MENU Le Forum Vive les rondes Connexion

vos récits post-op(inconvénient)

41 ans seine et marne 1145
pour toutes celle(et ceux ) qui ce sont déja fais opéré sa serai bien de raconter les inconvenient lier à vos gastroplasties, ont parles toujours de la perte de poid  
mais sa serai bien aussi de montrer l'autre coter du mirroir

que ce soit sur le court ou long therme
39 ans BanLieuSarde 1213
Voilà un bout de mon blog :

Salle de réveil, je dors, je dors, je dors.. Je me réveille jeudi dans l'après midi, gros dodo !
J'ai du mal à respirer, je lâche pas mon oxygène.. Pas vraiment de douleurs, mais fatiguée et du mal à respirer.. Pas assez réfléchit pour me rappeller de ce que m'avait dit Di minou ><

On m'enlève la sonde urinaire.. direct envie d'uriner.. Là c'est dur, mais pas le choix, le bassin.. Impossible de faire, çà me stresse..

D'après les infirmières, normal, sonde gastrique qui gêne.. Moi je suis sur que ce n'est pas çà.. Pourquoi j'ai mal aux poumons si c'est la sonde ??? Je me plains, mais personne ne veut croire que c'est autre chose que la sonde.. La nuit approche, j'ai trop peur de dormir comme çà, je respirai trop mal, j'avais peur de plus me réveiller, je ne voulais pas !
J'ai prit la tête pour voir le medecin, pas question que je dorme, il arrive, m'interoge et demande de prendre l'oxygène.. Bingo 80% au lieu de 100% avec oxygène !!.. Scanner en urgence.. Là je passe par l'exterieur et déjà je vais mieux, de l'air.. de l'air qui n'est pas à 30°!

Ils me font réagir à un produit qui me fait avoir une bouffée de chaleur dans tout le corps, çà fait vraiment bizarre.. Scanner et hop.. Déjà pas d'embolie, ouf.. J'ai manqué d'oxygène, et j'ai mal réspiré, j'ai donc mal ventilé mes poumons qui était bloqué en bas.. Donc pas grave, mais obligation de respirer CORRECTEMENT et à fond, même si j'ai mal ! Kiné obligatoire, je dois réaprendre à respirer..

Elle me fera souffler dans de l'eau avec une paille, et çà fait un bien incroyable !


Voilà la chose principale qui fut dure et douloureuse à gérer.. J'ai eu peur, très peur, je n'arrivais plus à parler tellement je n'avais plus d'air.. C'est horrible de se sentir sans air.. Surtout ne jamais oubliez de respirez même si çà vous fait mal dans le ventre, ne pas oublier !


On essaie de m'asseoir mais nan je ne peux pas.. Je n'y arrive pas.. On verra demain..

Beaucoup de gazes post opératoire, oui la célio c'est de l'air dans le ventre.. C'est une des choses qui fait mal..

Dans l'après midi, mal au bras, çà me rapelle à Dax quand la perd se vidait dans mon bras.. Après plusieurs demande aux infirmières de me la retirer car trop mal, j'ai enfin réussit à les décider et en effet, le produit partait dans mon bras.. Quelle surprise quadn elle enleve la perf, une aiguille de 20cm de long au moins !! O_o j'ai halluciné, j'ai jamais vu çà !


J'avais relativement mal au ventre, normal on m'a coupé l'estomac ^^ Bcp de mal à rester assise, la première fois je suis réstée 10mn assise après j'ai repris mon lit..

De grosses douleurs au dos aussi, durant les 2 semaines suivant l'opération, les chaises étaient impossible pour moi, juste un fauteil avec des coussins derrières les reins..

Pour la perf, çà arrive relativement souvent, n'ayez pas peur de demander de vous l'enlever si vous ressentez cette douleur..

Ensuite ce fut de remarcher qui fut dur, le mal de dos m'en empechait, je marchais comme une personne âgée, dos courbé.. Mais les infirmiers m'ont interdit le fauteuil.. donc obligation de marcher ><




En plus des douleurs physiques, le plus dur pour moi, fut le psychologique..
Avant l'opération vous y pensez sans arrêt mais après c'est pire et là il faut être soutenue, sinon je pense que l'on peut aller très très mal.. A tout le monde çà peut arriver ! J'ai eu mon entretient psy, je n'ai aucun pb, pourtant ce fut dur à gérer.. J'ai eu besoin de 3 bonnes semaines pour me remettre psychologiquement...


Sinon, sa remise en question.. Toilette, wc, fait par les infirmières.. Ce fut dur, très dur.. Ce n'est pas à négliger, c'est ce qui m'embetait le plus dans l'operation, je n'avais pas peur du mal, mais peur de çà.. & j'avoue que j'ai été très mal a l'aise et que les infirmières n'étaient pas au top, je garde un mauvais souvenir de mes premières toilettes où j'ai pleuré tellement elles m'ont fait mal en me retournant, et aussi quand vos premières selles arrivent et que vous êtes incapable de vous retournez.. oui appellez une infirmière pour vous essuyer.. c'est dur.. & j'en passe..


Mais bon, c'est vivable ^^ ;)
41 ans seine et marne 1145
:shock: ah ouè quand meme
D
36 ans Grenoble 5
Je me souviens bien aussi exactement du jour de l'opération !!

C'était un 12 juillet 2001. Rentrée la veille dans la clinique pour effectuer les derniers examens... Vous savez la petite caméra qu'on fait entrer par la bouche pour aller voir ce qui se passe à l'intérieur ^^ (dsl, j'ai oublié le nom - je crois que c'est la gastroscopie enfin je suis pas sûre).
Bref, rentrée à 17h à la clinique... on m'installe dans une chambre déjà occupée par une autre jeune fille : Jessica ! Même âge que moi, même poids, même opération, même jour : tout cela semble me rassurer un peu... enfin je crois :)

A 18h on vient la chercher pour effectuer la fameuse "tite caméra ds le bidon" :lol: et puis le temps passe, le temps passe... et toujours personne pour moi... :shock: Je m'inquiète puis plus tard dans la soirée je m'en vais voir l'infirmière pour lui demander quand été mon tour, et là elle me dis qu'ils m'ont oubliés et que le chirurgien et l'anestésiste sont partis !!! CA COMMENCE BIEN !!! Stress énorme : je n'avais déjà pas envie d'être là ni encore moins de me faire charcuter... Nuit difficile en perspective : on m'annonce ke l'examen sera effectué de grand matin avant la dite opération... On me donne un calment pour que je puisse dormir un peu et la nuit se passe tout de même dans le stress.

Lendemain matin on vient me réveiller avant tout le monde : 6h30 !! Debout, on commence par une douche à la bétadine ou devrai-je dire une bétadine de douche :P, enfilage de la tenue "spéciale journée bloc opératoire" : vous savez ces sortes de blouses ou ont voit toutes vos fesses **honte & gêne suprême**... On m'emmène au bloc à 7h30 pr "la tite caméra ds la bidon"... l'anestésiste me fé un catétère dans la main (qui sur le coup me parait un peu bizarre... pas l'habitude) on me dis de compter jusqu'à 3 : 1.......... ZZZZZZZZZZZZZ !! Me voilà parti au pays du brouillard... y'a tout de même un petit instant d'hésitation ou on est endormi mais ou l'on entend encore les paroles des gens... et là on flippe : on se dit c'est pas possible : on a envie de crier "attends je ne suis pas endormie, ne faites rien" mais on ne peut pas... (je ne sais pas c'est bizarre, vous avez déjà vécu ça ??!) puis on fini par vraiment partir dans le monde des rêves... Bizarre non ?!

Je me réveil 1h après... on m'annonce que je pars directement pour la gastroplastie... on me change de salle à l'aide du brancard, on parcours un couloir... brrrrrrrrr il fait froid !! Op !! j'arrive dans le bloc réservé pour l'opération de l'anneau... y'a tout plein de bonhommes vert autour de moi qui me parle, je ne comprends pas tout... du brancard, je passe au billard... anesthésie et PLOUF !! **dodo**

Je me réveille à 11h30... Aucune douleur particulière... je me souviens que tout va bien ! je n'ai mal nul part mais je suis très fatiguée... Je demande à l'infirmière si on peut me remonter dans ma chambre : elle n'accepte pas tout de suite... j'attends donc !! Tout ces patient me font stresser, j'entends les BIP BIP habituels des hôpitaux et cela ne me fait pas vraiment me sentir bien... l'infirmière comprend finalement et à 12h on me remonte dans ma chambre !!

Là, toute l'armada m'attends !! Famille, Amis on fais le déplacement (près de 80 kms). Je me souviens qu'ils me parlaient tous et que je n'avais qu'une envie : ETRE AU CALME et DORMIR !! Je décide donc gentiment de les envoyer sur les roses... sortie de bloc n'aidant pas l'humeur... je les sent froissés mais je ne suis pas en mesure d'assumer une discussion pointue... tanpis !! Je somnole de temps à autre... m'endors puis me réveil.

A 16h ma voisine de chambre revient du bloc fatiguée aussi : elle a des douleurs... les fils qui tirent un peu : NORMAL !! Nous papotons qq minutes puis essayons de nous reposer. Je ne me souviens pas avoir eu de réels problèmes pour faire pipi etc… juste au début le bassin… ce n’est pas très agréable je l’accorde mais bon on en peut pas faire autrement !
En soirée, j'essaie de me lever en me traînant au fond du lit pour ainsi glisser et ne pas trop me plier sur le ventre... DUR DUR !! Les infirmières me donnent un coup de main et j'essaie de faire qq pas dans le couloir : pas de chance, je sens la malaise arrivé !! Pas encore assez de forces pour tenir sur mes pieds... je décide donc de me recoucher...
Je me souviens que le repas servi le soir était identique à celui de la veille : soupe, yaourt... et alors que j'avais longuement été frustrée hier de ne pas pouvoir manger plus... là, une cuillère de yaourt et je n'en peux plus... c'est bizarre et nouveau cette sensation de ne pas avoir faim... Suite : tv & dodo...

Lendemain matin réveil normal : 8h... visite du chirurgien et de ces assistants rapide pour un bilan de l'opération et un contrôle de routine : tout va bien, je pourrai sortir le lendemain. :) La journée se passe dans le calme, pas de douleur, juste les points qui tirent et qui grattent un peu, j'arrive à me déplacer avec la perf', je marche convenablement dans le service... je reprend peu à peu la vie normale. Jessica et moi échangeons nos impressions, etc... bilan positif ! :D

Le lendemain nous sommes toutes les 2 invitées à sortir vers 11h. la famille est là pour nous accueillir. Il me reste à effectuer un voyage de 45 minutes pour arriver à destination : chez moi ! Le trajet est plutôt délicat, j'ai du mal à rester assise dans la voiture, j'incline le dossier pour être en position allongée et là je passe un petit mauvais moment. Arrivée à la maison je m'allonge et dors. La première semaine se passe tranquillement : entre repos, soupes et yaourts !! Puis vient le temps d'enlever les points... un peu d'appréhension mais finalement tout se passe bien... je n'ai même rien senti !! Au fait j'ai oublié de mentionner que ce ne sont pas des points mais des agrafes (moins douloureux pour moi à enlever).

Voili Voilà, la vie continue comme avant sans la sensation de faim et avec ce petit boîtier à fleur de peau que l'on fini pas accepter comme sont ami ;)
67 ans Charente Maritime 3080
J'ai publié cela ailleurs, mais pas sur VLR, donc, autant profitter de ce post.
J'ai par la même occasion retrouvé le bilande ma diète hyperprotéïnée juste avant (15 jour sans matière grasse et le minimum de gulcide. Au menu, poisson en papillote, filet de dinde au four, fromage blanc ou yaourt 0%, légumes verts feuilles et fruits (tomate, aubergines cougette, salde, chou...+ navet et radis) et un soupçon de carotte oignon echalotte pour relever cela.
Donc le voici au 5 juin :

Sur le plan physique, aucune migraine, aucun vertige. Ca c'est vraiment génial.

Sur le plan du régime, pas trop de problèmes. Des écarts minimes, mais c'est ma technique. Si je sens une compulsion venir je me l'offre d'habitude à 10% avant qu'elle soit incourtanable. Là, j'avais décrété du 1%. Donc sur la période, 2 frites, un peu de salade vinaigrette réelle, 1 petit morceau de viande grillée, 2-3 bouchées de pain. Il en faudrait le triple pour remplir un pot de yaourt.

Poids final, 101,9 (poids de départ : 106,9) soit 5 kilo en moins. C'est certainement le point le plus positif pour l'instant. On verra le verdict du chirugien demain.

Niveau tension une améliration perceptible, ma tension est passé de 14-9 en moyenne à 13-8,(ce matin 129-76) et mon rytme cardiaque c'est abaissé de 80 à 70 au repos et même 66 ce matin.

Pour moi, tout est donc globalement positif, mais je ne suis pas médecin. J'attends donc son bilan. (remarque complémentaire, objectif réduction du foie atteint, confirmé ensuite par le chirurgien)

Mon opération

Dimanche 5 juin
Rentrée à la clinique à 14h15, puis radio pulmonaire. Par contre la chambre n’est pas prête du tout. Je vais faire un tour en ville en attendant. A mon retour l’infirmière laisse un flacon de bétadine pour la douche du soir et du lendemain. On me fait un électrocardiogramme et je verrais le cardiologue et l’anesthésiste dans la soirée.
Repas spartiate, bouillon style viandox et lait gélifié. Je n’angoisse pas donc je préfère ne pas prendre le somnifère. Douche et au lit assez tôt. J’ai bien fait de prendre des bouchons d’oreilles car les fenêtres donnent sur une route bruyante, et comme il fait chaud, pas question de les fermer.

Lundi 6 juin
Réveil vers trois heures et demi. Je vire les bouchons d’oreille qui me gênent et somnole jusqu’au passage de l’infirmière à 5 heures. Elle me dit que j’ai eu raison d’enlever les bouchons parce que cela fausse la température. Je l’ignorais.
Douche, Antarax et à 7 H 30, direction la salle d’opération. Perfusion placée, masque à oxygène posé, le dernière chose dont je me souvienne, c’est vous allez dormir…
J’ouvre un œil, j’entends une voix dire « 11H 53 ». Ce n’est pas pour moi. Peut-être pour une naissance, mais c’est la première chose que j’entends. Je prends conscience que cette salle commune doit être la salle de réveil et que l’opération est terminée. Rapidement, on vient s’occuper de moi, prendre ma tentions. La personne reviendra faire la même chose 10 minutes plus tard et retour en chambre.
J'essaye de faire un bilan. Un immense pansement recouvre tous les autres, et je trouve cela très confortable, notamment pour tousser. Une perfusion dans le bras gauche, sinon pas de douleur, juste une lourdeur quand je me déplace dans le lit.
Je m’ennuie plutôt, d’autant plus que j’ai changé de chambre et qu’ils n’ont pas encore rétabli la ligne. Bianca me téléphone, mais juste au moment où les infirmières viennent. On a à peine le temps d’échanger deux mots. On parlera plus après. Bianca me dit notamment qu’elle a pu boire un verre d’eau le soir même. Après son coup de fil je négocie donc de pouvoir me rincer la bouche et une aide soignante m’apporte un haricot (toute petite bassine en forme de haricot) et un gobelet d’eau. Bien sûr, il ne s’agit pas de boire, mais cela est déjà plus qu’agréable.
L’infirmière m’explique que je ne pourrai boire qu’après le retour de mes mouvements intestinaux confirmés par l’émission de gaz, soit le lendemain soit le surlendemain. La diététicienne passera alors me voir. Les gaz reviendront le soir, mais j'évite encore de boire. Trop tard pour la diététicienne.

Mardi 7 juin
La nuit a été plutôt bonne. Par contre surveillance de la tension très régulière, au moins 4 fois. Le matin coup de fil de Bianca, ça fait du bien de papoter. Mes collègues m’appellent aussi en fin de matinée. La diététicienne passe rapidement vers 11 heures et repasse vers 16 heures. A 11 heures, elle était censée voir comment l’eau passait, je lui explique que j’ai déjà un peu bu (à peine 1/4 de verre d’eau) et que ça c’est bien passé. Elle fixe le menu du jour : eau, bouillon, thé, « ni trop chaud, ni trop froid pour éviter les spasmes ». A boire à très petites gorgées ou à la petite cuillère. A 16 heures, elle me demande comment cela s’est passé et on étable le menu du lendemain en 6 fois, fromage blanc, compote, yaourt compote, fromage blanc, compote. Le fromage blanc sera servi avec un peu de lait pour le liquéfier éventuellement.

Mercredi 8 juin
Il fait beau, de plus, plus de perfusion. Coup de fil à nouveau assez long avec Bianca, on s’échange nos impressions sur nos premiers pas avec l’anneau. Vers midi, comme il fait beau, je sors me promener une demi-heure. L’après midi, la diététicienne passe à nouveau. Je lui demande comment gérer l’eau. La vieille, je ne suis pas arrivée à finir ma bouteille d’eau. Elle m’explique que si je bois lentement, je n’aurai pas d’impression de lourdeur, l’eau passant au fur et à mesure et peux donc boire plus. Pour le lendemain, la diète comportera une soupe lisse (avec légumes bien mixés, et assez liquide) le midi et le soir, un jus de fruit au goûter, plus compote à 10 heures et 22 heures. Pour le petit déjeuner, elle veut que je teste de boire un thé après pour voir comment il passe.
Elle me demande aussi comment se sont passés mes repas précédents. Je lui explique que j’ai éprouvé une sensation de « assez » avant d’arriver à la fin du fromage blanc. Pas vraiment de satiété, mais plutôt comme si j’avais assez de ce plat avant de passer au suivant. Elle me demande si c’est une impression de « à la prochaine bouchée je vais vomir ». Comme je lui réponds non, elle me dit que je ferai peut-être parti des gens qui ne vomissent pas avec l’anneau. Intéressant. Elle me signale aussi la nécessité de retrouver un nouveau rythme alimentaire, en tâtonnant un peu au début et donc en adaptant mes portions aux exigences de l’anneau.
Elle reparle également de l’idée qu’après, je ne pourrai plus avoir accès aux mêmes quantités qu’avant mon régime. De la nécessité d’avoir une aide tout au long de ce parcours, évoque à mots couverts d’abord l’idée du psy, puis ouvertement quand elle voit que je n’y suis pas opposée. Sur la nécessité aussi de trouver un psy qui nous convient, voire d’en changer ensuite si ensuite il nous convient moins. Presque une idée qu’il peut y avoir un seul psy, mais aussi un psy pour les premiers pas et un psy pour la suite.
Cet échange est extrêmement enrichissant. Elle n’a avancé aucune idée sans vérifier que j’étais prête à la recevoir. Je commence à comprendre qu’avec une telle diététicienne, les résultats de l’anneau puissent être bons dans le coin

Le soir je verrais le chirurgien rapidement. Mon anneau est lui totalement desserré. Cela confirmerait une différence de technique de pose suivant la marque de l’anneau. Nous convenons d’une sortie le lendemain. Boulot d’ici 8 à 15 jours.

Jeudi 9 juin
On me rend les différents résultats d’examen.
Petit déjeuner. Après avoir pris le fromage blanc, quand je commence à boire le thé ensuite, je ressens nettement l’impression de lourdeur que l’on a évoquée la veille avec la diététicienne. Je n’insiste pas. Au bout d’une heure, quand j’en rebois, l’impression de lourdeur se manifeste également rapidement. Je pense que c’est cette recherche du moment où la poche est vide que veut me faire chercher la diététicienne, et donc où je vais pouvoir boire
Je revois rapidement la diététicienne une dernière fois avant de partir, elle me donne les consignes pour les jours à venir et nous fixons notre prochain rendez-vous le 8 juillet, jour où je me ferai serrer l’anneau

En bilan, un immense étonnement de ne pas avoir réellement souffert. Certe, en plus de la préparation par régime, j'ai également pris de l'homéopathie pré et post opératoire, mais cela a été vraiment étonnant. D'autant plus que je n'ai eu que des antiinflammatoire et uniquement 2 jours.
Pour être tout à fait exacte je ressens en général une gène et parfois une douleur au changement de position. C'est très net quand je m'accroupis ou à l'hopital quand je me retournais dans le lit.
Par contre, Je réagis instinctivement en contractant mes muscles, et complète souvent par 2 ou 3 inspirations ventrales, ce qui calme très vite le problème. Etonnamment, aucun problème dans mon propre lit où j'ai pu rouler en tout confort cette nuit, y compris sur le ventre. A peine un peu de gène. (C'est un lit avec sommier à lattes rapprochées et matelas en mousse très dur. Je lui attribue déjà de n'avoir auccun problème de dos)

Par contre, pas de TOGD, mais à la place un suivi diététique extrêmement important.

Commentaires : vous ne vous attendiez tout de même pas à ce que je fasse court ;) Remarque, le 8 juillet, je n'ai pas fait resséré mon anneau. Je n'en voyais pas l'utilité puisque je perdais alors près 1k par semaine. Il n'est toujours pas serré et j'ai perdu pour l'instant 20k en 7 mois. Depuis septembre, je perds plutôt 2k par mois, je trouve cela suffisant. Mon chirurgien dit que si j'arrive à 70k anneau non serré, il ne le serrera pas ensuite. C'est donc l'objectif qu'il me fixe.
67 ans Charente Maritime 3080
Juste une remarque. Bianca est une copine d'un autre forum.
41 ans seine et marne 1145
juste 1 petite remarque les filles est les mecs

avant de raconter vos récit mettez de quel opération il s'agis,sa sera plus facile,pour les personne qui sont interesser ;)
67 ans Charente Maritime 3080
Très bonne, ta remarque, Melay :? . Donc pour mois, je note qu'il s'agit de la pose d'un anneau.
F
51 ans Namur 25
Merci pour vos témoignages maria, Dadadiablesse et Dj-tya. :lol:

Y aurait-il des personnes qui ont fait le by-pass et qui pourraient également racontrer le post-op; ce serait super sympa.
M
54 ans 76 28
Bonjour,

J'ai subis un by-pass le 23 Janvier par laparo , donc ouverture du ventre sur environ 30cm.

Lors de mon réveil, je n'éprouvais aucune douleur, mais j'étais bien équipé :
Une perf au bras gauche, près du poignet avec morphine et pistolet à morphine. Un cathétaire (je ne suis pas sure de l'ortographe) sous la clavicule droite. Une sonde nazo-gastrique, le plus génant.
Un pansement compressif sur tout le ventre (elastoplast) permet de bouger, de tousser sans avoir mal du tout.

Bon les deux 2 jours suivants l'opération j'étais un peu dans le coltard, envie de dormir toutes la journée. Après la sonde nasale me génant énormement, je ne dormais plus.
J'ai fais une allergie à un calmant : migraines atroces, sueurs froides et nausées!!! Si c'est possible avec une sonde nasale. On ne vomit pas, le liquide de l'estomac est évacué par la sonde.

J'ai aussi eu une petite infection dû à l'élastoplast, mais rien de grave.

J'ai essayé de marcher le 3ème jour, du lit au fauteil, soit environ 1 mètre, ça m'a suffit. J'étais quand même assez fatigué et arnaché avec la perf et le cathétaire.

5 jours plus tard, on m'a enlevé la perf, le cathétaire (c'est un long tuyau sous la clavicule, j'ai été asserz surprise) et surtout la sonde nasale. J'aurais embrassé l'infirmière.
J'ai enfin pu me levé sans gêne, aller au toilette, me laver.

Je suis aller passer un examen dont j'ai oublier le nom. Enfin on boit un espèce de sirop au gout d'anis et en même temps on passe une radio pour voir s'il n'y a pas de fuite. Assez vomitif.
Après l'examen, j'ai demandé à une infirmière si ce liquide n'avait pas d'influence sur les intestins, elle m'a certifié que non.

De retour dans ma chambre, je me suis précipité au toilette.......

Le lendemain matin, Samedi je sortais et rentrais chez moi.
Le Dimanche, j'ai eu d'énorme difficulté pour sortir du lit : je ne voulais pas forcer sur le ventre - Attention à l'éventration m'avait-on prévenu- et une douleur incroyable au bras droit m'empéchait de m'en servir.
J'ai sus le lendemain que j'avais une tendinite à l'épaule, sans doute provoquée par une manipulation brutale lors de l'opération.

Malgré ces petits soucis je suis très contente. C'est vrai que l'on peut oublier les inconvénients, lorsqu'ils sont minimes, devant les résultats.
Je faisais 155 kg le 22 Janvier, je pèse aujourd'hui 122kg, soit 33 kg de moins en 12 semaines.

J'espère avoir répondu aux attentes.
F
51 ans Namur 25
Merci d'avoir répondu à mon appel. =D> . C'est toujours intéressant de voir par où les gens sont passés pour se faire une petite idée de toutes les possibilités de risques ou même des choses tout à fait normales qu'on peut avoir. Vous m'avez fait en apercevoir un petit échantillon. MERCI

Merci d'avance pour les autres témoignages.
V
46 ans Namur 31
voilà, je suis une by-passée depuis le 13 avril 2006

les infirmières sont venues me chercher dans ma chambre vers 14h40, direction la salle d'op. Vite un petit coup de fil à mon mari pour lui rappeller que je l'aime ainsi que mes 2 loustics
Arrivée dans LA salle, quelle fourmillière, brrrrrrrr ça s'agite de tout les côtés mais bon, ils sont sympas tout ces bonhommes verts ;)
on me met le catéther sur ma mimine, et là waouwwwwwwww, je plane, l'anesthésiste me met le masque en me rassurant car il sait que je suis claustro, dodoooooooooooooooooooooooooooooooooo

Réveil plutôt agité, j'ai des bouffées de chaleur pas possible , je veux arracher mes draps et couvertures mais, malheur, je prends les tuyaux et tout et tout :? .L'infirmière, très gentille m'a calmée et à tout réparé, m'a "réattacher" tout
J'ai mal au dos, mais c'est pas grave car j'avais prévenu que je ne supportais pas de rester couchée sur le dos et on me met un boudin pour que je sois légerement de travers ahhhhhhh que ça fait du bien

Retour dans ma chambre vers 23h40, on me met la panne car je n'ai pas de sonde urinaire, puis bonne nuit les amis

Réveil difficile à 8h30 par les infirmières: il faut se lever et se laver
pffffffffff, pas envie moi, je veux juste dormir... mais j'ai pas le choix, donc, on m'aide et zou, direction la salle de bain, sur une chaise et en avant la toilette toute seule. L'infirmière revient pour me remettre dans mon lit et là dodo

On m'a enlevé mon baxter le samedi car il me faisait très mal et je pouvais juste boire un tout petit peu
J'ai bu de l'eau jusqu'au mardi puis, un examen voir s'il n'y avait pas de fistule, examen parfait, je vais enfin pouvoir manger
Une infirmière vient m'enlever les agraphes
Mon 1er repas: purée de haricots et viande de boeuf moulinée
14h Mon p'tit mari arrive , salut la compagnie, je rentre chez moi
Apparemment tout c’est bien passé !!

Juste un petit hic mais rien de grave en soi !!!


En fait le chirurgien a voulu m’opérer en faisant les trous mais lors du premier il passa la caméra qui lui a bien fait comprendre qu’il fallait annuler et ouvrir entièrement simplement car mon foi avait le double de la taille normale !!!


C’est pas grave car au fond de moi je m’y attendais !!


Donc il a ouvert de la « racine » de la poitrine jusqu'à mon nombril (en le contournant), résultat j’ai 33 points.


Il m’a dit que son assistante a du tenir mon foi durant toute l’opération avec des pinces car il était relativement imposant !


Les pauvres ont déjà du mal et mon foi qui en rajoute ! hi hi…


Je me suis réveillée dans la salle de soins intensifs vers 13 heures ( du moins ça je m’en souviens vaguement car en ouvrant l’œil j’ai demandée a ce qui parait l’heure : comme si y avais que ça a penser).

Vers 15 heures mon premier vrai réveil !


Alors la celui la je m’en souviendrai mais toute ma vie !!


Ils ont du m’attacher les poignets car mon réveil a été très « agité », j’avais l’impression d’avoir horriblement mal mais en fait non je sentais rien c’est plus psychologique et les effets délirants de la morphine mais n’empêche qu’ils m’ont attachée les méchants (ils ont eu raison car j’aurai pu m’arracher la perf ou la sonde ou me faire un truc qui n’était pas bienvenu).


Vers 18 heures ils ont fini par me détachée, ouffff merci le petit infirmier si gentil…


Ma nuit a été dure entre les périodes d’éveil et de sommeil, j’ai ennuyée les gardes de nuit a me donner un truc pour dormir et m’injecté un peu plus de morphine (j’appuyer tellement sur la pompe que je me suis injectée trop vite ma dose qui aurais du rester plus longtemps ce qui fait qu’a un moment donner la pompe ne réagissait pas car il faut attendre un certain moment pour d’autres doses et bien sur ça faisait bizarre donc j’avais besoin d’un antidouleur !!

Le mardi 10 mai, réveillée par un infirmier à 8 heures !!


Grrrrrrrr pas très cool celui là, il m’a forcer (encore une fois le personnel avait raison car il faut favoriser l’autonomie) a me laver seule ! il m’as mis en position semi assise, la table de nuit devant moi et un bassin d’eau, un gant , un essuie, une bouteille de savon liquide et hop madame ducarreaux , lavez vous le visage, les bras, le torse, la partie intime !!!!!!


En moi-même mais t’es fou toi !!!! j’y suis quand même arrivée après 45 minutes (ce qui m’a épuisée et essoufflé), puis il est venu avec un autre (grrrrr) ils m’ont mis sur le coté (aieeeeeeeee bande de brut lol) tant bien que mal (car pas évident de mobiliser 165.6 kg qui a très mal à la mobilisation lol) pour me laver le dos, le pete, remis sur le dos et faire mes jambes !!


Foutez-moi la paix maintenantttttttttt pitiééééé j’en peu plus !!!!!!


Sans blague, ça m’a épuisée tout ca ! Un peu de repos et vers 10 heures 30 mon service est venu me rechercher ( ah enfinnnnnnnn ma petite chambre).


Pour le midi, une étudiante infirmière m’a refait mon pansement et j’en ai profiter pour qu’elle prenne la cicatrice en photo avec mon portable !!!


Aucune surprise car je m’y attendais vraiment a avoir autant de points !
Puis début d’après-midi autre ingénieuse idée des infirmières de faire mon 1er lever au fauteuil !!!


Le fait de m’avoir tournée pour me mettre en position assise au bord du lit puis debout et enfin ré assise je vous dis pas la tête ( ca tournait gratuitement) j’y suis restée 10 minutes c’était déjà trop il a fallu me remettre au lit !!!

Oh la la la catastrophe j’ai eu dur dur dur mais j’y suis arrivée quand même !!!


Ca c’était l’aventure de l’opération
898
chatatouille,

je me pose une question : tu n'as eu aucun régime préopératoire à suivre pour diminuer le volume de ton foie et donc éviter qu'on t'ouvre "en grand"??

car moi demain je commence le régime yaourt nature justement pour qu'on puisse me faire la coelio...
non aucun, car rien ne fesait penser lors des examens auparavant que mon foi était si gros!
donc voila pourquoi je n'ai pas eu de régime particulier avant mon opération
B I U