer, donc voilà, je me suis dit "ils sont pas psy, mais on sait jamais"...
48 ans Lorraine 4326
je suis ago , ma definition de cette merde est de ne pas pouvoir vite me sauver de quelque part , d'etre "prisonniere" , ne ne pas pouvoir rentrer dans mon p'tit nid vite .
Quand je suis flippée , l'autoroute peut donc etre aussi tres anxiogene (et je ne conduis pas ! ) j'ai peur en fait qu'il y ait un accident, un embouteillage et que DONC , je sois coincée , ma pire peur .
Je ne sais pas si ca t'aidera , si ca te donnera une piste de reflexion .
Je ne crois pas du tout en la violence de se forcer , j'ai essayé , plusieurs fois , mais mon cerveau doit pas supporter le formatage . Tant que je ne comprends pas de quoi j'ai peur, à quoi me sert eventuellement l'ago , je ne pourrais pas m'en debarasser .
Apres , ce qui tu decris comme symptomes quand tu es sur l'autoroute, ce sont vraiment "juste" les manifestations d'une angoisse (donc le sentiment de déréalisation). De quoi as-tu vraiment peur ? etre coincée, mourir dans un accident, causer un accident ....

J'adore ton "avant je croyais juste que le monde était dangereux (bon, objectivement, il l'est, mais passons) et que mes peurs venaient de l'extérieur." , c'est ma reflexion du moment, tu m'as fait rire ;-)
40 ans oise 1060
je vois que je ne suis pas la seule à flipper à mort sur l'autoroute :)
ça me rassure (ou pas ?)
moi j'ai peur, que se soit moi ou pas qui conduise.
je suis agrippé à la portière, sursaute au moindre bruit,au moindre à coup, etc...
bref, je casse les bonbons de tout le monde :oops:
en fait j'ai peur de l'accident, de crever en bagniole, coincée, broyée, ou pire que mes enfants meurent...
je suis aussi une angoissée de base, phobique sociale, limite agoraphobe, claustro, et j'en passe... je ne prends plus de médocs pour ça, j'essaye de prendre sur moi, mais j'avoue que certaines fois, c'est très dur... :(
S
85 ans 4913
j'ai eu des phobies, j'ai plus que des peurs maintenant.

La dernière que j'ai vaincue c'était la phobie de l'avion.

Pour ma part, derrière mes phobies il y l'angoisse de mort, la mort auquel je pense beaucoup, depuis que je suis petite fille déjà, mais qui s'est accentuée quand j'ai failli mourir à la naissance de mon deuxième enfant. Je me suis senti partir, tomber dans un grand trou noir (pas de lumière blanche pour moi).

La seule manière que j'ai trouvé d'affronter c'est d'accepter l'idée qu'en faisant cette action je vais mourir. C'est comme cela que j'ai réussi à monter dans cet avion, en acceptant l'idée qu'il pouvait tomber, mon fils ainé qui ne venait pas avec nous savait ou étaient les papiers si on ne revenait pas et les assurances lui auraient permis de garder la maison et continuer ses études.

C'est d'ailleurs pour cela que j'essaie d'être toujours en ordre avec mes proches avant de partir en voiture.

Quand j'ai fait une thérapie comportementale, j'ai compris qu'en gros c'était cela, affronter la peur, la laisser monter, savoir que la peur ne va pas me tuer et accepter l'idée que l'action que je vais faire va peut être avoir une conséquence dramatique, mais tant pis puisque je ne sais pas quand ma mort va arriver.

Ce qui m'a aidé c'est que j'ai eu le sentiment d'avoir donné beaucoup de ma vie à ces peurs, à un moment je me suis dit, c'est du temps que je prends sur ma qualité de vie, alors que je vais de toute façon mourir, je n'ai aucun pouvoir là-dessus.

Ah c'est pas vrai, il me reste encore une phobie, mais que je n'ai pas envie d'affronter c'est celle des araignées, je ne suis pas prete du tout pour le moment. ;)
42 ans 1114
Meci meci meci pour vos réponses :P

Ladybugette: je vois tout à fait ce que tu veux dire par "ne ps pouvoir partir, être coincée". Et il est vrai que sur l'autoroute, ben, on peut pas en sortir quand on veut.
Je suis d'ailleurs certaine que ça fait partie du problème, et que cette panique est liée à mon agoraphobie.
Et comme tu dis: à quoi ça me sert? De quoi ça me protège, d'être agoraphobe?
Mais je n'ai pas encore trouvé...tu sais pas du tout, pour toi?

Isadou: ce que tu décris c'est exactement ce que je ressens, et pour répondre aussi à Ladybugette sur ce point, j'ai aussi peur d'être broyée, qu'il faille me désincarcérer, de finir tétraplégique, de me prendre un mur (oui oui, un mur, sur l'autoroute), de rater un virage et de m'envoyer dans le décor, de mourir, de préférence dans d'atroces souffrances.

Saralou: exactement. La peur de la mort, à laquelle je pense souvent. Non pas parce qu'elle m'attire ou parce que je suis dépressive, rien de tout ça.
Parce que je ne me sens pas en sécurité, en fait, de manière générale.
Ta manière d'avoir fait face à ce problème est très intéressante, je trouve.
Accepter l'idée que peut-être, effectivement, que je vais mourir en montant en voiture...
Ce qui revient à accepter de ne pas tout contrôler.

Mon principal souci dans cette histoire, c'est que je m'auto-alimente.
Je veux dire, pour d'autres phobies, rationnellement, on sait qu'il n'y a pas de danger (bon, OK pour les araignées ;) , mais dans nos contrées on rencontre rarement des mygales, juste des bestioles qui ne nous mettent pas en réel danger).
Moi avant j'avais peur des fourmis (cessez de rire s'il vous plaît), et c'était ma plus grosse phobie. Mais je savais que c'était irrationnel. Quelque part ça aide. Et d'ailleurs maintenant je n'ai plus peur. Juste un peu dégoûtée si j'en vois beaucoup d'un coup.
Pour l'autoroute, je sais que ça PEUT arriver, de se planter, et en plus, quand je fais une crise de panique, je sais que ça AUGMENTE le risque que ça arrive.
Ma phobie augmente ma phobie, en fait.
Et je ne peux pas me relaxer sur l'autoroute comme je le faisais avant devant une fourmilière, ou quand je me retrouve dans un endroit clos.
Sur l'autoroute, je dois être attentive, sinon je peux mourir.
34 ans Orgrimmar 6511
Juste pour dire... Il y a 1 cas de mort par morsure d'araignée par an dans le monde.
Pas en France, hein, apparemment c'est jamais arrivé ;)

Alors que l'autoroute... Donc finalement, ta peur (qui est aussi la mienne) est très rationnelle. C'est peut être pour ça que tu as plus de mal à la surmonter que les autres?
S
85 ans 4913
je suis d'accord avec yuutsu, une peur "irrationnelle" sera plus facile à surmonter.

Sur l'autoroute je ne suis pas très tranquille non plus. A force de mon convaincre que j'avais beaucoup plus de risque d'avoir un accident de voiture que d'un accident d'avion, j'ai commencé à avoir plus peur en voiture.

J'avais la phobie de tous les insectes, même des mouches quand j'étais petite et c'était vraiment compliqué, je refusais les sorties (j'avais aussi la phobie de fourmis ;) ). Je n'ai plus que la phobie des araignées, mais cela va déjà mieux dans le sens ou les petites que j'ai par chez moi, je gère, s'il y en a une dans un coin je la laisse, elle ne me dérange pas. Par contre, je n'arrive pas à les toucher. Mais par contre, je ne supporte pas les grosses, gros corps, grosses pattes et les mygales, mais je n'en vois jamais chez moi, je vous rassure, mais si j'en vois une à la télé, je me sens pas bien.

On allait souvent au vivarium quand les enfants étaient petits pour voir les serpents et il y a un endroit ou il y a une mygale, je n'arrivais pas à passer tout près du terrarium.
42 ans 1114
Yuutsu: le Club des frappa-dingues qui reprennent leurs études, ça te dit? ;)
A part ça effectivement, le fait que ma peur ait une base "rationnelle" ne m'aide pas, bien au contraire...

Saralou: me sens moins seule pour les fourmis.
J'ai l'impression que tu avais une personnalité assez anxieuse, toi aussi...
Tu as l'impression que l'atténuation de tes phobies peut être liée à l'atténuation de tes TCA ou pas du tout?
Je sais pas si c'est une piste à creuser, mais en ce qui me concerne tout s'est atténué ensemble (bon, sauf l'autoroute, là ça empire).
42 ans 1114
ladybugette a écrit:

J'adore ton "avant je croyais juste que le monde était dangereux (bon, objectivement, il l'est, mais passons) et que mes peurs venaient de l'extérieur." , c'est ma reflexion du moment, tu m'as fait rire ;-)

En relisant vos réponses je me rends compte que j'ai loupé ça.
Eh bien saches que ça me fait bien plaisir que ça te fasse rire parce que effectivement c'était un peu ironique.
Je suis consciente que je suis une stressée-anxieuse-angoissée-au-secour-je-vais-mourir, mais quand-même, le monde, moi y me fait peur...
Tout va trop vite, on a l'impression qu'on contrôle les choses depuis qu'on a développé une technologie 'achement pointue, et en fait je trouve qu'il y a plein de trucs hyper anxiogènes là-dedans.
Je ne refuse pas le progrès, pas du tout, mais j'ai du mal à le gérer.

Enfin bref, petite parenthèse :oops:
32 ans 450
:shock: je t'ai trouvé tournesol !

Ma mère a exactement la même peur de l'autoroute que toi !
bon c'est pas des crises de panique mais elle est pas a l'aise ca va 'trop vite' pour elle du coup ba on évite au max les autoroute on a pas trouvé de solution...
bonsoir,
j'ose enfin faire mon coming-out.
je suis incapable de conduire dans le département où je vis.

avant d'être en arrêt pour ma grossesse, je fesais 40KM/jour pour aller bosser. en voiture.
j'ai failli mourrir plusieurs fois.

quand j'ai eu l'interdiction de conduire puis l'interdiction de faire de la bagnole, une réelle phobie s'est déclenchée.

Sachez que, entre ma 1ere tentative pour passer le permis (examen ajournée, j'avais 20 ans) et l'obtention de mon permis, il s'est passé 15 ans!!!
je l'ai eu dés le 1er passage.
j'ai aussi vu la psy rien que pour cela. j'ai commencé en janvier, un 31. j'ai eu mon permis le 28 avril.

dans le nord, je conduisais partout, sauf Paris.

Ici, je ne suis meme pas capable de sortir la voiture de la cou.

dés que nous quittons le 34, je peux conduire, uniquement sur l'autoroute.
et dés qu'on a quitté les autoroutes du Sud, je me sens mieux.

j'assume , je n'ai pas le choix.
et je n'aime plus du tout conduire.
42 ans 1114
Merci pour ta réponse Lindaf ;)
Je crois que c'est plus courant qu'on ne se l'imagine, cette phobie...

Blueberrycat: j'habite dans le Sud (mais encore plus au Sud que toi). Tu crois que c'est les autoroutes du Sud qui sont moisies?
Mais sinon tu conduis plus du tout au quotidien?
les autoroutes du Sud sont les plus meurtrieres.

entre les touristes paumés et les crétins locaux haineux, c'est une horreur.
c'est bien pire sur les nationales et départementales, une jungle.

on l'aura compri, je hais cette région :lol:
42 ans 1114
Suis d'accord pour le coup des Nationales et Départementales, certains conducteurs y sont littéralement imbuvables.
Genre tu roules à 70 sur une route limitée à 70, ben accroche-toi pour les coups de klaxons, les doublages intempestifs et les j'te colle au cul à tel point que tu sais plus qui conduis quelle voiture....
C'est clair que ça n'aide pas à rester serein.
45 ans région parisienne 5831
Bon, je vais peut-être tomber à côté de la plaque, mais tant pis, je me lance (je ne connais pas les attaques de panique, à part quand je nage en pleine mer, mais bon, ça m'arrive tellement peu souvent que j'ai pas franchement un gros besoin de gérer ça :roll: ).

Moi, quand j'ai une attaque de panique, je me récite la litanie contre la peur du bene gesserit:

Citation:
Je ne connaîtrai pas la peur car la peur tue l'esprit. La peur est la petite mort qui conduit à l'oblitération totale. J'affronterai ma peur. Je lui permettrai de passer sur moi, au travers de moi. Et lorsqu'elle sera passée, je tournerai mon œil intérieur sur son chemin. Et là où elle sera passée, il n'y aura plus rien. Rien que moi.


Franchement, pour moi, c'est assez souverain, ça me calme: déjà, le fait de se concentrer sur la récitation me calme, et ensuite, je trouve que les paroles en elle-même me calment. Bon, faut peut-être être fan de Dune pour que ça fonctionne, je ne sais pas, ou peut-être au moins avoir lu Dune, j'en sais rien, mais en tous cas, pour moi, ça marche bien.

Tiens, en cherchant un peu, j'ai trouvé un gars qui applique la même technique que moi ici. En plus, il détaille la litanie, pour l'expliquer, c'est pas mal.
B I U